AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Sam 4 Déc - 13:12



Andrew venait de battre son record, plus de 72h aux urgences, avec juste quelques heures se sommeil - voir des minutes - dans la salle des internes. C'est justement après une de ses micro-siestes qu'il se réveilla, son bipeur à sa ceinture venait de le sortir de sa torpeur. Il s'étira, époussetant au passage quelques miettes du sandwich qu'il avait essayé d'entamer avant de sombrer dans un profond sommeil. L'infirmier se releva de son lit d'appoint, enfila son haut, une tunique verte assez fine avec un col en v, et accrocha son badge à son pantalon de la même couleur: c'était la tenue des infirmiers et infirmières du Sydney Hospital.

Dans la salle des internes, le jeune homme n'était pas seul, un collègue s'était endormit sur le canapé devant la télévision. Deux jeunes filles dans le fond, finissaient de manger leur déjeuner. Andrew regarda sa montre; 14h15. Puis juste devant la porte, où plutôt devant les cassiers à l'entrée, un grand gaillard se changeait pour remettre ses habits de ville. Depuis sa rencontre avec Derek, pas grand chose avait changé il faut dire, depuis à peu prêt 3 semaines, Sully' avait travaillé, et encore travaillé. Si, il avait eu un grand changement physique, le jeune homme avait les cheveux courts depuis une semaine. Petit folie passagère, et qu'il regrettait maintenant, sa belle toison qui le rendait si fière, elle lui manquait maintenant. Après leur séparation devant l'immeuble, Derek avait donné son portable au jeune néo-zélandais. Une fois chez lui, le soir même, il avait renvoyé la politesse en envoyant un petit message pour que son camarade est son numéro : " Voici mon numéro, comme convenue, sympa comme premier rendez-vous Monsieur D, je vous appellerais pour le deuxième. " Ce qui était bien entendu un message humoristique, mais après son envoie, le jeune brun se posa la question s'il n'avait pas dépassé les bornes. Malgré tout, comme convenue, il l'avait appelé une semaine après mais était tombé sur son répondeur. Il avait laissé un message au cas où.

Citation :
Salut,
Ici Andrew, je venais aux nouvelles pour ce repas. Bah ! Si vous êtes toujours d'accord ? Rappelez-moi si cela vous tente. A plus.

Voilà, où en était cette histoire, Andrew attendait donc l'appel du grand brun, mais ne perdait pas espoir. L'infirmier qui était perdu dans ses pensées, n'avait pas vu l'attroupement soudain devant la télévision de la plus part des internes. Il s'approcha d'une petite blonde à la bouche pulpeuse. « Il se passe quoi ? » lui souffla t-il dans le cou. Elle se tourna tout en jouant avec ses longues mèches blondes. « Une manifestation qui a mal tourné, il y a une heure sur la 14ème. Une belle émeute, avec pas mal de blessés... » Andrew se mit sur la pointe des pieds pour enfin apercevoir l'écran. Les images étaient plutôt choquantes, des policiers fonçaient sur des manifestants avec leurs armes à la main. On voyait certains des contestataires se faire arrêter avec violence, alors que leurs amis lançaient des pierres, et des bouteilles. On voyait des visages en sang, des femmes ramassés sur des civières, et beaucoup de chaos. Dans le fond, les lances grenades lacrymogènes étaient mises en place, et la voix du présentateur dans le téléviseur reprenait : " Il y a une heure et demi avait commencé la marche silencieuse pour la légalisation de l'euthanasie. Quand celle-ci fut rejoint par des bandes rivales venus profité de l'événement pour en découdre. Des grands écarts de violences d'abord sur ses magasins forcèrent les forces de l'ordre à intervenir. Cela n'a fait qu'envenimer les choses, créant une émeute sans précédant. Les images que vous voyez sont prises d'un hélicoptère, car nous savons de source sûr que plusieurs de nos collègues ont été blessé... "

Tout les bipeurs présent dans la pièce se mirent à vibrer, et sonner. Andrew regarda à nouveau le sien, c'était un code rouge, c'est à dire qu'on venait de leur transférait tout les blessés de l'émeute; autant manifestants, policiers, reporters, et casseurs. Sully' sortit en premier de la salle commune et couru jusqu'aux urgences. La vision était loin d'être jolie, beaucoup de personnes sur des brancards. Bien sûr, il n'était pas médecin, et il attendit les ordres de sa chef, une belle rousse avant d'entreprendre quoi que cela soit. « Sullivan , Johnson et Savdisky, vous restez là et vous vous occupez des arrivés, les autres suivez-moi ! » L'heure qui suivit fut dans bien occupé, Andrew n'arrêta pas de courir entre les commotions, les blessures légères et les plus profondes. Il n'arrêta pas de cavaler jusqu'à la réserve, pour récupérer des compresses, et tout le matériel nécessaire pour assister au mieux le flot des blessés, avant de les transférer à l'intérieur pour être soigné par les médecins.

Andrew souffla avec force en jetant sa vingtième paire de gants dans les grandes poubelles. Il était au bord de l'épuisement, mais il devait dépasser comme à son habitude. Ce métier n'était pas facile, mais il ne se voyait pas faire autre chose. Un urgentiste lui fit un petit signe, il fit craquer sa nuque et s'approcha d'une petite alcove. On venait de lui signifier qu'on venait de lui déposer un nouveau blessé derrière le rideau blanc, qui donnait sur une petite zone de soin. Il remercia l'urgentiste avec un petit mouvement de lèvres qui ressemblait fort à un baiser de loin. Puis Sully', tira avec violence le rideau et resta un instant choqué par cette vision, l'homme devant lui, il le connaissait bien.

« Derek ? » s'exclama t-il.


Dernière édition par Andrew M. Sullivan le Ven 10 Déc - 2:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Sam 4 Déc - 16:10

« Mais qu’est-ce qu’ils font ? », demanda une voix inquiète à côté de lui. Derek, assit sur un des lits de l’hôpital, n’y répondit pas. Il était bien trop occupé à vérifier qu’il arrivait toujours à respirer que de compter les secondes qui passaient pour savoir combien de temps ça allait prendre jusqu’à ce que quelqu’un vienne pour lui. Il doutait fortement qu’il ne devait pas être le seul à avoir besoin d’aide.

Il tenta à nouveau de prendre une plus longue inspiration qui s’avéra toujours bruyante, rauque et entrecoupé. Il sentit alors une main sur son épaule et une voix féminine s’éleva à nouveau près de lui.

« J’ai l’impression que c’est de pire en pire ! »s’exclama-t-elle. « Tes paupières sont enflées et… c’est totalement irrité et brûlé. Qu’est-ce qu’ils attendent pour venir ?! Mais t’en fais pas, je pari qu’ils vont te donner quelque chose pour guérir ça ! »

Derek releva légèrement la tête vers l’endroit où venait la voix et hocha doucement la tête. « Jess, calme-toi un peu… » lâcha le Journaliste d’une voix basse. Franchement, si elle tentait de le rassurer alors, c’était mal parti. Mais maintenant il comprenait pourquoi il n’arrivait pas à ouvrir les yeux. De toute façon, il n’était même pas sûr que ce soit une bonne idée, au vu de comment ça le brûlait toujours. Il leva alors une main en direction de son œil droit clos, mais on lui saisit le poignet pour la rabaisser. « Non n’y touche pas. Attend… » A nouveau, il sentit qu’on lui pressa quelque chose sur le front. « ça se remet à saigner. Heureusement quand même que j’étais avec toi… ça m’a tellement fait peur quand ce truc a foncé sur toi. Et toute cette fumée, je te voyais même plus. Dire que ça aurait dû être une journée simple et calme…», murmura-t-elle.

Derek lâcha un petit soupire, se demandant pour la énième fois pourquoi on lui avait donné la charge de cette stagiaire. N’était-ce pas mieux qu’un autre plus expérimenté l’ait ? Mais non… le pire encore ce n’était pas d’avoir un stagiaire travaillant avec lui, mais bien qu’elle n’arrêtait jamais de parler ! Au début ça l’avait amusé, mais à la longue, lui qui aimait bosser dans le calme, c’était rapidement fatiguant.

Le tissu tapota doucement sur son front et il sentit alors qu’elle devait l’observer en silence. A nouveau le tissu se remit contre lui et il l’entendit encore. « Je pense que t’auras besoin de quelques points de sutures… » Oh non... il détestait ça. Surtout au front...
Il entendit par la suite des pas, ce qui signifiait qu’elle devait s’être éloigné de lui. Il posa alors ses mains sur ses bras, tentant de calmer un peu ses tremblements. Parfois il était saisit de spasmes plus violent. En tout cas tout ça ne le rassura pas vraiment… Il reprit alors sa totale concentration sur sa respiration qui était toujours aussi difficile.

« Si d’ici deux minutes, personne n’est venu, je vais aller en chercher un ! »

Agaçante… mais adorable. Elle était quand même entrée dans cette fumée, s’exposant aussi à la bombe lacrymogène, rien que pour le sortir de là. Mais au vu qu’elle avait su l’emmener jusqu’ici, ça a du la toucher bien moins que lui.

« ça te brûle toujours autant qu’avant ? »

Derek acquiesça lentement de la tête, sans prendre la peine de répondre oralement. Il se sentait déjà totalement out, qu’il ne souhait pas se fatiguer d’avantage à parler. Il entendit alors un soupire puis des pas… Elle ne semblait pas tenir sur place, cette petite… Il passa sa main sur son torse, se massant doucement. Ça lui brûlait même à l’intérieure…

Il se demandait justement s’il ne fallait pas mieux qu’elle aille bel et bien trouver quelqu’un, quand il entendit qu’on tirait un rideau. Ne sachant pas si c’était Jessica ou un du personnel, il resta silencieux.

« Derek ? » Le dit Derek, releva légèrement la tête à cette voix. Voix qui ne lui fut pas totalement inconnu, mais… « Quoi, vous vous connaissez ? » demanda la voix de Jess. Problème fut, qu’il ne savait y répondre, vu qu’il n’y voyait rien. Pourtant, oui, la personne devait forcément le connaître, car il doutait qu’un infirmier ou docteur se permettrait de nommer leur patient par leur prénom. « Oui c’est moi ! », répondit-il alors d’une voix plus rauque, mais amusé, tentant également de se calmer lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Sam 4 Déc - 22:49

« Derek ? » demanda Andrew en entrant dans la petite alcôve prévue pour accueillir des blessés. Il avait bien reconnu celui qu'il avait croisé dans un bar gay, il y a trois semaines. Bien sûr, le regard de l'infirmier n'eût pas le temps de trop s'attarder sur le grand brun pour l'instant, car une jeune femme l'interpella directement. « Quoi, vous vous connaissez ? » Sully' dévisagea celle-ci, tout en refermant le rideau, qui permettait de créer un peu d'intimité dans ce désordre environnent; entre les cries, et les pleurs. Il allait pouvoir faire son travail et s'occuper de son patient. La première chose qu'on lui apprenait dans son métier c'était de paraître détendu et de réagir calmement en toute circonstance. Il s'approcha de Derek, et chercha d'un œil le dossier qu'on avait du leur donnés à l'entrée. Drew' remarqua que ce qu'il cherchait était dans les mains de la jeune femme. Il posa une main sur celui-ci et ajouta : « Oui ! On sait connus dans un bar. Andrew, pour vous servir, mademoiselle ! »

Prenant le dossier, il put enfin découvrir le nom de famille de Monsieur D; Morrison. Ce petit détail le fit sourire, car il allait connaître celui qui tenait tellement à le vouvoyer lors de leur rencontre. « On a faillit attendre...Il pourrait perdre la vue ! » lança t-elle en croisant les bras. Andrew avait l'habitude de ce genre d'attitude, et garda son sourire, malgré la fatigue. En regardant le dossier, le reste était encore vide, et il tapota sur la page blanche en direction de la présence féminine qui semblait très impatiente. « Si vous étiez impatients, vous auriez du remplir cela ! Bon, alors...Groupe sanguin ? Allergie ? Diabète ? Réaction à l'iode ? » demanda t-il très professionnellement en saisissant un stylo dans la poche de haut vert pomme. Puis, il ne put s'empêcher de se tourner vers Derek même s'il ne le voyait pas, et de prendre une petite voix mutine. « Mst ? Des maladies sexuels à nous souligner ? » termina t-il avec un grand sourire. Il pensait avoir les réponses à sa question par le quota féminin, mais elle garda le silence en se tournant vers le grand brun.

