AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Si j'avais su... [Austin & Lilly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Sam 13 Nov - 5:06

    L’avion. Lilly avait toujours détesté ce moyen de transport. Il était trop… haut dans le ciel à son gout. Un seul incident technique pouvait leur couter de se crasher aussi bien dans la mer que sur des habitations. Et ils étaient systématiquement sûrs de pratiquement tous y passer. L’amour. Oui, ce truc là. Vous savez, ça fait faire beaucoup de choses. Conneries, mais pas que. Ca vous rend totalement invulnérable à tout ce qui ne concerne pas la personne que vous aimez. Puisque vous ne jurez plus que par elle, le reste, y comprit vous-même, vous est égal. Vos peurs ? Vous ne connaissez plus le mot « peur ». Sauf peut être lorsqu’il s’agit de la peur de perdre votre bien aimé. Mais à part ça, le néant. Vous êtes plus forts, plus rien ne vous atteint. Même pas l’idée de voler dans le ciel à travers le monde pour aller en Australie. Pourquoi l’Australie ? Parce que votre amour, le seul qui vous rende plus fort et qui vous rende heureuse se trouve là-bas.

    Depuis qu’elle s’était rendu compte de sa –magnifique – erreur, Lilly avait attendu ce jour avec tellement d’impatience qu’au bout de presque un an, lorsque sa mère lui avait tendu le billet pour Sydney, elle avait cru vivre un rêve. « Tiens. Avec ça, tu iras retrouver Austin en Australie. J’espère qu’il te rendra heureuse, et qu’il te pardonnera tes erreurs. » lui avait-elle dit à ce moment là. Oui, elle l’espérait aussi qu’il lui pardonnerait, même si la partie plus compatissante d’elle espérait surtout qu’il l’avait oublié et qu’il se vengerait de ce qu’elle lui avait fait. Elle s’en voulait tellement qu’elle se demandait comme elle avait pu tenir presque un an avec cette honte sur le dos. Elle avait tellement peur de le revoir, malgré une pointe d’excitation, qu’elle ne cessait de pleurer depuis le début de voyage. Elle finit finalement par s’assoupir, mais le cauchemar qu’elle fit lui fit tout de suite regretter de s’être laissée emportée. Pour vous résumer, il lui mettait son poing dans le nez, avant de lui claquer la porte, toujours au nez, et de l’insulter à travers la porte. Elle fut finalement réveillée, en larmes toujours, par une hôtesse qui lui demandait de s’attacher pour l’atterrissage. Lilly jeta un coup d’œil à travers le hublot. Elle ne mit pas plus d’une demi-seconde à reconnaître Sydney. Cette ville aux milles et un souvenir. Elle laissa s’échapper un long soupire lorsque les hôtesses leur dirent qu’ils pouvaient sortir de l’avion. Deux choix s’offraient à elle : soit elle se cachait sous le siège et partait pour le Japon, soit elle descendait et allait se jeter du haut d’un pont. Puis elle songea à ce que sa mère lui avait dit. Elle esquissa un léger sourire et sortit précipitamment de l’appareil, direction les toilettes après avoir trouvé sa valise, histoire de se refaire une beauté. Elle allait se maquiller comme elle avait pour habitude de le faire avant de déménager, car avec ses cheveux devenus roux au lieu de blond, elle voulait mettre toutes ses chances de son côté pour qu’il la reconnaisse. Mais lorsqu’elle se pencha sur le miroir pour admirer les dégâts, elle perdit ce courage qui l’avait fait sortir de l’avion en bousculant tout le monde. Elle avait les yeux explosés et rouges. Le nez rouge aussi. Le maquillage avait coulé, et ses cheveux étaient en bataille. Elle soupira à nouveau, et sortit en trainant des pieds.

    18h15 – La nuit tombait progressivement. Pour se rendre dans le quartier d’Austin, Lilly avait opté pour la marche à pied. Non pas par soucis économique, mais pour retarder l’heure ou elle arriverait devant chez lui. Son cœur battait si fort qu’elle croyait qu’il allait faire exploser sa poitrine. Il faisait assez frais, et elle commençait à avoir froid, mais qu’importe. Elle ne ressentait pas le froid, ni même la fatigue. Elle, tout ce qu’elle ressentait, c’était la peur et l’excitation de revoir Austin. La seule chose qui hantait ses pensées, c’était le soucis de la réaction qu’il aurait en la voyant. Cri ? Insulte ? Violence ? Elle s’attendait à tout sauf au meilleur. Elle se hachait le cœur, mais n’avait l’impression de ne mériter que ça.

    19h30 – Elle était là. Sa maison. Austin. Il était là, il y avait de la lumière dans sa chambre. Elle fut prise d’une vague de larmes, et alla s’asseoir sur le bord du trottoir pour essayer de criser en silence, sa valise comme seule compagne. Elle ferma les yeux. Cet endroit lui rappelait tant de souvenirs. Les courses à vélo, les gamelles dues aux courses, les jeux de ballon, leurs discussions lorsqu’ils rentraient de l’école pour aller chez lui… Ils en avaient vécu des choses ici. Elle resta à pleurer dans ses mains pendant une quinzaine de minutes, avant de se calmer peu à peu. Elle voulait le revoir, l’entendre. Qu’importe si elle se faisait jeter, elle ne pouvait pas abandonner si près du but. Elle se leva, porta sa valise pour ne pas qu’il l’entende et décida d’aller dans le jardin se remémorer leurs bons souvenirs ici. S’asseyant contre le mur, elle resta ainsi à contempler le parc de jeu de leur enfance, avant de finalement s’assoupir.

    02h10 –
    Elle fut réveillée par le vibreur de son portable. La fraicheur de la nuit lui avait fait prendre l’humidité, et elle commençait à avoir sérieusement froid. Elle n’avait nulle part ou passer la nuit. Austin était son dernier espoir, aussi bien de vivre, mais de passer une bonne nuit ; ce qui était secondaire en fait. Elle se leva, chercha sa valise et se dirigea vers la porte d’entrée, le plus discrètement possible. La lumière de sa chambre était éteinte. Elle s’en voudrait sans doute, mais au point ou elle en était, elle n’était plus à un remord prêt. Elle posa sa valise, soupira. Sa tête devait faire pitié puisque les larmes recommençaient à couler le long de ses joues. Mais elle devait le faire. Elle le voulait. C’était son dernier espoir d’être heureuse un jour. Elle leva le doigt vers le bouton de la sonnette. « Maintenant ou jamais Lilly.». Elle pressa le bouton. Une sonnerie atroce retentit dans la maison. Lilly commença à sangloter et à trembler comme une feuille, à tel point qu’elle se demandait si elle tiendrait longtemps sur des jambes comme ça. Elle était prête à tomber dans les pommes. Elle se sentait mal, avait envie de vomir. Elle se recula un peu, et vit la lumière de sa chambre qui était allumée. Elle étouffa un sanglot dans un long soupire, et se tint droite devant la porte, tentant d’ignorer son mal être physique et moral. Dans quelques minutes, elle serait fixée quant à son avenir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Sam 13 Nov - 16:52

Avez-vous déjà attendu quelque chose au point de faire les cent pas dans votre chambre ? Avez-vous déjà aimé quelqu'un au point de pleurer car cette personne ne se trouve pas dans vos bras ? Avez-vous déjà pleuré car une personne vous manques affreusement ? Je connais quelqu'un qui a déjà fait tout ça. Austin James Matthew Turner, un garçon tout à fait banal me direz-vous. Musicien, sportif, désespérément et irrémédiablement amoureux d'une jolie fille du prénom de Lilly.

♣ FLASHBACK

« Maman ! - cria une voix forte et impatiente - alors ? » ; la réponse se fit attendre. Quelqu'un descendit les escaliers en courant. Un jeune garçon - d'à peu près dix neuf ans, grand, châtain, mince, musclé et aux yeux marrons - toisait une femme grande, blonde et mince, aux yeux bleus, tout le contraire du jeune homme. Elle afficha un grand sourire et tendit une lettre au garçon. Le visage de celui-ci s'éclaira d'un grand sourire. Sans même dire merci, il monta les escaliers quatre à quatre et s'enferma dans sa chambre, se laissant tomber sur son lit. Il posa enveloppe à côté de lui. Il n'osait pas l'ouvrir. Qu'allait-il découvrir en l'ouvrant ? A chaque fois, c'était la même appréhension. Le jeune homme inspira un grand et ouvrit l'enveloppe pour en extirper une lettre. Il ferma les yeux puis finalement - prenant son courage à deux mains - ouvrit la lettre. Son visage qui - quelques secondes auparavant - était illuminé d'un sourire se transforma très vite. A ce moment précis, on aurait pu croire à des larmes de joie. Si seulement.

