AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mar 23 Nov - 18:09

Derek observait déjà un moment les hommes qui entraient dans le bar, n’osant jusqu’à présent pas vraiment s’en approcher. C’était certainement une mauvaise idée, ce qu’il faisait là. Mais quoi de mieux d’être fixé que d’entrer dans ce bar gay pour être sûr qu’il se faisait des idées ? Après tout… ce n’était pas vraiment son truc. Enfin, c’était dû moins ce qu’il espérait. Peut être devrait-il même reconsidérer la question d’aller voir un psy. Mais avant d’arriver à ça, il préférait encore vérifier certaines choses par lui-même. Et il était sûr que d’entrer là dedans, n’allait absolument rien lui faire, au mieux le dégoûter et alors il en serait certainement des plus heureux. Ce que les gens pouvaient faire de leur vie, il ne s’en mêler pas. Mais lui, il ne voulait pas de ça. Ni être amoureux d’Asthon. Enfin amoureux… éprouver des choses pour son meilleur ami. C’était totalement déplacé. Et heureusement que son ami avait oublié une certaine soirée, où il avait largement dépassé les bornes. Il ne savait même pas ce qui l’avait prit de l’embrasser. Du coup le regard qu’Asthon avait eu sur le moment lui revint bien en mémoire. Rien que pour éviter à nouveau un tel regard de dégoût, il devait absolument se sortir ces choses de la tête et savoir clair et net qu’il n’était pas gay. Car il ne savait absolument comment Ashton y réagirait dessus… et l’idée et le perdre, lui était insupportable. Depuis leur rencontre, en étant petit, ils ne s’étaient jamais quitté… et risquer son amitié pour « ça », il en était hors de question.

Inspirant profondément, il se redressa droit comme un I et s’approcha du bar en question. Le pire c’était tout de même qu’il risquait gros en faisant cette démarche. Car si au lieu d’en ressortir convaincu qu’il n’était pas gay, il en ressortirait avec le contraire ? Oh non, ça ne risquerait pas d’arriver. Derek soupira, s’arrêtant sur le trottoir, n’étant plus sûr de ce qu’il devait faire.

Bon… Derek se remit en marche et fut plus vite à l’intérieure du bâtiment qu’il ne l’aurait cru. Mais au moins, il ne pouvait plus faire marche arrière maintenant. Il alla directement au bar, s’y installé, sans prendre la peine de regarder autour de lui. « Qu’est-ce que je vous sers ? » Il posa les yeux sur le barman un moment puis répondit. « Un gin tonic, s’il vous plaît » Le jeune journaliste tourna alors la tête pour voir un peu de quoi le bar avait l’air. C’était assez plaisant… bonne musique et tout allait sauf qu’il y avait que des hommes. Ah non… y avait aussi des filles à une table plus loin. Soit des lesbiennes, soit des hétéros qui accompagnaient leurs amis gays ici… Allez savoir.

Entendant un verre se poser devant lui, Derek remercia le barman puis prit son verre pour en boire une gorgée. Et maintenant ? Il était là mais ne savait même pas quoi faire. Pendant un moment il se perdit à observer deux hommes jouant au billard. Enfin il observait le jeu et non les hommes. Mais très vite il se rendit compte qu’on pourrait penser qu’il matait les joueurs et détourna vite la tête. Au fond chaque geste pouvait facilement être mal interprété ici. Bref tant que personne ne viendrait lui parler, ça irait. Il commença alors à observer certaines photos sur le mur en face de lui, tout en buvant de temps en temps de son verre.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mar 23 Nov - 20:01

Andrew quitte son poste à un heure presque acceptable, faire trois nuits lui avait octroyé une soirée tranquille, enfin. Et, l'infirmier était bien décidé à la passer dans un bar branché de la capitale où il pourrait boire tranquillement avec ses amis et observer quelques beaux mâles en attendant de trouver une proie pour la nuit. C'est ainsi qu'il se trouva dans un bar gay avec quatre connaissances qu'il avait twitter quelques heures auparavant. Ils s'installèrent à leur place habituel, dans l'alcôve juste à côté du célèbre billard qui était toujours prit d'assaut. Pourquoi célèbre ? Car il avait des entailles sur les rebords, une centaine environ, et ce n'était pas le nombre de parties, mais plutôt pour le nombre de rencontre autour de celui-ci qui avait avait terminé par : « Chez moi ou chez toi ? ». Sully' prit place entre ses camarades,et commanda comme à son habitude, son Red Russian; vodka, liqueur de cerises et liqueur d'abricots. Il commencèrent à parler de tout et de n'importe quoi; le boulot, les futurs sorties, les bon plans, mais surtout des amours. Les amis de Sullivan était comme lui des célibataires et pas près à se caser de si tôt. Alors, que tout le monde semblait se plaindre de cette situation, seul l'infirmier était très heureux de se vanter de sa dernière conquête. Ses camarade s'exclamèrent tous en même temps en essayant de le frapper gentiment

Cela lui faisait du bien de se détendre et de rire, Drew' s'enfonça un peu dans l'énorme canapé commençant à montrer des signes de fatigue de ses dernières nuits blanches. Il écoutait à demi-mot ses camarades qui médisaient et ne pouvait s'empêcher d'observer la foule autour de lui. Il avait l'œil du chasseur c'est vrai, mais il y a avait aussi ce sentiment étrange, avec cette boule au ventre, qu'il allait voir bientôt débouler Braddley. Celui qui l'avait utilisé, puis jeté pour refaire sa vie. L'infirmier à l'abri des regards, ne pu s'empêcher de se faire du mal, sortit son téléphone, et en deux clics il était sur facebook. Il glissa sur le profil de son ex-meilleur ami, pour voir les nouvelles photos de son bébé et de sa femme. « Ils ont l'air si heureux ...», lâcha t-il à haute voix, avant que ses amis ne le questionnèrent sur cette remarque étrange. Il fallait qu'il rebondisse, son regard s'accrocha alors aussitôt sur un homme accoudé au bar, avec ses regards fuyant et ses manières particulièrement. Il le montra en toute discrétion en chuchotant dans l'oreille de son voisin. Celui-ci lui répondit aussitôt. « C'est clair ! Cela doit cogiter fort dans sa tête à celui-là ! Il va peut être exploser ? » Mais Andrew le trouvait tout à fait à son goût, il se leva et se dirigea vers le bar en laissant son cocktail derrière lui. Le garçon se posait très peu de questions, et vivait toujours l'instant présent. Et, de ce qu'il pouvait sentir, l'inconnu semblait chercher des réponses ici, et il était bien décidé à percer ce mystère.

Andrew s'approcha alors de l'homme accoudé à son bar, en pleine observation de photos. C'était l'occasion ou jamais, l'infirmier se faufila sur le côté en frôlant l'épaule du jeune inconnu pour atteindre le bar. Il l'interpella en plongeant ses yeux noisettes sur la photo la plus à droite, tout en la montrant du doigt. « C'était une soirée sympa ! Je suis tout à droite pour information ! Le dingo, torse poil ! là ! » Il prit ensuite place sur le siège à côté, l'air de rien, comme s'ils se connaissaient depuis dix ans. Sullivan n'était pas timide ou farouche pour un sou, surtout quand un garçon lui plaisait. Il regarda le fond du verre du jeune homme à sa droite, et fit signe au barman face à eux. « Brett ! Remet lui la même chose, et je vais t'en prendre un aussi. » Il se tourna vers l'inconnu sans le presser, ni lui mettre une pression particulière malgré la situation. C'était sa technique à lui pour faire connaissance, et surtout montrer qu'il n'avait rien à craindre...en tout cas pas pour l'instant. « Moi, c'est Andrew au faite ! Et si les photos te branchent, c'est tout les jeudi, mais il faudra enlever le haut, hein ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mar 23 Nov - 22:00

Et bien en tout cas, pas de doute on devait pas mal s’amuser ici… Pas qu’on ne s’amusait pas ailleurs, loin de là mais bon. Il ne savait pas vraiment comment ça se passait pour eux. Il n’y connaissait rien après tout en… enfin à ce monde homosexuel. Il avait juste connu une lesbienne très sympa à Londres, mais sans plus. Elle ne passait pas son temps à parler de ça, c’était quelqu’un de tout à fait normal avec des conversations normales. D’un côté qu’est-ce qui était normal ? Derek se chassa tout ça de la tête, ne voulant pas entrer dans un débat mental sur la normalité des choses. Lui-même, tant que ça ne le concernait pas, n’avait jamais eu de problèmes avec les homos. Mais là, ça le concernait et donc… il n’en était pas vraiment ravi. Peut être que s’il aurait su qu’Ashton n’aurait rien contre, que ça n’aurait pas été pareil. Mais ça l’effrayait. Avec la putain d’éducation aux airs de petit prince que le jeune homme avait eu, il était quasi sûr qu’Ashton n’allait pas apprécier. Au grand pire être dégouter et finalement le laisser tomber. Puis y avait tout les autres, même si c’était moins important. Puis si ça se saurait au boulot ? Il commençait juste sa carrière et ça pourrait mettre un frein… Même si on parlait partout de tolérance et tout, il fallait être réaliste. Si on avait un patron homophobe, ça ne passerait pas, c’est tout. Et les collègues… l’harcèlement psychologique ! Y avait tant qui balançait du mauvais côté. Et du bon ? Et bien il n’y en avait pas. Du moins il n’en trouvait pas. C’était sûr que d’aller voir un psy serait pour lui la meilleur des solutions.

Derek sortit de ses pensées en sentant quelque chose lui frôler l’épaule et tourna de suite la tête pour voir ce que c’était. A côté de lui se tenait un jeune homme, sûrement environ de son âge. Il espéra que celui-ci ne passait que par là pour chercher un verre… mais ce ne fut pas le cas.

« C'était une soirée sympa ! Je suis tout à droite pour information ! Le dingo, torse poil ! là ! »

Le journaliste tourna la tête vers la photo qu’on lui désignait et reconnu l’inconnu. Mouais, ils étaient tous torse nu de toute façon…

« Brett ! Remet lui la même chose, et je vais t'en prendre un aussi. »

Hannn, non. Non mais il n’en voulait pas. Enfin pas offert, du moins. Zut, alors. Ce qu’il ne voulait pas, se produisait. Et là, il priait pour que son téléphone vibre, qu’il puisse sortir l’excuse culte ; C’est le boulot, faut que j’y aille. Mais malheureusement, aucun téléphone qui vibrait dans sa poche. Le boulot n’appelait jamais au bon moment de toute façon !

« Moi, c'est Andrew au faite ! Et si les photos te branchent, c'est tout les jeudi, mais il faudra enlever le haut, hein ! »

Les jeudi… Lui, sur une photo ? Fallait pas rêver. Et si un jour, on le reconnaitrait ? Puis fallait être torse nu… Sûrement pas. L’image d’une dizaine d’homme lui sautant dessus, lui vint en tête. Erf, non.

« Derek… et non merci, sans façon »

Il répondit calmement, espérant simplement que la conversation n’allait pas se prolonger. Mais bon, cet Andrew lui offrait un verre et s’asseyait à côté de lui, alors c’était peu probable. Bon allez de toute, il n’était pas intéressé, mais ça l’empêchait pas pour autant de discuter un peu ? Sauf qu’il était tout de même mal à l’aise dans cet endroit et qu’il ne savait pas du tout de quoi parler avec lui. Ça aurait été une fille, alors ça aurait été bien plus simple.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mer 24 Nov - 16:39

C'était assez coutumier de croiser des visages comme ceux de Derek, maintenant qu'il pouvait mettre un nom sur son inconnu. Malgré les progressions dans la société, l'homosexualité n'était pas encore complétement accepté. Si bien sûr, il avait l'hypocrisie ambiante, mais au fond les garçons comme Andrew faisait peur en tout cas s'il décidait de parler de ses préférences sexuelles. Car l'infirmier n'était pas du genre efféminé, à passer des heures devant Sex and the City, et ne connaissait pas la dernière couverture du magazine de Vogue. Sully' aimait la bière, les match de foot américain, pouvait porter le même polo pendant plusieurs jours, et préférait largement les films d'action ou comédie musicale si chère à la communauté gay. Alors, quand des visages un peu austère comme celui de Derek se présentaient, Drew' savait parfaitement ce qu'il venait chercher; des réponses.

Il prit place à côté de lui, et malgré son approche avec sa langue bien pendu, il sentait bien comme un mur infranchissable se déployait tout autour d'eux. Cela aurait pu lui faire peur, mais c'était coutumier chez ces " hommes en recherche de réponses ". Il savait donc que pour détendre son compagnon de bar, il fallait remplir son verre. L'alcool réchauffe les cœurs et délie les langues, c'est bien connu. Il lui offrit un verre sans rien lui demander, car il sentait bien dans son regard fuyant que l'inconnu voulait rester seul. Mais c'était regrettable, car il respirait bien de lui comme une profonde confusion à sa situation. Andrew par son métier, avait une certaine empathie et ne supportait pas de voir quelqu'un souffrir inutilement. En plus, quand le jeune homme était aussi mignon que ce Derek, il allait pas se priver. Et, oui, il ne pouvait s'empêcher en attendant son verre, d'imaginer combien de temps il lui faudrait pour arriver à l'emmener chez lui. Il lui proposa innocemment les rendez-vous du jeudi avant de se faire rabrouer.

« Derek… et non merci, sans façon »

« Je vois...Alors, laisse moi deviner...Ta voiture est tombé mystérieusement en panne et tu te rends compte que maintenant que c'est un bar homo ? Et, là, tu pries pour ton téléphone sonne pour trouver une excuse pour t'en aller ? »

Il lui sourit alors que le barman apporta deux nouveaux verre de gin-tonic. Il n'avait aucune attaque ou défit dans sa voix, juste un léger amusement qu'il voulait communiquer à son compagnon de boisson. Il pensait pas arriver à lui décrocher un sourire, mais cela ne l'empêchait pas de garder son rictus. Car Andrew était un jeune homme toujours souriant, peut être pour cacher ce qu'il avait de casser en lui. Il leva son verre et continua à parler, même si c'était une pure perte.

« Je chauffe ? Alors, je vais te dire quelque chose...Derek. Si tu entres dans un bar gay, cela ne ferra jamais de toi un homo. Par contre, ce que tu peux y faire, c'est autre chose. Alors, à ta santé ! »

Sully' continuait dans sa lancée, observant malgré tout le grand brun. Il parlait librement, mais essayait de percevoir la limite qu'il ne devait pas franchir. Il voulait lui parler pour créer comme un électrochoc, mais ne voulait le pousser dans ses derniers retranchement. Il avala cul-sec son gin-tonic et tapa sur le bord du bar avec son verre quand celui-ci fut vide. L'infirmier tourna ensuite sur son siège mobile, et fit face à la salle, en posant ses coudes sur le comptoir.

« Et, je vais me permettre de te dire autre chose, comme dans tout bars, il y a les chasseurs » Il lui montra du doigt un jeune homme en pleine apnée avec un autre garçon. « Il y a ceux qui viennent oublier, ceux qui viennent s'amuser. » Drew' montra tour à tour des inconnus dans le bar pour illustrer son propos. Puis il se tourna pour finir vers Derek. « Et, il y a ceux qui viennent pour trouver des réponses. Je me trompe ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Jeu 25 Nov - 14:23

Malgré qu’il n’aimerait pas être sur une des photos de ce bar, souvent il avait posé avec Ashton et d’autres amis lors de certaines fêtes. Même s’ils n’étaient pas forcément tous accroché pour varier les personnes, il y avait tout de même certaines où on le voyait dessus. Même plus sur le site internet du bar. Après tout avant, il y passait beaucoup de soirée avec son meilleur ami. Moins, maintenant… Faire la fête à en boire jusqu’à ne plus tenir debout, il n’en faisait plus maintenant. Il en était loin à être devenu rabat-joie, seulement il avait adopté tout simplement un mode de vie plus calme.

« Je vois... {...} Et, là, tu pries pour ton téléphone sonne pour trouver une excuse pour t'en aller ? »

Derek arqua un sourcil en posant son regard sur le jeune homme à côté de lui. Il le trouvait bien présomptueux celui-là. Même s’il n’était certainement pas à sa place, il n’avait nul besoin qu’on le juge ainsi. Derek prit son verre, que le barman venait de déposer devant lui et détourna les yeux, tout de même énervé. Pourtant il se calma vite, car il savait très bien qu’il n’avait pas à laisser passer sa frustration sur Andrew. De toute il aurait largement aimé la version de l’inconnu, que la sienne. Mais ce n’était malheureusement pas le cas, il était bien là pour une raison précise. Du coup, il resta encore silencieux, n’ayant rien à répondre à Andrew.

« Je chauffe ? {...} Alors, à ta santé ! »

Jetant un coup d’œil à l’inconnu, Derek ne réagit pas tout de suite aux paroles de celui-ci. Mais rapidement, il leva sa main pour porter son verre à ses lèvres et en boire le contenu d’une traite. Il se racla la gorge, fixant un point devant lui. Le jeune homme à côté de lui venait de marquer un point… Il était peut être dans ce bar, mais rien n’avait changé d’il y a une demi-heure où il était encore en dehors du bâtiment. Absolument rien ! Au final même de rentrer ici, n’allait rien lui apporter. Il pouvait être bête des fois… Donc il n’avait plus que la solution d’aller bel et bien voir un psy. Il était malade… on n’embrassait langoureusement son meilleur ami, même s’il avait déjà quelques verres d’alcool de passé. Vraiment bien qu’Asthon buvait toujours à peu se rappeler des soirées et que son ami ne gardait aucun souvenir de ce passage. Après tout il avait toujours considérer Ash’ comme son petit frère, auquel il fallait garder un œil dessus pour ne pas en faire trop. Ça avait toujours été une des raisons pour laquelle il ne buvait jamais autant que le jeune homme. Même s’il était à moitié ailleurs, il arrivait tout de même à rentrer le soir avec le jeune homme si jamais ils n’avaient pas de fille dans les bras.

« Et, je vais me permettre de te dire autre chose, comme dans tout bars, il y a les chasseurs. {...} Je me trompe ? »

Derek avait un peu regardé tous ceux qu’Andrew lui montrait. Et pourquoi ça ne le dérangeait pas de voir deux hommes s’embrasser ? D’un côté avant ça n’avait pas été le cas, alors pourquoi ça devrait changer maintenant ?
Trouver des réponses. Oui il en voulait. Simplement une réponse, peu importe laquelle, car il n’arrivait à presque rien faire, à cause de ses pensées saturées de cette situation. Au travail, il commençait même à prendre du retard à rédiger ses articles.