Andrew fut un peu surprit pensant qu'il avait devant lui la femme, ou la petite copine de Derek. Le jeune homme avait du trouver les réponses à sa question d'identité sexuel. Est-ce que l'infirmier était déçu ? Peut-être ! En tout cas, il était un garçon professionnel, et pour l'instant tout ce qui lui importait c'était la santé de son patient. Il posa le dossier, et alla enfiler des nouveaux gants. Sully' ensuite, se plaça devant Derek, et posa une main sur l'épaule du malade. « Voyons cela ! Qu'est-ce qui s'est passé à ce grand gaillard ? » demanda t-il. Il souleva lentement le tissu voyant les yeux gonflés du grand brun, et sembla un petit inquiet face à cette réaction chimique. Bien sûr, il ne voulait pas inquiéter la compagne de son camarade. Il posa un doigt sous son œil droit, tout en douceur, juste pour tester l'étendue de la tuméfaction.

Il avait aussi cette entaille, mais avant de pouvoir s'en occuper, il allait devoir nettoyer ses yeux douloureux. Andrew ouvrit un tiroir sur le côté, où se trouvait tout le matériel médical, alors que la jeune femme ouvrit la bouche à nouveau. « Alors, qu'est ce qu'il a ? C'est grâve ? » demanda t-elle semblant inquiète face aux résultats. L'infirmier avait aussi apprit à réagir dans ses moments, inquiéter le patient ne servait à rien, mais la franchise était primordial. Il sortit plusieurs doses de sérum physiologique et en les serrant entre les mains, jeta un nouveau regard vers Derek. « C'est une sacrée réaction qu'il a là mais je vous rassure sa vie n'est pas en danger. Pour l'instant on va nettoyer les yeux, faire des points sutures, et je vais prendre un rendez-vous pour angio-scanner pour qu'on vérifie les poumons. »

Pour cela, il devait demander l'aval du médecin en chef. Il quitta les deux tourtereaux, tout en souriant à la jeune fille. Sully' ouvrit le rideau, un brancard avec un homme avec une blessure au thorax passa, des infirmiers essayant de contenir hémorragie avec leurs mains. « Je reviens, je vais voir cela avec le médecin de garde. » mais la personne proche de Derek l'interrompit dans son élan. « Vous êtes quoi infirmier ? Attendez ! On veux voir un vrai médecin ! » se rebella t-elle. Andrew tenant toujours le rideau, trouvant très mignon de voir l'intérêt et la peur de la petite copine de Derek; c'était trop mignon !!

« Si vous êtes pas contente madame Morrison, vous pouvez attendre dans la salle d'attente. Je pense qu'un médecin viendra vous voir dans 5, 6 heures ! » lâcha t-il avec un grand sourire, et de disparaître en laissant à nouveau seul les deux tourtereaux. Il avait dû lui clouer le bec car elle ne lui avait rien répondu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 0:01

Et bien alors ? Pourquoi ce silence. Avec la vue en moins, il avait l’impression que le temps passait au ralentit. Et il voulait savoir ce qui se passait ! C’était frustrant, surtout qu’il ne savait pas encore qui était là avec eux.

« Oui ! On sait connus dans un bar. Andrew, pour vous servir, mademoiselle ! »

Bon sang… « Andrew ! », lâcha-t-il surpris. Oh… Parce que le jeune homme travaillait ici. Maintenant il se rappelait que lors du dîner, celui-ci avait parlé de garde. Du coup, il voyait bien de quoi il s’agissait. Mais il ne savait pas s’il devait se sentir rassuré ou inquiet de le savoir ici. Surtout qu’il n’avait pas encore donné signe de vie depuis l’appel de l’infirmier. C’est qu’il n’avait pas trop eu le temps, avec l’emménagement, le boulot, et… d’autres trucs. Et parce qu’il n’avait tout simplement pas encore prit le courage de le rappeler.

« On a faillit attendre...Il pourrait perdre la vue ! »

S’il l’aurait pu, Derek aurait roulé des yeux et en aurait rit, mais il ne pouvait pas le faire et n’était pas d’humeur à plaisanter. Il ne fallait pas non plus exagéré… du moins il l’espérait que sa vue ne risquait rien… Il tourna la tête vers la voix de Jessica, s’apprêtant à lui parler, mais fut devancer par la voix d’Andrew. « Si vous étiez impatients, vous auriez du remplir cela ! Bon, alors...Groupe sanguin ? Allergie ? Diabète ? Réaction à l'iode ? » Remplir quoi ? Bon… ça ne le réussissait pas de ne pas savoir ce qui se passait juste devant lui. Il répondit tout de même aux questions… « O négatif… et le reste non, pas que je le sache. » Il n’avait aucune allergie connu pour le moment. Il en était bien heureux, car pauvre de ceux qui sont allergique au pollen ou autre chose. Tellement contraignant. « Mst ? Des maladies sexuels à nous souligner ? » Derek recula la tête. Non mais c’est quoi ces questions ? Il grogna, sans y répondre. C’était des questions professionnelles ou de simple curiosité ? Et puis même, qu’est-ce que ça viendrait faire avec sa situation ? en tout cas, il ne répondit pas et se concentra sur ce qu’il entendait, jusqu’à ce qu’il sentit une main sur son épaule. La différence, lui fit saisir que c’était Andrew en face de lui et non Jess. « Voyons cela ! Qu'est-ce qui s'est passé à ce grand gaillard ? » « une manifestation qui a mal tourné… », murmura-t-il, mais se tut pour laisser le jeune infirmier faire son travail. Pourtant rien que le fait de sentir la pression sous son œil, lui augmenta la sensation brûlante qu’il avait depuis tout à l’heure.

« Alors, qu'est ce qu'il a ? C'est grâve ? » Derek tourna la tête vers elle, se demandant pourquoi il ne l’avait pas déjà congédié. Ne sachant pas ce que faisait Andrew, il n’avait aucune envie qu’un mal entendu se créait et qu’elle se fasse des idées. « C'est une sacrée réaction qu'il a là mais je vous rassure sa vie n'est pas en danger. Pour l'instant on va nettoyer les yeux, faire des points sutures, et je vais prendre un rendez-vous pour angio-scanner pour qu'on vérifie les poumons. » Bon… C’était plus ou moins une bonne nouvelle. « Je reviens, je vais voir cela avec le médecin de garde. » « Vous êtes quoi infirmier ? Attendez ! On veux voir un vrai médecin ! » « Jess ! », lâcha-t-il mécontent. « Si vous êtes pas contente madame Morrison, vous pouvez attendre dans la salle d'attente. Je pense qu'un médecin viendra vous voir dans 5, 6 heures ! »

Derek lâcha un long soupire, n’arrivant pas à y croire. Non mais elle n’avait pas à s’emporter ainsi. « Il est dingue non mais ! » « Jess arrête maintenant. » Madame Morrison. Il en revenait pas. Bon sang, s’il aurait pu être marié, ce ne serait pas avec elle. « Mais quoi ? Qu’est-ce que j’ai fais encore ? » Le journaliste hocha de la tête, a bout. « Il va revenir, t’en fais pas. » Mais il ne voulait pas qu’elle reste avec lui. Elle allait encore continuer à poser problème. Il saisit alors son appareil photo qui était contre son ventre et le leva pour faire passer la lanière hors de son cou. Il le tendit alors vers l’endroit où il supposait qu’elle se tenait. « Rentre au journal et écrit l’article, il faut que ce soit fait pour ce soir avant l’impression. » « Quoi, mais non, on était supposé de le faire ensemble. », protesta-t-elle. « Y a pas de mais. Saisit cette opportunité pour faire tes preuves, car elle ne va pas se reproduire d’ici tôt. », répliqua-t-il. Franchement c’était pour elle qu’il faisait ça. Et surtout pour lui ! Mais elle avait gros à y gagner aussi. Naturellement seulement si elle ferait du bon boulot. Il avait toujours son bras tendu, jusqu’à ce qu’il sentit qu’elle lui prenait l’appareil des mains. « Bien… Je t’appellerais plus tard pour avoir des nouvelles »

Derek acquiesça de la tête et l’entendit s’éloigner. Enfin… Du coup, il n’avait plus qu’à attendre qu’Andrew revienne. Quand même… quelle surprise de le croiser ici. Et si Andrew allait lui demander pourquoi il n’avait pas encore rappelé ? Quel poisse d’être tombé sur lui… Il aurait aimer encore avoir un certain temps avant de retourner vers… enfin ces autres choses à vérifier ou quoi que ce soit que ce serait ! Il ne savait même pas quel nom donner.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 2:51

Le monde était vraiment petit, Andrew se retrouvait en face de Derek, et ils semblaient tout les deux assez surprit de cette rencontre. Le grand brun ne pouvait pas lui, se fier à ses yeux pour reconnaître sa rencontre d'un soir.

« Andrew ! »

« Oui, c'est moi ! Le monde est petit, hein ? » lui souligna t-il avec sa grande générosité.

Pourtant, il devait faire son examen, malgré la présence féminine bien décidée à lui mettre des bâtons dans les roues. Elle s'inquiétait et c'était normal si c'était sa petite amie, ou sa femme. Andrew continua son travail, en s'occupant d'abord de remplir le dossier de Monsieur Morrison. C'était la procédure, pour être enregistré et suivit par les médecins de l'hôpital. Bien décidé à le remplir, il posa plusieurs questions d'abord en direction de la jeune femme, puis sans réponse, se tourna vers Derek. « O négatif… et le reste non, pas que je le sache. » Andrew cocha les cases sur la feuille, se permettant même, avec un peu d'humour de lui poser des questions qui n'étaient pas présent sur celle-ci. Non, on demandait pas au patients, s'ils avaient des maladies sexuellement transmissibles. Mais, il adorait la tête du grand brun devant sa question indiscrète, cela lui rappela quelques souvenirs, et expressions lors de leur rencontre. « Très bien, je note, ne se prononce pas. » termina Andrew en fermant son stylo, sans bien sûr ne rien écrire sur cette dernière partie.