« Cher Austin,

C'est fini.

Lilly. »


Les larmes coulèrent. Beaucoup plus qu'auparavant. Austin relu la lettre une nouvelle fois. Il ferma les yeux et la relu. Non. Elle... elle n'avait pas fait ça. Le jeune homme se leva et ferma sa porte à clef. C'était une erreur, sans aucun doute... Bien sûr que non. Mais il ne pouvait s'empêcher d'espérer que c'était une simple petite erreur. Non. Sa petite amie - ou plutôt son ex-petite amie - s'appelait Lilly. Lui, Austin. C'était son adresse sur l'enveloppe. Aucune erreur n'était possible. Se laissant tomber sur son lit, continuant de pleurer, il essayait de l'effacer. Effacer de sa vie, cette petite aux cheveux blonds et ondulés. Cette adolescente au teint pâle et au regard plein de compassion. Cette adulte aux yeux embués de larmes. Ce bonheur de dix ans qu'il avait vécu en étant son ami. Ce bonheur de cinq ans en étant son petit ami. Austin jeta un coup d'œil à la photo qui se trouvait sur sa table de nuit. Il renifla bruyamment, essuya une larme qui tentait de se démarquer des autres et prit la photo. Il la contempla quelques secondes puis regarda au dos : "L & A. Je t'aime." ; c'était son écriture. Ses mots. Ses "je t'aime". Il avait l'impression que plus rien ne serait comme avant, désormais. La joie l'avait quitté. La tristesse l'envahissait au fur et à mesure que les minutes passaient. Pourquoi ? Elle ne l'aimait plus alors ? La distance avait fini par remporter cette bataille... et même la guerre... L'envie de sauter par la fenêtre se faisait de plus en plus grande. Mais pour tout avouer, il n'avait pas le courage de se lever. Après quelques secondes d'hésitation, il tenta l'impossible : se lever et ouvrir la porte. Son courage fut très vite anéantit quand son regard croisa la photo. Deux adolescents. Un garçon plutôt grand et châtain tenant la main d'une fille blonde et souriante. Il s'allongea sur son lit, photo en main. Il contempla la jeune fille. Passa un doigt sur son visage. Laissant couler quelques larmes sur le cadre. « Je t'aime... pour toujours... » ; les sanglots reprirent.

FIN ♣

Austin était là. Assit, dans le noir, à regarder cette photo, jaunit par le temps. Voilà un an qu'elle l'avait quitté. La tristesse était toujours la même. Non. Elle était beaucoup plus présente ces derniers temps. Le jeune homme soupira et posa la photo sur sa table de chevet. Il retira son tee-shirt qu'il envoya on ne sait trop où. Il s'allongea, prenant soin de se couvrir avec la couette et observa la photo, allongé. Et comme chaque soir, depuis qu'elle l'avait quitté, il murmura un "je t'aime" suivit de quelques sanglots. Alors qu'il allait s'endormir, une sonnerie retentit dans toute la maison. Le jeune homme prit son portable - posé à côté de la photo - et regarda l'heure. 2h14. Qui vient sonner à deux heures du matin ? Austin bailla et se leva, oubliant totalement qu'il était en boxer. Heureusement que sa mère n'était pas là. Elle aurait encore pesté. Il ne put s'empêcher de réprimer un sourire en imaginant sa mère, entrain de jurer contre l'étranger. Après avoir descendu les escaliers, il entra dans le hall et se dirigea vers la porte. Ses yeux étaient rouges, il faudrait être bête pour ne pas voir qu'il avait pleuré. Il ouvrit la porte. Il se figea, toisant l'inconnue. Après quelques secondes. Il la reconnu ; « Li... - des larmes coulèrent le long de ses joues, la voix saccadée par quelques sanglots - Lilly... ? ». C'était elle. Elle était là, devant lui. Elle avait l'air d'avoir pleuré. Austin s'approcha d'elle et la prit dans ses bras, oubliant totalement qu'il faisait froid dehors et qu'il était en boxer. L'important, c'était elle. La prendre dans ses bras. Il en avait rêvé. A ce moment précis, il était prêt à tout lui pardonner. Quand on aime, on pardonne tout. Son cœur battait si vite qu'il avait l'impression qu'il pouvait s'envoler à chaque instant. Austin pleura à nouveau. Peut-être de joie, pour une fois... Il l'aimait. Et ne comptait pas la laisser filer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Sam 13 Nov - 17:45

    Les minutes qui suivirent furent les plus longues de sa vie. Jamais Lilly n’avait été autant stressée. Elle regrettait d’avoir sonné. Non seulement elle allait le réveiller, mais en plus, elle allait revoir Austin après l’avoir quitté sans raisons un an auparavant. Elle cru qu’il ne viendrait jamais. Elle ne cessait de pleurer en silence, ses joues trempées par ses larmes de peur et tristesse mélangés. Elle guettait le moindre bruit provenant de l’extérieur. Pas de cris de protestations ; sa mère n’était donc pas là. Elle l’avait suffisamment côtoyée pour savoir que si un inconnu venait sonner à 2h15 chez eux, elle râlerait. Un léger sourire accrocha ses lèvres en repensant à la vie qu’elle avait eut ici avant de partir. Mais ce sourire ne s’éternisa pas. Les larmes l’empêchait de rester, certes, mais c’était surtout qu’elle avait entendu du bruit dans les escaliers. Ce ne pouvait être qu’Austin. Il allait ouvrir. Il avait entendu la sonnerie. Elle se mordit la lèvre pour éviter de sangloter trop bruyamment. Le bruit de la serrure. Une dizaine de larmes d’un coup. Le bruit de la clenche qu’on abaisse. Encore des larmes, et un cœur qui rate des battements. La porte qui s’entrouvre, pour laisser peu à peu son ex petit ami apparaître. La première chose qu’elle remarqua ne fut pas qu’il était en boxer ; même si cette image lui rappela de nombreux bons souvenirs. Non, la chose qui la frappait chez lui, c’était ses yeux rouges. Et les larmes qui commençaient à s’en échapper. Il ne l’avait pas oublié visiblement. Et la partie qui avait souhaité qu’il l’ait fait sauta totalement, écrasée par le soulagement qu’elle ressentit en réalisant qu’il l’aimait toujours. Sa voix lorsqu’il prononça son prénom la fit frissonner de haut en bas. C’est à ce moment là qu’elle se rendit compte qu’elle n’aurait jamais du revenir. Qu’il ne la méritait pas le moindre du monde, et qu’elle aurait du le laisser l’oublier, la laissant mourir rongée par le remord. Elle ne méritait rien de plus.

    Et surtout pas qu’il ne s’approche d’elle pour la prendre dans ses bras. Exactement le contraire de ce qu’il venait de faire. Elle se sentit bizarre lorsqu’elle le sentit très près d’elle, et cru qu’elle allait se trouver mal. Elle voulait le prendre dans ses bras, faire comme si elle n’avait rien fait. Mais elle n’y arrivait pas. Elle était bloquée, figée, lui la serrant dans ses bras. Il aurait pu avoir l’impression de serrer dans ses bras une statue de marbre. Incapable de bouger, figée par la peur. Le visage crispé. Les seules choses vivantes en elle était les larmes et la respiration lente et difficile. Elle avait affreusement mal au cœur. Le remord qui se vengeait et voulait lui faire regretter à vie ses actes envers Austin. Il ne voulait pas qu’elle soit heureuse. Il l’empêchait de réagir au toucher de son amoureux, refusait qu’elle bouge les bras pour les passer autour de lui. Elle était incapable de prononcer le moindre mot. Les excuses ? Elle ne s’excuserait jamais assez de fois pour mériter d’être pardonnée. Lui dire qu’elle l’aimait ? Elle le pensait, certes, mais après ce qu’elle lui avait fait, ne pourrait jamais lui dire une chose pareille. Trop peur qu’il ne la croit pas, qu’il ne lui fasse plus confiance. Qu’il lui réponde que lui ne l’aimait plus. Elle n’était capable de rien. Hormis de pleurer. Son sur épaule à lui. Elle avait du mal à respirer tant elle retenait ses sanglots. Elle tenta de blottir sa tête dans son cou, et inspira profondément. Cette odeur, elle n’avait jamais pu l’oublier. Comment oublier l’odeur de l’homme de sa vie ? C’était impossible. Les minutes passaient. Elle ne cessait pas de pleurer, bien au contraire. Prise d’un élan de courage, elle passa un bras dans son dos, qu’elle remarqua nu. Elle avait oublié qu’il était en boxer. Un sourire tenta une percée entre deux sanglots, sans succès. Elle se contenta donc de se blottir contre lui, trempant son cou et ses épaules de larmes. Elle s’occuperait de ce problème plus tard. Elle n’arrivait pas à arrêter de pleurer de toute manière.