« Peut être… », répondit-il sans poser de suite son regard sur Andrew. Il lâcha alors un soupire inaudible et tourna la tête vers le jeune homme. « Et vous, parmi tout ça, où vous classez-vous ? »

Malgré le fait qu’Andrew l’avait déjà tutoyé, Derek n’avait jamais été du genre à de suite le faire face à des inconnus. Ses grands-parents l’avaient éduqué et c’était bien encré en lui. Il n’avait pas apprit grand-chose de sa mère, mais il ne lui en voulait pas. Après tout, elle avait été jeune et voulait profiter de la vie. S’il aurait été pareil qu’elle, il aurait déjà eu un gosse de 8 ans dans les bras. D’un côté… même si avant il n’aurait pas voulu, a y penser maintenant, ça ne l’aurait pas dérangé. Surtout que le fait de trouver une femme et de se marier pour fonder une famille, s’éloigner de plus en plus….

Bref, Andrew, en était déjà sur des photos ici, devait être un habitué de ce bar. Derek regarda un peu autour de lui. Malgré l’endroit, l’ambiance était bien sympa…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Jeu 25 Nov - 20:29

Il avait toujours plusieurs manières pour mettre un homme dans son lit pour le jeune infirmier, surtout quand on se considère comme un "chasseur". Dans le cas présent avec Derek, il avait plusieurs options d'approches, d'abord l'empathie et beaucoup d'alcool; le faire boire plus que de raisons jusqu'à atteindre son objectif en accusant l'alcool le lendemain. Il avait ensuite la carte du mensonge; jouer l'ami d'un soir, installer la confiance, pour enfin provoquer la confusion et ainsi mettre l'homme dans son lit même si c'était pour subir les insultes après l'acte charnel. Mais Sully' en observant son compagnon assit devant son verre, n'avait pas dans l'idée d'utiliser ses méthodes. Il n'y avait pas stratèges compliqués chez lui, il était toujours franc du collier, car premièrement il était très imbu de lui même, surtout quand il s'agissait de ses conquêtes. Et, deuxièmement, pour lui c'était comme tricher, car comme un coureur de fond : On ne se doit pas d'emprunter les raccourcies si on veut conquérir la médaille d'or. Il était donc clair pour le néo-zélandais que s'il mettait Derek dans son lit, cela serait sans artifices et poudre de perlimpinpin; juste avec son charme, ses lèvres et son corps de rêve - complètement imbu de lui même, vraiment -

Andy regarda son inconnu siroter son verre, alors qu'il déblatérait sur les différents groupes visibles ce soir autour d'eux. Il n'était pas du genre à aimer mettre les gens dans une case, mais il voulait expliquer par là et peut être faire réaliser au grand brun qu'il avait une aura toute particulière. C'est peut-être ce qu'il lui avait plu ? Tout cela aussi pour aider la conversation, car Derek avait beau afficher ce visage fermé, prêt à mordre celui qui viendrait empiéter sur son territoire. Pour l'infirmier cela ne marchait pas, on vient dans un bar car on a besoin de quelque chose, ceux qui cherchent la solitude, s'enferment chez eux avec leurs bouteilles. Et, ce soir Andrew se sentait l'âme charitable, car on souffre tous d'une manière ou d'une autre. Alors avoir une oreille attentive, et être "Humain", étaient les qualités du jeune infirmier. Il attendait donc cette possibilité en reprenant place devant le barman, et s'apprêtant à déposer ses coudes sur le comptoir.

« Peut être… » {...} « Et vous, parmi tout ça, où vous classez-vous ? »

Stupide moment de profond humiliation que ce "Vous", son coude droit loupant le comptoir dans la confusion de se prendre vingt-ans dans les dents. Drew' ne vouvoyant que les personnes d'un certain âges et il ne pensait pas paraître si vieux. Le moment humiliant continua alors que dans l'inertie de sa perte d'équilibre à cause de son coude, il dégringola de son siège. Un léger BOUM ! puis il se releva presque aussitôt, n'ayant attiré que quelques regards dans la salle, sans compter ses amis qui ne l'avaient pas quittés.

« Pardon, c'est le Vous qui m'a... »
lança-t-il à lui même, avant de grimper à nouveau sur son siège l'air de rien. Il fit craquer sa nuque et montra son verre vide au barman. La main sur le comptoir, il plongea une main dans le bol de cacahouètes devant lui, et se décida à répondre. « Moi ? Je me rangerais dans les chasseurs ! Mais tu...Vous n'avez rien à craindre. Je ne chasse que les personnes consentantes ou qui me plaisent. »

Il n'allait quand même pas lui dire qu'il lui plaisait, psychologie inversé ? Peut-être ? Il laissa quelques instants Derek pour se concentrer sur le nouveau serveur, Michel, qui venait de lui remplir un nouveau verre d'alcool. Pour un infirmier, c'était clairement pas bon pour son foie mais il savait tenir l'alcool. Andrew fit un signe au nouveau barman et se pencha en avant sur le comptoir pour lui dire ses quelques mots. « Hey, Michel ! Tu peux rassurer ta sœur, les résultats de l'angio-scanner de ton neveu sont nickels. Ils sont sortit tout à l'heure...» Michel, une grande armoire à glace sembla soudainement assez émotif, et serra la main d'Andrew de manière assez virile. L'infirmier sembla soudainement gêné de cette réaction, il n'avait rien fait, juste se rappeler que les résultats étaient sortit tout à l'heure et qu'il pouvait rassurer quelqu'un. Il était temps de retourner vers Derek, le verre rempli, Sully' porta son verre à ses lèvres et tourna légèrement la tête, et lacha avec un air faussement d'enfant sage.

« Alors, monsieur ? Qu'avez-vous fait pour vous posez toutes ces questions ? Vous avez couché avec le mari de votre belle-sœur ? Vous avez laissé le sergent-instructeur joué avec po-paul ? Ou le très classique mais indémodable; vous avez embrassé votre meilleur ami après une soirée trop arrosé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Jeu 25 Nov - 21:35

Derek laissa son verre en face de lui, n‘ayant du coup pas plus envie de continuer à boire. Après tout il était là pour essayer avoir des réponses, par pour avoir la gueule de bois le lendemain… et risquer de faire des conneries ce soir. Mais non, sûrement pas. Il allait voir pour rester seulement un peu et après… s’en aller. Après tout Andrew l’avait bien souligné, le fait d’entrer ici ne donnait pas de réponses. Car il savait… soit il tirait un trait sur tout ça et se faisait soigner, soit il risquerait plus, dans le genre « faut essayer pour avoir la réponse », mais là il n’était pas prêt à le faire. Ni n’en avait envie… Mais ne serait-ce pas un moyen vraiment rapide, radical, à savoir si oui ou non quelque chose avait changé en lui ?

Pourtant il sortit de ses pensées en entendant un bruit. Se redressant légèrement, il regarda à côté de lui et… mais où… Voyant s’agiter plus bas, Derek baissa la tête et vit Andrew se relever rapidement.

« Qu’est-ce que… », Commença-t-il doucement, mais s’arrêta.

« Pardon, c'est le Vous qui m'a... »

Le Vous ? Oh… C’était bien la première fois qu’on réagissait ainsi devant lui face à un vouvoiement. Etait-ce si terrible ? Il avait pour habitude de vouvoyer les inconnus, peu importe l’âge. Chez lui c’était tout à fait automatique… fallait un peu de temps pour changer. Bref, de toute façon peu importe, car il doutait qu’il allait revoir ce jeune homme à nouveau.

Bon Andrew avait enfin reprit sa place à côté de lui. Pourtant du coup, il eut tout de même un léger sourire, voyant qu’il demandait à ce qu’on remplisse son verre.

« Vous êtes sûr qu’il n’est pas mieux d’arrêter de boire pour ce soir ?, » demanda-t-il amusé. Tout de même tomber du siège… fallait y aller fort. Et il avait réussit à ébranler cet inconnu, seulement en disant, Vous.

« Moi ? Je me rangerais dans les chasseurs ! Mais tu...Vous n'avez rien à craindre. Je ne chasse que les personnes consentantes ou qui me plaisent. »

« En voila des mots rassurants… », répondit-il sans grande conviction par contre. Naturellement c’était… enfin peu importe comment c’était, car de toute façon il n’allait pas se faire emmener par qui que ce soit. Même si cette idée, « d’essayer » restait en tête, il n’en serait rien pour ce soir. Et peut être pour toujours… car s’il se trompait, il devrait vivre avec cette soirée et… c’était… bizarre à y penser ainsi. Même si d’accord, personne n’en saurait quelque chose. Pourquoi ne pouvait-il pas simplement retourner comme avant ? La réponse était simple, car il y arrivait plus. Et il n’avait pas envie de se faire passer une troisième fois pour un looser devant une fille et de la voir partir bien plus tôt dans la soirée que voulu…

Voyant qu’Andrew allait échanger des mots avec le barman, Derek détourna la tête, ne voulant en rien s’y immiscer ou entendre ce qui ne le regardait pas. Même si certains potins pouvaient être intéressant, il ne voulait pas commencer à tisser des liens ou a en savoir de trop sur… tout ceci. D’un côté, peut être qu’il ne devrait pas être autant renfermé. S’il aurait connu un gay dans d’autres circonstances, il aurait pu sympathiser sans problème avec. Et là, il aurait plutôt envie de fuir tout ça comme de la peste.

« Alors, monsieur ? Qu'avez-vous fait pour vous posez toutes ces questions ? Vous avez couché avec le mari de votre belle-sœur ? Vous avez laissé le sergent-instructeur joué avec po-paul ? Ou le très classique mais indémodable; vous avez embrassé votre meilleur ami après une soirée trop arrosé ? »

Aux premiers mots, le journaliste quitta la salle des yeux pour tourner son regard à nouveau vers le jeune homme. Et ben… ça va, il n’avait fait rien d’irréparable. Bon dieu… à l’idée d’avoir pu… avec Asthon. Derek avala sa salive et inspira du coup. Et vla ! Il était maudit. Maintenant il avait des images en tête, qu’il avait jusqu’à présent évité d’avoir.

Il se racla la gorge et hocha de la tête. Embrasser le meilleur ami, était-ce donc si commun ?

« Le dernier… mais vu que c’est si commun, ça veut dire que je m’en suis fais pour rien. Vu que le concerné ne se rappelle de rien, je n’ai plus qu’à oublier tout ça et passer à autre chose, n’est-ce pas ? »

Qu’Andrew dise oui et il pourrait s’en aller tout de suite. Après tout, toutes ses questions étaient peut être juste du au choc de la grosse bêtise qu’il avait fait. Ou qu’il y donnait bien plus d’importance que nécessaire. Même s’il restait la question de son problème avec les filles, c’était tout autant dû à tout ce stress qu’il s’infligeait lui-même. Et ben voila. Au fond, c’était simple, il trouvait des réponses tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Ven 26 Nov - 16:18

« Qu’est-ce que… »

Il ne lui laissa même pas le temps de terminer sa phrase, que l'infirmier reprit sa place comme un lutin qui sort de sa boîte. Il scruta un instant son partenaire de boisson, pour lui, ils avaient quasiment le même âge, peut-être que ce Derek était plus âgé ? Peut être pas ? Alors, ce vouvoiement avait clairement du mal à passer. Mais il n'allait pas s'arrêter là, Drew' était bien décidé à connaître mieux le grand brun, et comme tout "chasseur", il faut parfois plusieurs tentatives dans une course pour arriver à attraper sa proie. Au moins, son compagnon avait fait sourire, alors qu'il recommanda un verre au barman.

« Vous êtes sûr qu’il n’est pas mieux d’arrêter de boire pour ce soir ? »


« Non ! J'ai du glisser... » souffla t-il en se raclant la gorge. Puis il pouffa légèrement de rire en repensant à sa chute. Pour reprendre plus calmement par la suite. « Je vous rassure, je ne suis pas là pour me saouler, juste un ou deux verre, et j'irais dîner je pense. » dit-il en regardant Derek avec toujours son grand sourire.

Puis arriva le sujet épineux de répondre sans langue de bois à la grande question; est-ce que Derek avait des raisons d'avoir peur ce soir ? Pour l'infirmier, à le voir, il ne pensait ni avoir la force de l'emmener dans son lit si celui-ci ne le voulait pas. Il sentait une forte personnalité, mais cela ne l'inquiétait pas. Il était tellement confiant en lui même, par contre c'est la suite qui l'inquiéta quelques instants, et surtout cette phrase.

« En voila des mots rassurants… »

Drew' ne savait que répondre, et se pinça légèrement les lèvres pour couvrir son manque de repartie. Il se concentra bientôt sur un barman, pour lui donner des nouvelles de son neveu, mais dans sa tête il était toujours auprès de Derek. Il sentait un profond malaise, une sorte de phase dépressionnaire; comme quelqu'un de perdu sous la pluie battante et qui cherchait son chemin. C'est pour cela que même lors de sa discussion avec Michel, il ne pouvait s'empêcher de jeter des petits coups d'œils sur sa nouvelle connaissance. Il ressentait ce sentiment si fort d'être rejeté, non par méchanceté, mais juste par peur, que tout son être lui criait de laisser tranquille le grand brun. Mais, ce n'était pas son genre de laisser quelqu'un sur le bord de "La route des interrogations", même si c'était un inconnu. Alors une fois son verre plein à nouveau, il se décida à reprendre les armes.

« Alors, monsieur ? Qu'avez-vous fait pour vous posez toutes ces questions ? {...} Ou le très classique mais indémodable; vous avez embrassé votre meilleur ami après une soirée trop arrosé ? » termina t-il de dire en baignant ses lèvres sur le coin de son verre.

C'était du bluff, une tentative du garçon, et en observant les réactions de Derek, il senti qu'il avait touché un point du problème. Le hochement de tête était significative. Lequel ? Il ne savait pas encore, mais espérait que le jeune homme pourrait l'éclairer. Après tout, il est toujours plus facile de parler avec un inconnu, qu'on ne reverra surement jamais.

« Le dernier… {...} je n’ai plus qu’à oublier tout ça et passer à autre chose, n’est-ce pas ? »

Sully' aurait voulu lui sourire, mais il n'en trouva pas la force. Il baissa son verre pour plonger son regard dans les glaçons, qu'il s'amusa à faire tourner dans le liquide qu'il avait à peine entamé. C'était triste cette histoire, c'était comme avoir devant soi un petit garçon qui voulait qu'on lui rassure sur l'existence du père noël. Mais par son métier, il savait que le mensonge n'amenait jamais à la guérison. Andrew, toujours son verre en main, posa un coude sur le comptoir et se pencha légèrement vers Derek.

« Vous pouvez...Mais en tout cas dans mon exemple des actes classiques, je parlais moi, des premiers pas vers la découverte d'une homosexualité refoulé, voir peut-être d'une bisexualité...Le trouble que vous ressentez et qui vous affecte, ne partira pas comme cela... » dit-il d'une voix peu gêné de devoir faire ce constat.

Il posa son verre, alors qu'il sentit qu'on l'appelait derrière son épaule. Ses amis devaient attendre son retour. Sully' se tourna rapidement vers eux, pour leur faire un petit signe pour les calmer. Il ne voulait clairement pas laisser Derek comme cela, mais il sentait bien qu'il serait peut-être encore tôt pour qu'il puisse s'ouvrir à lui.

« Je peux me tromper, après tout, nous sommes tous différent. Et, je ne vous connais pas, et je connais pas votre histoire, donc je ne peux pas vous rassurer ou vous inquiéter plus. Maintenant ...» dit-il déposant quelques billets sur le comptoir, de quoi payer leurs verres. Il se gratta le menton, clairement ému par ce que pouvez vivre Derek, mais aussi par l'excitation de la "chasse" et de pouvoir peut-être se mettre un morceau de choix sous la dent. Sully' s'éloigna du comptoir puis fit marche arrière et se permit de juste poser un doigt sur l'épaule du grand brun. « Écoutez ! Vous êtes un inconnu, et je suis inconnu, parfois cela fait du bien de vider son sac. Est-ce que vous avez dîné ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Ven 26 Nov - 18:02

« Non ! J'ai du glisser... Je vous rassure, je ne suis pas là pour me saouler, juste un ou deux verre, et j'irais dîner je pense. »

Moui… glissé. D’un côté le fait qu’Andrew n’était pas là juste pour boire, ça, il y croyait fermement. Après tout, tout chasseur, qui avait en tête de ramener quelqu’un avec lui pour la nuit, n’allait pas se saouler. Les chances d’arriver à ses fins étaient bien minimes sinon. En tout cas, il s’était pas mal calmé depuis son retour de Londres… et il savait également qu’Ashton ne l’appréciait pas autant. Certes avant il avait son compagnon avec qui il pouvait faire les 400 coups, mais maintenant… il avait un travail, les choses étaient différentes. Ashton comprendra peut être une fois que celui-ci en aura fini avec les études.

En tout cas, actuellement, le jeune journaliste réfléchissait plutôt à ce qu’Andrew lui avait dit. Même s’il n’avait pas de réponses à proprement parlé, celui-ci l’avait aidé du fait qu’il ne perde pas son temps sur place à tourner autour du pot. Il était quasi certain qu’il ne revienne plus dans cet endroit… du moins pas tout de suite. Il allait plutôt tenter… de faire une pause. Certes, ce n’était pas encore le temps de prendre des congés, mais il allait peut être bien prendre un peu de distance par rapport à son meilleur ami. Juste quelques jours au début pour voir s’il arriverait à passer à autre chose. Puis, si vraiment ce n’était pas le cas, alors, c’était qu’il y avait plus derrière et il aviserait à ce moment là.

Après tout Ash’ ne se rappelait de rien. Il arrivait bien à garder les choses pour lui, sans trop laisser paraître… mais pour ça il lui semblait visiblement avoir plus de mal. Peut être qu’il irait quelques jours chez sa mère… ça lui changerait certainement les idées.

Derek tapota doucement ses doigts sur le bar, non nerveux d’où il était, mais tout simplement par frustration de sa situation. Naturellement il aurait bien aimé… changer tout ça. Mais il était loin d’être un puissant sorcier à retourner dans le temps. Il jeta un coup d’œil au jeune homme à côté de lui, puis suivit le regard de celui-ci pour observer un moment les glaçons danser dans le gin-tonic. Il écouta les cliquetis des glaçons contre le verre, avant de tourner le regard sur Andrew qui reprit la parole.