Il s'approcha pour occulter le grand brun, tout en posant une main sur son épaule sur celui qui avait partagé son repas. Ce contact était étrange, et ses doigt s'oublièrent un instant. Puis il lui demanda ce qui avait bien pu se passer. « Une manifestation qui a mal tourné… » lui répondit Derek. Tout en l'examinant et vérifiant les yeux du patient il se permit d'ajouter, tout en regardant l'appareil photo sur ses genoux. « Vilaine manifestation...J'espère que vous avez pu prendre des belles photos ? » termina t-il avec un grand sourire. La jeune fille semblait toujours inquiète, et il se pressa de la rassurer. « C'est une sacrée réaction qu'il a là mais je vous rassure sa vie n'est pas en danger. Pour l'instant on va nettoyer les yeux, faire des points sutures, et je vais prendre un rendez-vous pour angio-scanner pour qu'on vérifie les poumons. » Maintenant, pour suivre la procédure, il devait faire valider son diagnostic par le médecin en chef. Il devait quitter un instant son patient, même si cela ne semblait pas trop lui à son amie. « Jess ! » intervint le grand brun pour remettre en place la jeune femme, puis Andrew quitta l'alcôve.

Andrew chercha, tout en marchant rapidement dans les couloirs, la rousse pulpeuse qui pourrait valider sa décision. C'était étrange de le revoir, diminué de cette façon, cela ne lui faisait pas plaisir. Effectivement, il devait le rappeler, mais la fin de soirée lors du repas précèdent, avait bien souligné à l'infirmier, qu'il ne pourrait espérer qu'être uniquement ami. Ce qui ne plaisait pas au Chasseur qu'il était. « Vous me cherchiez Sullivan ? » lui demanda sa chef. Sully' essoufflé, s'arrêta dans sa course, et prit le temps de décrire le cas de son patient. Il lui détailla aussi ce qu'il pensait lui faire comme examen avant de le laisser repartir. « Cela me semble très bien ! Vous insistez bien sur le fait qu'il garde son bandage 24 heures, et il revient demain pour qu'on lui enlève. » lui souligna t-elle avant de tourner des talons. Le jeune infirmier se mit à courir dans l'autre sens, tira le rideau où était normalement installé Derek, et se dressa devant lui, un peu essoufflé.

« Pardon pour l'attente ! Elle est partie votre femme ? Je lui ai fait peur ? » demanda t-il amusé, en ouvrant la première bouteille de sérum physiologique. Il s'approcha doucement, et retira délicatement le tissu sur les yeux de Derek. Il se pencha en avant, et avec l'aide de son index il souleva la nuque du grand brun. « Allez ! La tête en arrière Monsieur D ! Je vais vous nettoyer vos yeux maintenant. » Sully' avec des compresses dans une main, et le sérum dans l'autre, il s'occupa des yeux de son patient. Le néo-zélandais avait une vue direct sur le visage de celui qu'il pensait manger tout cru il y a trois semaines; sa bouche, avec ses lèvres un peu charnue. L'infirmier quitta ses pensées un peu coquine pour se concentrer sur son travail.

« Voilà ! Cela devrait vous faire un peu de bien, non ? » le questionna t-il en jetant les compresses dans la grande poubelle à ses pieds. Il laissa glisser sa main sur le bras de son voisin, pour le rassurer sur sa situation et lui souligner mentalement; T'inquiète, tout se passera bien. Puis il ouvrit l'étagère pour en sortir du fil chirurgicale, une seringue, et une aiguille. « Je vous anesthésier pour les points de sutures. Donc, ne bouger surtout pas. » Il prit la seringue et posa d'abord ses doigts au dessus du sourcil droit de Derek pour lui montrer l'endroit où il allait piquer. Andrew est un infirmier doux malgré ses gros muscles. Et, en présence du grand brun, il avait envie de faire preuve d'encore plus de délicatesse, étrangement. « Voilà, vous avez sentit quelque chose ? »

Il jeta l'aiguille, et restant debout devant son patient. Il lui donna une petit tape sur les genoux, tout en s'éloignant un instant. Il devait maintenant attendre pour que l'anesthésie agisse. Sully' se mordit la lèvre, tout en regardant Derek. Il devait parler, sinon il allait fondre sur ses lèvres qu'il n'arrêtait pas de dévorer du regard.

« Alors, surprit de me voir, si je peux dire, infirmier ? Vous avez quand même confiance ? » demanda t-il en rigolant, pour détendre l'atmosphère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 15:22

Derek inspira lentement, n’aimant pas du tout être aveugle tout à coup. Misère pour ceux qui n’y voyaient rien. On ne pouvait pas vraiment savoir ce qu’ils sentaient tant qu’on ne le connaissait pas soit même. Et n’écouter que ce qui se passait autour de soi, sans savoir ce que c’était, n’était pas des plus rassurant. Il espérait tout de même qu’il sera très vite guérit…

« Pardon pour l'attente ! Elle est partie votre femme ? Je lui ai fait peur ? » demanda la voix d’Andrew ce qui signifiait que celui-ci était de retour. Le journaliste se redressa un peu et fit non de la tête. « Jess n’est pas ma femme, mais la stagiaire qui travaille avec moi » mit il au clair. Pourtant il n’avait en rien à se justifier… « Je l’ai envoyé au Journal faire l’article pour qu’il soit dans l’édition de demain. » continua-t-il, même s’il ne savait pas si ça intéressait le jeune homme. M’enfin, vu qu’il n’y voyait rien, il tentait un peu de combler le vide.

Il sentit alors la main d’Andrew sur lui et suivit le geste en laisser sa tête aller en arrière. « Allez ! La tête en arrière Monsieur D ! Je vais vous nettoyer vos yeux maintenant. » Derek ne bougea pas, laissant le jeune infirmier faire son travail. C’était tout de même curieux de le rencontrer ici… Une bonne piqure qui lui rappelait qu’il aurait dû se manifester avant, mais… maintenant les choses étaient faite.
Derek sentit un liquide glacé atténuer les sensations de brûlures dans ses yeux. Ce qui lui fit du bien, cela va sans dire. Mais il doutait que ça suffise pour qu’il retrouve la vu tout de suite, surement qu’il devrait attendre un peu. Et le peu, il espérait que ce soit que quelques heures… Car même s’il avait envoyé Jess faire le boulot… il aurait bien aimer savoir ce qu’elle ait écrit avant qu’elle ne le soumette.

« Voilà ! Cela devrait vous faire un peu de bien, non ? » « Oui, un peu », répondit-il en gardant la tête toujours légèrement en arrière. « ça va prendre combien de temps pour que je puisse à nouveau voir ? », demanda-t-il alors, sentant par la suite la main d’Andrew glisser sur son bras. Il posa son regard sur celui-ci, du moins vers l’endroit où il devait normalement être.

« Je vous anesthésier pour les points de sutures. Donc, ne bouger surtout pas. » Message comprit… Il n’avait jamais aimé les piqures. Il se rappelait la première fois quand il avait été petit, il avait été totalement terrorisé. Il ne savait plus pourquoi… sauf qu’il avait fallu trois infirmier en plus pour le tenir tranquille. Mais en y pensant toujours maintenant, ça le faisait bien rire. Bref, donc même si par la suite il avait été plus calme, il ne les aimait pas quand même. Donc du coup, c’était même mieux qu’il ne voyait pas cette seringue.
Derek sentit le doigt de l’infirmier au dessus de son sourcil et puis par la suite la piqure. A vrai dire ce n’était même pas la piqure elle-même qu’il détestait, mais surtout sentir ce qu’on injectait entrer en soi. C’était toujours une sensation bizarre et désagréable.

« Voilà, vous avez sentit quelque chose ? » « Léger… », murmura-t-il en se raclant légèrement la gorge. Des points de suture en plein front… il espérait qu’aucune marque ne reste. Il en avait déjà un assez grande sur la taille droite descendant un peu sur la hanche, dû à l’accident de voiture. Ça lui suffisait déjà…

« Alors, surprit de me voir, si je peux dire, infirmier ? Vous avez quand même confiance ? » Surpris de le voir ? Derek sourit alors et haussa des épaules. « J’vous signale que non je peux pas vous voir » répondit-il en souriant. « Mais oui, j’ai confiance. Pourquoi ? Je ne devrais pas ? Je pourrais toujours demander à un total inconnu de vous remplacer, non ? » Mais non il n’avait pas besoin de le faire. Puis au contraire, c’était toujours mieux de connaître la personne. Même si niveau confiance, si ça aurait été quelqu’un d’autre, il l’aurait eu aussi. Si on n’avait pas confiance aux médecins, alors là ça poserait problème… « Vous travaillez ici depuis longtemps ? » Peut être un ou deux ans… après tout fallait pas oublier qu’il y avait pas mal d’année d’étude derrière aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 17:13

A son retour l'infirmier fut surpris de ne pas voir la jeune femme qui avait accompagné Derek. Il posa la question par politesse, se sentant très bien maintenant avec le grand brun pour lui seul. Il ne voulait pas être indiscret, et son patient pouvait être tout fait marié, deux gamins avec un chien. Il avait apprécié leurs soirées, et il était fort content de le revoir malgré les circonstances.

« Jess n’est pas ma femme, mais la stagiaire qui travaille avec moi » Andrew ne peut s'empêcher de lâcher un soupir de soulagement. « Ah ! Je pensais ! » mais n'ajouta rien de plus pour ne pas paraître trop désespéré, ou étrange. « Je l’ai envoyé au Journal faire l’article pour qu’il soit dans l’édition de demain. » Il l'écouta sagement, plutôt surprit de le savoir journaliste, pour lui, il l'avait vraiment imaginé militaire. Non, que cela soit un fantasme chez lui, mais que d'après sa carrure, et son tempérament, il ne voyait plus dans le corps militaire. « Elle est mignonne, un peu excitée, mais mignonne. Vous avez une touche avec elle en tout cas. Elle vous dévorait des yeux. » ajouta t-il pour simple information.

L'infirmier se lança dans le nettoiement des yeux de son patient avec son sérum et ses compresses. Il s'approcha et lui demanda d'incliner la tête. La remarque sur sa stagiaire n'était ni une attaque, ni une pique. C'était juste mignon la façon dont elle pouvait s'inquiéter. Une pointe de jalousie se glissa sous la peau de Drew'. Il les imagina ensemble dans le même lit. Mais qu'est-ce qu'il avait à imaginer cela ? Il se donna des claques mentales, se rappelant que Derek était un grand garçon et que tout ce qu'il pouvait espérer c'était être son ami, si le reporter le voulait bien. Une fois, que les yeux du grand brun furent nettoyés, les rougeurs s'estompèrent et il lui demanda si cela allait mieux. « Oui, un peu » Andrew fut soulagé mais voulut lui souligner pour plus de précaution. « Par contre, vous n'ouvrez pas les yeux pour l'instant. Vous allez devoir me faire confiance quand je vous dis que j'ai encore mon pantalon. » dit-il en plaisantant. Cette rencontre, et Derek si proche de lui, retira toute sa fatigue, et il se sentait bien. Il décida de passer à l'anesthésie.

Il sortit la seringue, et sentit son camarade un peu sur la défensive quand il lui annonça qu'il allait devoir lui piquer au dessus de l'œil. Personne n'aimait, il faut dire, encore plus quand on ne peut pas voir ce que fait la personne. Mais il espérait que Derek est entière confiance en ses capacités. En tout cas, il s'appliquait pour ne pas faire plus mal qu'il pourrait dans ce genre de situation avec son aiguille. Il lui demanda s'il avait sentit quelque chose pour se rassurer. « Léger… » Mais sentant un peu la pression qui semblait monter dans son patient, peut être la peur de la seringue, d'avoir une cicatrice, il continua à vouloir le rassurer. « Je vous rassure dans quelques semaines, on ne verra plus rien de. Je suis un pro des points de sutures. »

En attendait que l'anesthésie commence à faire effet, il décida de parler avec Derek, pour ne pas être tenter de l'embrasser. Ils étaient seuls, ils ne voyaient rien, le Chasseur en lui avait le poussait au crime. Mais étrangement, une force encore plus forte en lui, le poussait à attendre...Il lui demanda s'il était surprit de le voir. « Vous jouer sur les mots, Monsieur D, c'est dangereux, surtout avec la personne qui doit recoudre cette entaille. » ajouta t-il en souriant aussi. Il s'attarda un instant sur le sourire de Derek, cela lui avait manqué. Petite claque mentale pour se reprendre.