    La manière dont elle l’avait laissé lui traversa à nouveau l’esprit. Prise de faiblesse, elle s’appuya un peu contre lui pour s’empêcher de tomber. Les sanglots lui coupaient la respiration. Elle s’en voulait tellement, et regrettait tellement ce qu’elle avait fait. « C’est finit ». Ce n’est pas une manière de dire à son petit ami qu’on le quitte. Et quitter l’homme de sa vie, ce n’est pas le meilleur moyen pour être sûre de passer sa vie avec. Elle voulait s’excuser, mais les mots s’emmêlaient aux sanglots. Elle tira sur ses manches, se blottit plus encore contre lui et passa son second bras plus bas dans son dos cette fois ci. Un an. Comment avait-elle pu tenir un an ? Et lui, comment pouvait-il encore l’aimer, se souvenir d’elle un an après l’avoir quitté comme une lâche ? S’il acceptait de lui pardonner un jour, elle était sûre d’une chose : que plus jamais elle ne le laisserait tomber. Que sa jalousie ne ferait qu’augmenter et que la moindre minute sans lui serait insupportable. Elle ne pouvait pas vivre sans lui, et elle n’avait jamais pu, contrairement à ce qu’elle avait cru pendant une journée.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 21 Nov - 20:29

Un an. En une étreinte, elle venait d'effacer un an de souffrance. En un regard, elle lui avait redonné goût à la vie. Mais que ferait-elle en un baiser ? Des miracles, sans aucuns doutes. Quel était ce sentiment ? Cette chaleur qui s'étendait le long de son corps ? C'était comme si il venait de boire de l'alcool. Non, c'était différent. Austin avait l'impression que plus rien ne pouvait l'atteindre, que son cœur venait de cicatriser. C'est fou ce que l'amour peut faire. Redonner espoir à ceux qui n'en ont plus. Redonner le sourire à ceux qui l'ont perdu. Redonner goût à la vie à ceux qui n'y croyaient plus. Lorsqu'elle passa un bras dans son dos, il frissonna légèrement. Puis, quand son deuxième bras vint à rejoindre l'autre, le frisson fut encore plus grand. Une question se mit alors à tourner dans la tête du jeune homme : « M'aime-t-elle encore ? ». Peut-être n'était-elle venue qu'en amie ? Non. Pourquoi pleurait-elle ? Le manque ? Peut-être. Non. Austin voulait croire en son amour. Il voulait croire qu'elle l'aimait encore. A l'instant où son regard s'était posé sur Lilly , il lui avait pardonné. Comment avait-il pu tenir aussi longtemps à ses envies ? L'envie de la serrer contre lui, de l'embrasse, de lui dire « je t'aime », l'envie d'elle... Il comptait bien se rattraper. Et si elle ne voulait plus de lui. Si tout ça n'était qu'amical, il ferait tout pour qu'elle tombe amoureuse de lui... Même si il devait la supplier. Quitte à mourir de tristesse. Après tout, combien de fois avait-il frôlé la mort depuis un an ? La vie sans elle lui avait paru si... inimaginable. Lorsqu'elle l'avait quitté, son monde s'était écroulé. Son cœur s'était cassé en million de petits morceaux. Lui avait-il réellement pardonné ? Il est vrai qu'une petite partie de lui avait du mal. Mais bon, elle, on s'en fout. Nahmého. Finalement, Austin mit fin à l'étreinte sans pour autant être à dix mètres d'elle. De toute façon, c'était impossible.Il ne pourrait pas être loin d'elle ne serait-ce que quelques secondes. Non. Elle lui avait trop manqué pour ça. Il voulait retrouver la sensation qu'il éprouvait lorsqu'il l'effleurait, la toucher... Une sensation indescriptible. Quelque chose qui ressemble à de la joie, à du bonheur. Mais voilà longtemps qu'il ne connaissait plus ça... Depuis combien de temps avait-il arrêté de sourire ? De rire ? Depuis combien de temps pleurait-il après des souvenirs ? Un an. Tout pile. Nuits et jours. 365 jours de supplice. Environ 8766 heures de souffrances. Environ 525 600 minutes d'agonie. Environ 31622400 secondes de silence et de larmes. Les secondes étaient passés comme des minutes, les minutes comme des jours, les jours comme des mois, les mois comme des années... Il avait toujours su que sans elle, sa vie n'aurait plus aucun sens. Il avait toujours su qu'il perdrait tous ses repères. Sa vie, avant elle, n'avait jamais eu de but. Comme un aveugle sans son chien, il avançait. Et un jour, il retrouva la vue. Pour la reperdre, un peu après. Non, décidément, il ne voulait plus être aveugle, il voulait rester lui-même. Il voulait voir. Il voulait avoir un but dans la vie. Et elle pouvait l'aider. Elle était pour lui. Elle ne devait plus le laisser, plus jamais. Son absence avait été trop longue. Austin voulait retrouver son bonheur. Sa vie. Elle. Final l'ement, il se rapprocha à nouveau d'elle. Un petit sourire sur les lèvres. Il prit ses mains et enlaça ses doigts avec les siens. Finalement, après un petit moment d'hésitation, craignant se faire rejeter, il l'embrassa. Tendrement. Doucement. Ce manque avait été si intenable... Cette sensation de bonheur, il venait de la retrouver...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 12 Déc - 16:24

    Mais, que faisait-il ? Le voir s’éloigner un peu d’elle, ne plus le sentir contre elle, mais quel supplice. Elle avait cru l’espace d’un instant qu’il allait partir, lui fermer la porte au nez et la laisser là, en larmes devant la porte de sa maison. Elle le fixait, la tête baissée de honte. Si elle avait pu, elle se serait craché au visage tellement elle se dégoutait. Quand elle le regardait, et qu’elle voyait ses yeux rouges explosés, signe qu’il avait pleuré, elle s’en voulait tellement qu’elle en avait mal au cœur et qu’elle avait envie de vomir. Elle se dégoutait profondément de l’avoir fait souffrir, et ne méritait aucunement qu’il l’accueille comme il le faisait. Non mais, la prendre dans ses bras alors qu’elle l’avait quitté un an auparavant, comme une trainée. Elle ne méritait pas tout ça, il ne méritait pas un millième de ce qu’elle était. Elle songea que peut être, quand il se serait remis de son retour et qu’il aurait réfléchi à ce qu’elle avait fait, il la laisserait à son tour, guidé par la haine. Elle espérait pour lui qu’il cesserait de l’aimer un jour. Peut être était-il entrain de réfléchir à ses sentiments envers elle d’ailleurs. Elle ignorait depuis combien de temps qu’il avait mit fin à l’étreinte, mais pour elle, ce laps de temps ressembla plus à des heures entières. Il la regardait. Leur regard se croisaient d’ailleurs, mais jamais bien longtemps. Elle ne supportait pas la vision de la souffrance dans ses yeux rouges, alors elle le déviait dès qu’elle le croisait. Elle ne cessait de sangloter depuis qu’elle avait sonné. Quelque chose tapait dans sa tête, et elle ne se sentait pas tellement bien, mais elle tentait de ne pas le montrer. Les larmes coulaient à flot, et tout ce qu’elle voulait, c’était lui dire « je t’aime, et pardonne moi, je t’en supplie ». Mais elle le connaissait, et elle savait que les mots n’étaient rien à ses yeux. Ou du moins, c’était une excuse qu’elle se disait pour ne pas prendre le risque de savoir qu’il lui en voulait à mort. Ce qu’elle appréhendait, c’était de partir dans une tirade d’excuse, et que juste à la fin, il lui dise qu’il lui en voulait à mort et qu’il ne voulait plus d’elle. Son pire cauchemar. L’idée de savoir qu’il lui en voulait surement la fit repartir dans une vague de sanglots qu’elle ne parvenait pas à contrôler. Elle se serait bien approchée de lui pour le reprendre dans ses bras mais, tout comme les excuses, elle n’y parvenait pas. Qu’importe puisque après ce qui lui sembla être des heures entières, il s’approcha enfin d’elle, lui prenant la main pour enlacer leurs doigts. Un frisson la parcourut de haut en bas. Elle n’eut pas le temps de se rendre compte de ce qu’il se passait qu’il l’embrassa. Tendrement, doucement, comme il avait toujours eut pour habitude de faire. Un nouveau frisson la traversa, et ce baiser l’apaisa. Son esprit était vide, elle ne pensait plus qu’à l’instant présent. Les sanglots s’évadèrent, seules les larmes continuèrent de couler. Elle y répondit avec la même tendresse, comme si ce baiser était leur premier, ou leur dernier. Ce qui d’un sens était presque le cas. C’était le premier de leurs retrouvailles, et le dernier de cette période de souffrance.