« Vous pouvez...{...}Le trouble que vous ressentez et qui vous affecte, ne partira pas comme cela... »

Ah… donc ça ne semblait pas si simple que ça. Ça n’aurait été qu’une bisexualité, alors il aurait pu certainement vivre avec. Mais vu ses petits problèmes récents avec les filles, il avait un tout léger doute. D’un côté ce n’était peut être que temporaire. Et là pour le savoir, il n’avait qu’à tenter à nouveau.

« Je m'en doute bien... ça fait un moment déjà», rajouta-t-il encore dans un souffle plus pour lui même que pour Andrew.

En tout cas, Derek acquiesça de la tête, signe qu’il avait comprit. De toute, ce n’était pas en échangeant que quelques mots, que ça allait changer quoi que ce soit. Là, ce n’était que lui, qui pouvait y faire quelque chose. A savoir s’il pouvait traîner avec Ashton sans penser à vouloir posséder les lèvres de celui-ci.

Derek tourna légèrement la tête, voyant que le jeune homme était attendu par ses amis. Il le retenait en plus… quoi que ce n’était pas lui qui avait entamé la discussion.

« Je peux me tromper, après tout, nous sommes tous différent. Et, je ne vous connais pas, et je connais pas votre histoire, donc je ne peux pas vous rassurer ou vous inquiéter plus. Maintenant ...»

Voyant le jeune homme s’en aller, Derek lâcha un petit « Certes » dans un murmura et soupira en se redressant en posant ses mains sur le bar. Bon… il n’avait plus qu’à partir à son tour, il ne voyait pas en quoi il devait davantage perdre son temps ici. Il allait rentrer, se réchauffer un plat et se mettre devant un bon film. Ça lui suffira largement pour la soirée.
Il s’apprêta à se retourner, quand il sentit qu’on l’aborda à nouveau.

« Écoutez ! Vous êtes un inconnu, et je suis inconnu, parfois cela fait du bien de vider son sac. Est-ce que vous avez dîné ? »

« Euh… non… », répondit-il avant même de réfléchir. Non mais pourquoi… Oh bref peu importe de toute façon. Il n’avait encore rien avalé depuis le midi et puis ça ne le dérangerait pas plus que ça d’être accompagné. Même si en fait il n’était pas sûr de vouloir papoter constamment sur son petit problème… mais il savait qu’il fallait bien passer par là. Puis n’était-ce pas mieux d’avoir l’avis d’un gay, que d’un psy ? De plus c’était gratuit. Mais l’avis n’était peut être pas vraiment neutre… enfin, il n’y perdait rien.

Il tourna alors sur le siège et en descendit. Pourtant Andrew n’était il pas déjà accompagné ?

« Et pour vos amis ? »

Maintenant vu que c’est Andrew qui avait proposé, il supposait que ça ne devait pas trop poser de problème.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Sam 27 Nov - 1:58

C'était une rencontre toute particulière qui se déroulait dans ce bar. Peut-être que si le bar avait été bondé ? Ou si Andrew avait déjà été occupé sur une proie ? Il ne serait pas venu parler à ce Derek qui semblait complétement perdu dans le monde étrange qui était le sien. Mais ce regard pour Sully' il signifiait tellement de choses, car il lui rappelait d'une façon bien douloureuse, Braddley. Son meilleur ami avait eu ce genre de regard quand il lui avait annoncé que c'était terminé entre eux. Cet air de porter le monde sur ses épaules, et d'être complétement torturé de l'intérieur. C'était idiot car l'infirmier n'avait pas trouvé la force de dire quelque chose, et l'avait laissé partir. Car lui faire entendre raison, c'était afficher ses sentiments, et réaliser qu'il l'aimait. Mais ce soir, il trouvait peut-être dans le grand brun à côté la possibilité d'aider à réaliser des choses essentiels dans sa vie future.

Tout ce qu'il avait réussit à lui tirer dans cette conversation, c'est qu'il avait un baiser avec un autre homme, son meilleur ami, et que celui-ci avait tout oublié de cet acte. Il se ressemblait vraiment sans le savoir, Andrew, lui, avait aussi une souffrance sur le choix de Braddley qui lui avait dit sans ménagement : « Il faut oublier pour nous. C'est du passé, un écart de jeunesse...Pour moi en tout cas, tout est oublié ! » et il avait oublié pour devenir père de famille, mais l'infirmier n'oublierait pas. Sully' regardait son verre, puis les doigts agités de Derek, qui attendait sa réponse, à savoir s'il pouvait à son tour tout oublier pour enfin passer à autre chose. Il ne pouvait qu'être franc et direct et annoncer entre deux tintements, dû au choc des glaçons au fond de son verre.

« Vous pouvez...{...}Le trouble que vous ressentez et qui vous affecte, ne partira pas comme cela... »

L'infirmier affichait sa tête qu'il prenait parfois avec certains patients, un visage compatissant, à l'écoute et surtout qui ne jugeait aucunement ce qu'il pourrait lui dire. Il ne connaissait pas la vie du grand brun, et ne se permettrait jamais de le juger. Drew' le regardait, laissant le chasseur derrière lui un instant. Il aurait tout le temps plus tard de sauter sur Derek, pour l'instant il voulait l'écouter, et ne le quittait pas du regard.

« Je m'en doute bien... ça fait un moment déjà »

Il acquiesça de la tête en passant une main sous son menton, montrant qu'il savait très bien ce qu'était le moment " des découvertes ". Cela ne vient pas un matin au réveil à la trentaine passée, mais cela reste parfois endormi chez certains garçons. Drew' aurait voulu continuer cette discussion, mais ses amis devaient impatienter. Car ils l'appelèrent tous à l'unisson, juste un petit signe de la main, il saute de son siège et paye les quelques verre consommés. Le chasseur partirait-il la queue entre les jambes ? Il veut lui offrir avant de partir un petit monologue d'espoir, à savoir que l'infirmier n'avait pas toutes les réponses, et se vit répondre un simple mais intense.

« Certes »

Comment partir après cela ? C'était un abandon, un échec du point de vue du Chasseur, mais aussi du futur médecin. Après tout, il ne savait pas l'état mental de ce Derek, il irait peut être se tirer une balle ou se pendre dans sa salle de bain après ce verre ? Cela peut faire rire, d'en arriver à ses excès pour des problèmes d'identité sexuel. Mais, se comprendre et s'accepter était un chemin long et douloureux. Il ne pouvait donc pas le laisser seul à son comptoir. Sans oublier, que le joueur qu'il était, avait clairement envie de remettre une pièce dans la machine pour retenter de percer cette carapace. Alors, avant que le grand brun décide vraiment de partir. Il se permit de l'aborder une dernière fois.
Mais vous êtes là ! C'est déjà un grand pas, et c'est plutôt sain comme réaction. Et, je me permet de vous dire quelque chose...Quoi qu'il arrive, Vous n'êtes pas malade !

« Écoutez ! Vous êtes un inconnu, et je suis inconnu, parfois cela fait du bien de vider son sac. Est-ce que vous avez dîné ? »

« Euh… non… »

Est-ce qu'il avait trouvé une ouverture grâce au ventre du grand brun ? Il ne fallait pas plus au Chasseur pour se faufiler dans la brèche et lui proposer qu'ils dînent ensemble. La proposition était prête et emballé dans son cerveau, bien sûr, elle était un peu différente de l'habituel question : " Chez toi ou chez moi ? ". Non, proposer un repart n'était pas trop dans ses habitudes. Cela ne serait pas une première c'était sur, mais assez occasionnel, pour rendre cela plaisant.

« Venez manger un morceau avec moi alors. Je connais un petit resto asiatique très sympa juste à côté. On fait connaissance, vous me parlez de ce que vous voulez. Et, Bam ! Vous gagnez une séance chez le psy gratis. »

Il regarda Derek descendre de son siège, attendant sa réponse même si par son égo sur dimensionné, il ne pensait pas subir un échec face à sa proposition. Par contre, son regard s'intéressa à un portefeuille sur le comptoir, juste derrière l'épaule de son nouvel ami, ce n'était pas le sien. Est-ce que c'était celui du grand brun ? Bon samaritain par excellence, il s'avança vers le jeune homme, lâcha un simple. « Pardon» qu'il lui souffla dans le cou, avant d'avancer le bras, et de se retrouver coller à Derek pendant quelques secondes, son torse imposant frôlant celui en face de lui. Il sentait d'autres choses en contre-bas, mais cela devait être un téléphone portable. Il attrapa le portefeuille en cuir noir et recula de trois pas. « C'est pas le votre ? »

« Et pour vos amis ? »

Il tourna la tête vers la bande qui avait déjà mis leurs manteaux sur leurs épaules, et qui avaient aussi réglés leurs additions. Il leur offrit un petit haussement de sourcil tout à fait significatif pour Andrew. Un signe pour dire; vous pouvez y aller, je vous raconterais demain. Ils se connaissaient assez bien, et ses amis lui firent un petit de signe de la main, et quittèrent le bar.

« Voilà ! C'était aussi simple que cela » annonça t-il en s'avançant un peu plus vers la sortie tout en attendant que Derek décide de le suivre. « Allez ! Venez, cela me fait plaisir, et vous avez besoin de parler. Il n'y a pas de mal à cela.»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Sam 27 Nov - 18:18

Même si pleins de scénario, tous plus improbable que les autres défilaient dans sa tête, Derek savait très bien qu’il n’en était rien. Il se sentait plutôt devenir parano dans toute cette affaire. Nul ne lui disait qu’Andrew avait qu’une âme charitable pour la soirée et n’avait aucune arrière pensée. Naturellement c’était bien ce que préférait le jeune homme, pour éviter tout soucis à l’encontre de l’inconnu. Au fond, c’était aimable de sa part de vouloir ainsi passer du temps avec lui, rien que pour papoter.

« Venez manger un morceau avec moi alors. Je connais un petit resto asiatique très sympa juste à côté. On fait connaissance, vous me parlez de ce que vous voulez. Et, Bam ! Vous gagnez une séance chez le psy gratis. »

Derek eut un léger sourire. Un restaurant asiatique. Parfait, c’était ce qu’il préférait. Il n’aurait quasi pas à regarder le menu, sachant déjà a l’avance ce qu’il prenait.

« Vous savez convaincre, ma parole »

L’idée était tentante oui… Puis il n’avait rien à perdre. A part les sous pour le repas, mais là, vu ce qu’il mangerait comme délice, il n’avait aucun problème à payer pour ça. Par ailleurs, le fait de pouvoir lui parler, n’était certainement pas désagréable. Même s’il ne savait pas trop quoi dire de plus… lui-même ne savait pas depuis quand et pourquoi les choses avaient changé. Seulement qu’à une soirée, tout à fait banal, il avait regardé son meilleur ami, s’était avancé et l’avait embrassé sans réfléchir. Et depuis son cerveau chauffait, à en faire sortir de la vapeur par ses oreilles, s’ils auraient été dans une bande dessinée.

Pourtant tout cela n’eut plus aucune importance, quand il sentit Andrew s’avancer vers lui. Après un simple « Pardon» soufflé, par chance non près de son oreille étant largement le point faible du jeune homme à le faire fondre sur place, Derek en resta sans bouger. « C'est pas le votre ? » Derek cilla, avant de poser son regard sur ce que lui montrait le jeune homme. Encore retourné par ce qui venait de se produire, il prit l’objet sans pour autant réaliser tout de suite que c’était réellement le sien. Pourtant ce n’était pas grand-chose, mais une telle proximité l’avait tout de même mit mal à l’aise dans ces circonstances. Se concentrant alors sur l’objet qu’il avait en main, il vit que c’était bien le sien. Pffouu… il avait tellement la tête ailleurs, qu’il en avait oublié qu’il avait posé le portefeuille sur le bar en arrivant. « Ah oui c’est bien a moi » Il aurait été bien con au resto de se retrouver sans le portefeuille. Surtout qu’il y avait sa carte d’accès au journal, il n’aurait même pas pu aller au boulot.

En tout cas, reprenant contenance, il fourra son portefeuille dans sa poche arrière du pantalon et demanda alors au jeune homme à propos de ses amis. Celui-ci apparemment s’en chargea sans grand problème, vu que les quatre jeunes hommes finirent par quitter le bar sans en demander plus.

« Voilà ! C'était aussi simple que cela »

Oui… c’est ce qu’il avait vu. Pourtant il ne bougea pas tout de suite de sa place, se demandant encore si c’était une bonne idée. Mais oui… il n’avait rien à perdre de toute façon. Et puis depuis quand était il devenu si prudent ? Ah oui depuis l’épisode de Londres. D’y penser le mettait toujours d’humeur maussade.

« Allez ! Venez, cela me fait plaisir, et vous avez besoin de parler. Il n'y a pas de mal à cela.»

Derek acquiesça de la tête et se mit en route après le jeune homme. Refermant un peu son manteau sur lui-même, ils quittèrent le bâtiment et regarda autour de lui une fois dans à l’extérieure. Deux hommes se tenaient contre le mur du bâtiment et le regard de leur part ne lui plu pas vraiment. Détournant les yeux, il regarda Andrew.

« C’est par où ? »

Si ce n’était pas loin, ils pourraient aller à pied, si c’était tout de même à une certaine distance, alors ils pourraient y aller en moto, vu qu’il était venu avec la sienne. Puis la laisser ici… enfin elle était au parking non loin. Puis de toute façon, marcher un peu ce n’était pas bien grave non plus.

« Vous habitez dans le quartier ? », demanda-t-il par curiosité. Il savait qu’ici c’était un coin avec pas mal… enfin il n’en savait rien, juste qu’il avait vu un sex-shop pas loin en arrivant. Aucune idée si c’était un quartier majoritairement gay ou pas. Ça pourrait être avantageux pour eux, tout comme le contraire. S’il y a des homophobes dans le coin…
En tout cas il avait juste recherché un bar gay sur son portable avant d’atterrir ici. Il n’avait pas cherché plus loin.


hj: de la triche! Tu veux me faire céder plus rapidement avec cet avatar!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Dim 28 Nov - 2:49

« Vous savez convaincre, ma parole »

Est-ce qu'Andrew avait un plan ? Non ! Un vrai Chasseur ne prévoit rien à l'avance, il se laisse porter par le vent. Cette rencontre, cette proposition d'un petit restaurant était le simple prolongement de son envie de mieux connaitre ce Derek. Un bon samaritain ? Non, il ne faut pas pousser Lady Gaga dans les orties mais la détresse du grand brun le touchait plus qu'il aurait pu le penser. Ils avaient plusieurs restaurants tout prêt, mais le plus pratique était une petit restaurant asiatique ouvert 24/24. L'idée du restaurant semblait plaire, mais c'était un oui ? L'infirmier penchait plutôt pour cette réponse, vu le sourire qu'il venait de décrocher du visage plutôt austère de son voisin. Fallait-il qu'il en remette une couche ? Car il commençait à avoir faim. Il n'était pas envahi par les simples passants qui préféraient largement les restaurants plus tape à l'œil. Ils pourront donc discuter en toute tranquillité, s'il avait vu juste.

Petit détour sur le comptoir pour ramasser un portefeuille, et petit plaisir par la même occasion, pour se rappeler à lui même que le Chasseur était toujours là. Est-ce qu'il aurait pu prendre l'objet en cuir sans se pencher sur Derek ? Bien-sûr ! Mais n'aurait pas été drôle, de le frôler, de le chercher, et de voir si le grand brun était totalement hermétique à ses charmes. Mais c'était bien beau tout cela, mais une fois le portefeuille en main, il espérait que cela soit le sien, sinon tout cette approche pourrait paraître bizarre. « Ah oui c’est bien a moi » . Il lui tendit pour qu'il le récupère, c'était déjà cela. Andrew pensa très fort à Freud à ce moment précis, et aurait aimé souligné à son ami, la pensé du praticien sur les "oublies" mais c'était peut être encore trop tôt. Alors, il préféra opter pour l'humour un peu convenu. « Attention ! Cela commence par un portefeuille et après cela finira par votre tête ! »

Il le regarda ranger sa possession, et s'occupa assez rapidement de faire un petit signe à ses amis qui étaient sur le départ. Ils avaient l'habitude, entre ses différentes conquêtes d'un soir, ils partaient rarement ensemble du bar. Il faut dire que ses camarades n'allaient pas manger, mais plutôt se faufiler directement en boîte gay, pour profiter de la musique, du sexe facile et de la sueur. Et, honnêtement, Andrew ne pensait pas que cela soit le meilleur moyen de faire connaître le monde Homo à Derek, sauf s'il voulait le faire fuir en courant. Non, de ce côté là, il préférait le rassurer même si c'était pour après le traumatiser avec un baiser fougueux.

Andrew un regard sur son compagnon pour conclure ce repas ensemble, puis il marcha jusqu'à son ancienne table et enfila sa veste en cuir brun un peu délavé. Il remonta la fermeture éclair et sortit du bar juste derrière Derek. Il sentit un moment d'hésitation dans les pas de son camarade.

« C’est par où ? »

« La prochaine à gauche ! C'est très correct au niveau des prix et vraiment très bon. La décoration est un peu kish mais je vais vous laisser la surprise. » souffla-t-il à l'intérieur de son manteau avant d'indiquer la prochaine rue d'un signe de tête.

Andrew marcha à côté de Derek, la rue était assez larges pour un troupeau d'éléphant, par contre plus grand chose était encore ouvert; un pressing, une épicerie tenu par une jeune pakistanaise au magnifique cheveux auburn qui tombait sur son sari aux couleurs enchanteresse. Il marcha d'un pas soutenu, mais sans courir, car le quartier n'était pas des plus propre de Sydney. De l'autre côté de la rue, il avait quelques prostitués pas très habillées, un club de strip-tease, et quelques jeunes en attente devant une voiture. Non, ce n'était pas le meilleur quartier du monde, même s'il n'avait jamais eu peur pour sa sécurité. Mais l'infirmier était un peu inconscient parfois. Il vit Derek ouvrir la bouche, il s'approcha pour l'écouter.

« Vous habitez dans le quartier ? »


« Oui, j'habite pas loin, deux blocs d'ici. C'est pas le quartier idéal, mais quand on est jeunes et qu'on débute, c'est pas si mal. J'ai souvent des invasions de cafard mais sinon pour le reste j'ai pas à me plaindre... » termina t-il dans son élan, alors qu'il venait d'arriver devant le restaurant vraiment à deux pas comme il l'avait promis.
« Nous sommes arrivés ! Cela vous convient ? » Le restaurant, le Migawa donnait directement sur la rue, un dragon en néo tout de vert clignotait au-dessus de leurs têtes. La vitrine se décomposant en deux, en offrant d'abord sur la droite un vrai aquarium géant où nageaient un beau nombre de poissons tropicaux. Une porte d'entrée ornée d'une guirlande fluorescente verte. Et enfin une autre vitrine sur la gauche qui pouvait donner une image de l'intérieur du restaurant; des magnifiques décorations asiatiques, avec des petits coins dissimulés un peu partout avec des banquettes rouges pétants.