« Mais oui, j’ai confiance. Pourquoi ? Je ne devrais pas ? Je pourrais toujours demander à un total inconnu de vous remplacer, non ? » Andrew ne se vexa pas, et lui répondit presque aussitôt toujours avec de la gaieté au fond de sa voix. « Vous pouvez ? Mais il faudra juste me prévenir, que je remette mon pantalon pour sortir. » il ne savait pas ce qui lui arriverait mais il avait envie de plaisanter, et de taquiner Derek comme si cette soirée entre eux n'avait jamais eut de fin. « Vous travaillez ici depuis longtemps ? » lui demanda Derek. Andrew avant de lui répondre s'approcha à nouveau pour effleurer la zone qu'il avait piqué avec sa seringue. Derek ne sembla pas réagir, il attrapa son fil médical et tout en commençant à répondre au grand brun, il piqua la chair tout en observant les réactions de son camarade.

« Je travaille ici depuis un an. Mais j'ai pratiqué trois ans en nouvelle-Zélande. Je tiens ma place ici de mes résultats. Il y avait 200 candidats et c'est moi qui est eu la place. » commençant à faire les points de sutures, avec précisions et rapidités. La zone n'était pas très grande et le travail fut vite terminé. L'infirmier posa deux pansements médicaments sur son travail, et décida de bander les yeux du grand brun à présent. « Voilà ! Un parfait Frankestein ! Je vais vous placer un bandage maintenant, vous allez devoir le garder 24h, cela veut dire, cette nuit aussi. » lui souligna t-il avant de s'exécuter. Il lui posa un bandage tout à fait classique qui était directement posé sur les yeux. Andrew lui tapota l'épaule ensuite pour lui signifier qu'il allait devoir se lever maintenant. Il tira un tiroir et en sortit une blouse dans une poche plastique qu'il déposa dans les mains de Derek.

« On va aller à l'angio maintenant, pour vérifier les poumons. Vous vous déshabillez, vous mettez vos affaire à côtés, et vous enfilez cette blouse. Je vous attends derrière le rideau. Sauf si vous voulez de l'aide pour vous déshabillez ? » lui demanda t-il avec une pointe d'ironie. Il pouffa de rire et se plaça derrière le rideau, de dos, pour ne pas être tenté de regarder.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 19:34

« Ah ! Je pensais ! » lâcha Andrew quand il eut dit que Jess ne fut pas sa femme. Mais non, y avait rien à y redire, car Jessica était peut être adorable, mais il ne se verrait pas sortir avec elle. « Elle est mignonne, un peu excitée, mais mignonne. Vous avez une touche avec elle en tout cas. Elle vous dévorait des yeux. » Une touche ? Derek n’y croyait pas vraiment. Du moins il ne lui semblait pas qu’elle puisse être intéressée par lui. De plus ils ne se connaissaient que depuis peu. Il fit donc non de la tête, n’étant pas vraiment d’accord. Il l’aurait vu si c’était le cas. Ou pas ?

En tout cas il laissa l’infirmier lui nettoyer les yeux, ce qui le soulagea déjà beaucoup. « Par contre, vous n'ouvrez pas les yeux pour l'instant. Vous allez devoir me faire confiance quand je vous dis que j'ai encore mon pantalon. » « Oh… Je m’en doute bien car je ne saurais pas dire quand vous auriez alors eu le temps de le retirer. De plus… ce ne serait pas bien professionnel de votre part, Andrew. », répliqua-t-il gentiment. Enfin, faut dire que peut être c’était bien qu’Andrew soit là. Au moins l’ambiance était moins tendu pour lui. De même que le jeune homme le rassura qu’aucune trace ne serait visible d’ici quelques semaines. Heureusement, car une seule lui suffisait bien, surtout qu’il arrivait facilement a la cacher. Sur le front, ça aurait été une autre histoire.

Une fois la piqure faite, il ne fallait plus qu’à attendre un peu maintenant. Andrew lui parla par la suite. « Vous jouer sur les mots, Monsieur D, c'est dangereux, surtout avec la personne qui doit recoudre cette entaille. » « Vraiment ? », demanda-t-il en souriant. Mais non, il ne pensait pas que ça pouvait l’être. Il était sûr qu’Andrew ferait un excellent boulot. Puis vint la question sur la confiance.

« Mais oui, j’ai confiance. Pourquoi ? Je ne devrais pas ? Je pourrais toujours demander à un total inconnu de vous remplacer, non ? » « Vous pouvez ? Mais il faudra juste me prévenir, que je remette mon pantalon pour sortir. » « Ha, Ha… très drôle », lâcha-t-il toujours avec le sourire. « Au contraire alors, ainsi ça vous apprendra à abuser de la situation » Derek y aurait vu quelque chose, il aurait accompagné la phrase par un décoiffage de cheveux, mais il n’allait pas tâter l’air jusqu’à trouver la tête d’Andrew. Puis certainement qu’ils n’étaient pas encore assez proche pour ce genre de geste.

Derek demanda à Andrew depuis combien de temps celui-ci travaillait déjà dans cet hôpital. Avant d’avoir une réponse, il le sentit s’approcher de lui et de commencer à recoudre son entaille. Le journaliste tenta sur ce de ne plus boucher pour ne pas le gêner, même s’il sentait tout de même un peu la douleur. Mais rien d’insupportable.

« Je travaille ici depuis un an. Mais j'ai pratiqué trois ans en nouvelle-Zélande. Je tiens ma place ici de mes résultats. Il y avait 200 candidats et c'est moi qui est eu la place. » 200 candidats pour une seule place ? « Et bien félicitation alors » Une preuve que le jeune homme en face de lui devait bel et bien être compétent. Comment ne pas avoir confiance en lui alors ?

Par les prochains gestes d’Andrew, il lui semblait que celui-ci devait avoir finit avec les points de sutures. Heureusement, car alors il lui semblait que ce ne devait pas être bien grand. « Voilà ! Un parfait Frankestein ! Je vais vous placer un bandage maintenant, vous allez devoir le garder 24h, cela veut dire, cette nuit aussi. » « D’accord… » et zut ! Donc il ne pourrait pas voir l’article de Jess. Bon, il espérait qu’elle arriverait à se débrouiller sans lui. Puis 24h sans rien y voir… Il espérait que le temps allait vite passer…

Descendant du lit après la petite tape sur son épaule par Andrew, Derek écouta ce que celui-ci faisait. Du plastique et… et il se retrouva avec quelque chose dans les mains.

« On va aller à l'angio maintenant, pour vérifier les poumons. Vous vous déshabillez, vous mettez vos affaire à côtés, et vous enfilez cette blouse. Je vous attends derrière le rideau. Sauf si vous voulez de l'aide pour vous déshabillez ? » « Je pense que je saurais me débrouiller tout seul, merci ! » répliqua-t-il a la suite, entendant le jeune homme en rire. Bon… Andrew était il sortit ou pas là ? Bonne question. Il espérait tout de même que oui. Gardant la blouse dans une main, il porta l’autre à ses yeux pour sentir le bandage. Il soupira à l’idée de devoir rester ainsi pendant si longtemps… d’un côté, ça aurait pu être surement pire.

Derek se tourna vers le lit pour déposer la blouse dessus et leva ses mains pour commencer à défaire les boutons de sa chemise. Une fois fait, il la plia plus ou moins pour la déposer à son tour sur le lit. Bon… Prenant la blouse, il dû s’orienter avec ses mains pour pouvoir l’enfiler. Heureusement ça se passa sans grosse difficulté. Le journaliste retira ensuite ses chaussures, suivit rapidement des chaussettes pour aller défaire les boutons de son pantalon et de le laisser tomber à ses pieds. Se baissant pour le rattraper, il le plia également pour le déposer sur sa chemise.

« C’est bon j’ai fini », dit-il en reposant ses habits dans le coin du lit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Dim 5 Déc - 23:25

« On va aller à l'angio maintenant, pour vérifier les poumons. Vous vous déshabillez, vous mettez vos affaire à côtés, et vous enfilez cette blouse. Je vous attends derrière le rideau. Sauf si vous voulez de l'aide pour vous déshabillez ? » « Je pense que je saurais me débrouiller tout seul, merci ! » Andrew souligna le tout d'un petit rire, avant de tirer le rideau, et de disparaître derrière. Sur ce coup, Derek allait devoir lui faire confiance, et le Dos au rideau, l'infirmier attendait alors que le tumulte des accidentés semblaient se calmer. Il avait plus qu'une dame avec une énorme compresse sur la tête, un jeune avec une jambe blessé et des garçons avec des bandages sur les yeux. Sully' supposa qu'ils avaient été victimes eux aussi de ce gaz lacrymogène. Une main sur le rideau, le jeune garçon hésitait encore à jeter un œil, mais il était professionnel et Derek était son patient, rien d'autre.

« C’est bon j’ai fini » lui signifia Derek. Andrew inspira pour s'insuffler un peu de force. Il tira le rideau, et revint devant le grand brun. Il regarda, et malgré ses problèmes de visibilité, il avait très bien revêtu la tunique. « Très bien ! » ajouta t-il en frappant dans ses mains. Il manquait plus qu'une chose, il ouvrit à nouveau un tiroir et en sortit des chaussons plastifiés d'une magnifique couleur verte pomme. Sully' s'agenouilla et pour ne pas surprendre son camarade, il annonça ce qu'il allait faire. « Je vais vous mettre des chaussons médicaux, sinon vous allez attraper la mort » termina t-il en souriant, et attrapant la première jambe du grand brun. Il plaça le premier chausson, tout en se délectant de la vision agréable de ses pieds. Il installa le second chausson, tout en évitant tout contact obligatoire. Il ramassa les affaires de Derek et les prit sous un de ses bras. Puis Andrew tapa sur l'épaule de Derek pour l'inviter à prendre son autre bras.

« On n'y va ? »Une fois son camarade accroché à son bras, il tira le rideau et marcha d'un pas lent vers l'ascenseur menant aux zones des scanner. Le garçon lui aurait bien proposé une chaise roulante mais elles déjà toutes utilisés. Il se doutait que cela devait pas être facile d'être aveugle, même pour une courte période. Devant l'ascenseur, il tapota sur le bouton, tout en gardant tout prêt de lui Derek. Les portes s'ouvrirent, et invita son camarade à entrer avec lui. Ils se retrouvèrent tout les deux dans la pièce métallique, et il ne pouvait pas s'empêcher de lancer des petits regards en coin au grand brun. Pourquoi, il le trouvait d'un coup séduisant ? C'était parce qu'il était vulnérable avec son handicap ? Qu'est-ce qui avait changé ?