    Légèrement calmée, elle parvint à se rapprocher un peu de lui pour passer une main sur sa joue, l’effleurer avec ses doigts et se remémorer la forme de son visage. Elle mit fin au baiser mais conserva ses yeux fermés et la faible distance qui séparait leurs lèvres. Elle pouvait sentir son souffle, sa respiration, et ce truc qu’il dégageait, qui faisait qu’il était lui. Elle resta immobile, sans creuser la faible distance qui les séparait. Ses larmes lui chatouillaient le visage. Elle déposa tendrement ses lèvres sur celles de l’homme de sa vie, puis sur sa joue, avant se poser sa tête sur son épaule, sa main glissant délicatement jusque son torse où elle s’arrêta, les yeux toujours fermés.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 26 Déc - 5:04

Il ne lui avait jamais pardonné quoi que ce soit. Pourquoi pardonner lorsque c'est inutile ? Pour pardonner, il faut en vouloir à la personne, seulement, ce n'était pas le cas. Austin n'en avait jamais voulu à sa chère et tendre. Jamais. Bon, d'accord, peut-être quelques secondes... ou minutes. Qu'importe. L'important était que sa haine était disparue pour laisser place à des larmes, des sanglots et un nez qui coule.

Elle répondit à son baiser. Il sentit son cœur battre un peu plus vite, une sensation - qu'il croyait oubliée à tout jamais - refit surface. Le jeune garçon frissonna. Sa rupture avec Lilly l'avait privé de tellement de choses : du bonheur, de la joie mais aussi de son regard, de son sourire, de ses mots, de ses "je t'aime" qui font tellement de bien, de sa voix, de ses baisers, de ses mains, de ses yeux, de son visage, de ses paroles rassurantes après un cauchemar. Elle. Simplement elle. Oui, il en était sûr. Il n'aimait qu'elle, elle et encore elle. Pour la vie. Pour l'éternité. Et je crois savoir qu'elle est plutôt longue, l'éternité. Jamais il ne cesserait de l'aimer, jamais. Ses sentiments - et il avait déjà testé - augmenteraient de jour en jour. Quoi qu'il arrive. Austin ne voyait plus que par elle. Il ne vivait plus que pour elle, il l'avait toujours fait, pourquoi arrêter ? Lorsque ses doigts effleurèrent sa joue avec une douceur qu'il croyait ne jamais ressentir à nouveau, il se sentit au Paradis. Avec son ange. Personnel. Si si si.

Non. Non. Non et non, ce n'était pas acceptable. Elle mit fin au baiser. Non, il ne voulait pas. Le jeune garçon voulait l'embrasser, encore et encore et encore. Histoire de rattraper le temps perdu, vous voyez quoi ? C'est pour cette raison qu'il fut à moitié rassuré lorsqu'elle posa ses lèvres sur les siennes. Puis sur sa joue. Les frissons le parcoururent à nouveau. Il esquissa un petit sourire. Mais la réalité le rattrapa très vite. Peut-être était-ce un baiser d'au revoir. Peut-être allait le quitter, encore. Peut-être voulait-elle faire ça dans les règles, en face de lui, rattrapant son erreur passée ! Non. Il ne la laisserait pas partir. Malgré lui, les larmes coulèrent à nouveau. En plus d'être faible, il pleurait pour un rien, enfin... « Non. - dit-il d'une voix rauque. - Jure moi que tu ne me quitteras plus... Plus jamais... » dit-il entre quelques sanglots. Elle n'avait pas le droit. Non, ce n'était pas dans ses droits. Il hésita un moment. « Je t'aime... » ; voilà, c'était dit. Il frissonna à nouveau mais pas à cause d'une surdose de bonheur. Non, il faisait juste froid.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Ven 14 Jan - 22:22

    La tête blottie dans son cou, Lilly ne bougeait plus. Non, elle ne l'avait pas vu depuis un an, il était hors de question qu'elle bouge de là. Le sentir contre elle, ses bras autour d'elle.. elle avait oublié à quel point cela pouvait être agréable. Oh, elle avait de nombreuses fois imaginé ce qu'elle avait pu ressentir, mais maintenant qu'elle y était, elle se rendait compte que son imagination était totalement à côté de la plaque. Vous savez, c'est frustrant d'avoir envie de prendre dans vos bras l'homme de votre vie sans y pouvoir, parce qu'il est loin, très loin de vous, et que la téléportation n'existe pas. Surtout quand on s'appelle Lilly et qu'on a été la pire des idiotes en le quittant comme une garce. Je peux vous assurer qu'elle s'en voulait à mort de ce qu'elle lui avait fait, et que jamais elle ne se le pardonnerait. Elle estimait ne pas mériter l'accueil que lui avait réservé Austin – ce que je peux parfaitement comprendre après tout – mais elle n'allait pas s'en plaindre. Elle verrait par la suite s'il lui en voulait ou pas, et s'il voulait vraiment toujours d'elle. Mais en fait, elle n'eut pas le temps d'attendre qu'ils soient remis de leurs retrouvailles et qu'ils soient posés quelque part. En effet, elle sentait quelque chose de mouillé tomber sur ses joues à elle, et elle ne tarda pas à comprendre qu'il pleurait. Elle décida de le laisser pleurer un peu – car après tout, pleurer, c'est le meilleur moyen pour se défouler – et comptait le consoler quelques secondes après. Le sentir pleurer lui faisait mal comme jamais elle n'avait eut mal. Lorsqu'elle l'avait quitté, elle ne s'était pas imaginé qu'il pourrait pleurer. Elle avait été égoïste. Si elle avait su que cela lui ferait autant de mal, à lui comme à elle, elle se serait abstenue. Mais qu'importe, il était trop tard. Elle allait redresser la tête en remontant sa main posée sur ton torse, lorsqu'il parla. Elle aurait pu lui répondre. Lui dire qu'elle lui jurait de ne plus jamais le quitter, lui répondre qu'elle l'aimait aussi, pour toujours. Mais non. Oh, elle aurait pu le faire vous savez. Mais les larmes coulèrent de plus en plus nombreuses sur ses joues, et elle eut la sensation d'un poignard dans le cœur. Le voir pleurer, et l'entendre dire ce genre de truc après ce qu'il s'était passé entre eux, ça faisait beaucoup pour son pauvre petit cœur fragile. Elle ne préférait pas imaginer ce que ça avait fait pour un cœur comme celui d'Austin.