Andrew ouvrit la marche et poussa la porte, passa à travers une deuxième porte, celle-ci en perles pour enfin être accueillit par un jeune asiatique bien habillé. Le restaurant était quasiment vide, il y avait bien un couple de retraités au fond et un étudiant sur son portable sur la droite, mais rien de très effrayant. L'infirmier bien habitué de l'endroit, leva juste sa main et montra qu'il venait manger pour deux, et le serveur les mena à une table sur la gauche; une table tout en rondeur où la banquette faisait tout le tour. Il invita Derek à choisir entre le côté droit et le côté gauche, et il prit place en face de lui. Pendant qu'ils attendaient les menus, il reprit leurs conversations.

« Et, vous ? Vous habitez dans le coin ? » demanda t'il aussi par curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Dim 28 Nov - 17:30


Derek leva ses mains pour redresser le col de son manteau et protéger un peu plus sa gorge du froid de la soirée. Naturellement ce n’était pas grand-chose, l’année passée en Europe l’avait bien frigorifié. Quel changement par rapport à ici ! Comment donc vouloir quitter ce beau pays. Il ne pensait pas pouvoir un jour partir définitivement. De toute façon il avait toute sa vie ici et ne pourrait pas tout quitter pour commencer une nouvelle vie ailleurs. Même si actuellement il aurait donné beaucoup pour s’éloigner de tout ça… pourtant il était quasi certain que cette situation devait être passagère, peu importe quel en serait le résultat.

« La prochaine à gauche ! C'est très correct au niveau des prix et vraiment très bon. La décoration est un peu kish mais je vais vous laisser la surprise. »

Le jeune journaliste sourit en voyant son voisin ainsi emmitouflé dans son manteau. En tout cas après que le jeune homme lui ait indiqué le chemin, celui-ci se mit en route avec Andrew. Il avait donc bien hâte d’y être, déjà pour voir de quoi le lieu avait l’air et tout comme éviter à ce que Andrew prenne froid. Ce jeune homme lui avait l’air un peu frileux du premier coup d’œil. Il regarda alors avec plus d’attention les alentours. A priori, même si c’était pour avoir un appartement gratuit, il n’aurait pas trop aimé venir dans les environs. Heureusement qu’il venait tout justement de trouver un bon endroit, éloigné de la capitale. Il avait eu besoin de changement… Même s’il n’habitait plus aussi prêt de son travail, peu lui importait, étant donné qu’il avait trouvé un endroit plus calme. Ainsi donc il demanda à Andrew s’il habitait par ici ou pas.

« Oui, j'habite pas loin, deux blocs d'ici. C'est pas le quartier idéal, mais quand on est jeunes et qu'on débute, c'est pas si mal. J'ai souvent des invasions de cafard mais sinon pour le reste j'ai pas à me plaindre... »

Donc pas très loin non. Il eut tout de même une petite grimace. Des cafards… c’était de vraies terreurs ces bestioles, destiné à survivre à l’Homme. Des bestioles qui ne servaient à rien, a part à nous bouffer notre espace vital. Tout de même bien heureux qu’il n’en avait pas encore eu chez lui. Enfin son ancien chez lui et il doutait que chez Sookie, il y en ait. Mais il avait déjà connu quelques fois chez sa mère. Heureusement que le propriétaire appelait toujours le dératiseur pour venir se charger du problème et traiter tout le bâtiment. Ces jours là, il allait toujours passer la nuit chez Ashton et éviter ainsi de sentir ces odeurs de pesticide.

« Nous sommes arrivés ! Cela vous convient ? »

Derek leva la tête vers le bâtiment à côté de lui et observa avec amusement le grand dragon en néo. En tout cas, comme bien d’autres restaurant asiatique, ça se voyait qu’il en était un. Fallait bien se faire remarquer et il était vrai que celui-ci y arrivait bien. Ah aquarium *-*, tout pleins de poissons gros et petits qui nageaient là dedans. Franky son poisson rouge de quand il avait été petit lui manquait de coup. Ah les bons souvenirs. Un poisson c’était tout ce qu’ils avaient pu acheter et où on dépensait le moins certainement. Même si c’était un chat qu’il avait demandé et non un poisson rouge.

« Ça me va parfaitement. »

De plus ce n’était pas le visuel qu’importait le plus, mais bien la qualité de leur repas, qu’il espérait naturellement assez bien. On entendait toujours des mauvais avis sur les restaurants asiatiques, ce qu’il trouvait dommage, car il aimait bien. Mais il n’y allait pas si souvent non plus. Donc il profitait quasi toujours quand il y mettait les pieds.

Derek suivit Andrew qui entra en premier dans le restaurant. Laissant le jeune homme le soin de les manifester, Derek en profita encore un peu pour regarder la décoration du restaurant. Pourtant il dû laisser ça à plus tard, étant tout de suite prit en charge par un serveur. D’un côté, vu le peu de monde, il se doutait même qu’ils allaient rapidement être servis. Ce qui au final n’était pas plus mal.

S’approchant de la table, Derek retira son manteau pour le poser sur la chaise et s’assit par la suite, voyant le serveur repartir, chercher certainement les menus.

« Et, vous ? Vous habitez dans le coin ? »

« Non. Je suis justement en train de déménager. Un besoin soudain de m’éloigner de la capitale. Donc j’ai pris un appartement en colocation, dans la banlieue de mascot. », répondit-il alors. Il n’avait aucune mauvaise intention vis-à-vis de cette fille, mais au fond peut être que ça lui ferait du bien et lui remettrait les idées en place de vivre à côté d’elle. Après tout elle était loin d’être moche.

« Ça m’éloigne du boulot, mais ça ne me dérange pas. Et puis c’est plus calme aussi. »

Vivre en plein milieu de la capitale c’était bien avant. Non loin des bars, non loin des boîtes de nuit et surtout non loin pour ramener très vite des conquêtes chez lui. Mais maintenant, il n’en avait plus besoin. Ça faisait bien des mois qu’il avait bien changé. Certes, il ne vivait pas comme s’il était dans un couvent, mais il s’était tout de même bien calmé. Quoi que… si son problème allait persister, il pourrait y aller dans un couvent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Dim 28 Nov - 19:07

« Ça me va parfaitement. »

Andrew offrit un petit signe de tête pour conclure cet échange, laissant Derek le temps de prendre ses marques et découvrir la devanture. L'aquarium était toujours aussi impressionnant pour l'infirmier, qui se demandait tout le temps pourquoi tel ou tel poisson disparaissait, espérant ne pas les retrouver dans son assiette. Ce qui se terminait souvent par la même boutade au serveur ; « Je vais vous pendre le cabillot, mais pas celui dans l'aquarium ! » Ce qui ne faisait plus rire du tout, maintenant que ce restaurant était devenu sa cantine officielle quand il sortait du travail, et avant de retourner chez lui, ou chez quelqu'un. Sully' avait même emmené son petit frère dans ce restaurant, et d'après Chris, il avait 162 poissons. Ce qui fait, à ce jour, toujours surchauffer les méninges du grand frère, qui essaye de les compter soi même. Combat impossible. Mais ce chiffre l'intriguait beaucoup, car Christopher n'avait fixé cet aquarium que quelques minutes avant de se prononcer et de se taire pendant tout le reste du repas. Une soirée bien ordinaire entre lui et son petit frère autiste.

Une fois à l'intérieur, tout se déroula naturellement pour Andrew et Derek, et ils s'installèrent à une table sur la gauche. Le néo-zélandais qui avait encore cet accent à couper au couteau, enleva sa veste en cuir, prit place et posa celle-ci sur ses genoux. Non, il n'allait pas ouvrir son pantalon dans la soirée, où autre surprise coquine. C'était juste une habitude de sa part, n'aimant pas laisser ses affaires à côté de lui. Vivre depuis un an dans ce quartier, lui avait délivré bien des surprises, et voulait pas se faire vider les poches. Il regarda partir le serveur pour récupérer les menus, même s'il allait prendre la même chose que d'habitude et se permit de retourner la politesse à son camarade.

« Non. Je suis justement en train de déménager. Un besoin soudain de m’éloigner de la capitale. Donc j’ai pris un appartement en colocation, dans la banlieue de mascot. »

Il s'installa correctement sur la banquette essayant de se rappeler s'il avait un souvenir d'être aller à Mascot, à part pour prendre l'avion. Il prit un temps pour réfléchir, cherchant toujours la position idéale. Andrew était comme un chat, il avait besoin de faire trois tours sur lui même avant de pouvoir trouver sa place. Petit souvenir bref, d'être allé une fois ou deux à Baxter Road pour une aventure d'une nuit avec un avocat. C'était sympathique comme quartier, bien trop élevé pour ses maigres finances. Mais qui sait un jour ?

« Ça m’éloigne du boulot, mais ça ne me dérange pas. Et puis c’est plus calme aussi. »

« Cela vous plaît au moins ? J'ai un souvenir plutôt vague de ce quartier, il faudra m'excuser. Cela ne fait qu'un an que je suis à Sydney. » annonça-t-il alors que le serveur venait délivrer deux beaux menus plastifiés recto-verso. Puis avant de partir vers l'entrée pour accueillir des nouveaux clients, celui-ci déposa deux cocktails de bienvenue et un petit bol de chips aux crevettes - un peu cliché je vous l'avoue - Andrew laissa son cocktail pour l'instant, et vola une chips, qu'il dévora en une bouchée avant de s'intéresser à son menu. Il jeta un œil à Derek, de peur qu'il se sente un peu perdu dans ce menu, il sauta de sa place pour se glisser de l'autre côté de la banquette avec une agilité toute particulière. Son épaule frôlant celle de son voisin, il posa une main sur le menu que tenez Sully', sans oublier de toucher au passage la main du grand brun. Chaque geste est important pour un chasseur. Puis, tout naturellement du monde, il décida de lui parler des plats qui avaient retenus son attention. « Alors, je vous conseille le porc au caramel et son riz, c'est un délice ! Si vous voulez plus du poisson, le bouillon de thon rouge est pas mal. Et, enfin si vous avez très faim, je vous conseille les gambas sur plaque chauffante. » Il lui sourit, lâcha son menu et cette main qu'il avait effleuré pour reprendre sa place en quelques instants. Il glissa ensuite son menu sur le côté pour bien montrer qu'il avait choisit sa future commande.

« Moi, je prendrais mon bol de nouilles sauté et ses crevettes frits. Je vous préviens par contre, je vais m'en mettre plein partout. Il faudrait que je rapporte un bavoir un jour. » lança t-il avec son grand sourire.

Ce déplacement auprès de Derek l'avait mis en appétit, et pas uniquement pour la nourriture asiatique. Le grand brun était séduisant, et ses yeux avaient captés toute son attention, puis il avait ce frôlement qui l'avait électrisé, enfin il avait son odeur musqué qui avait réveillé tout ses sens de Chasseur. Il tapota sur son menu, pour ne pas rentrer en mode séduction. Il avait promis un repas et une oreille attentive, il devait s'y tenir. Il attrapa donc son verre, pour se donner un peu de constance, et leva en direction de son invité.

« Ah ! Votre santé donc ! » dit-il en proposant de trinquer avec Derek. Il but une gorgée de son breuvage et gardant son verre en main termina par demander. « Alors, qu'est ce qui vous tracasse tant que cela ? Le bureau des plaintes est ouvert, je vous écoute ! » ricana t-il avec son humour qui était le sien et qui devait simplement aider à mettre à l'aise le grand brun face à lui.


Dernière édition par Andrew M. Sullivan le Dim 28 Nov - 22:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Dim 28 Nov - 20:35


Derek avait observé le jeune homme face à lui qui semblait un peu agité sur son siège. Qu’il y avait il ? Une punaise ? Voir autre chose ? Pourtant le plus simple ce serait de changer de chaise ni vu nu connu. Il savait que parfois ça pouvait être gênant de faire de telles choses, mais fallait mieux être agréablement installé que de bouger pendant tout le repas. Lui-même ça lui était arrivé de parfois changer de couvert avec une autre table quand il tombait sur un qui n’était pas très propre. Il comprenait qu’on pouvait tout fourrer dans la machine à laver et que le temps n’était pas là à vérifier tout les couteaux ou fourchettes, mais bon un petit coup d’œil avant de les mettre sur table ne tuait personne.

« Cela vous plaît au moins ? J'ai un souvenir plutôt vague de ce quartier, il faudra m'excuser. Cela ne fait qu'un an que je suis à Sydney. » lui annonça Andrew au moment que le serveur arriva pour leur donner les menus. Derek saisit le sien, remerciant aussi pour ce que le serveur avait apporté. Il jeta un coup d’œil au cocktail mais n’y toucha pas pour le moment et releva les yeux sur Andrew. « Il me semblait bien aussi que vous n’êtes pas d’ici, en entendant votre accent. D’où venez-vous exactement ? », demanda-t-il curieux. Il aimait bien le fait de changer un peu les lieux, même si pour lui ce ne serait que lors des vacances, ne pouvant pas partir d’ici définitivement. Mais pour les vacances, il fallait des sous et pour ça il fallait bosser. Peut être que pour ses prochaines vacances, il allait choisir un pays plus chaud que Londres, tout de même. Mais rester en Europe pour le moment. Peut être un pays du sud, comme l’Italie, l’Espagne ou le Portugal. Quoi que une petite préférence pour le dernier vu qu’à Londres il avait sympathisé avec des portugais… et des espagnols. Il n’aurait qu’à rester à la frontière des deux et il pourra visiter les deux pays. En tout cas ce n’était pas le moment de faire des projets de vacances.

Derek piocha alors aussi dans les chips pour en prendre une. Oui, car il les aimait bien ces chips là. Donc il espérait ne pas entrer en combat sanguinaire avec Andrew pour savoir qui en aurait le plus. Bah, il aurait qu’à en prendre une à la suite d’Andrew, comme ça, ça resterait équitable. En tout cas, penser à ces chips lui faisait éviter de penser le pourquoi il était ici. Ainsi donc Derek occupait son esprit à n’importe quoi d’autre, tant qu’il ne pensait pas à Ashton. Il posa alors son regard sur le menu après avoir ouvert pour voir la première page où étaient les suggestions du moment. Voyant rapidement que ce qu’il voulait n’y était pas, il changea de page pour atterrir sur les entrées. Bon bon… des Nems… nan. Des boulettes de viande non plus. Il regarda alors les salades. Poulet, crevettes, ou crabe… Il allait donc prendre une salade aux crevettes. C’était simple et très bon. Quoi que… il savait que souvent le menu lui était suffisant, n’étant pas un gros mangeur. Donc il décida de laisser tomber l’entrée et alla regarder les menus. Pourtant avant même qu’il y jette un coup d’œil, Derek vit bouger à côté de lui et réalisa qu’Andrew s’était assit près de lui. Et vla ! A nouveau, il en resta quasi figé sur place. Pourquoi Andrew venait il là à empiéter sur son espace vital ?

« Alors, je vous conseille le porc au caramel et son riz, c'est un délice ! Si vous voulez plus du poisson, le bouillon de thon rouge est pas mal. Et, enfin si vous avez très faim, je vous conseille les gambas sur plaque chauffante. »

Derek n’avait pas quitté le jeune homme du regard. Andrew le faisait il exprès d’être si prêt de lui ? Car il n’avait absolument pas besoin qu’on vienne lui conseiller quoi prendre. Il n’était pas un gamin qui ne savait pas différencier les différentes propositions. Pourtant, le journaliste se força à calmer ses ardeurs. Peut être bien que l’intention était tout simplement honorable de la part d’Andrew et il serait déplacé de sa part de le juger ainsi. Mais tout de même, cette proximité le dérangeait bien. Ce ne fut qu’au moment qu’il sentit la peau chaude de la main du jeune homme quitter la sienne, qu’il se permit de se détendre un peu.

« D’accord… mais je ne pense pas prendre ça… » s’hasarda-t-il toujours confus par la réaction qu’avait eu son voisin. Celui-ci avait reprit place en face de lui et lui montrait une page du menu.

« Moi, je prendrais mon bol de nouilles sauté et ses crevettes frits. Je vous préviens par contre, je vais m'en mettre plein partout. Il faudrait que je rapporte un bavoir. »

Cette petite plaisanterie, eut comme effet de chasser la gêne qui s’était installé en lui. Souriant, il acquiesça de la tête. « Me voila donc prévenu. » Par contre si c’était vrai ce que disait Andrew, bonjour l’embarras. Il pourrait peut être faire comme s’il ne le connaissait pas. Quoi que c’était le cas, il n’avait pas à faire semblant. Il saisit son verre pour en boire un peu puis reporta son attention sur son menu, voyant dans la section viande pour chercher ce qu’il voulait.