Une sonnerie et la porte qui s'ouvrit à nouveau, tira Andrew de sa rêverie. Il serra le bras du grand brun et se dirigea vers la grande salle des angio-scanner. C'était une grande salle avec un long tube ouvert qui rentrait dans le mur. Une passerelle permettait de monter et de s'installer sur une partie métallique. « Nous y voilà ! » dit Andrew en aidant Derek à s'installer sur la passerelle. Il déposa les affaires de Derek sur une chaise à côté. « Allongez-vous ! Essayez de vous détendre, cela dure une demi-heure. Je viendrais vous chercher après. » ajouta t-il en attendant que son camarade lui obéisse, mais l'aida dans sa démarche en posant une main sur son torse, et l'autre sous sa nuque. Il laissa ensuite le tube dans un long bruit de machinerie rentrer dans l'encadrement. Une main sur la cheville de Derek, il attendit que celui-ci soit complétement à l'intérieur avant de disparaître.

****

Une demi heure après, Andrew avait signé de la paperasse, soigné quelques patients, discuté avec ses collègues, et avait eu un entretien avec son supérieur. « Bon, tu termines avec ton patient et tu files Sullivan ! Tu as déjà fait trop d'heure, je vais avoir des ennuies après. » Il acquiesça d'un signe de tête, sentant la fatigue tombé sur ses épaules, il allait au moins dormir 24 heures. Il se laissa même à bailler soulignant à sa chef qu'elle n'avait pas tord. Il revint comme prévu vers Derek à sa sortie de sa prison métallique, les résultats de Morrison étaient tout à fait correcte. C'était une bonne nouvelle, et il avait hâte de pouvoir renvoyer chez lui Derek, avec cette inquiétude en moins.

Il l'aida à descendre et le dirigea vers une petite pièce d'examen comportait un lit, une étagère et tout le matériel médical nécessaire. Sully' ferma la porte, laissant son camarade reprendre ses esprits, souvent on pouvait s'endormir dans cette position. Il ne voulait donc pas le saouler de paroles. Puis, reprenant le dossier de son patient en main, il décida à prendre la parole avec douceur, comme s'il l'avait surprit au réveil. « Alors, bonne nouvelle, les résultats sont complétement négatif, donc vous pouvez partir dés maintenant. Je vous signe votre bon et vous pouvez filer. » dit-il en souriant. Il alla rendre les affaires de Derek qu'il avait préparé et posé à côté en préparation de ce moment.

« Par contre, vous pensiez appeler qui pour vous ramenez ? Je peux passer le coup fil pour vous ? » demanda t-il en posant une main sur le portable dans sa poche arrière. « Je vous conseille quelqu'un pour s'occuper de vous au moins pour ce soir. Et, c'est pas le moment de faire le dur. Moi, je signerais pas votre bon tant que j'aurais pas un nom. » souligna t-il avec malice mais aussi une certaine menace. Prendre la route dans cette situation était dangereuse, même en taxi. Une fois chez lui, cela pouvait vite se compliquer, et étrangement Andrew sentait qu'il ne pourrait pas partir tranquille sans savoir Derek en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Lun 6 Déc - 14:13

« Très bien ! » entendit Derek et tourna la tête vers la voix. Il entendit encore du bruit, un peu le même en plastique de tout à l’heure. « Je vais vous mettre des chaussons médicaux, sinon vous allez attraper la mort » Oh, oui ce n’était pas du tout une mauvaise idée. Même s’il aurait pu supporter le froid du sol un moment quand même. Il leva ses pieds à tour de rôle pour laisser Andrew lui mettre les chaussons, même s’il aurait certainement pu le faire tout seul également.

Une fois fait, il attendit alors sur place, ne pouvant pas faire grand-chose à vrai dire. Il sentit qu’Andrew lui tapota le bras et Derek le lui prit quand celui-ci lui demanda s’ils y allaient. Il acquiesça de la tête, se faisant diriger. Il espérait tout de même que ce ne serait pas trop loin… Mais au fond… qu’importe ? Ça n’allait pas pour autant raccourcir le temps qu’il devrait avoir ce bandage sur les yeux.

Les sons qu’il saisissait lui signifiaient qu’ils allaient prendre l’ascenseur. Entrant a l’intérieure quand Andrew se mit à avancer, il s’arrêta pour se retourner en lâchant un soupire inaudible. Très vite par la suite ils furent sur place. « Nous y voilà ! Allongez-vous ! Essayez de vous détendre, cela dure une demi-heure. Je viendrais vous chercher après. » « Pas de problème », répondit-il en s’asseyant dessus et s’allongea doucement avec l’aide du jeune homme. Il sentit la machine bouger et ne bougea donc plus. Il savait qu’il ne fallait pas bouger pour ce genre de chose… au risque de devoir le refaire et il n’avait aucune envie de rester trop longtemps ici même. Derek inspira et tenta du coup à penser à autre chose…


Après un moment, qui devait être une demi heure, mais qui avait paru bien plus longue au journaliste, il pu enfin descendre de là et se dégourdir un peu les muscles. Ils durent surement passer dans une autre pièce où le jeune homme se passa la main sur la nuque.

« Alors, bonne nouvelle, les résultats sont complétement négatif, donc vous pouvez partir dés maintenant. Je vous signe votre bon et vous pouvez filer. »

Derek fut heureux d’entendre qu’il n’y avait rien de grave, mais par contre… Filer ? Et lui qui pensait qu’il resterait sur place, il n’avait pas trop réfléchit à ce genre de scénario.

« Par contre, vous pensiez appeler qui pour vous ramenez ? Je peux passer le coup fil pour vous ? Je vous conseille quelqu'un pour s'occuper de vous au moins pour ce soir. Et, c'est pas le moment de faire le dur. Moi, je signerais pas votre bon tant que j'aurais pas un nom. »

C’était bien simple pour Andrew de dire de ne pas faire le dur. Et puis de toute il ne le faisait pas… C’était juste qu’il aurait sans hésiter appeler ses grands-parents, mais problème, ils étaient en vacances. Appeler sa mère ? Elle travaillait encore et il doutait qu’elle veuille rester toute la soirée avec lui, préférant de loin sortir trouver quelqu’un. Il pensait surtout à Val… mais, elle aussi travaillait et avait déjà Lloyd à faire attention, il n’avait donc pas envie de lui poser encore plus de soucis. Surtout qu’il n’avait pas envie de voir Ansfrid. Ou l’entendre, car le voir, il ne le pourrait pas. Après contacter Ashton… Ce n’était pas le moment… Puis les autres, ils n’étaient pas si proche que ça pour qu’il puisse leur demander ça. Ainsi donc, restant impassible, le journaliste haussa des épaules comme si ce n’était pas bien grave.

« Et bien ne le signait pas »

Il pourrait bien rester sur place de toute façon ? Même si ce ne serait que de rester dans la salle d’attente. Car il savait qu’il n’allait pas pouvoir partir tout seul. C’était un coucou à tous les agresseurs de la ville.

« Y a surement une chambre de libre non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Lun 6 Déc - 19:50

Une fois les bonnes nouvelles annoncées sur l'état de santé de Derek, il fallait maintenant lui signifier qu'il ne resterait pas à l'hôpital cette nuit. Non, par un choix d'Andrew, mais plus en réaction à la situation de crise qui touchait actuellement Le Sydney Hospital. Avec l'émeute, le centre de soin avait été prit d'assaut. Les lits et les chambres étaient déjà toutes prises, quand l'infirmier alla vérifié pendant le scanner de son ami.

« Par contre, vous pensiez appeler qui pour vous ramenez ? Je peux passer le coup fil pour vous ? Je vous conseille quelqu'un pour s'occuper de vous au moins pour ce soir. Et, c'est pas le moment de faire le dur. Moi, je signerais pas votre bon tant que j'aurais pas un nom. »

Andrew était déjà prêt à composé plusieurs numéros même si ce n'était pas son travail. Il n'allait pas laisser Derek dans un coin ou partir comme cela dans n'importe quel taxi. Il se doutait qu'il aurait bien plusieurs jeunes filles très heureuses de prendre soin de lui, et il avait bien une mère, un frère, ou une cousine. Enfin, peut-être ce meilleur ami avec qui le grand brun avait échangé un baiser passionné. Non, il était bien loin de s'attendre à la réaction de Derek qui leva les épaules et lui répondit tout simplement.

« Et bien ne le signait pas »

L'infirmier sortant quand même son téléphone portable de sa poche arrière, regarda avec des gros yeux son camarade. Même s'il savait qu'il ne pouvait être vu. Andrew était étonné, il ne voyait Monsieur D, comme une personne solitaire, ou qui ne pouvait compter sur une main charitable. Il le voyait plutôt bien entouré, peut être trop; couvert par les admiratrices, peut-être des admirateurs, les potes nombreux qui ne tariraient pas d'éloges sur lui. En tout cas, pour lui, il avait tout de la personne idéale et cela allait être dur de lui enlever cette dernière pensée.

« Y a surement une chambre de libre non ? »

Grand moyen de silence, et Andrew se demandait s'il ne le prenait pas pour un idiot. Il était clair que lorsque Derek était dans son caisson, l'infirmier avait fait le tour des chambres pour savoir s'il n'avait rien de libre. Il avait appelé d'autres hôpitaux, et clinique de soin, mais rien, aucune place. Bien sûr, le jeune homme n'allait pas se vanter de cet excès de zèle, cela pourrait être mal interprété.

« Non, malheureusement, sinon je vous l'aurais proposé en tout premier. Avec l'émeute, nous sommes même en surcharge, et nous avons déjà plus de lit. Cela m'embête cette histoire... »

Il sera fort son portable qu'il porta à son front, même si dans l'idée c'était plutôt ses lèvres qu'il visait. Ce geste lui montra qu'il était vraiment fatigué, si ses gestes étaient désarticulés, les 72h de garde commençait à lui peser sur les épaules. Son cerveau n'avait réellement pas envie de tergiverser. Il tapa son front avec son portable, heureusement cette vision fut volé à Derek. Dans son état, il n'y avait qu'une seule solution, car il n'avait pas envie de se perdre dans un combat perdu d'avance pour que le grand brun accepte d'appeler quelqu'un. Il était têtu, cela c'était sûr.

« Bon...Je vais vous ramener. Je pense que c'est le plus simple, et j'ai terminé mon service. Sauf, si vous préférez passer la nuit dans la salle d'attente, avec les drogués, l'odeur d'urine et les mains baladeuses des prostituées venues se faire soigner leurs herpès ? » souffla t-il

Il ouvrit son portable et commença à composer le numéro des taxis, en imaginant Derek dans cette salle d'attente; entre les drogués qui passaient leurs nerfs en tapant dans tout ce qui bouge, et les clochards qui aimaient se soulager sur place. C'est sur que cela allait faire un super souvenir au reporter. Il aurait pu même en sourire, mais il était trop épuisé pour cela. Andrew ne pensait plus qu'à son lit, mais étrangement n'arrivait pas à abandonner celui avec qui, il avait passé une soirée tout à fait charmante. Il tapota sur le genoux de son camarade, n'écoutant pas ses remarques ou toutes contestations. Il était très têtu aussi, et il sentait bien qu'il ne pourrait pas se reposer, s'il ne savait pas Derek chez lui, tranquillement allongé dans son lit.

« Allez ! Habillez-vous ! La porte est droit devant-vous, je vais vous attendre derrière. Et, ne me forcez pas à vous piquer avec un sédatif. Je viens de faire 72h de garde, et j'en serais capable. » termina t-il avec le peu d'humour qu'il pouvait lui rester dans la voix, avant de disparaître derrière la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Lun 6 Déc - 23:28

Hum… aurait il dit un truc qu’il ne fallait pas ? Derek avala sa salive, relevant la tête pour être plus droit, attendant d’entendre à nouveau la voix de son camarade. Mais de toute, c’était vrai quoi… il était dans une certaine phase ou il avait un peu coupé les ponts avec la majorité des gens, à par naturellement Val. Et Ashton l’avait pas mal déçu, alors il ne souhaitait pas trop voir son meilleur ami bien heureux à tourner autour de son ex-petite amie.