    A la place de répondre, ça seule envie fut de l'embrasser. Tendrement vous savez, en glissant sa main sur sa nuque, puis sur sa joue pour empêcher les larmes de couler. Elle avait l'impression de n'avoir jamais échangé un baiser aussi tendre avec Austin, ni avec personne d'autre d'ailleurs. Il faut dire qu'avec lui, elle avait eut l'impression que toutes leurs expériences étaient nouvelles; que ce soit un baiser ou plus si affinités. Elle prolongea le baiser de façon à le rendre le plus tendre possible – D'ailleurs, même Austin devait être étonné de la tendresse du baiser – puis y mit progressivement et très lentement fin, ce qui trahissait bien son envie de le prolonger encore. Mais elle le connaissait, elle devait lui répondre, sinon il croirait des choses pas possibles. Même s'il fallait admettre que le baiser avait du lui donner une idée des réponses qu'elle lui donnerait. Elle colla doucement son front au sien, laissant ses yeux fermés et ne creusant pas la faible distance qui séparaient leurs lèvres. Elle pouvait sentir son souffle sur son visage. Elle inspira un petit coup pour retenir le flot de larmes qui coulait sur ses joues et les nombreux sanglots qui viendraient les déranger. « Non mon amour, plus jamais je ne ferais cette erreur.. Je peux te le jurer. On ne quitte pas l'homme de sa vie tu sais, encore moins quand on l'aime comme moi je t'aime.. » Elle déposa un baiser sur ses lèvres, toujours tendrement, pour conclure sa promesse, et y mit fin en laissant leurs lèvres proches au point de presque se toucher, encore plus que précédemment. « Je t'aime moi aussi mon coeur.. Pardonne moi, s'il te plait.. » Mais en fait, elle n'attendit pas qu'il lui pardonne – ou pas d'ailleurs. Elle enchaina sa réponse par un baiser tendre, comme tout à l'heure, sa main toujours sur sa joue avec de temps en temps un doigt qui balayait les larmes qui coulaient, si elle coulaient. Elle en profita pour se rapprocher un peu de lui, mais remarqua qu'il avait froid. Comment ? Elle avait froid et était habillée. Il était en boxer, au même endroit qu'elle, c'était à dire dehors. Elle glissa la main qui était dans son dos pour aller enlacer leurs doigts, et, après avoir prolongé le baiser, y mit à nouveau fin. Elle rouvrit ses yeux, le fixa du mieux qu'elle pu sans chercher à cacher ses yeux rouges explosés par les larmes, et recula son visage lentement, laissant sa seconde main sur sa joue. « Tu devrais rentrer mon amour. Rentre, je reviendrai demain, je peux te le jurer. ». Elle ne s'attendait pas tellement à ce qu'ils passent la nuit ensemble en fait, même si au fond, elle espérait bien ce que ça serait le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 16 Jan - 14:11

Si elle savait. Si elle savait tout ce qu'il avait à lui dire. Lui répéter sans cesse : je t'aime, je t'aime et je t'aimerais toujours. Mais il ne le ferait pas. Il avait bien trop peur qu'elle s'en lasse et qu'elle décide de le quitter, à nouveau. Non, plus jamais. Elle lui avait juré. Seulement, il avait toujours autant peur. Peut-être qu'elle en aurait marre, un jour ou l'autre... Mon Dieu. Non, elle n'avait plus le droit ! Il ne pourrait pas lui pardonner éternellement. Avait-elle eu quelqu'un d'autre après son départ ? Avait-elle aimé quelqu'un d'autre ? C'était possible... mais au fond de lui, il espérait que ça ne soit pas le cas. L’idée qu’elle ait pu se blottir dans les bras d’un autre, qu’elle ait posé ses lèvres sur celles d’un autre… Non. Il ne pouvait pas se faire à cette idée. Seulement, il n’osait pas lui poser la question. Malgré sa curiosité, il se retint. L’idée d’évoquer une autre histoire que la leur lui faisait trop mal. Pour la première fois depuis un an, il avait cessé de pleurer. Il était trop heureux. Pour une fois, il était presque sûr d’avoir retrouvé son cœur… et en entier cette fois-ci. Lorsqu’elle lui dit qu’il ferait mieux de rentrer et qu’elle reviendrait le lendemain, il retint un petit rire. Pardon ? Elle croyait FRANCHEMENT qu’il allait la laisser partir ? Après un an de séparation ? C’est qu’elle était drôle. Non. Plus jamais elle ne partirait. Plus jamais il ne passerait une nuit sans elle, i-m-p-o-s-s-i-b-l-e. Il ne voulait plus quitter ses bras, non, plus jamais. Austin esquissa un grand sourire. Un sourire qui voulait tout dire. Tant pis pour elle si elle n’avait pas de traducteur. Il remonta sa main sur la sienne, celle qui était sur sa joue. Il la regardait tendrement, toujours avec son petit sourire. C’est vrai qu’il faisait particulièrement froid. En même temps, torse nu… il ne fallait pas s’attendre à autre chose. Mais il était tellement bien qu’il serait bien resté ici, toute la nuit. Mais dans un lit, il faut l’avouer, c’est beaucoup mieux. A deux, surtout.

« Comme si j’allais te laisser partir. Un an qu’on ne s’est pas vu. Un an que je ne t’ai pas serré dans mes bras, un an que je n’ai pas passé une nuit avec toi. Crois-tu, franchement, qu’après autant de temps, je vais te laisser partir ? » dit-il, toujours son petit sourire sur les lèvres.

Il l’aimait tellement. Finalement, il prit sa main et recula pour la faire entrer, un peu de force. En fait, il était gelé et, la connaissant, elle devait avoir froid, elle aussi. Il la reprit dans ses bras, avec la ferme intention de ne plus la lâcher. Plus jamais. Enfin, peut-être qu’il la laisserait respirer… de temps en temps. Finalement, après un moment, il l’embrassa. Le plus tendrement possible. Fermant les yeux. Il repensa à ces retrouvailles un peu… bizarre. Il faut dire que, à peine arrivé, elle le retrouvait à boxer. M’enfin ! Tant pis pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 16 Jan - 14:54

    Le sourire qu'il afficha lui fit peur. Le fait de s'inquiéter pour lui était si comique ? Ou alors son conseil était bête. Ce qui, vu sa réaction, semblait être la réponse la plus plausible. Un frisson la parcourut lorsqu'il passa sa main sur la sienne. Plus les minutes passaient, plus elle regrettait. Non pas de l'avoir retrouvé, mais au contraire, de l'avoir laissé. Elle se sentait si bien avec lui. Il avait forcément fallut que la distance vienne lui mettre le doute. L'avait-il fait souffrir ? Vu sa réponse, elle songea que oui. Pouf, quelques larmes tombèrent à nouveau, rien qu'à l'idée de penser qu'elle l'avait fait souffrir. Elle mourrait d'envie de se mettre à genoux devant lui en lâchant tout ce qu'elle avait à dire, pour qu'il ait pitié d'elle et qu'il accepte de la pardonner. Ce qu'elle avait à lui dire ? Qu'elle était affreusement désolée, qu'elle s'en voulait à mort et qu'elle avait conscience que ça avait été la pire erreur de sa vie, et qu'elle préférait mourir que refaire une ânerie pareille. Qu'elle n'était rien sans lui, et qu'elle ne voulait plus jamais qu'ils soient séparés car elle ne le supporterait pas. Qu'elle l'aimait plus que tout au monde, et à jamais. Mais elle avait trop peur de sa réaction, alors elle ne voulait pas. Elle ferma un millième de seconde les yeux, inspira un grand coup et plongea son regard au sol. « J'avais espéré que tu dirais ça.. » fit-elle tout bas, de peur de dire quelque chose qu'il ne fallait pas. Elle aurait voulu retourner dans ses bras pour ne plus jamais les quitter, mais elle n'en eut pas le temps, puisqu'elle se retrouva trainée de force dans la maison. Elle attrapa sa valise au passage, qu'elle éjecta à l'arrache dans l'entrée, la faisant tomber en même temps. Mais son regard n'était plongé que dans celui d'Austin, nul part ailleurs. Il faudrait d'ailleurs qu'elle songe à arrêter de pleurer. Il venait de l'inviter chez lui, et lui avait dit qu'il ne la laisserait plus jamais partir. Que demander de plus ? Lilly, la fille trop sensible.

    Elle allait baisser la tête, quand il l'embrassa. Tendrement, comme toujours. Ah, bon. Elle n'allait pas s'en plaindre, au contraire. Elle répondit à son baiser avec la même tendresse et en passant une main dans son dos pour qu'elle la plus proche possible de lui, ce qui ne faisait pas grand chose avec son manteau qui les séparait. Son autre main glissa sur son torse pour remonter un peu, sans mettre fin au baiser. Ils étaient tout de même mieux à l'intérieur, et elle sentait bien qu'il avait froid, lorsqu'elle le touchait avec ses mains. Elle prolongea encore un peu le baiser, avant d'y mettre fin. « Tu m'as tellement manqué … » osa-t-elle chuchoter sans reculer son visage. Elle l'embrassa à nouveau sur les lèvres, avant de l'embrasser sur le coin des lèvres, sur la joue, non loin de l'oreille puis dans le cou, une fois. Elle n'avait jamais oublié qu'il aimait ça. Quant à sa main, elle était à nouveau remontée jusque sa joue – sale réflexe de quand ils sortaient déjà ensembles. Elle se rapprocha un peu plus de lui. Elle se réjouissait rien qu'à l'idée qu'elle allait dormir avec lui. Dormir dans ses bras, en sécurité. Comme dans le livre qu'elle avait lu, l'histoire d'un jeune couple que la mort avait failli séparer, si la jeune rescapée n'avait pas tout fait pour retrouver son bien aimé, quand ils dormaient ensemble pour la première fois. Elle alla l'embrasser une dernière fois, avant de blottir sa tête dans son cou et de fermer les yeux, pour sécher en cachette les dernières larmes qui coulaient de ses yeux. Elle en essuya quelques unes de revers de la main, avant de la passer dans son cou à lui. Elle était bien incapable de lui dire ce qu'elle avait envie de lui dire : « Je t'aime. ».
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 16 Jan - 17:40