« Je prendrais du canard à la sauce aigre-douce, accompagné de riz cantonnais. », annonça-t-il alors quand il l’eut trouvé dans le menu. Parfait. Car parfois ce n’était pas du canard qu’ils proposaient mais du poulet à la place. Et des deux, il préférait largement le canard. Il était clair que là son assiette allait rapidement se vider, car c’était un vrai délice pour lui. Peut être même son plat préféré, donc il évitait de le manger trop souvent pour en profiter quand il en prenait. Oh et puis, il pourrait même le manger tout les jours *-*

Souriant tel un gamin qui avait eu exactement le cadeau qu’il voulait au pied du sapin, le jeune homme ferma le menu pour le poser sur la table. Ainsi il espérait que le serveur vienne rapidement prendre commande, car à savoir ce qu’il allait manger dans peu de temps le mettait en appétit et il allait devoir prendre son mal en patience. Il vit Andrew lever son verre et il s’empressa de faire de même pour trinquer avec le jeune homme. « Ah ! Votre santé donc ! » Gardant son sourire, il répondit d’un léger « Merci », puis bu à nouveau du cocktail, remarquant que maintenant le goût que celui-ci avait. Pas si mal que ça. Ce restaurant avait largement ce qu’il fallait pour lui plaire, il risquerait peut être de revenir. « Alors, qu'est ce qui vous tracasse tant que cela ? Le bureau des plaintes est ouvert, je vous écoute ! » Et zut, lui qui avait cru peut être réchappé à tout ça, c’était largement gouré. Il s’apprêtait à répondre, mais la venu du serveur l’en empêcha et ce ne fut pas pour lui déplaire. Celui-ci venait prendre les commandes et Derek passa la sienne. « Comme boisson de l’eau pétillante, s’il vous plait », rajouta-t-il par la suite. Il avait assez bu pour la soirée, surtout qu’il avait encore ce verre de cocktail à finir. Naturellement l’alcool n’y était pas très fort, mais ça pouvait être trompeur. Surtout qu’il devait prendre la route après…

En tout cas dès qu’Andrew ait prit sa commande à son tour, Derek piocha à nouveau pour prendre une chips et la mettre en bouche. Après tout on ne parlait pas la bouche pleine et il prit son temps pour l’avaler cette chips et ne pas avoir à parler. Mais bon… ça fondait sur la langue sans même qu’il ait quelque chose à faire… Il en prit donc une deuxième et regarda momentanément ailleurs… donc sur l’aquarium du coup. « Un si grand aquarium, il en faut du temps pour le traiter… » Parce qu’il se souvent que Franky salissait tout de même son bocal et qu’il avait du de temps en temps le nettoyer. Donc si déjà un seul posait du travail, alors tout ça…« Quand j'étais petit j'avais un poisson rouge, ça me prenait parfois déjà du temps à le nettoyer, alors je veux même pas imaginer combien de temps on passe sur cet aquarium pour le nettoyer ». D'un côté, il savait qu'il y avait des poissons spéciaux qui nettoyaient les vitres et tout le reste, mais il doutait quand même qu'on pouvait laisser cette charge qu'à ces poissons là. Le restaurant devait certainement appeler des spécialistes qui devaient s'en charger. Quasi qu'on pourrait plonger dedans...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Lun 29 Nov - 1:20

Andrew examina Derek devant son cocktail gentiment offert par la maison, comme tout restaurant asiatique qui se respecte. Les menus en main, ils allaient pouvoir choisir et commander. L'infirmier commençait à mourir de faim et serait prêt à manger sa serviette pour remplir son estomac. C'est qu'il fallait nourrir ce corps athlétique, Andrew faisait quatre heures de musculation par semaine depuis ses 16 ans. D'abord dans la cave de chez les parents de Braddley avec du matériel improvisé, maintenant il pratiquait l'exercice de style dans une salle comme tout adulte. Mais sans les moyen de pouvoir s'offrir l'accès à la salle de sport au premier abord, il avait du filouter en séduisant le directeur. Mais non, ce n'était pas de la prostitution ! Il devait juste faire attention à ses dépenses. Ce n'est pas de sa faute, s'il était trop craquant et qu'on ne pouvait lui résister.

« Il me semblait bien aussi que vous n’êtes pas d’ici, en entendant votre accent. D’où venez-vous exactement ? »

« Je suis de Wesport en Nouvelle Zélande, on a des plages magnifiques pour le tourisme ou le surf, vous connaissez ? » demanda-t-il poliment ? Il prit une nouvelle chips dans le panier posé devant eux. C'était lui, où Derek était entrain de les compter pour que cela équitable. Îl avait si faim que cela ? Il ne pu s'empêcher de sourire, de reposer la chips pas encore entamé, et de pousser le panier vers le grand brun, avec un haussement de sourcil amusé, semblant signifier; « Je voudrais pas vous volez la nourriture de la bouche ! »

Le rapprochement qui suivit était un mouvement sur l'échiquier dangereux, mais largement pratiqué par Derek. Il pouvait alors sentir si la personne en face de lui était réceptif, et son jugement était sans appel. Le grand brun était encore "trop vert" pour être récolté, car c'est un tempérament qui pourrait tourner vite à son désavantage. Son invité, ne semblait pas violent, mais l'infirmier sentait bien que s'il venait à dépasser certaines limites, il pourrait peut être sans prendre une bien belle dans la figure. Pour lui, Derek était encore trop à fleur de peau pour tenter quoi que cela soit. La patience est mère de toutes les vertus, et Sully' était un garçon patient. Même si on reprenant place de son côté, tout son corps semblait crier au rapprochement intime de façon de plus en plus marqué. Il se souligna alors à lui même, que s'il n'arriverait rien à ce soir avec son invité. Il lui faudra aller chercher un substitut juste après ce repas, sinon il pourrait tout à fait exploser. Cela serait pas très seyant, cela tacherait les meubles, et mettrait un peu de chair tout par tout,. Non, c'était vraiment à éviter. Malgré les quelques conseils de l'infirmier, le grand brun semblait avoir prit sa propre décision.

« D’accord… mais je ne pense pas prendre ça… » Andrew posa une main sous son menton pour annoncer son propre choix. « Moi, je prendrais mon bol de nouilles sauté et ses crevettes frits. Je vous préviens par contre, je vais m'en mettre plein partout. Il faudrait que je rapporte un bavoir. » dit-il avec humour. Il profita pour se saisir de la serviette qui reposait à côté de son assiette et de la poser sur ses genoux. Car il retrouvait toujours la moitié de son repas en contre-bas, ce n'était peut-être pas très sexy. Mais, Sully' ne mangeait pas, il se bafferait, normal, quand on a grandit dans un milieu plutôt difficile, on compense comme on peut. « Me voila donc prévenu. » Il l'était effectivement, ce qui le fit rire un peu plus, un vrai gamin ce Drew' qui s'amuse d'un rien, même de son propre manquement au protocole. En même temps, il ne dînait pas avec la reine d'Angleterre, quoi qu'avec ce vouvoiement très old school ? Mais pas le temps de creuser l'idée, il allait enfin savoir ce qu'allait commander son compagnon d'un soir. « Je prendrais du canard à la sauce aigre-douce, accompagné de riz cantonnais. »

Andrew lui offrit un pouce levé, avec un sourire en coin comme une personnage de bande dessiné pour accuser le bon goût du jeune homme. De son côté, l'envie de manger sa serviette commençait à être de plus en plus probant et son ventre lâcha un gargouillis intense qui ne pouvait passer inaperçu. « Pardon, mais je commence vraiment à avoir faim. J'ai rien avalé depuis ma dernière garde, à part trois litres d'eau et une barre de céréales. » dit-il avec un air gêné, car s'il avait été surprit dans une position inconfortable. Il était temps de lever son verre, et de trinquer, ce que Sully' commença à faire en approchant son cocktail de celui de son camarade. Et, il eu droit un joli « Merci ».

Maintenant il pouvait passer aux choses sérieuses, et l'infirmier emboita le pas vers ce qui était pour lui, le point principal de cette rencontre. Car s'il avait voulu dîner avec un beau brun, avec lequel il aurait au moins 70% de chance de pouvoir finir la nuit, c'était clairement pas lui qu'il aurait choisit. En regardant Derek, c'était plutôt dans l'ordre, des 0,75 pour cent, et encore s'il le droguait. En tout cas, c'est ce qu'il ressentait.« Alors, qu'est ce qui vous tracasse tant que cela ? Le bureau des plaintes est ouvert, je vous écoute ! » annonça t-il mais le serveur arriva à ce moment pour prendre les commandes. Il passa sa langue sur sa lèvre inférieur, tout en regardant Derek pendant qu'il prenait sa commande lui soulignant qu'il perdait rien pour attendre. L'infirmier passa ensuite sa commande, regarda rapidement le prix de l'eau pétillante, et ne pouvant se payer ce luxe opta pour : « Et, de l'eau plate pour moi, merci Dewei. » tout simplement.

Après le départ du jeune serveur, Drew' se concentra sur le jeune homme face à lui, attendant une réponse à sa question sans réponse. Il avait tout son temps, et ne pensait pas avoir été entendu. Il le regarda manger ses chips, forçant le trait pour bien montrer qu'il ne lâcherait rien ce soir. Puis il suivit son regard vers l'aquarium, et s'attendait bien à une tentative d'évaser sa question. « Un si grand aquarium, il en faut du temps pour le traiter… » Il le regardait toujours droit dans les yeux, terminant son cocktail et ajouta du tac au tac. « C'est comme tout...Il faut du temps mais surtout la motivation, et pas avoir peur de se salir, non ? » termina t-il par un petit haussement de sourcil. Est-ce qu'il avait un message codé ? Certainement, et il espérait être compris, ce qu'il ne doutait pas. Derek avait tout l'air d'être loin d'un idiot. « Quand j'étais petit j'avais un poisson rouge, ça me prenait parfois déjà du temps à le nettoyer, alors je veux même pas imaginer combien de temps on passe sur cet aquarium pour le nettoyer ». Andrew de son côté s'étira avec un nouveau regard en poche. Il voulait jouer à ce jeu là, très bien, après tout s'il voulait discuter de banalité, avec lui il serait servit. Il se gratta le menton et remonta au seul animal qu'il avait possédé, un chien, un bébé bouvier, qu'il avait gardé une semaine. « J'ai jamais eu de poisson je dois dire. Mais j'ai eu un chien que j'ai pu gardé une semaine avant que mon père se lasse des aboiements et qu'il décide de le noyer. J'espère que votre poisson a eu plus de chance ? » conclua t-il en volant la dernière chips dans le panier.

C'était profondément froide comme réponse, mais Andrew pouvait l'être. C'était nullement par méchanceté, juste pour provoquer un électrochoc. Il laissa Derek se reposer sur cette réponse, et plongea vers l'autre côté de la salle, vers cette cuisine ouverte où un brasier s'élevait des fourneaux, les casseroles dansaient et ses pattes venaient de sauter en l'air - ou les pattes d'une autre commande - Puis une main sous son menton, et sans regarder Derek, il expira et prit la parole.

« Vous savez les premières fois où je me suis sentit différent, je veux dire cette attirance pour les lèvres d'un autre garçon. J'aurais pu me jeter par la fenêtre, tellement la confusion était intense. J'étais complétement effrayé, je vivais dans un monde où le terme homosexualité n'était même pas citer, loin d'internet, de la télévision, des magazines qui auraient pu m'aider à comprendre. Je pensais être une erreur de la nature, un monstre qui méritait pas d'avoir sa place parmi les gens dit normaux. J'avais personne pour en parler, pour me rassurer, et j'aurais aimé avoir quelqu'un même pour une minute pour juste parler. » souligna t-il avant de se tourner à nouveau vers Derek pour le regarder dans les yeux, pour appuyer la fin de son monologue qui allait tomber d'ici peu. « Maintenant, moi je suis là ! Je suis prêt à parler de tout les sujets, mais mon temps n'est pas extensible. Voulez-vous vraiment qu'on parle de nos animaux de compagnie ? Qu'est-ce qui vous fait si peur, Derek ? » Complètement perdu dans sa demande, il regardait même pas si encore une fois le serveur allait lui sauver la mise. Peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Lun 29 Nov - 15:50


« Je suis de Wesport en Nouvelle Zélande, on a des plages magnifiques pour le tourisme ou le surf, vous connaissez ? »

Derek acquiesça lentement de la tête. Il connaissait mais n’y était jamais allé. Peut être qu’un jour il y irait s’il voulait un weekend loin d’ici. Pour ne pas carrément quitter de trop loin le pays, il irait juste à côté. Puis comme Andrew l’avait souligné, sûrement que cet endroit devait attirer pas mal de touriste. Mais ce ne serait pas forcément pour la plage qu’il y irait, après tout, ils avaient tout ce qu’il fallait pas bien loin.
En tout cas le fait quand le jeune homme lui rapprocha le panier de chips, le fit un peu sourire. Il ne dit rien, mais savait bien qu’il n’allait pas tous les manger. Ils étaient là pour être partagé. Et par ce fait, on dirait que le ventre d’Andrew fut tout à fait d’accord, vu qu’il protesta vivement.

« Pardon, mais je commence vraiment à avoir faim. J'ai rien avalé depuis ma dernière garde, à part trois litres d'eau et une barre de céréales. »

« Alors profitez des chips en attendant », répondit-il en remettant le panier à sa place. Lui, il pouvait bien attendre que leur plat serait arrivé. Puis de toute façon, s’il voulait manger des chips il n’avait qu’à s’en acheter. Ce n’était pas non plus la mer à boire.

En tout cas quand Andrew se mit à parler du pourquoi normalement ils étaient ici, Derek avait bien tenté de dévier la conversation. Il ne savait pas vraiment pourquoi, juste le sentiment de n’avoir pas envie d’en parler. Du moins pas tout de suite. Mais il doutait que l’envie soit présente aussi plus tard. Disons qu’il se serait bien contenté d’un bon dîner sans penser à de choses qui le mettraient mal à l’aise. C’est pourquoi il parla de l’aquarium. « C'est comme tout...Il faut du temps mais surtout la motivation, et pas avoir peur de se salir, non ? » Derek haussa un sourcil à ces propos. Okay… Ils ne semblaient pas du tout parler de la même chose et il se doutait fortement que c’était plus pour lui que par rapport à l’aquarium. Pourtant il tenta à nouveau de parler d’autre chose. « Quand j'étais petit j'avais un poisson rouge, ça me prenait parfois déjà du temps à le nettoyer, alors je veux même pas imaginer combien de temps on passe sur cet aquarium pour le nettoyer », conclut-il alors en espérant que ça allait en rester là. Mais si jamais ça ne fonctionnerait pas et bien tant pis. Il allait devoir s’y faire. Après tout il était vrai qu’Andrew lui avait proposé ce dîner pour discuter de ce qui se passait et non de banalités ou souvenir d’enfance. « J'ai jamais eu de poisson je dois dire. Mais j'ai eu un chien que j'ai pu gardé une semaine avant que mon père se lasse des aboiements et qu'il décide de le noyer. J'espère que votre poisson a eu plus de chance ? » Malgré qu’il avait eut un sourire en entendant parler de ce chien, celui-ci disparu bien vite. Fallait pas lui parler de ces choses là car ça le mettait hors de lui. Franchement il aurait eu ce type en face de lui, qu’il aurait senti à son poing. Ça le révoltait, ces gens qui s’en prenaient à des êtres sans défense. Que ce soit des animaux ou des enfants. Il ne pouvait tout simplement pas comprendre comment on pouvait en arriver là. Surtout que si un chien nous embête, on a qu’à le revendre ou le donner à une autre famille, mais pas à le noyer.
En tout cas, ça ne lui donnait pas envie de continuer sur cette voie de discussion. Du coup, il prit son cocktail en main pour en boire une bonne partie, ayant son regard posé autre part.

« Vous savez les premières fois où je me suis sentit différent, je veux dire cette attirance pour les lèvres d'un autre garçon. {…} J'avais personne pour en parler, pour me rassurer, et j'aurais aimé avoir quelqu'un même pour une minute pour juste parler. » lui confia Andrew. Derek, ayant reposé lentement le cocktail sur la table, avait également tourné son regard sur le jeune homme. Il ne savait pas ce que ça faisait… plus jeune, peut être bien que c’était bien plus perturbent que de ressentir ces choses là adulte. Quoi que… surement qu’à n’importe quel âge c’était difficile et les problèmes différents. « Maintenant, moi je suis là ! Je suis prêt à parler de tout les sujets, mais mon temps n'est pas extensible. Voulez-vous vraiment qu'on parle de nos animaux de compagnie ? Qu'est-ce qui vous fait si peur, Derek ? » Peur ? Derek cilla des yeux et apparemment sans réagir à ce que venait de dire le jeune homme en face de lui. Pourtant dans la tête du journaliste cette question fut tournée dans tous les sens.

De quoi il avait peur ? La réaction de sa famille ? Au fond, non. Il se doutait bien que s’il le dirait à sa mère, celle-ci s’en foutrait un peu. Il connaissait bien le mode de vie de sa mère… et franchement elle n’avait pas à le juger. Il ne l’avait jamais fait lui. Il ne s’était jamais plaint des inconnus qu’elle ramenait avec elle le soir. Même si elle n’avait jamais prit la peine de lui demander ce que ça lui faisait à lui. Parce que ça avait loin été simple de les voir débarqué le soir puis repartir au matin. Parfois prenant même le petit déjeuner sur place. Il avait toujours détesté ça. Et tout ce qu’il pouvait faire c’était soit augmenter le son de la télé, soit se cacher dans le drap de son lit, soit avec un peu de chance aller dormir chez Ash’. Voir parfois rester dehors le temps qu’ils finissent ce qu’ils avaient à faire. Donc non ce serait vraiment déplacé de sa part de le juger sur ça.

Et ses grands parents ? Même s’ils n’apprécieraient pas, il savait déjà maintenant qu’ils blâmeraient leur fille, parce qu’elle ne l’aurait pas éduqué correctement et aurait donné la faute à tout ce qu’elle avait fait en le laissant être le parfait innocent de cette histoire. Et même si sa mère n’avait peut être pas remporté le titre de la meilleure mère du monde, il l’aimait et n’avait aucune envie de lui causer encore d’autres soucis, car elle en avait assez avec ses parents. Surtout qu’ils lui avaient toujours reproché de ne s’être pas rangé et trouvé un mari. Tient, même qu’ils diront que c’est parce qu’il n’avait pas eu de figure paternel en étant petit qu’il était maintenant gay ! Qu’il chercherait à combler ce vide. Oh oui, il pariait que sa grand-mère dirait ça. Il connaissait bien ses grands parents… Bref, donc là non plus, côté famille, il n’avait pas à avoir peur de leur réaction.

Alors le boulot ? Franchement d’où le sauraient-ils ? Et puis ce n’était pas leur affaire, et un boulot ça se changeait. De toute façon, jusqu’à présent ce n’était pas de sa vie privée qu’on parlait. Il était plutôt sérieux dans son boulot et même s’il s’était fait des amis sur place, le travail passait en premier. Au fond, il ne s’en inquiétait pas trop, car il n’était pas non plus du genre à se laisser marcher sur les pieds.

Donc au final, quel était la réponse à la question que venait de lui poser Andrew ? Il en était tellement absorbé par ses pensées, qu’il en oublia de remercier le serveur qui leur apporta leur commande. Il prit sa fourchette en main d’un geste machinal, ayant posé son regard sur son assiette sans pour autant réellement le voir.

Ses amis ? Surtout la réaction d’Ash’. Vu que c’était tout de même avec lui que le trouble avait commencé. Peut être qu’il avait été saoul en l’embrassant, mais il se rappelait encore clairement le regard de celui-ci. D’un côté… peut être que dessaoulé, son meilleur ami ne réagirait pas ainsi. Peut être qu’il… accepterait. De toute façon, sa mère lui avait souvent dit, au vu de leur situation, que si un ami n’était pas là dans les pires moments et ne nous acceptait pas tel quel, alors jamais cette personne avait été un réel ami. Mais s’il devrait perdre Ashton ? La perte serait difficile, mais ça ne le tuerait pas. Et des amis… il pourrait s’en faire toujours d’autres. Il y a des personnes qui ne passent qu’un coup de vent dans notre vie, d’autres étant destiné à rester. Mais il espérait qu’Ash’ resterait. Même si ce serait difficile aussi au début pour lui, peu importe, tant qu’il resterait. Ashton était son premier ami et ça lui foutrait quand même un sacré coup s’il le perdrait.