« Non, malheureusement, sinon je vous l'aurais proposé en tout premier. Avec l'émeute, nous sommes même en surcharge, et nous avons déjà plus de lit. Cela m'embête cette histoire... »

Il y avait eu donc tant de blessé que ça ? Faut dire étant en plein milieu dès le début, il n’avait plus trop réalisé ce qui se passait autour de lui. Il espérait au moins que les dégâts n’étaient pas trop grave. Même si d’après lui, rester aveugle pendant 24h c’était déjà quelque chose… Mais certainement moins pire que d’être blessé physiquement. « Bien… », murmura-t-il si doucement qu’il ne pouvait dire que le jeune homme l’ait entendu. De toute façon peu importe… Il n’aurait donc qu’à appeler sa mère tout de même en espérant qu’elle puisse se libérer. De toute il n’aurait pas forcément besoin d’elle pendant la soirée.

« Bon...Je vais vous ramener. Je pense que c'est le plus simple, et j'ai terminé mon service. Sauf, si vous préférez passer la nuit dans la salle d'attente, avec les drogués et l'odeur d'urine et les mains baladeuses des prostituées venues se faire soigner leurs herpès ? »

Au début, Derek fut prêt à lui dire que ce n’était pas nécessaire, mais à entendre ce qui pourrait l’attendre, il n’eut pas vraiment envie de rester. Et la proposition de le ramener… il ne savait vraiment pas s’il devait l’accepter ou pas. Sookie serait elle sur place ? il savait qu’elle n’était pas là le soir, mais pendant la journée ? Bonne question. Mais ça ne devrait pas la déranger si quelqu’un l’aide à rentrer.

« Allez ! Habillez-vous ! La porte est droit devant-vous, je vais vous attendre dernière. Et, ne me forcez pas à vous piquer avec un sédatif. Je viens de faire 72h de garde, et j'en serais capable. »

Erf… rien qu’à l’idée de le droguer. Avec un homme hétéro, il en aurait peut être bien plaisanté, mais là… Non pas vraiment. Il soupira et prit alors ses affaires, séparant les habits. Il saisit la blouse, leva ses bras et la passa par-dessus sa tête pour la déposer à côté. Il enfila sa chemise, la boutonnant une à une puis se baissa pour retirer les chaussons et de mettre le pantalon. Finissant de mettre les chaussures, Derek s’assura qu’il avait encoure tout en poche puis prit la blouse et les chaussons, tout en posant après une main sur le mur et de le suivre. En tout cas il espérait marcher vers le bon côté… mais normalement oui, car il avait tout de même fait attention. Arrivant à l’encadrement de la porte, le journaliste s’arrêta.

« Andrew ? Ou faut-il ranger ceci ? », demanda-t-il, espérant qu’il ne parlait pas dans le vide et qu’Andrew soit là. En tout cas sûrement qu’il allait devoir attendre un peu, le temps que l’infirmier se change. Sauf s’il partait ainsi…

« Vous allez encore vous changer ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Mar 7 Déc - 14:32

« Bien… » lui signifia Derek.

Cela ne lui faisait pas plaisir cette situation gênante pour autant l'homme que l'infirmier. Il avait clairement l'impression de mal faire son travail. Et, c'est peut être pour cela qu'il termina pour lui dire qu'il allait le ramener chez lui. Non, qu'il souhaitait spécialement faire un détour, mais maintenant ils se connaissaient et cela aurait été difficile pour Andrew de laisser Derek derrière. Et, même si c'était peut être encore jeune pour ressentir ses choses là, il commençait à l'apprécier, et s'il pouvait le considérer comme un ami, personnellement, il ne laisserait jamais un ami dans la panade.

« Allez ! Habillez-vous ! La porte est droit devant-vous, je vais vous attendre dernière. Et, ne me forcez pas à vous piquer avec un sédatif. Je viens de faire 72h de garde, et j'en serais capable. »

Cette phrase était là pour détendre l'atmosphère, et Andrew espérait qu'elle ne soit pas mal interprété, qu'il pourrait abuser à tout moment de la situation, s'il le pouvait. En plus de trois en tant qu'infirmier, il pensait être quelqu'un avant tout de professionnel. Et, malgré qu'il était un Chasseur, il n'avait à ce jour jamais abusé d'une situation. Il quitta la pièce pour laisser le temps à Derek de se rhabiller. Pour sa part, il avait déjà récupéré ses affaires qu'il avait déposé sur une petite chaise dans le couloir. Non, ce n'était pas l'endroit idéal pour s'habiller, mais cette zone était complétement désert. Sully' voulait aller au plus pratique, donc il s'approcha de ses affaires parfaitement bien pliées. Il composa sur son portable et tomba sur le standard des Taxi : « Bonjour, un taxi pour deux, du Sydney Hospital...Dans cinq minutes, très bien, merci beaucoup. » dit-il en raccrochant.

Il commença à défaire son pantalon en toile, dans un mouvement rapide. Il sortit une jambe, puis une autre, montrant des jambes plutôt athlétiques et ambrés, mais étrangement imberbes malgré le fait qu'il soit brun. Andrew se retrouva donc en boxer noir moulant qui épousait parfaitement ses formes masculines, quand il entendit la voix de Derek.

« Andrew ? Ou faut-il ranger ceci ? »

« Heu... Je vais vous les prendre. » lâcha t-il comme seul réponse.

L'infirmier aurait peut être du s'habiller avant d'appeler ce taxi. Le mal était fait, et Derek ne pouvait pas le voir, donc il s'approcha pour prendre les vêtements tendus par le grand brun. Même s'il se demandait comme il aurait réagit de voir ainsi, en sous vêtement devant lui. Est-ce qu'il aurait rougit ou détourné le regard ?

« Je suis entrain de me changer, rassurez-vous. C'est dommage que vous soyez momentanément aveugle, vous loupez un super spectacle. »

Il ouvrit une poubelle et jeta les affaires médicales. Il se tourna vers son pantalon, qu'il enfila comme si de rien n'était, termina de fermer les boutons de celui-ci. Andrew s'occupa ensuite de faire sauter son haut, mais torse nu le reporter l'avait déjà vu. Il enfila son polo et termina par sa veste. Il ajusta ses chaussures et s'approcha pour à nouveau proposer son bras à Derek. « Voilà ! C'est partit ! » dit il joyeusement, comme un homme tout à fait épuisé et sur les rotules. Il traîna le grand brun dans le sens inverse, reprenant l'ascenseur, travaillant le grand hall où il déposa ses affaires devant un collègue avec un petit clin d'œil.

Une fois dehors, le taxi était déjà là, moment de grâce et de magie, quand tout se goupille bien. Il s'avança pour ouvrir la porte et posa une main sur le crâne de son camarade il lança. « Attention ! Votre tête ! ». Puis le jeune homme claqua la porte, pour faire le tour et s'asseoir de l'autre côté. Le Taxi, un jeune indien avec un fort accent, leur demanda : « Bonjour Messieurs, je vous emmène où ? ». Andrew, avec un temps d'attente, se tourna vers l'intéressé avec un air un peu taquin.

« Je dirais bien aux putes mais je pense que cela passera pas avec vous. Votre adresse donc ? lâcha t-il avec humour en s'installant plus confortablement de son côté sans empiéter sur l'espace de Derek.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Mar 7 Déc - 19:46

« Heu... Je vais vous les prendre. » entendit Derek à côté de lui. Donc Andrew était bien resté à l’attendre. Puis pourquoi ne serait il pas ? Vu qu’en plus l’infirmier avait cessé le travail pour aujourd’hui. Être infirmier ou médecin ne devait certainement pas être de tout repos… Andrew lui prit les affaires des mains et le journaliste s’épaula alors contre l’encadrement de la porte.

« Je suis entrain de me changer, rassurez-vous. C'est dommage que vous soyez momentanément aveugle, vous loupez un super spectacle. »

Derek sourit amusé et hocha de la tête en la détournant par la suite. N’importe quoi. « C’est que vous devez vraiment vous trouver irrésistible » constata-t-il toujours le sourire aux lèvres. Déjà avec ce qu’il avait eu comme prestation dans le restaurant. Enfin, il n’y avait rien de mal à se trouver séduisant, mais fallait pas avoir la tête trop grosse non plus. Mais bon… il devait tout de même avouer que le jeune infirmier était… attrayant.

Le journaliste se tut, laissant Andrew s’habiller pour qu’ils puissent y aller. Même si des hôpitaux étaient indispensables, ce n’était pas forcément l’endroit qu’on préférait le plus. Supposant qu’Andrew ait finit de s’habiller, celui-ci lui avait posé la main sur le bras pour l’entraîner avec lui. En tout cas c’était déjà pas mal de confiance qu’il donnait au jeune homme sur le coup. Mais il savait qu’au fond Andrew n’abuserait pas de la situation.

Sentant l’air frais contre son visage, ils furent enfin à l’extérieure. Il se demandait du coup si le jeune homme avait déjà appelé un taxi ou pas ? Faudrait il attendre ? Mais quand ils s’arrêtèrent d’avancer, il entendit une portière s’ouvrir. Ce qui répondait déjà à sa question. Derek posa sa main sur la portière et sentit celle d’Andrew sur sa tête pour l’aider à entrer dans le taxi. Il eut un léger sourire, se sentant quasi comme s’il se ferait arrêté. Rapidement il entendit à son tour Andrew entrer dans le taxi de l’autre côté.

« Bonjour Messieurs, je vous emmène où ? ». Derek finissait de mettre la ceinture, enfin essayait au moins de le fermer, mais en tâtant un peu avec ses doigts, il trouva l’emplacement pour le fermer. « Je dirais bien aux putes mais je pense que cela passera pas avec vous. Votre adresse donc ? » Rhoo sérieusement, ce Andrew ne cessait donc jamais. Souriant amusé, il lui donna tout de même une tape avec le dos de sa main sur le torse de celui-ci pour qu’il arrête ces conneries. « 2010, Baxter Road. » Il tourna la tête vers le jeune homme, même s’il ne pouvait pas le voir. « Vous n’auriez qu’à y aller tout seul par la suite si vous avez encore la force à faire des prouesses après 72h de travail. » Il pariait plutôt qu’Andrew ne devait rêver que d’un bon lit et d’un bon repos. Ce qu’il ferait après de son temps ne le regardait pas.

En tout cas pour sa part, il se demandait bien ce qu’il allait pouvoir faire… embêter le chat de Sookie, s’il arriverait à le trouver et a le garder auprès de lui. Mais il doutait de pouvoir faire ça pendant des heures entières.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Mer 8 Déc - 12:58

« C’est que vous devez vraiment vous trouver irrésistible »

« Mais je le suis, juste pas pour vous, ne faites pas de votre cas, une généralité » lui souffla t-il avec amusement avec une petite tape sur l'épaule.

La suite des événements fut plutôt simple, maintenant qu'Andrew avait décidé de ramener Derek chez lui, pour sa sécurité, et par que l'infimier se voyait d'abandonner cette connaissance dans les méandres d'un hôpital, sans avoir la vue comme moyen de pouvoir retrouver ses repaires. Le garçon avait donc finit de s'habiller, avait fait traversé le bâtiment au grand brun qu'il avait prit à son bras, et une fois dehors, un taxi les attendait déjà. Ils étaient chanceux après tout.