Il était tellement bien. Là, dans ses bras. Plus rien ne pouvait gâcher leur bonheur, plus rien. Il ne la laisserait plus partir. Non, la distance avait fait trop de dégâts comme ça. Qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer, ce n'est pas un amour qui ne dure que quelques mois, que quelques jours... non, c'était beaucoup plus que ça. Un amour éternel. Un amour dont on ne connaît pas la fin, enfin, si : jamais. Il ne voulait plus être loin d'elle, de ses bras, plus jamais. Ce genre d'amour, on ne le vit qu'une fois dans vie et on est sur de ne jamais l'oublier. On ne peut pas effacer ce genre de chose même si c'est ce que l'on veut. Non, les souvenirs restent présents. Encore et encore. Dans chaque gestes quotidiens, dans chaque pensées, ils reviennent. Austin l'avait vécu. La sensation d'être oublié, la sensation d'être perdu, il ne la connaissait que trop bien. Dans les secondes où Lilly l'avait quitté, plus rien n'avait compté pour lui. Peu à peu, il s'était noyé. Il perdait espoir. Plus jamais il ne pourrait la revoir. Il se contentait d'observer une photo d'elle. Et chaque soir, avant de dormir, il murmurait un "je t'aime" dont il n'attendait aucune réponse. Comme si les photos pouvaient parler... ce serait tellement bien... mais non. Elle n'avait fournit aucune réponse. Juste un sourire figé. Ce sourire qui lui avait tant manqué, il pouvait désormais le retrouver. Le matin, quand il se lèverait, il pourrait l'observer. Son sourire, ses mots, son visage, sa peau... tout lui avait manqué. Ses lèvres aussi. Ainsi que ses bras. Oh oui, ça lui avait tellement manqué. Comment peut-on aimer une personne à ce point ? Il savait une chose, si elle venait à le quitter, à nouveau, il n'aurait plus rien à faire ici. Si elle savait ce qu'il avait pu faire lorsqu'elle l'avait quitté, elle s'en voudrait encore plus. C'est pour ça que jamais il ne lui dirait, jamais. Elle, son premier amour, celle qu'il n'a absolument pas envie de faire souffrir. Jamais. Est-ce possible de s'attacher autant à quelqu'un ? Oui. Austin s'était attaché à elle en un rien de temps. Quand ils étaient enfants, c'était le bonheur assuré... quand ils étaient adolescents, le bonheur était toujours présent. Les ennuis venaient parfois mais c'était rare. Bon sang, qu'est-ce qu'il pouvait l'aimer. D'un amour qui n'aspire qu'à être éternel. Lui pardonner ? A la seconde où il l'avait vu, tout avait été pardonné. Tout. Pourquoi ? Peut-être parce qu'il l'aime... non, c'est sûr, parce qu'il l'aime. Comme un fou. Et encore, c'est faible comme mot ; "Je t'aime, je t'aime, je t'aime et je t'aime encore et encore, plus que tout au monde, si tu savais à quel point je peux t'aimer. Ne me quitte plus, ne me laisse plus, je ne survivrais pas sans toi. Tu es tout pour moi, j'ai besoin de toi pour vivre, pour avancer, tu es celle qui fait battre mon cœur, la seule et l'unique. S'il te plaît, je t'aime, ne me laisse plus." , voilà ce qu'il voulait lui dire. Même si les mots ne sortaient pas, il le pensait. Peut-être ne le saurait-elle jamais mais à quoi bon ? Elle savait qu'il l'aimait, pourquoi avait-elle besoin des détails ? Il est vrai que ça peut renforcer l'amour qu'on a pour une personne. Seulement, maintenant, tout de suite, il n'avait absolument pas envie de partir. Il voulait juste la regarder, en silence, l'embrasser, la prendre dans ses bras, transmettre son amour par des gestes. Lorsqu'elle lui dit qu'il lui avait manqué, il réprima un petit sourire. Elle lui avait manqué aussi. Tellement. Bon sang... Elle l'embrassa sur les lèvres, sur le coin, près de l'oreille puis dans le cou. Ah, le point faible. Il frissonna au contact de ses lèvres sur sa peau et esquissa un petit sourire. Finalement, elle l'embrassa une dernière fois puis blottit la tête dans son cou. Austin était bien, heureux. Son amour de sa vie. « Mon ange... - commença-t-il avant de l'embrasser dans le cou, à son tour. - je t'aime tant. - il n'avait pas oublié les surnoms qu'il lui donnait avant. - J'ai besoin de toi. Pour avancer. Pour vivre. Ne me quitte plus... je t'aime bien trop pour le supporter à nouveau... » finit-il. Il ne pleurait plus, sa voix était douce, pas de sanglots pour la perturber. Quand on est heureux, plus rien ne compte que la raison de notre bonheur. Il glissa une main dans son dos et la laissa glisser jusqu'à sa nuque, un petit sourire aux lèvres. Il s'écarta un peu pour qu'elle relève la tête et lorsqu'elle le fit, il se rapprocha à nouveau d'elle et l'embrassa tendrement avant d'y mettre fin et de l'embrasse sur la joue, sur le coin des lèvres, près de l'oreille pour lui chuchoter un "je t'aime" avant de l'embrasser dans le cou et de ne plus bouger. Plus rien ne pourrait gâcher leur bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 16 Jan - 21:59

    Ses lèvres dans son cou. Ses baisers. Elle avait oublié à quel point c'était agréable. Elle esquissa un grand sourire, qui disparu vite lorsqu'il commença à lui dire ce qu'il devait avoir sur le cœur. Elle ferma les yeux et soupira légèrement, non pas par ennui mais pas désespoir. Sa connerie à elle la désespérait, mais qu'importe. Elle n'eut pas le temps de répondre que déjà il se reculait. Belle feinte pour pouvoir l'embrasser. Elle répondit à son baiser avec la même tendresse, mais fut contrariée qu'il y mette si rapidement fin. Heureusement pour lui, il ne tarda pas à se faire pardonner avec un baiser dans le cou. Un frisson la parcourut de haut en bas, accompagné d'un grand sourire et d'un petit bruit. De satisfaction ? De plaisir ? A vous de voir, mais songez qu'il est possible que ce soit les deux. Elle rougit et cacha aussitôt sa tête dans son cou pour se cacher. Trahie par elle-même. Son « je t'aime » la fit sourire, comme s'il venait de lui dire pour la première fois. « Je t'aime moi aussi mon amour. Et crois moi, je ne ferais plus jamais cette erreur. Jamais. » Elle passa ses deux mains dans son dos et se blottit contre lui, avant d'avoir une bouffée de chaleur. Ah, oui, elle était habillée, ELLE. Elle déposa quelques baisers dans son cou, avant de se décoller de lui et de se reculer. Elle n'aimait pas tellement l'idée, ni même la sensation de ne pas être dans ses bras, mais elle n'avait pas le choix. Elle n'allait tout de même pas dormir avec un manteau et un jean, si ? Elle resta face à lui, et enleva son manteau qu'elle lança sur sa valise avant se revenir se blottir contre lui. Ah, c'était de suite mieux de le sentir un peu plus contre elle. Elle caressa sa joue avec ses doigts, tout en lui souriant. Elle venait de redécouvrir le vrai bonheur, ce qui était autre chose que l'artificiel qu'elle avait connu avant de regretter d'avoir quitté Austin. Elle réapprit avec détails les trais de son visage qu'elle avait réussi, par je ne sais quel malheur, à oublier, avant d'aller déposer ses lèvres sur celles de son amoureux, toujours avec tendresse. Elle approfondit un peu le baiser, mais y mit rapidement fin pour aller l'embrasser à nouveau sur le coin des lèvres, sur la joue, puis non loin de l'oreille. « Tu dois avoir froid, habillé comme ça. » lui chuchota-t-elle avant d'aller l'embrasser plusieurs fois d'affilés dans le cou, ses mains, enfin le bout de ses doigts se baladant dans son dos de haut en bas. Après un an sans l'avoir vu, et des retrouvailles en boxer, - pour lui-, vous pourriez comprendre qu'il lui fasse légèrement un peu d'effet non ? Mais là encore, elle ne s'attendait pas à un « plus si affinités » après ce qu'elle lui avait fait et après l'avoir laissé sans nouvelles pendant un an. Non, elle voulait juste... profiter de lui au maximum, rattraper le temps perdu. Elle arrêta ses baisers assez rapidement, laissant sa tête blottie dans son cou, se ré-imprégnant ainsi de son odeur. C'est dans ce genre de moment où tout est si calme, et pourtant si parfait, qu'on se rend compte à quel point on peut aimer une personne. « Mon coeur... elle marqua un temps d'arrêt, pour lui laisser le temps de réagir. Je t'aime vraiment tu sais, vraiment... Je n'ai jamais voulu te faire souffrir, et je ne veux plus jamais que ça se reproduise... Sa voix était, contrairement à il y avait cinq minutes, beaucoup plus posée, bien qu'encore un peu tremblante. Je t'aime.. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Dim 16 Jan - 23:25