Alors avait-il une réponse ?

« J’en sais rien », murmura-t-il alors, car franchement c’était le cas. Car dans tous les points qui auraient pu poser problème, a vrai dire il y en avait pas vraiment de problème. Certes, sa vie changerait un peu, mais en gros, il resterait le même. Mais faut dire qu’il n’y connaissait pas non plus grand-chose de ce que les gays pouvaient faire. Pourtant rien que le bar, ça ne changeait pas des autres bars hétérosexuels. Donc est-ce que ça changerait beaucoup ? Si, faire face à certain regard de gens qui trouveraient ça anormal, mais ça ne l’empêcherait pas de vivre.

« Peut être… de l’inconnu », rajouta-t-il doucement en soulevant le couvercle du bol où était le riz pour en mettre un peu sur son plat. Ah son plat… Il se racla la gorge, reprenant à nouveau conscience de ce qui était autour de lui. Mais oui. Il faudrait peut être juste qu’il prenne du temps… mais tout de même. Déjà faudrait qu’il sache s’il avait vraiment changé de bord, ou pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Lun 29 Nov - 19:44

« Vous savez les premières fois où je me suis sentit différent, je veux dire cette attirance pour les lèvres d'un autre garçon. {…} »

C'est sur le ton de confession qu'Andrew c'était ouvert à son camarade, qu'il avait parlé de sa propre souffrance. Elle était ancienne c'est vrai maintenant, mais ce n'est pas pour cela qu'il ne pouvait revenir à elle. Pour enfin faire sentir à Derek que ce qui lui avait manqué le plus c'était quelqu'un pour s'exprimer; pour crier ses peurs, ses doutes, et au final se sentir compris malgré tout. C'était un peu péremptoire de sa part, de se ranger dans le même panier que le garçon face à lui qui avait lentement reposé son cocktail. Il ne savait pas ce qu'il avait vécu, peut être l'enfer ? Tournant la tête et quittant les cuisines où leurs commandes étaient en préparation, car il avait toujours aussi faim, et il continua.

« Maintenant, moi je suis là ! {...} Qu'est-ce qui vous fait si peur, Derek ? »

Et, c'était assez osé de se proposer d'être cette oreille, où d'être de bon conseils. Lui, qui avait toujours fuit devant l'adversité; qui avait quitté son foyer sans jamais remettre un jour en place ce père. Pour n'avoir jamais voulu revoir sa mère qui les avaient abandonnés lui et son frère quand ils étaient enfants. Car sa mère avait essayé de reprendre contact il y a deux ans. Mais, il avait préféré la fuite en ne répondant jamais aux cartes envoyés. Puis, Braddley, celui qui avait été le centre de sa vie, sans qu'il le sache, pendant plus de cinq années. Il avait fuit devant lui, sans même l'affronter et lui dire ses sentiments. Peut-être que c'est ce qu'attendait son meilleur ami, qu'il se fasse connaitre, mais il avait gardé le silence. Maintenant, il avait le cœur brisé. Au point de pas passer une nuit dans le lit du même homme, et d'aborder des grands bruns égarés dans les bars en espérant jouer de leur détresse pour les mettre dans son lit. Est-ce que c'était pitoyable ? Pour Andrew point du tout, il avait pire que lui et il avait mieux.

En tout cas, ses paroles avaient touchés un point sensible, car il sentit perdre Derek un instant qui rentra dans une profonde réflexion interne. Il était peut être là pour le secouer, mais pas pour le presser. Sully' savait qu'il faudrait pas claquer des doigts, et les problèmes de son voisin trouveront une solution. C'est pas ce soir, même s'il restait debout jusqu'à 5 heures du matin, qu'il pourra le rassurer et lui rendre sa sérénité. C'était un long processus qui allait commencé, et Andrew était simplement un rouage parmi les autres. Il ne pensait pas être CELUI qui arriverait a à faire tourner la grande page dans cette acceptation. Après tout, ils ne se connaissaient pas, et c'était un peu tôt pour penser à une future amitié. Est-ce qu'il aurait un futur à ce repas déjà ?

Laissant Derek prendre son temps, il accueillit avec un grand sourire le jeune serveur qui venait apporter leur deux commandes. Il cassa ses baguettes avec violence et lâcha un bien maigre « Bonne appétit » vite étouffé par l'énorme crevette fris qu'il enfourna en une seule fois dans sa bouche. C'était peut être pas très sexy, mais comme il l'avait décidé, pour l'instant avec Derek "le mode séduction" était en stand-by. Il continua son repas, attrapant une grosse plâtré de pâtes au soja pour les mettre en bouche quand son téléphone se mit à vibrer. Il le sortit discrètement, après tout cela pouvait être le travail. C'était un message ; "Salut, je suis en bas de chez toi. Cela te dit que je monte et qu'on..." Il ne put que sourire devant cette proposition alléchante et pas prise de tête. Il se lança dans l'élaboration de la réponse quand il fut surprit d'entendre à nouveau la voix de Derek.

« J’en sais rien »

Andrew surprit, posa son téléphone, et termina d'ingurgiter ses pattes qu'il aspira dans un bruit de succion digne des meilleurs dessins animés. Il leva la tête vers son camarade, toujours au-dessus de son immense bol et de son énorme moustache de sauce qui trônait tout autour de sa bouche. Bien sûr, il attendait la suite, et de pouvoir savoir vers où il pourrait rebondir. Il avait peur de quoi ? De devoir porter du rose maintenant ? De devoir voir uniquement des films de cow-boys homo qui mangent du pudding ? Il avait tout un monde de cliché qu'il allait devoir mettre à jour avec le grand brun. En attendant la suite, il glissa sa main l'air de rien vers son portable maintenant prêt de lui pour répondre à son message, mais le son de la voix de son voisin le détacha de cette tache.

« Peut être… de l’inconnu »

« Ah, Cela ! » dit-il presque aussitôt en repoussant son portable. Il répondrait tout à l'heure, si son inconnu avait si envie de la bagatelle, il pourrait attendre. « Oui, c'est un nouveau pas mais pas un nouveau monde, Derek. Nous sommes pas si différent, homo, hétéro, bi. Ce n'est qu'une question de sexualité, car je vais vous dire. Il y a des homos qui chassent les animaux, il y a des homos racistes, il y a des homos qui ont aucun goût pour s'habiller, et j'en passe. Ce que vous faites dans votre lit ne regarde que vous. On ne vous demandera jamais de vous exhiber dans la rue avec un tee-shirt; Je suis Homo et j'aime la... » dit-il en enfournant une nouvelle crevette dans sa bouche. C'était peut être pas trop poli mais il avait faim et ne pensait pas s'arrêter même pour les beaux yeux de Derek. Il termina ce qu'il avait dans la bouche, car Sully' avait été bien élevé et il reprit. « Il faut supprimer tout ses clichés que vous pouvez avoir. Cela va être long et vous allez devoir trainer avec des homosexuels, et sortir un peu de votre ancien monde pour voir que certains sont comme vous et moi. Je dis pas que cela va être facile mais honnêtement. Moi, par exemple ! J'aime la mécanique, la moto,la muscu, et je suis jamais allé à un concert de Lady Gaga. Vous m'auriez pensé gay au premier abord, soyez sincère ? »

Andrew laissa un peu de temps à Derek pour répondre au flot de ses paroles qui pouvaient être un peu lourde. Mais il avait toujours la langue bien pendu, c'était sa façon à lui de communiquer.Il avança dans son énorme bol de nouilles qui était encore bien remplis. Drew' plongea ses baguettes, lâchant un instant son camarade pour enfin satisfaire cette faim qui le torturerait depuis des heures. Il pensait tout ce qu'il avait pu dire à Derek, et espérait que cela le ferrait réagir. Les clichés de l'homosexuel efféminé qui connait tout les magazines de Vogue par cœur avait la vie dur. Mais avant de continuer dans cette voix, il fallait qu'il le souligne quelque chose d'important. Son téléphone se mit à vibrer à nouveau, il lâcha donc son bol pour regarder le message; "Bon...Fais moi signe, je suis devant chez toi..." Il s'excusa d'un signe de tête de cette indélicatesse, mais après tout ce n'était pas un rendez-vous galant. Il continua donc avec sa belle barbichette de sauce toujours bien en place.

« Et, sans vouloir revenir en arrière. Vous êtes peut être pas homo ! D'après ce que j'ai pu comprendre, vous avez embrassé votre meilleur ami. Vous savez sur ce point, j'ai embrassé une vingtaine de fille en soirée, et je suis pas hétérosexuel ou voir bi. Car on revient à ce que je disais sur la sexualité. Je sais ce que mon corps veut et ce qu'il ne veut pas. Je veux pas être indiscret, mais si vous détaillez un peu ce baiser, l'avant et l'après. Je pourrais peut-être vous donner mon avis. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Lun 29 Nov - 21:27

Derek mélangea un peu la sauce qui accompagnait le canard avec le riz qu’il venait d’ajouter sur son assiette. Il inspira un petit moment l’odeur qui s’en échappait, ce qui lui mit rapidement l’eau à la bouche. En tout cas, il releva les yeux sur Andrew qui avait déjà entamé son repas. Il eut un léger sourire tout de même à le voir… se goinfrer quasi. Mais bon, si celui-ci avait faim, il comprenait. Derek se redressa légèrement et prit le couteau à côté du plat pour commencer à couper la viande.

« Ah, Cela ! {...} On ne vous demandera jamais de vous exhiber dans la rue avec un tee-shirt; Je suis Homo et j'aime la... » continua Andrew en enfonçant une crevette en bouche. Ouhlala… Bon il avait comprit. Il se doutait bien qu’il y avait homo et homo… ceux qu’on voyait bien efféminé et les autres. Mais maintenant à chacun son mode de vie. Sur ce point Andrew avait raison et il était tout à fait d’accord. Si par hasard il se tournerait tout de même vers les hommes, ce n’était pas pour ça qu’il allait redécorer sa chambre en rose et pleurer devant Les Feux de l’Amour ou conseiller une fille sur la mode. Déjà qu’il n’y faisait pas du tout attention à la mode, car il fallait tout de même avoir les sous pour acheter toute une nouvelle panoplie de vêtements par saison…
Derek porta un morceau de canard à ses lèvres pour y goûter. Oh… c’était exquis. Franchement il pourrait en profiter pendant des heures de ce repas rien que pour garder ce goût en bouche un peu plus longtemps.

« Il faut supprimer tout ses clichés que vous pouvez avoir. {...} Vous m'auriez pensé gay au premier abord, soyez sincère ? »

Hum… s’il aurait connu Andrew dans un autre bar, alors… non, pas vraiment. Au seul coup d’œil on ne pouvait pas le penser gay. Et même si le jeune homme était pas mal direct, ce qui n’était pas forcément un défaut, Derek supposait qu’Andrew devait même être un chic type. Rien que le fait qu’il veuille être là avec lui, n’était pas rien.
Puis ils avaient des points en commun. A vrai dire tout ce que le jeune homme venait de citer. Et même invité, Derek, n’irait pas à un concert de LadyGaga… il n’aimait pas son style, c’est tout.

« Non vous avez raison, on ne le dirait pas. Mais je sais bien que les gays ne sont pas tous habillé avec des juste au corps au couleur vive… », marmona-t-il doucement. « J’avais déjà fais la connaissance de deux gays à Londres, avec qui j’avais un peu traîné et qui étaient comme vous et moi. Donc ce n’est pas les clichés qui peuvent poser problème. »

Même s’il ne savait pas vraiment ce qui posait problème. Mais ce n’était tout simplement pas simple de se dire que tout à coup on pouvait préférer les hommes aux femmes. Surtout parce qu’on ne comprenait pas Pourquoi. Après tout, à part ces dernières semaines, il n’avait jamais eu de problème.

Entendant le téléphone d’Andrew vibrer, Derek répondit au signe de tête de celui-ci pour ne pas qu’il s’en fasse. Il savait bien que parfois les gens n’arrivaient pas à nous lâcher. Il en profita pour prendre une bonne fourchette remplie de riz à la sauce aigre douce et de la manger. Après tout, c’était bien beau de parler, mais il ne fallait pas laisser refroidir le repas.

« Et, sans vouloir revenir en arrière. {...} Je pourrais peut-être vous donner mon avis. »

Derek releva légèrement la tête en mâchant plus doucement à ce qu’Andrew venait de dire. Andrew avait embrassé des filles ? Mais embrassé, juste frôlement de lèvres, ou embrasser en y ajoutant un côté torride à lui avoir coup le souffle, comme c’était arrivé avec Ashton ? Oh voila il était damné. Il n’avait pas à se voiler la face, car après tout, il pourrait donner tout, rien que pour goûter à nouveau à ses lèvres.

« C’était lors d’une fête chez lui. On était tout les deux saoul, lui plus que moi et je l’avais accompagné pour aller chercher quelques bouteilles de plus. Je ne sais pas trop… je me suis juste retrouvé collé à lui pour l’embrasser… de manière très poussé », rajouta-t-il pour qu’Andrew comprenne que ça avait été loin d’un baiser chaste. « Pour ce qui de l’après… il m’a repoussé quand il a réalisé ce qui se passait, je suppose. Je pense que s’il aurait pu tuer du regard, je ne serais déjà plus de ce monde… » continua-t-il en reprenant à la fin à un autre morceau de viande en bouche. Oh ça il s’était senti totalement… il avait eu l’impression d’être un monstre d’avoir fait une telle chose. Et pourtant… le regrettait-il ? Peut être que si Ash’ s’en rappellerait, oui, mais ce n’était pas le cas, donc… pas vraiment. Quoi que si, car il était constamment hanté par cet épisode de sa vie.

« Mais peut être que ce n’était dû qu’à l’alcool. On fait tous des conneries quand on boit de trop » Et là, il avait un arrière goût amer en lui, sachant qu’il se mentait à lui-même. Il l’avait désiré et il l’avait prit. Et dieu seul sait, ce qui aurait pu arriver si Ashton ne l’aurait pas repoussé. En tout cas il ne pourrait jamais repassé dans ce couloir sans penser à leur baiser…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mar 30 Nov - 0:52

Andrew se remplissait le ventre avec délectation, enfin. Il aimait ce restaurant, et n'aurais pas emmené Derek dans n'importe quelle bicoque. Non, que prêt du bar où ils avaient fait connaissance, il avait beaucoup de choix. Sauf s'ils voulaient dîner dans un ancien entrepôt de crack au-dessus d'un bar de striptease aux mœurs légères. Donc, sans ce restaurant, ils auraient dû prendre un véhicule pour aller en ville. Bien sûr quand Sully' invitait quelqu'un à dîner surtout si la personne lui plaisait, il allait tout faire pour que cela se passe. Et, ce soir, tout se passait bien. Il regardait Derek et il semblait satisfait de son canard. Car il restait à l'écoute de ses réactions, on ne pouvait lutter contre les goûts et les couleurs. Étrangement, il voulait que tout se passe pour le mieux, mais si les discussions allaient devenir difficiles. En aucune façon pour Andrew qui avait fait son coming-out depuis des années maintenant, mais pour le jeune brun face à lui.

Il savait pas trop par où commencer, alors il débuta par les clichées qui peuvent traverser l'esprit d'un homme bien en dehors du monde gay et lesbiens. Drew' pouvait sentir que Derek était loin d'être un idiot, ou un rustre sans ouverture et culture. Mais, le rassurer était aussi un devoir, même s'il ne pouvait savoir si son camarade avait un vrai problème. Le monde était tellement grand, et les possibilités infinies. Derek pouvait être tellement de choses. Pour le célèbre Kinsey par exemple, il avait une échelle dans la sexualité.

« (...) J’avais déjà fais la connaissance de deux gays à Londres, avec qui j’avais un peu traîné et qui étaient comme vous et moi. Donc ce n’est pas les clichés qui peuvent poser problème. »

Andrew sur cette échelle, était niveau 5. Mais uniquement car il était complétement libre du côté de sa sexualité, bien loin du cliché de l'homosexuel basique. Il espérait sincèrement qu'un jour Derek puisse se placer sur cette échelle, et c'est pour cela qu'il n'avait pas fuit. Oui, ce n'était pas un repas ordinaire, et il passait une soirée pour l'instant agréable. Il avait quelque chose qui se créait petit à petit entre eux, une bulle de complicité agréable et chaleureuse. Son téléphone intervint, et un ancien amant par un message un peu coquin lui rappela le monde extérieur.

« C'est bien ! Vous avez encore contact avec eux ? Je pense que cela vous ferrez du bien de trainer avec des personnes qui puissent atténuer vos angoisses. Et, c'est toujours mieux d'avoir de divers horizons pour rester toujours ouvert. »

Il profita de cette pause pour manger une nouvelle plâtré de pattes, qui était un vrai délice. Il se régalait, et s'il faisait preuve de gourmandise il commanderait peut-être une deuxième ration pour la route. Mais en réfléchissant, cela ferrait pas très jolie, et cela montrerait une image de petit affamé qui semblait ne pas avoir mangé depuis des semaines. Ce qui n'était pas le cas, mais la cuisine asiatique et Sully' était une grande histoire d'amour. Un deuxième message arriva sur son téléphone pour lui rappeler que s'il voulait un petit cinq à sept ce soir, c'était toujours possible.

« Et, sans vouloir revenir en arrière. {...} Je pourrais peut-être vous donner mon avis. »

Mais étrangement, en regardant Derek, il n'avait pas envie de répondre favorablement à cette invitation. Même s'il avait aucune chance ou presque qu'ils se passent quelque chose entre lui et le grand brun ce soir. C'était un chasseur, et il ne fallait pas faire peur au gibier. Et, c'est histoire de meilleur ami l'intriguait. La détresse de celui-ci l'avait touché, où alors c'était ses yeux, et sa manière à lui d'être gêné quand il avait effleuré sa main tout à l'heure. Il avait hâte de pouvoir en savoir plus pour dire ce qu'il pensait de cette histoire. Lui, avait eu de la chance avec son premier baiser. C'était bien avec son meilleur ami, un soir dans cette chambre qu'il partageait car son père n'avait plus eu le droit de l'approcher. Cela avait été mignon et tendre, puis aucun des deux n'avaient repoussés l'autre.