C'est vrai que l'air frais sur son visage, la foule, les bruits ambiant, donnèrent une seconde vie à cette fatigue, mais sans pourtant la tuer. Elle lui donna au moins la force d'aider Derek, se prenant pour un instant pour un policier, qui avait chopé son accusé. Mais ils n'allaient pas aller au poste. Et, en prenant place près du Grand brun, une question se profila en lui; effectivement, où devaient-ils aller ? Dans son dossier, la case de l'adresse n'avait pas été rempli, petit erreur de la part de l'infirmier qui pourrait dés à présent résoudre ce mystère.

« Bonjour Messieurs, je vous emmène où ? ». demanda le chauffeur, alors qu'Andrew regardait amuser Derek se démener avec sa ceinture. Il ne savait pas pourquoi, mais il voulait soudainement être taquin. « Je dirais bien aux putes mais je pense que cela passera pas avec vous. Votre adresse donc ? » Bien sûr, il se mordit la lèvre amusé de sa propre bêtise. La main de Derek qui vint le frapper sur son torse l'amusa encore plus. Il fit semblant d'avoir mal pendant un court instant, et poussant même un petit cri de douleur pour souligner cette violence soudaine. « 2010, Baxter Road. » C'était à son tour de mettre sa ceinture, et d'indiquer au chauffeur qu'il pouvait démarrer. « Vous n’auriez qu’à y aller tout seul par la suite si vous avez encore la force à faire des prouesses après 72h de travail. » Sully' tourna à son tour sa tête vers Derek, ne put laisser échapper un bâillement conséquent. Il commença à parler sur ce bâillement. « Ah ! non ! Tout ce que je vais faire là, c'est l'amour à mon lit ! » dit-il avant de fermer les yeux un court moment. Le jeune homme ne voulait pas dormir, juste reposer ses yeux et son crâne.

C'est en ouvrant les yeux que le néo-zélandais se rendit compte qu'il avait dû dormir. La main sur son épaule venait de le tirer de ses rêveries. Le paysage avait changé, et il reconnaissait les maisons de ce quartier qu'il avait déjà connu pour plusieurs de ses aventures d'une nuit. Il s'étira, réalisant qu'ils devaient être arrivés. « Désolé, je me suis endormi. » Il posa une main sur son portefeuille, avant que Derek ne puisse payer le chauffeur. « Non, laissez c'est pour moi » Il sortit deux beaux billets de 50 dollars australiens, et les tendit au Chauffeur qui ne lui rendit que deux petites pièces. Andrew fit une légère grimace, lui qui pensait que cet argent lui ferrait le mois.

Il sortit du véhicule, et s'approcha de la portière de son camarade pour l'aider à descendre, s'il en avait besoin. L'infirmier une fois, qu'ils furent éloignés du taxi, fit un signe au chauffeur pour qu'il l'attende et ils avancèrent dans l'allée vers la maison de Morrison, en tout cas c'est ce qu'il espérait. Il n'avait pas envie de finir au poste, car Derek se trompait de maison. D'un pas lent, et toujours avec son bras comme appuie, le jeune homme lâcha son patient devant le pas de sa porte. Il le regarda sortant ses clés de ses poches, et cherchant le trou de la serrure, trés amusé, Andrew décida de l'aida, et posa ses mains sur celle du grand brun. Il l'aida à insérer la clé, et la porte s'ouvrit enfin. Un long frisson remonta le long de sa nuque, la peau de Derek était si chaud et si douce. Mais pas le temps de se pose des questions, voilà, il avait ramené son camarade jusqu'à chez lui sans encombres. Il était épuisé, mais pourtant il avait du mal à le quitter.

« Voilà ! Vous êtes chez vous ! » Il aurait pu lui serrer la main, le prendre dans ses bras mais étant légèrement perturbé. Le jeune homme donna juste une tape sur l'épaule de Derek avant de tourner les talons. Puis après deux pas, fit marche arrière. « Mais vous voulez peut être un peu de compagnie, au moins pour ce soir ? Je veux pas m'imposer mais je pense que je me sentirais plus rassuré si je sais que vous manquez de rien... » Il baissa les yeux, sachant qu'il allait regretter ce qu'il allait dire mais avec la fatigue, l'état de Derek, un sentiment curieux courrait sur son cœur et ses sentiments. « Et, c'est bête à dire, mais je vous aime bien, monsieur D. »

C'était horrible cette phrase qui voulait tout dire, et rien dire à la fois. Peut-être encore trop tôt à balancer à un homme qui se cherchait encore. Voilà, qu'Andrew se sentait tout d'un coup, complétement idiot, et complétement à la masse. Il était pendu aux lèvres de Derek, savoir si cela allait se clore ici et maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Mer 8 Déc - 15:47

Ah oui, vraiment, son coup avait été tellement violent. Comment exagérer, made in Andrew. D’un côté peut être que ça avait été de trop de le faire, mais ça n’a pas semblé déranger l’infirmier. « Ah ! non ! Tout ce que je vais faire là, c'est l'amour à mon lit ! » Derek sourit, s’en doutant un peu. En tout cas il se tut, tournant la tête vers la fenêtre, malgré qu’il ne puisse rien voir. Lâchant un léger soupire, le jeune homme, resta contre la vitre pour attendre qu’ils soient arrivé. Ça allait prendre un petit moment… en moto, il aurait été bien plus vite, mais malheureusement il ne pouvait pas la prendre maintenant. Et encore heureux qu’elle était en sécurité dans le garage du journal. Il n’aurait pas du tout aimé la savoir à l’extérieure aussi longtemps.

Derek se demandait parfois où bien ils en étaient dans le trajet. Tout paraissait bien plus long quand on n’avait aucun repère… Même la notion de temps lui semblait tout à fait déréglée. Mais heureusement, la voiture a fini par s’arrêter, la voix du chauffeur lui disant qu’ils étaient arrivé. Fallait plus que monter a l’appart maintenant…

N’entendant rien du côté de son voisin, le journaliste posa sa main sur l’épaule de celui-ci. « Andrew ? » Surement que l’infirmier devait se reposer un peu. Derek s’en voulu quand même de l’avoir embarqué avec lui là. Il doutait bien qu’Andrew devait être fatigué et ne souhaitait que retrouver son lit pour dormir. « Désolé, je me suis endormi. Non, laissez c'est pour moi » De ? Le taxi ? Pourtant, c’était à lui de le payer. Mais il doutait que c’était déjà bien trop tard du coup. Puis il aurait du mal à différencier ses billets actuellement…

Derek ouvrit la portière, tout en lâchant un « Merci » à l’infirmier. Mais il s’en voulait tout de même car ce n’était pas à son camarade de régler la note. Sortant du véhicule, il vérifia encore rapidement qu’il avait tout en poche puis referma la portière derrière lui. Dès qu’il sentit à nouveau Andrew, le jeune homme se laissa guider jusqu’à la porte d’entrée du bâtiment. Posant sa main une fois qu’ils étaient devant la porte, Derek sortit ses clefs et n’eut heureusement pas de mal à différencier celle de l’entrée à celle de son appartement. Par contre ce fut la galère pour trouver le trou de la serrure. Il posa son pouce dessus pour trouver l’endroit où insérer la clef, mais avant qu’il ne put se débrouiller tout seul, il sentit les mains chaudes d’Andrew sur les siennes pour l’aider à déverrouiller la porte.

« Voilà ! Vous êtes chez vous ! » Derek ouvrit la porte et tourna la tête vers le jeune homme quand il sentit une tape sur son épaule. Andrew s’en allait déjà ? Du coup, il se sentit peu fière. Après tout ce que l’infirmier avait déjà fait pour lui… Mais ne le sentant plus à ses côtés, il supposait qu’Andrew ne souhaitait que rapidement rentrer chez lui. Derek s’apprêta donc de rentrer dans le hall de l’immeuble quand il entendit à nouveau la voix de son camarde.

« Mais vous voulez peut être un peu de compagnie, au moins pour ce soir ? Je veux pas m'imposer mais je pense que je me sentirais plus rassuré si je sais que vous manquez de rien... » Rester pour ce soir ? Et bien… au vu que Sookie n’est pas là, il ne verrait pas trop où serait le problème. Il ne se serait pas permit de l’inviter sans la prévenir, surtout qu’il sentait qu’elle était toujours un peu mal à l’aise avec lui les rares fois qu’ils se croisaient dans l’appartement. « Et, c'est bête à dire, mais je vous aime bien, monsieur D. » Oh… il espérait qu’en tant qu’ami car ça aurait pu rapidement lui faire dire un non si ça aurait été pour plus. Mais bon… il savait que tout allait bien se passer et ainsi Andrew pourrait monter et se reposer déjà un peu.

« Bien montez avec moi alors. », répondit-il doucement. Il espérait ne pas faire un mauvais choix. Mais non. Il était sûr que non. Puis que pourrait il bien arriver ? Rien… il était aveugle. Ils allaient plutôt s’ennuyer. Ou papoter un peu… mais il préférait aussi laisser l’infirmier reprendre des forces.

Derek entra dans le hall, attendant du coup qu’Andrew le rejoigne. En face de lui étaient les escaliers, et plus à droit l’ascenseur. Fallait après tout monter au huitième étage. Seul, il aurait prit les escaliers pour ne pas se tromper d’étage, mais avec Andrew ils prendraient la voie plus rapide. L’entendant arriver auprès de lui, il fit quelque pas vers la droit pour se diriger vers l’ascenseur. Il s’arrêta tout de même, espérant pas aller trop loin et foncer dans le mur. « C’est au huitième étage », annonça-t-il alors. Bon… était il au moins en face des portes de l’ascenseur ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Jeu 9 Déc - 16:46

Andrew ne savait pas s'il faisait un peu trop de zèle, ou il avait quelque chose de plus grand devant cette curieuse sensation d'avoir à laisser Derek devant chez lui, ou en tout cas devant la porte de son immeuble. Alors qu'il venait de faire une petite tape sur l'épaule du malade, l'infirmier revint bientôt sur ses pas pour l'interpeller.

« Mais vous voulez peut être un peu de compagnie, au moins pour ce soir ? Je veux pas m'imposer mais je pense que je me sentirais plus rassuré si je sais que vous manquez de rien... » demanda t-il toujours avec une voix tout ce qu'il avait de professionnel. Il était aide soignant, et le cas de Morisson méritait qu'une personne s'occuper de lui, mais cela pouvait être n'importe qui. Andrew qui regardait Derek, qui ne pouvait le voir, se laissa aller à une confidence, qui voulait tout dire et rien dire à la fois. « Et, c'est bête à dire, mais je vous aime bien, monsieur D. »

Le néo-zélandais sentait que sa révélation avait légèrement griffer le ton de la discussion, car il vit la bouche du grand brun, faire un jolie " OH " mais pourquoi il venait de lâcher cette bombe. S'il avait pu, Andrew aurait prit sa tête, et l'aurait tapé avec violence contre le montant de la porte. Il n'osait plus regarder son camarade en face et pourtant sa réponse ne se fit pas attendre.