Comment trois mots peuvent-ils faire autant plaisir ? Austin ne le savait pas et, pour tout dire, il s'en foutait royalement. Tout ce qui important c'est qu'elle l'aimait et que, lui aussi, il l'aimait. Oh et ça, pour l'aimer. Le mieux - après le "je t'aime", bien entendu - c'est quand, un peu avant, elle l'avait embrassé dans le cou, plusieurs fois d'affilées. Lilly avait toujours eu ce petit côté sadique quand il s'agissait d'embêter son petit ami. Et, généralement, elle réussissait parfaitement. Il était tellement bien, ici, maintenant, avec elle. « Moi aussi je t'aime mon ange... - répondit-il en souriant - vraiment, tu sais. » ; sincère, lui ? Bien entendu ! Comme jamais. Il aimait bien l'avoir contre lui, oui, beaucoup. Il n'avait qu'une envie : dormir dans ses bras. Mais pour dormir - ce dont, je dois vous l'avouer, il n'avait pas envie - il faudrait être dans un lit ! Donc, dans une chambre. Sa chambre ! Qui se trouve au premier étage. Comment monter là-haut tout en restant collé ? Le grand mystère de la vie. Autre mystère : comment ne pas avoir froid lorsqu'on est en boxer et qu'on revient de l'extérieur ? Réponse : avoir sa petite amie dans ses bras ! Ça marche très bien. D'après Austin. Finalement, après quelques secondes d'hésitations, le jeune garçon s'écarta légèrement de... de sa petite amie. Il esquissa un petit sourire très discret imita un bâillement. Sachant qu'il n'était pas DU TOUT fatigué. En fait, il avait juste envie de se retrouver allongé, dans les bras de sa chérie. Est-ce trop demandé ? Non. Pas du tout. « On s'occupera de ta valise demain - dit-il en souriant, toujours - d'accord ? » ; et sans lui demander son avis, il la traina dans les escaliers en la prenant par la main. A vrai dire, il ne lui laissait pas le choix. Arrivé dans le couloir, une envie plutôt... étrange, celle de la plaquer doucement contre le mur et de l'embrasser. Et c'est ce qu'il fit. Pourtant, il aurait pu le faire dans sa chambre sachant que la porte était à côté... mais non. Il glissa ses mains dans son dos. Il mit fin au baiser et l'embrassa sur la joue puis près de l'oreille et il lui chuchota quelque chose que vous ne saurez pas ! « Je trouve ça dégueulasse. - dit-il en la réembrassant près de l'oreille - Tu es trop habillée. » ; hohé, chut. Je vous vois venir. Non, ils dormiront sagement. Comme tous les gens qui sortent ensemble et qui viennent de se retrouver après un an de séparation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Lun 17 Jan - 0:03

    Alors là, elle était aux anges. Il venait de la trainer à l'étage, et si elle se souvenait bien, non loin de sa chambre. Ainsi donc, ils avaient eu la même envie. Celle de dormir ensemble, sagement, comme un bon petit couple, évidemment. Vous vous attendiez à quoi d'autre ? Austin et Lilly avaient toujours été ce genre de couple à sans cesse se chercher, notamment sur ce genre de chose. Ne croyez pas qu'ils ne pensaient qu'à ça, pas du tout. Ils aimaient juste se montrer qu'ils s'aiment. Mais alors qu'ils arrivaient non loin de sa chambre, elle n'eut pas le temps de dire ouf qu'elle se retrouva plaquée doucement contre le mur, les mains de son petit ami dans son dos, ses baisers passant de ses lèvres à sa joue, jusque près de l'oreille. De nombreux frissons la parcoururent de haut en bas, et elle ne pu s'empêcher de lâcher un petit bruit. Ah, oui, il lui faisait de l'effet. Surtout en boxer, contre elle, et avec ses lèvres qui se baladaient un peu partout. Elle passa à son tour ses mains dans son dos, faisant des allers et retours de haut en bas, lentement. Un long sourire s'étira à sa remarque. Oui, en effet, elle était beaucoup plus habillée que lui. Elle le reconnu bien à travers ses paroles. Il savait quoi dire pour lui faire de l'effet, et pour lui faire comprendre ce dont il avait envie. Ce qui tombait plutôt bien pour le coup, puisqu'elle avait elle aussi envie de lui. Elle approcha sa bouche de son oreille. « Tu as qu'à y remédier... » lui répondit-elle en chuchotant. Elle esquissa un nouveau sourire et lui prit la main en le forçant à la suivre jusque la chambre, qui se trouvait à deux pas de là en fait. Elle y entra rapidement et attira doucement Austin contre elle, passant à nouveau ses mains dans son dos et l'embrassant tendrement, ne lui laissant pas le temps de répliquer. Elle était heureuse de le sentir contre elle, et de voir qu'il n'avait pas changé sur ce point là. Elle passa une de ses mains devant, sur son torse et mit fin au baiser, pour aller déposer ses lèvres dans son cou, là encore plusieurs fois d'affilés. Elle avait un bon souvenir de cet endroit, et de ce qu'il faisait à Austin. Elle déposa un baiser non loin de l'oreille. « Je t'aime mon coeur... » lui chuchota-t-elle, avant d'aller l'embrasser tendrement, mais trahissant, s'il avait le bon traducteur, ses envies.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Sam 22 Jan - 16:00

« Tu as qu’à y remédier… » ; Austin frissonna. S’il traduisait bien, elle avait envie de lui ? Ce qui suivit confirma ses doutes. Elle l’entraîna jusque dans sa chambre qu’elle n’avait – apparemment – pas oublié et l’attira doucement vers elle. Lorsqu’elle passa ses mains dans son dos, le jeune garçon frissonna à nouveau. Lorsqu’elle l’embrassa tendrement, il sentit son cœur exploser. Pas de malheur mais plutôt de bonheur. Oui, il était heureux avec elle. Pour la première fois depuis un an. Il répondit à son baiser, avec la même tendresse. Lorsqu’elle mit fin au baiser, il fut légèrement déçu mais sa déception ne dura pas longtemps. Lorsqu’elle passa une main sur son torse et qu’elle l’embrassa dans le cou, il ne put retenir un petit bruit bizarre et aigu. Overdose de bonheur ? Oui, on va appeler ça comme ça. Lorsqu’elle mit fin à ses baisers, il lâcha un bruit de mécontentement qu’il essaya de retenir au maximum. « Je t’aime mon cœur… » ; Pardonnée. Elle l’embrassa tendrement. Doublement pardonnée. Triplement même ! Peut-être quadruplement. A voir. Il sourit contre ses lèvres et répondit à son baiser, avec la même tendresse. Il l’aimait. Il avait envie d’elle. Non, c’était bien plus que ça. Pas une simple envie. Le jeune garçon avait envie de lui prouver qu’il l’aimait. Pas seulement à travers des mots, des baisers… Non, avec des gestes aussi. Des gestes plus précis, plus doux, plus tendres qui traduisent des envies… différentes. Après quelques secondes qui passèrent beaucoup trop vite, Austin mit fin au baiser et observa Lilly. Voilà bien longtemps qu’ils ne s’étaient pas retrouvés dans la même chambre, entrain de s’embrasser. Finalement, le jeune garçon passa ses mains dans le dos de sa petite amie, sous son haut plus exactement. Il balada ses doigts, de haut en bas en l’embrassant dans le cou, sur la joue, près de l’oreille pour aller lui murmurer qu’il l’aimait aussi, très fort. Finalement, il descendit à nouveau ses baisers jusque dans son cou, lentement, doucement.