« C’était lors d’une fête chez lui. On était tout les deux saoul, lui plus que moi et je l’avais accompagné pour aller chercher quelques bouteilles de plus. Je ne sais pas trop… je me suis juste retrouvé collé à lui pour l’embrasser… de manière très poussé » Il comprit avec cette pause que ce baiser avait été intense. Il le laissa reprendre, s'occupant pour sa part de mettre une nouvelle fournée de pattes en bouche comme si tout pouvait rentrer dans cette-ci. « Pour ce qui de l’après… il m’a repoussé quand il a réalisé ce qui se passait, je suppose. Je pense que s’il aurait pu tuer du regard, je ne serais déjà plus de ce monde… »

Il le laissa vider son sac, même s'il savait déjà quoi dire, ayant déjà vu ce genre de scène un million de fois. Mais avant cela, il ne voulait pas le brider, et surtout pas lui couper la parole. Surtout, qu'il reçut un troisième message de son admirateur secret. Ce qu'il ne regarda pas dans un premier temps. Il voulait surtout savoir si Derek avait quelque chose à ajouter en mangeant une nouvelle de ses énormes crevettes.

« Et ? »

« Mais peut être que ce n’était dû qu’à l’alcool. On fait tous des conneries quand on boit de trop »

« Je vous arrête tout de suite. L'alcool peut faire beaucoup de choses, mais elles transforment pas les sentiments. Elle peut parfois les intensifier. Mais avant de parler de ton ami, parlons de toi. J'ai envie de te demander, pourquoi tu l'as embrassé ? Mais c'est juste pour la forme car je peux me tromper mais je sens de la tristesse quand tu parles de lui. Dis moi, Derek, depuis quand tu es amoureux de ce ? C'est quoi son prénom ? » demanda t-il pour plus de clareté.

Pour Andrew, c'était évidement, ces petits soupirs, ces petits regards en coin quand il parlait de ce meilleur ami inconnu. Derek semblait amoureux de lui, sauf erreur de sa part. En espérant que le grand brun accepte d'aborder le sujet. Il prit un instant pour laisser son camarade le temps de choisir sa réponse. Il prit discrètement son portable et regarda le message en attente ; "Salut, je suis en bas de chez toi. Cela te dit que je monte et qu'on..." et sans hésiter un instant. Il regarda les grands yeux de son voisin et répondit par un message court mais clair ; "Je pense que tu te fais du mal tout seul mec, rentre chez toi et prends une bonne douche froide" Puis il rangea son portable, pour aborder un autre sujet.

« Tu sais pour un baiser passionné, il faut être deux. D'après ce que j'ai compris, il a répondu à ton baiser avant de te repousser ? Pour moi c'est clair, il en avait envie mais il a juste eu peur. Car je suppose que c'est un hétérosexuel, et que tu lui connais aucune expérience avec un homme ? Tu lui en as reparlé, depuis sinon ? » demanda t-il toujours pour mieux comprendre la situation.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mar 30 Nov - 15:33


« C'est bien ! Vous avez encore contact avec eux ? Je pense que cela vous ferrez du bien de trainer avec des personnes qui puissent atténuer vos angoisses. Et, c'est toujours mieux d'avoir de divers horizons pour rester toujours ouvert. », lui parla Andrew quand Derek raconta de ses deux connaissances. Mais du coup, il eut un petit sourire amusé et hocha de la tête. « Ils sont restés à Londres, eux » Naturellement ils étaient Londoniens et il doutait que Greg et James quittent cette capitale pour une autre. Il en avait entendu de bonnes critiques pour la communauté gay sur place. Et il était vrai qu’il avait plus vu de gay main dans la main dans les rues à Londres pendant un an, que de toute sa vie ici à Sydney.

Donc du coup non, Derek ne saurait pas traîner d’avantage avec eux, surtout qu’il avait coupé les ponts avec tous ceux qu’il avait connu sur place. Penser à Londres faisait naître toujours de la culpabilité en lui.

En tout cas la conversation continua sur cette histoire de baiser entre Ashton et lui. Ainsi donc le journaliste raconta en grandes lignes ce qui était arrivé. Bien sûr il tenta de laisser paraître le moins, mais ça le rendait tout de même triste la façon dont ça c’était conclu. Pas qu’ils n’aient pas été plus loin, mais plutôt la réaction de son meilleur ami et la sensation actuel de l’avoir trahit d’une quelconque manière.

« Et ? »

« Mais peut être que ce n’était dû qu’à l’alcool. On fait tous des conneries quand on boit de trop »

« Je vous arrête tout de suite. {…} Dis moi, Derek, depuis quand tu es amoureux de ce ? C'est quoi son prénom ? »

« Quoi ?? », lâcha-t-il en entendant la fin. Amoureux ? Mais il ne fallait pas pousser les choses. Il n’était pas amoureux de son meilleur ami ! Il ne releva même pas la question d’Andrew sur le fait de vouloir le prénom d’Ash’. Mais l’idée de… d’être amoureux, était totalement ridicule. Il avait bu et avait fait une connerie, c’est tout. Il ne savait pas pourquoi il l’avait fait. C’est arrivé c’est tout. Mais il ne se permettrait pas de tomber amoureux d’Ashton. C’était un coup à ce qu’il aille se pendre tout de suite.

« Tu sais pour un baiser passionné, il faut être deux. {…} Tu lui en as reparlé, depuis sinon ? »

Derek soupira en poussant un morceau de viande avec le bout de sa fourchette. Il lâcha tout de même un léger rictus en se répétant la phrase du jeune homme. Ashton fricoté avec des hommes ? Peut être le jour ou celui-ci arrêtera de se droguer, donc ce jour n’était pas prêt d’arriver.

« De un, d’accord il a peut être bien répondu un court moment à ce baiser, mais saoul comme il l’était, le temps de réaction est lent. Et de deux, vous connaissez un peu le genre d’éducation que peut avoir un noble, donc vraiment stricte et bien c’est tout à fait lui. Son père… est bien du genre à s’en pendre sans scrupule au premier gay qu’il croiserait en route, car c’est totalement contre-nature. », déclara-t-il. Il haussa alors doucement des épaules. « Non je ne lui en ai pas reparlé et je ne compte pas le faire de si tôt. Il ne s’en rappelle pas et c’est peut être mieux ainsi. Pourquoi je mettrais en péril notre amitié pour ça ? », demanda-t-il sans quitter des yeux Andrew. C’était vrai quoi ! Pourquoi entrer dans la gueule du loup ? Les choses étaient bien là, certes perturbantes pour lui, mais… oh et puis non, les choses étaient loin d’aller entre Ashton et lui ! Il souffla énervé, resserrant ses mains sur ses couverts. Avec cette dernière histoire avec Léopoldine, ça avait davantage accrue le gouffre entre eux. Il était loin d’être aveugle et même s’il avait interdit à Ash’ ne de pas mettre son ex dans son lit, il ne saurait dire si celui-ci le tiendrait longtemps. Mais il n’avait tout simplement aucune envie de voir ces deux là ensemble. Il les soupçonnait même de s’être rapprochés pendant que Léopoldine et lui étaient ensemble. Parce que ça n’avait pas prit beaucoup de temps pour que ces deux là aient envie d’aller plus loin.

Derek piqua sa fourchette dans un morceau de canard pour le porter à ses lèvres et d'y goûter. Une douceur qui arrivait plus ou moins à le calmer. Pourtant avec l'attitude de gamin que son meilleur ami pouvait avoir, et à être franchement parfois d'un égoïste, il se demandait si ce n'était pas déjà fait. Oh et puis pourquoi c'en était il mêlé ?

« Vous savez, de toute façon que je sois amoureux ou pas et je ne dis pas par là que je le suis, ou qu'il accepte ou pas, ça ne m'apporterait pas grand chose. Il n'est pas du genre à se caser et si jamais il pourrait se révéler bisexuel, le seul avantage que ça serait pour lui, c'est que ça élargirait son terrain de chasse, c'est tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mer 1 Déc - 14:05

« Ils sont restés à Londres, eux » lui souligna son camarade.

Andrew lui répondit par une mine un peu désolé d'apprendre cette séparation. Pas uniquement car ses amis londoniens étaient gays. Mais, car lui aussi avait dû abandonné ses amis, ses voisins, ses collègues de travail, en quittant Wesport. Et, malgré ses affaires avec son père et sa mère, il avait plutôt des bons souvenirs du pays, des moments tendres et rigolos. Le jeune Sullivan avait toujours eu un caractère avenant, aucun problème pour se faire des amis et c'est un vrai petit groupe qui était venu lui dire au revoir à l'aéroport. Cependant, malgré ce beau geste, il n'y avait qu'une seule personne que Drew' voulait serrer dans ses bras avant de passer le portique, c'était Braddley. Mais son meilleur ami n'avait même pas fait le déplacement.

Heureusement, avec ses autres amis, il avait des moyens de communiquer plus facilement à notre époque. La discussion tourna rapidement vers le baiser qu'avait échangé Derek et son meilleur ami. Le grand brun semblait bien arrêté sur cet événement.

« Je vous arrête tout de suite. {…} Dis moi, Derek, depuis quand tu es amoureux de ce ? C'est quoi son prénom ? »

« Quoi ?? »

Le visage d'Andrew était pourtant bien arrêté sur ce qu'il venait dire. Il n'avait pas été présent lors de ce baiser. Mais, l'infirmier avec beaucoup d'intuition, et il se sentait pas Derek comme un jeune homme qui pouvait embrasser n'importe qui. Lui, par exemple, avait des aventures depuis plus d'un an avec des inconnus, et le baiser n'était qu'un acte pulsionnel pour accompagner l'acte charnel. Mais il éprouvait en présence de son voisin le sentiment d'avoir un grand romantique devant lui.

« Tu sais pour un baiser passionné, il faut être deux. {…} Tu lui en as reparlé, depuis sinon ? »

Pourtant, Sully' aimerait se tromper, car cela voudrait dire que le Chasseur avait une chance de lui voler un baiser s'il arriverait à trouver un angle d'approche pour stimuler le grand brun. Mais, est-ce qu'il pouvait lui plaire ?

« De un, d’accord il a peut être bien répondu un court moment à ce baiser, mais saoul comme il l’était, le temps de réaction est lent (...) Pourquoi je mettrais en péril notre amitié pour ça ? »

Le néo-zélandais le regarda toujours amusé par ses réactions, avec son petit sourire en coin . Il passa sa serviette sur sa bouche pour nettoyer celle-ci. Son regard se concentra sur les mains de Derek qui se contractait sur ses couverts. " Et, il veut me faire croire qu'il y a rien sur ce baiser, il est mignon " pensa t-il. Il avait clairement quelque chose dans l'air, peut être de la jalousie, de la peur, et des sentiments naissants. Derek avait peut être utilisé la négation, mais Drew' ne lâcherait pas l'affaire. Mais, il fallait peut-être qu'il redéfinisse ce qu'il appelait " l'amour ", car sans parler de préférence sexuel, l'amour pour lui était en premier un attachement. Personnellement, il n'avait pas honte de dire qu'il aimait son frère, rien de sexuel, juste un profond amour pour son propre sang. Andrew posa ses baguettes, et porta son bol à sa bouche pour siroter le bouillon. Puis s'arrêta, pour reprendre ses monologues, tout en gardant son bol proche de ses lèvres, comme pour se cacher.

« C'est étrange...Moi personnellement mon premier baiser c'était car j'avais des sentiments pour ce garçon. Si je me suis osé à l'embrasser c'est que je fantasmais depuis longtemps sur ce moment. Mais je suis peut-être plus romantique que vous ? » demanda t-il l'air sucré et provocateur.

Il posa son bol pour défier son voisin face à lui, non par méchanceté, mais car c'était touchant cette façon de fuir ses sentiments. Encore un point commun entre eux, peut-être que Braddley et le meilleur ami avaient un lien de parenté. Ils étaient peut-être frères, cette image l'amusa un petit peu. Même si penser à Braddley lui provoquait toujours ce petit pincement.

« Vous savez, de toute façon que je sois amoureux ou pas et je ne dis pas par là que je le suis, ou qu'il accepte ou pas, ça ne m'apporterait pas grand chose. Il n'est pas du genre à se caser et si jamais il pourrait se révéler bisexuel, le seul avantage que ça serait pour lui, c'est que ça élargirait son terrain de chasse, c'est tout. »

Andrew sentait toujours ce petit malaise, et ne savait pas comment le conseiller. Ce genre de choses, comme comprendre ses sentiments, comprendre les personnes qui nous entourent, prennent du temps. Parfois toute une vie. Mais pour lui, en regardant Derek, celui-ci, semblait avoir déjà fait le tour de la question.

« Pour quelqu'un qui n'a aucun sentiment. Vous semblez avoir fait le tour de la question. Je vous taquine excusez-moi. » dit-il en grignotant le bout de l'une de ses crevettes. « Moi, ce que je vois depuis que vous parlez, c'est que vous vous intéressez trop à ce que veulent les autres. Mais vous, Derek ! Que voulez-vous ? C'est cela la question. On ne vit qu'une fois, et il faut la vivre intensément. »

Sully' qui regardait son bol, reprit en main ses baguettes pour attaquer à nouveau ses crevettes. Il ne lui en restait plus que deux. L'infirmier coinça l'une d'elle entre ses couverts et avança le poisson frit vers Derek.

« Vous voulez goûter ? Elles sont délicieuses ! demanda t-il le regard du chasseur en action. Il prit une pause en attendant la réaction de son camarade puis il reprit. « Moi demain si je tombais sous vos charmes par exemple. Je m'en moquerais que vous soyez hétérosexuel, bisexuel, et qu'au final je ne pourrais que souffrir de votre rejet. Il faut savoir être égoïste parfois, et penser à son propre bonheur avant de vouloir ceux des autres. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mer 1 Déc - 15:51

Derek savait tout de même maintenant que le simple fait de penser qu’Ash’ pourrait se retrouver dans d’autres bras masculins, n’ennuyait vraiment. Il en serait peut être bien jaloux… Mais c’était n’importe quoi. Il ne savait pas trop comment prendre les choses. D’un côté, il ne se voulait pas amoureux et de l’autre il s’en voudrait de pousser son ami dans les bras d’autres mecs que les siens. Car il doutait tout de même fortement qu’Ash’ veuille plus de lui que leur amitié.
Le journalise continua à manger de son plat, n’ayant pas encore beaucoup avancé, ne voulant pas non plus que ça refroidisse. Il pouvait avoir un appétit de moineau, mais quand il allait au restaurant, il n’aimait pas trop ne pas finir son plat. Quoi que parfois il tombait sur des restaurants qui lui donnaient le triple de ce qu’il pouvait avaler dans un plat. Mais heureusement qu’il y avait des plats, comme celui-ci qu’il adorait et qu’il pouvait même manger en étant repu.

« C'est étrange...Moi personnellement mon premier baiser c'était car j'avais des sentiments pour ce garçon. Si je me suis osé à l'embrasser c'est que je fantasmais depuis longtemps sur ce moment. Mais je suis peut-être plus romantique que vous ? »

Derek eut un petit rire, puis feignit de ne rien savoir en haussant des épaules. Plus romantique ? Peut être… après tout il ne connaissait pas Andrew, même si le peu qu’il avait vu ne pouvait pas affirmer ni infirmer cette question. Mais pour ce qui est de fantasmer depuis un moment sur ces lèvres… depuis trop longtemps oui, après tout c’était à cause de ça qu’il avait quitté son ex petite amie.

Donc il était certain qu’il n’aurait rien à gagner dans tout ça.

« Pour quelqu'un qui n'a aucun sentiment. Vous semblez avoir fait le tour de la question. Je vous taquine excusez-moi. »

Il hocha de la tête. Oh ce n’était rien, car après tout, c’était vrai. Depuis maintenant un bon bout de temps qu’il se trimbalait avec ces questions. Naturellement il avait eu des réponses et il n’était pas là pour affirmer ses sentiments qu’il pouvait éprouver pour son meilleur ami mais surtout pour savoir s’il allait pouvoir passer à autre chose. S’il serait capable de rester avec les filles. Après tout c’était parce que les deux dernières tentatives n’avaient pas été concluantes, qu’il était rentré dans ce bar.

« Moi, ce que je vois depuis que vous parlez, c'est que vous vous intéressez trop à ce que veulent les autres. Mais vous, Derek ! Que voulez-vous ? C'est cela la question. On ne vit qu'une fois, et il faut la vivre intensément. »

« Oui… c’est vrai, mais y a tout simplement des choses où on sait que c’est impossible », répondit-il en soupirant. C’était parce qu’il connaissait son ami d’enfance, qu’il savait que celui-ci ne pouvait pas l’aimer. « Ce qu’il fait c’est de prendre des coups par ci par là et je n’ai pas besoin de ça. Ce n’est pas d’un coup d’un soir que j’aurais aimé. », avoua-t-il difficilement. C’en était presque déroutant qu’il parle si sincèrement à un inconnu. Dire qu’il ne disait même pas tout à ses proches, étant assez discret sur lui-même.

« Vous voulez goûter ? Elles sont délicieuses ! », lui demanda Andrew en ayant approché une crevette de lui. Derek sourit, ému, même s’il n’en laissa rien paraître et acquiesça de la tête. Il prit donc la dite crevette entre deux doigts et la porte à ses lèvres pour y goûter. Et oui, elle était savoureuse. Les fruits de mers étaient aussi un de ses plats préférés.

« Moi demain si je tombais sous vos charmes par exemple. Je m'en moquerais que vous soyez hétérosexuel, bisexuel, et qu'au final je ne pourrais que souffrir de votre rejet. Il faut savoir être égoïste parfois, et penser à son propre bonheur avant de vouloir ceux des autres. »

Derek observa le jeune homme tout en grignotant la crevette par petits bouts. Être égoïste… C’était un trait de caractère qu’il n’avait pas vraiment… Même en ayant peu, il avait toujours apprit à partager avec les autres.

« Mais ce n’est pas pareil. On ne se connaîtrait pas. Lui et moi on se connait depuis tout petits, on a grandit ensemble. C’est comme un frère pour moi. Même si parfois je me demande si c’est réciproque »,
marmonna-t-il doucement plus pour lui-même que pour Andrew. « Le bonheur… avec lui ce serait éphémère… » Comme toute la durée que quelqu’un pouvait le passer dans les bras d’Ashton. Rien que ce baiser avait déjà des conséquences douloureuses, encore plus en sachant ce qu’il y a entre Léopoldine et Ash’. Alors il n’allait pas volontairement en souffrir d’avantage. « Il me fait déjà des coups-bas et souffrir en tant que meilleur ami, alors je ne voudrais pas savoir ce que ce serait en tant que petit-ami », rajouta-t-il… mais il baissa très vite les yeux sur son plat. Petit-ami… Il ne savait même pas se l’imaginer. Pas avec Ashton.