Il l’embrassa plusieurs fois dans le cou, le plus doucement possible. Ses baisers remontèrent jusque son oreille et il esquissa un petit sourire qui trahissait ses envies et son bonheur. « Pour être heureux, je n’ai besoin que de toi – dit-il en gardant son petit sourire – de tes je t’aime, de tes baisers, de tes bras, de tes caresses, de ta voix, de ton visage… – oui, effectivement, ça ressemblait à une déclaration d’amour. C’en était une. Une toute petite – Je t’aime tant. » ; Il était tellement heureux en ce moment même qu’il venait d’oublier une année de douleur et de pleurs. Comme quoi, l’amour a vraiment des pouvoirs magiques. Sans lui laisser le temps de répondre, il alla l’embrassa sur le coin de lèvres avant de l’embrasser tendrement puis avec un peu plus de passion au fur et à mesure… Mais maintenant, l’heure n’était plus aux paroles. Non, il avait décidé de ne plus la laisser parler. Il la trouvait vraiment trop habillée. Il remonta doucement ses mains pour remonter un peu son haut. Toujours les mains dans son dos, il la fit reculer jusqu’au lit et lorsqu’elle s’étala sur celui-ci, Austin "tomba" sur elle, sans l’écraser, bien entendu. « Maintenant, je ne te laisse plus partir. De toute façon, tu n’as plus tellement le choix… » fit-il en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Sam 22 Jan - 21:20

    Bon sang ce qu'elle pouvait être bien là, dans ses bras, avec le loisir de balader ses mains partout ou elle voulait sur Austin, ainsi que ses lèvres. A ce moment, elle était sûre de deux choses : que le quitter avait été la pire des idées qu'elle avait pu avoir de toute sa vie, et qu'il était le seul qui puisse la rendre autant heureuse. Que jamais plus elle ne le quitterait, ne serait-ce qu'une nuit. Lorsqu'elle sentit ses mains glisser sous son tee shirt, dans son dos, son cœur explosa dans sa poitrine, rependant une vague de frissons de haut en bas. Un long sourire s'étira sur ses lèvres, et elle se souvint qu'il avait toujours eut cette sale manie d'avoir les mains froides, même si elle n'était pas mieux. Elle se rapprocha un peu plus de lui par réflexe, surtout lorsqu'elle sentait qu'il allait de haut en bas avec ses doigts. Il se souvenait d'un de ses points faibles, ahah. Elle ne pu retenir un petit bruit bizarre en sentant ses lèvres aller de ses joues à son cou en passant par non loin de l'oreille. Ses mains froides dans son dos ne la dérangeait plus, puisqu'elle commençait à avoir sérieusement chaud.

    La mini déclaration vint. Feu d'artifice du cœur, il battait tellement vite qu'elle crut bien qu'il allait sortir de sa poitrine pour aller faire la danse de la joie en plein milieu de la chambre, en poussant des petits cris de crise de bonheur aiguë et en sautillant partout. Un long sourire s'étira sur ses lèvres, à défaut de la fuite de son cœur. Elle allait lui répondre lorsqu'il l'embrassa tendrement, mais avec quelque chose en plus de la dernière fois. Ah, oui, de la passion. Comme lorsqu'il avait envie d'elle, avant. Au moins, elle était fixée. Elle répondit avec la même tendresse, puis passion, à son baiser, en bougeant un peu partout ses mains sur lui et en se rapprochant du mieux qu'elle pouvait de lui. L'idée qu'il eut de remonter un peu son haut lui fit le plus grand bien d'ailleurs. Austin et ses gestes calculés, doux et agréables, il n'avait décidément pas changé. Elle s'était toujours estimée heureuse de l'avoir comme petit ami. Fidèle, mignon, voire même très mignon, sincère, doux, attentionné, il avait toutes les qualités du parfait petit ami. Et elle n'avait jamais réussi à comprendre pourquoi il sortait avec elle, et pas avec une fille qui le mériterait. Elle n'avait jamais réussi à se rendre compte de la chance qu'elle avait eut de pouvoir sortir avec lui.. En fait, si. Il y a quelques mois, lorsque, après l'avoir quitté, elle s'était rendue compte qu'après une vie passée avec lui, elle ne pouvait plus le quitter. Elle n'avait jamais aimé quelqu'un d'autre que lui, et elle sentait bien que cela ne pourrait jamais être le cas. Car après tout, perdre une personne pendant un an, tenter de l'oublier durant cette même période, tout le sans y parvenir, cela prouvait bien qu'elle l'aimait non ? Ses amies, lorsqu'elle avait hésité à sortir au tout début, lui avaient dit que ça crevait les yeux qu'il l'aimait, et que c'était réciproque. Elles l'avaient poussé à tenter sa chance, et Lilly n'avait jamais regretté de les avoir écoutées. Elle mourrait d'envie de lui dire qu'elle l'aimait pendant un an complet, sans jamais s'arrêter, pour rattraper le temps qu'elle avait gâché. Mais bon, il lui manquerait trop, alors elle se contenterait, lorsqu'elle retrouverait l'usage de la parole, de quelques « je t'aime » pour rattraper un peu du temps perdu. « On peut considérer que tu seras heureux pour toujours alors » lui répondit-elle enfin, profitant d'un moment ou il ne parlait pas et ou ils ne s'embrassaient pas. « Je t'aime moi aussi mon cœur, tellement.. »

    Finalement, il la fit tomber doucement sur le lit. Elle avait toujours bien aimé cette position, allez savoir pourquoi. Elle lui lança un énorme sourire, qui trahissait bien non seulement ses envies, mais aussi son approbation concernant le fait qu'elle ne partirait plus, ou tout du moins pas sans lui. Elle se mit sur les coudes pour se redresser, et alla l'embrasser tendrement, avec la même passion que tout à l'heure, ou presque. Elle aimait bien l'embrasser, si si. Elle songea qu'il n'était plus beaucoup habillé, et que c'était de la triche. Elle aimait bien lui enlever ses vêtements, mais pour le coup, elle ne pouvait pas faire grand chose. Elle se remit sur le dos, sans les coudes, de façon à ce qu'il la suive sans mettre fin au baiser, et passa ses mains dans son dos. Elle put à nouveau le sentir contre elle et, ô joie. Elle adorait ça. Elle balada une main de haut en bas, comme lorsqu'ils étaient debout, et descendit son autre main jusqu'à l'élastique de son boxer, avec lequel elle joua. Histoire de bien lui faire comprendre ses intentions, mais qu'il faudrait attendre pour qu'elle les fasse, vous voyez. Elle prolongea encore un peu le baiser et finalement, y mit fin pour descendre ses lèvres dans son cou pour y déposer des centaines et des centaines de baisers un peu partout. Juste pour voir s'il était toujours le même sur ce point là, vous voyez.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly] Lun 4 Avr - 21:05

Vous savez, quand on est amoureux, il y a énormément d'envies. Envie de s'embrasser, de se prendre dans les bras, de se câliner... bref, tout ça quoi ! Ça, c'est le genre de truc qu'on peut faire la rue, sous le regard des passants. Ça passe. Au pire, une ou deux trois personnes âgées passent par là et critiquent mais rien de grave. Il y a des envies qui sont moyennes, tu peux les faire mais attends toi à des réactions à du genre : "Il y a des hôtels pour ça !" ou "Oh, lui, il a envie de se la faire." Alors que... il y a d'autres envies qu'on se doit d'éviter de faire en publique. Sauf si vous voulez avoir des problèmes avec vos parents parce que vous vous retrouvez sur un site de cul. Ne me demandez comment vos parents peuvent être au courant, je n'en sais strictement rien. Mais si l'un deux est en manque... non, ok, je me tais. Bref. Ce genre d'envie, il vaut mieux les faire dans un lit (ou sur une table, chacun son trip !). Je vous fais pas un dessin. En clair, Austin aimait Lilly. Et quand on aime, on a envie de la personne qu'on aime (justement) ! Ouais, donc, en fait, il avait envie d'elle et apparemment elle aussi. Tant mieux !

| A finir, promis, je le finis ! |
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Si j'avais su... [Austin & Lilly]

Revenir en haut Aller en bas

Si j'avais su... [Austin & Lilly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMMENCEMENT. :: Corbeille :: RP terminés-