« Andrew... Vous m'avez dis que vous aviez embrassé le garçon parce que vous aviez éprouvez des sentiments pour lui. Vous étiez vraiment amoureux ? Vous n'avez pas besoin d'y répondre... Mais à ce que j'ai cru comprendre jusqu'à maintenant vous ne partagez pas votre vie avec quelqu'un. Alors je suppose que si vous aviez été amoureux, la séparation a dû être douloureuse et tout autant difficile. Je ne sais pas... ne sachant pas exactement ce qui c'est passé pour vous mais, vous savez alors ce qu'est d'en souffrir et personnellement je ne vois pas pourquoi m'y enfoncer encore plus, tandis que je sais pertinemment qu'avec Ashton ça n'irait pas loin. Si je n'aurais voulu qu'une expérience avec un homme, un coup d'un soir, oui peut être bien que je n'aurais pas hésité à lui en faire part, mais ce n'est pas le cas. Si je lui en parlerais c'est en espérant avoir quelque chose en retour... s'il pourrait accepter ce serait plus par curiosité à essayer quelque chose ne nouveau et non pas amour. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mer 1 Déc - 21:14

Andrew qui avait avancé avec plus de facilité dans on plat, se permit de faire une petite pause face à son camarade. En plus, c'était si simple de lui parler, peut-être car c'était un inconnu qu'il ne reverrait jamais. Mais il faut dire aussi que malgré le mur que Derek avait dressé au bar il y a une bonne heure maintenant, il avait l'impression qu'il parlait à cœur ouvert. C'est pour cela que l'infirmier se permettait de parler aussi librement, de choses qui ne le regardait pas du tout. Car la vie du grand brun, ses amours, ses emmerdes, et son meilleur ami, ne regardait que lui. Et, est-ce qu'il était assez sage pour le conseiller ? Lui, le coureur de slip. En tout cas, il voulait essayer. Plus, la soirée avançée, et plus il se sentait bien avec cet inconnu.

« Moi, ce que je vois depuis que vous parlez, c'est que vous vous intéressez trop à ce que veulent les autres. Mais vous, Derek ! Que voulez-vous ? C'est cela la question. On ne vit qu'une fois, et il faut la vivre intensément. »

« Oui… c’est vrai, mais y a tout simplement des choses où on sait que c’est impossible {...} Ce qu’il fait c’est de prendre des coups par ci par là et je n’ai pas besoin de ça. Ce n’est pas d’un coup d’un soir que j’aurais aimé. »,

L'infirmier leva la tête, car l'image que Derek dépeignait de son meilleur ami, était assez proche de ce qu'il était depuis un an. Est-ce qu'il se sentait insulter ? Est-ce qu'il voulait se justifier ? Non, Sully' assumait tout à fait sa nouvelle image, et, ce qui retint son attention dans le discours de son voisin fut sa dernière phrase. Pour lui, il touchait le point principal de cette rencontre. Il voulait pas lui faire peur, ni le brusquer, mais il allait peut être faire sortir quelque chose de primordial, il le sentait, c'était là, sur le point d'apparaître.

« Et, qu'est ce que vous auriez aimé. Ne réfléchissez pas ! Dites-moi là ce qui est sur le point de sortir de votre bouche ? » Puis tout en attendant qu'il lâche enfin la bride de ses pensées un peu torturées. Andrew proposa de partager son plat, et fut content de voir que le grand brun accepta de goûter sans rechigné à son fruit de mer. Un petit haussement de sourcil plus tard, le Chasseur voyait ce partage comme une petit victoire. Dans la tête de celui-ci tournait différente image de tout les futurs partages possible s'il arrivait à le mettre dans son lit. Mais, ils sont à table, donc nous allons censurer ses images peu chastes. « Moi demain si je tombais sous vos charmes par exemple. Je m'en moquerais que vous soyez hétérosexuel, bisexuel, et qu'au final je ne pourrais que souffrir de votre rejet. Il faut savoir être égoïste parfois, et penser à son propre bonheur avant de vouloir ceux des autres. » termina t-il de dire en faisant une pause devant son bol.

Il le regarda grignoter la crevette qu'il lui avait offert, et sentit qu'il allait devoir se taire, qu'il avait enfin réussit à ouvrir les vannes de tout ce qui pouvait le tourmenter. Sully' recula donc et prit une place plus confortable sur la banquette. Il leva l'eau pétillante, enfin, et servit un verre à Derek et lui même pour se tourner complétement à ce que son camarade allait lui dire.

« Mais ce n’est pas pareil. On ne se connaîtrait pas. Lui et moi on se connait depuis tout petits, on a grandit ensemble. C’est comme un frère pour moi. Même si parfois je me demande si c’est réciproque {...} Le bonheur… avec lui ce serait éphémère…{...} Il me fait déjà des coups-bas et souffrir en tant que meilleur ami, alors je ne voudrais pas savoir ce que ce serait en tant que petit-ami »

Andrew comprit enfin le problème de Derek, il voulait tout contrôler, mais dans la vie et surtout avec les relations humaines on ne peut pas savoir ce que demain sera fait. Pour lui, le grand brun voulait uniquement se lancer s'il était sûr de ne pas être blessé. Mais comme le souligne l'expression " Tomber amoureux ", il faut tomber, et donc se faire mal pour connaître ce magnifique sentiment. Mais l'infirmier sentait bien que malgré toutes ses négations, sa volonté de voir que le négatif, il avait une vraie volonté de vouloir ce type de relation, mais c'est normal, quand est amoureux. Il voulut lui souligner mais Drew' n'eut même pas le temps d'en placer une que Derek le surprit en s'adressant directement à lui.

« Andrew... Vous m'avez dis que vous aviez embrassé le garçon parce que vous aviez éprouvez des sentiments pour lui. Vous étiez vraiment amoureux ? Vous n'avez pas besoin d'y répondre... » Andrew profita de cette pause pour lui répondre. Jamais il n'aurait été aussi franc avec un de ses amis proches. Mais ce soir, il sentait qu'il pouvait tout dire sans retenue. « Je vous ai dit ! Il n'y a pas de question indiscrète ce soir. Alors, est-ce que j'étais amoureux ? Oui, mais je ne l'ai réalisé qu'au bout de six ans, six ans de liaison où je pensais ne jamais m'attacher. Donc, vous voyez les cheminements peuvent être long... »

« Mais à ce que j'ai cru comprendre jusqu'à maintenant vous ne partagez pas votre vie avec quelqu'un. Alors je suppose que si vous aviez été amoureux, la séparation a dû être douloureuse et tout autant difficile. Je ne sais pas... Dans la même approche, profitant de ce temps suspendu, et jouant avec sa serviette. Nouant ses doigts entre le tissu, n'ayant pas affronté ce qu'il allait dire depuis un sacré moment. « Non ! Si ! En quelque sorte...en faite cela m'a devasté. » lâcha t-il la gorge noué.

« Ne sachant pas exactement ce qui c'est passé pour vous mais, vous savez alors ce qu'est d'en souffrir et personnellement je ne vois pas pourquoi m'y enfoncer encore plus, tandis que je sais pertinemment qu'avec Ashton ça n'irait pas loin. Si je n'aurais voulu qu'une expérience avec un homme, un coup d'un soir, oui peut être bien que je n'aurais pas hésité à lui en faire part, mais ce n'est pas le cas. Si je lui en parlerais c'est en espérant avoir quelque chose en retour... » Sully' sentait l'émotion monter en lui, il n'allait quand même pas pleurer devant un inconnu. « Mais là, c'est votre raison qui parle, et non votre coeur. Moi, malgré le fait qu'il soit marié maintenant, un enfant, qu'il soit un père heureux, et qu'il m'a effacé de sa vie comme un mobilier qu'on trouve encombrant...Et, bien...je l'aime encore...C'est fou je n'avais jamais dit cela à quelqu'un.» arriva t-il à dire en retenant une larme.

« Et s'il s'il pourrait accepter ce serait plus par curiosité à essayer quelque chose ne nouveau et non pas amour. » L'émotion était passé fort heureusement, et il n'avait pas craqué. Regardant l'assiette de Derek, il l'invita à manger avant que cela soit complétement froid et décida de prendre la parole un moment. « Peut-être, je le connais pas votre ami, mais vous savez, maintenant dans ce monde qui va si vite, dans les couples en général, avant d'avoir été l'amour de quelqu'un, on a été souvent son aventure d'une nuit. Il ne faut pas diaboliser l'acte sexuel, c'est un partage, une communion. On apprends beaucoup plus sur une personne ou sur soi même en faisant l'amour. Combien de personne l'utilise pour retenir l'être aimé ? Combien de personne l'utilise pour se découvrir ? Personnellement, j'ai permis à beaucoup d'hommes de savoir ce qu'il voulait en couchant avec eux, et j'en ai pas honte. Maintenant que tout cela ne vous ressemble pas, c'est une chose. Mais vous ne pouvez demander à quelqu'un de vous aimer inconditionnellement juste par vos beaux yeux. Si vous attendez que la personne vous aime avant de vous jeter à l'eau, vous n'arrivez à rien, ça c'est une certitude. »

Andrew fit une pause pour enfin terminer son bol de nouilles. Il souffla avec satisfaction en se frappant légèrement sur le ventre. Il avait bien mangé, et la compagnie de Derek était très agréable mais s'il avait faillit le faire pleurer. Lui, qui ne pleure jamais, ou comme tout homme seul chez lui à l'abri des regards indiscrets.

« Mais si je peux me permettre. Pour l'instant avant de vouloir changer les autres, vous devriez vous occuper de vous. Je pense que vous devriez sortir, vous amusez, et prendre confiance en vous, quelque soit votre sexualité. Votre corps vous parlera au moment venu, faites moi confiance. » dit-il avec un petit clin d'œil complice.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être. Mer 1 Déc - 23:54

« Et, qu'est ce que vous auriez aimé. Ne réfléchissez pas ! Dites-moi là ce qui est sur le point de sortir de votre bouche ? »

Ne pas réfléchir ? C’était mal parti, car Derek se tut. Et a vrai dire, absolument rien n’était sur le point de sortir. Car pour lui tout était dit… peut être qu’avant il n’aurait pas réagit ainsi, peut être bien même qu’il aurait tout avoué à Ashton, prenant des risques comme avant. Et qu’un coup lui aurait déjà suffit. Mais ce n’était plus le cas, ce qui dérangeait tant son meilleur ami également. En un an, tant d’incident étaient arrivé qui pourraient facilement mettre le doute à la stabilité de leur amitié.

« Je ne vois pas ce que vous souhaitez entendre de plus… », répondit-il alors simplement. Continuant à avancer dans la dégustation de son plat, Derek se permit tout de même de ressasser le tout dans sa tête. Mais non… A vrai dire plus il parlait, plus il se disait que malgré ce qu’il pouvait ressentir actuellement pour son meilleur ami, qu’il ne devrait pas s’y accrocher. Avec les difficultés qu’ils traversaient actuellement en tant qu’amis, il n’était pas nécessaire d’y jeter une autre bombe.

Derek fit un léger signe de tête pour remercier le jeune homme de lui servir à nouveau de l’eau pétillante puis reprit le fil de la conversation.

« Andrew... Vous m'avez dis que vous aviez embrassé le garçon parce que vous aviez éprouvez des sentiments pour lui. Vous étiez vraiment amoureux ? Vous n'avez pas besoin d'y répondre... »

« Je vous ai dit ! Il n'y a pas de question indiscrète ce soir. Alors, est-ce que j'étais amoureux ? Oui, mais je ne l'ai réalisé qu'au bout de six ans, six ans de liaison où je pensais ne jamais m'attacher. Donc, vous voyez les cheminements peuvent être long... »

Six ans… pour être long, oui ils pouvaient l’être. Mais ça ne voulait pas dire que les sentiments n’étaient pas là bien avant. Il fallait juste le voir, ce qui parfois semblait plus difficile. Du coup, Derek, se disait que ça pouvait tout aussi bien le concerné. Mais il préféra chasser ces pensées. Tout comme il avait aimé d’autres filles, allant de courte période à longues période, il se doutait que ce serait pareil avec son meilleur ami. Au fond, c’était ce qu’il souhaitait là maintenant. Car la situation à laquelle il était avec Ashton ne lui donnait pas la confiance nécessaire en le jeune homme, ni a la sincérité de ses paroles. Et il voudrait avant tout régler les problèmes amicaux avant d’envisager quoi que ce soit d’autre.

« Non ! Si ! En quelque sorte...en faite cela m'a devasté. », dit Andrew après qu’il eut demandé si celui-ci avait quelqu’un actuellement dans sa vie. Mais la réponse le fit tout de même bien sourire. Ce non, si, était pour lui un non en tout cas. Y avait cet image que les gay portaient à être plus porté sur les coups d’un soir que de réellement se mettre en couple. Sûrement que c’était le cas pour une grande ? partie… Mais y en avait toujours qui voulaient une vie plus tranquille. Enfin certains diraient que ce serait une vie ennuyeuse, surement. Mais la preuve avec le couple qu’il avait connu à Londres, monogame et très heureux ainsi, depuis plus de deux ans, trois si cette dernière année n’avait rien changé entre eux, mais là Derek ne le savait pas.

En tout cas, il continua sur sa lancé, lui parlant plus franchement du coup. Faut dire que rien qu’avec Andrew, il y réfléchissait bien plus et arrivait lui-même à plus de conclusion maintenant que le total des dernières semaines.

« Mais là, c'est votre raison qui parle, et non votre coeur. {...} C'est fou je n'avais jamais dit cela à quelqu'un.»

En entendant ces mots, il se sentit désolé pour le jeune homme en face de lui. Ça devait être terriblement difficile… Cet homme avait préféré une vie plus en « norme »… Derek ne savait pas quels étaient les sentiments de cet homme pour Andrew, mais si les sentiments avaient été partagés, alors oui, c’était un coup difficile à digérer.
Mais en gros c’était ça aussi donc Derek avait peur, car Ashton pourrait bien le laisser tomber pour aller voir ailleurs. Qu’Ashton se mettrait ensemble avec une fille par amour, il ne saurait qu’accepter… mais ce serait pire si par hasard son meilleur ami tomberait amoureux d’un autre homme. Pourtant, pour ça fallait, déjà qu’Ash sache ce que le mot Amour signifiait.

« Peut-être, je le connais pas votre ami, mais vous savez, maintenant dans ce monde qui va si vite, dans les couples en général, avant d'avoir été l'amour de quelqu'un, on a été souvent son aventure d'une nuit. »

Oh oui, bien sûr, il le savait, ça lui était même arrivé. Il avait été jeune quand même, encore heureux que la fille n’ait pas tombé enceinte, car ça n’avait pas été prémédité… pour peu il aurait continué cette lignée d’avoir un enfant tôt… Il avait encore contact avec elle, vu que c’était son premier amour, certainement un peu enfantin, mais c’étaient de très bons souvenirs.

« Il ne faut pas diaboliser l'acte sexuel, c'est un partage, une communion. {...} Si vous attendez que la personne vous aime avant de vous jeter à l'eau, vous n'arrivez à rien, ça c'est une certitude. »

Derek continua à manger tout en écoutant le jeune homme. Et naturellement il était d’accord avec ce qu’il disait, si on voyait la généralité de la chose. Mais ça n’entrait tout simplement pas dans le cas « Ashton ».

« Déjà faudrait que pour ça qu’il sache aimer. Ce qui n’est pas encore le cas et je ne saurais dire s’il veuille vraiment le savoir. Et puis… notre situation est assez difficile en ce moment et je ne saurais lui faire confiance à nouveau si vite. Donc franchement, il se peut que des sentiments soient totalement contradictoire, mais je ne saurais pas m’engager avec lui plus loin que l’amitié, qui est déjà fragile, actuellement. »

Le journaliste sourit en voyant que le jeune homme en face de lui semblait bien satisfait et rassasié de son repas. Il se dépêcha un peu de finir le sien, même s’il commençait déjà a en avoir eut assez. Mais voyant tout de même le peu de canard qui restait dans son plat, il n’allait pas le laisser là. Un repas si délicieux qui finirait à la poubelle en serait un sacrilège pour lui.

« Mais si je peux me permettre. Pour l'instant avant de vouloir changer les autres, vous devriez vous occuper de vous. Je pense que vous devriez sortir, vous amusez, et prendre confiance en vous, quelque soit votre sexualité. Votre corps vous parlera au moment venu, faites moi confiance. »

S’occuper de lui-même ? Peut être bien. Mais l’idée de ce changement lui était plus ou moins déplaisante tout de même. Mais oui, avant de porter des conclusions, car après tout, peut être qu’il n’en était rien, Derek devrait à nouveau sortir s’amuser un peu. Ça faisait un moment, les dernières fois, c’étaient à l’idée de trouver quelqu’un pour être sûr qu’il n’était pas attiré par les hommes. Donc rien que ça, pouvait être moteur de stress et de blocage.
Donc il allait devoir oublier tout ça, sortir seulement pour s’amuser un peu à nouveau et si touche y avait, alors ce serait sur le moment et non cherché. Avec un peu de chance, à la longue tout rentrerait à nouveau dans l’ordre. Ce qui serait bien, il serait plus rassuré tout de même.

« C’est ce que je pense bien faire oui. Laisser, enfin essayer de laisser ça un peu de côté. Ça fait un moment que je ne suis pas sorti pour m’amuser tout simplement »

Il avait pas mal été prit par le boulot, ou alors travaillait plutôt exprès dessus aussi chez lui pour avoir quelque chose à faire et s’occuper l’esprit. Le mieux serait qu’il aille là où il était sûr de ne pas trouver, ni Ashton, ni d’autres personnes qu’il connaîtrait. Mais bon, il ferrait ça surement plus tard. Déjà faut qu’il voie quand il avait le temps de sortir à nouveau. Quoi que, quand il le voudrait…

Derek reposa ses couverts quand il eut fini son assiette et bu de son eau. Soupirant, il en était rassasié aussi. Très bon repas en tout cas. Il sourit alors et posa son regard à nouveau sur Andrew.

« Je vous invite ce soir », annonça-t-il. Après tout Andrew avait payé au bar alors pour lui c’était bien normal de payer ici et puis ça lui faisait plaisir. De plus que le jeune homme lui avait consacré son temps et l’avait écouté. Peu de gens l’auraient fait…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être.

Revenir en haut Aller en bas

Il est difficile d'être vraiment soi-même et d'accepter de l'être.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMMENCEMENT. :: Corbeille :: RP terminés-