« Bien montez avec moi alors. »

Sullivan fit un signe au taxi, qui demarra sans demander son reste, pas content d'avoir perdu une course. L'infirmier était soudainement heureux de cette réponse, et malgré la fatigue, il se sentait pousser des ailes. Bien sûr, cette réponse ne voulait rien dire, non, il n'intéressait toujours pas le reporter, c'était juste de la politesse surement, pour peut être lui offrir un café en remerciement pour l'avoir raccompagner. Ils ne seraient qu'amis, il fallait qu'Andrew l'imprime. Il prit bientôt place à côté de lui, et ils se retrouvèrent devant un ascenseur.

« C’est au huitième étage »


Il appuya sur le bouton, et un bruit significatif indiqua que l'ascenseur descendait vers eux. Tout content de passer encore quelques minutes avec Morrison, il lui demanda en tournant sa tête vers lui.

« Vous avez quoi dans votre frigo ? » demanda t-il, tout en lui laissant quelques instants pour réfléchir, la porte métallique de l'ascenseur s'ouvrit, et ils rentrèrent à l'intérieur. Andrew appuya sur le 8ème et la cage se mit en marche. Soudain, l'ascenseur s'arrêta, les lumières s'éteignirent, et les deux hommes furent un peu chahuté par l'arrêt brutale de l'appareil. Andrew épuisé, juta légèrement sur Derek mais il reprit vite ses marques. « Me dites pas qu'il est en panne... » Il appuya avec énergie sur les boutons, puis termina pas appuyer sur le bouton d'urgence, qui lui resta dans la main, puis un message prêt enregistré se déclencha.

« Ne paniquez pas. Garder votre calme. Les ascenseurs bleue d'azur sont là pour vous aider. Votre appel d'urgence a été enregistré. Veuillez garder votre calme jusqu'à l'arrivé de nos équipes. Si la cabine est entrain de prendre feux ? Veillez garder votre calme, allongez vous au sol. Nous nous occupons de tout. Si vous êtes entrain de suffoquer, d'avoir une attaque cardiaque, ou un malaise ? Gardez votre calme et allongez vous au sol. Si vous vous faites agresser ? Veillez garder votre calme, allongez vous au sol. Nous nous occupons de tout dans les 8 prochaines heures. »

Andrew regarda Derek, et se laissa glisser au sol. Il leva la main pour attraper le poignet de son camarade et lui annonça : « Vous devriez vous asseoir, je pense que nous sommes là encore pour un petit moment. » Il guida Derek pour qu'il prenne place à côté de lui. L'infirmier ôta sa veste, et allongea ses jambes, son épaule contre celle du grand brun. Puis, il tourna sa tête vers lui, ne pouvant plus le quitter des yeux. C'était le moment peut être idéale pour tenter quelque chose. Mais il avait autre chose qu'il préférait faire avant.

« Alors, maintenant, que nous sommes plus que tout les deux ? Comment se passe vos recherches ? Il y a des choses concluantes ? Vous avez pu arranger les choses avec votre meilleur ami ? » lui demanda t-il, son souffle chaud tombant sur la nuque de Derek.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Jeu 9 Déc - 18:26

Bon… le temps de monter jusqu’à l’appartement, il verrait bien ce qu’il allait faire. Car rien que le fait qu’Andrew l’accompagne jusqu’à chez lui était un peu déroutant. Mais non, il devait rester zen. De toute façon peut être bien que Sookie était sur place. Ou alors elle est déjà aller bosser, mais là il ne savait trop, vu qu’il arrivait souvent après le boulot et qu’elle n’était plus là. Il se demandait toujours ce qu’elle pouvait bien faire pour travailler de nuit. Il avait déjà pensé à infirmière, mais il ne lui semblait pas avoir déjà vu des choses par rapport à ça. Peut être réceptionniste ou superviseur… Mais bon, elle n’avait pas prit la peine de préciser et il n’avait pas non plus cherché à savoir plus.

« Vous avez quoi dans votre frigo ? » entendit-il de la part du jeune homme. Ouhla… Pour sa part, il avait juste gardé les pâtes à la carbonara pour les finir ce soir. Sinon tout ce qu’il fallait pour le petit déjeuner. « Hem… des pâtes si vous voulez. » Il était clair qu’Andrew ne devait pas non plus avoir trop mangé, à part dans la cantine. Mais quand avait-ce était la dernière fois ? En tout cas, ça ne le dérangeait pas que l’infirmier reste pour manger un bout aussi. Il allait lui proposer de commander une pizza, quand tout à coup il du se tenir contre la paroi de l’ascenseur, tout en sentant Andrew contre lui. Qu’est-ce qui se passait ? Car les lumières s’étaient peut être éteinte, mais pour Derek, rien ne changea. « Qu’est-ce qui ce passe ? », demanda-t-il en sentant que l’ascenseur ne redémarrait pas. Il n’entendit que quelques bruits secs et… « Me dites pas qu'il est en panne... » Oh génial. Fallait que ça arrive maintenant et en compagnie d’Andrew. Au moment il dû chasser les idées peu salaces qui avaient fusé dans son esprit. Rester bloqué dans un ascenseur pouvait toujours laisser propice à… non mais non, ils allaient attendre un peu et c’est bon. Derek écouta du coup la voix qui s’était mit en marche. *On verra bien s’il restera aussi calme en recevant un coup de poing en pleine tronche !* Franchement quel annonce bidon. On pouvait agoniser, mais peu importe, fallait garder son calme ! Et arriver endéans les huit heures… on avait largement le temps de mourir. Il allait plutôt porter plainte dès qu’il le pourrait.

En sentant la main d’Andrew sur son poignet pour le tirer un peu vers le bas, Derek se calma tout de même. « Vous devriez vous asseoir, je pense que nous sommes là encore pour un petit moment. » Le journaliste s’assit alors à son tour sur le sol et posa son dos contre l’ascenseur, étendant une jambe devant lui et l’autre plié où il posa son coude sur le genou. Il sentit Andrew contre son épaule et se demanda pourquoi il restait si prêt de lui. Car l’ascenseur était pas si petit que ça non plus… Il ne bougea tout de même pas pour ne pas paraître trop froid. Enfin ce serait peut être plutôt déplacé de le faire. A vrai dire il ne savait pas… donc il décida tout simplement de ne rien faire.

« Alors, maintenant, que nous sommes plus que tout les deux ? Comment se passe vos recherches ? Il y a des choses concluantes ? Vous avez pu arranger les choses avec votre meilleur ami ? »

Le journaliste tourna légèrement la tête vers le jeune homme, mais ne sachant pas vraiment la proximité qu’ils avaient, il préféra tout de même détourné à nouveau le regard en avant. Surtout qu’il avait tout de même bien senti le souffle du jeune homme.

« Et bien… J’ai eu pas mal de choses à faire, donc de ce côté-là j’ai pas vraiment recherché », répondit-il en haussant les épaules. De toute façon, ce n’était pas pour tenter des trucs nouveaux qu’il allait se précipiter. « Mais je me suis pris le temps de sortir un peu » Et ça ne s’était pas si mal passé, mais il n’avait pas cherché à avoir une touche, donc il ne pouvait pas vraiment classer ces sorties comme « réponse ». « Pour ce qui est d’Ash, non je ne l’ai pas tellement vu ces dernières semaines. Il est bien trop occupé à faire la fête quelque part… et à courir derrière quelques mini-jupes. » Dire qu’il avait été quasi comme Ashton pendant les études. Mais bon les choses changeaient avec le temps. Même si pour lui ça avait été un changement radical.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Jeu 9 Déc - 23:41

L'ascenseur était en route vers le 8ème étage, et Andrew demanda ce que Derek avait dans son frigo. Car il avait bien l'attention de s'occuper du malade jusqu'au bout. La réponse de son camarade l'amusa. « Hem… des pâtes si vous voulez. » . Andrew sourit et se gratta la nuque, en étouffant un bâillement. Il sentit une légère baisse de pression, et sa tête commençait à tanguer. Le jeune homme sentit qu'il avait vraiment besoin de dormir. Mais il trouva la force de répondre nonchalamment. « C'est triste, je suis sûr que je peux vous faire quelque de sympa ce soir. J'ai fait vingt-ans la popote à mon père et mon frère. Je suis sûr que je peux ravir vos papilles. » ajouta t-il, en laissant Derek le temps de lui répondre.

Mais ce moment d'échange ne dura pas longtemps, car l'ascenseur tomba en panne. La cage s'arrêta entre le quatrième et le cinquième. Les lumières s'éteignirent, et juste une lumière orange arriva pour éclairer la scène. Dans la pénombre son camarade lui demanda « Qu’est-ce qui ce passe ? ». Il aura voulu lui répondre mais Andrew se jeta sur le bouton d'urgence, avec ce léger brouillard qui commençait à s'épaissir devant ses yeux. La fatigue devenait de plus en plus dur à soutenir sur ses épaules. Il n'allait pas s'évanouir devant Derek quand même ? « Me dites pas qu'il est en panne... » marmonna l'infirmier dans sa barbe. Puis tournant la tête vers son camarade, il ne trouva rien à dire de plus, surtout qu'il se sentait de plus en plus tanguer. La voix électronique n'arrangea rien, car elle l'énerva. Non mais c'était quoi comme speech bidon !

Le néo-zélandais s'allongea dans la grande cage d'ascenseur, et invita Derek à s'asseoir à coté de lui. C'était étrange de lui toucher de la main et de le vouloir prêt de lui. « Vous devriez vous asseoir, je pense que nous sommes là encore pour un petit moment. » Le dos contre la paroi métallique, il regardait son voisin, se demandant pourquoi il ne se décalait pas pour laisser respirer Derek. Cependant, l'infirmier aimait ce contact, même bref, de leurs épaules qui se touchaient par intermittence, car ils étaient tout les deux mal à l'aise. Il voulait l'embrasser, franchir le cap, mais la peur de perdre l'amitié du journaliste le frappa de plein fouet, alors qu'il étouffa un nouveau bâillement.

« Alors, maintenant, que nous sommes plus que tout les deux ? Comment se passe vos recherches ? Il y a des choses concluantes ? Vous avez pu arranger les choses avec votre meilleur ami ? »

Il sourit en voyant Derek détourner la tête, alors que peut-être qu'ils pensaient la même chose ? Cet événement, ce rapprochement, c'était peut être le moment où tout allait changer entre eux. Et, étrangement, malgré que l'infirmier soit un Chasseur, ce qu'il savait, c'est qu'il ne voulait perdre de vue le grand brun.

« Et bien… J’ai eu pas mal de choses à faire, donc de ce côté-là j’ai pas vraiment recherché » Andrew voulut lui répondre, mais en ouvrant la bouche, il bailla, sans pouvoir le cacher. Qu'il termina pour cacher sa gêne avec un : « Oh ! Pardon ! » et Derek continua sa réponse. « Mais je me suis pris le temps de sortir un peu » L'infirmier posa sa tête en arrière, et ferma les yeux un instant. Il sursauta, ayant peur de s'endormir à nouveau. Pour être infirmier, il savait très bien qu'après un manque de sommeil, le corps se chargeait de prendre le contrôle par des micro-siestes incontrôlables. La peur était là, mais en même temps, il se sentait bien prêt de Derek, comme soudainement rassuré, par sa présence et son odeur. Qu'est ce qu'il aimait son odeur... « Je suis content alors...Je vais juste fermer les yeux un instant...Vous pouvez continuer à parler. » lâcha t-il, perdant de plus en plus pied. Ses yeux papillonnaient, et son esprit était déjà loin, là bas dans la ville de son enfance. Il se retrouvait à l'adolescence, avec son père, et son frère. Et, si Derek n'avait pas ouvert la bouche, l'infirmier aurait sombré. « Pour ce qui est d’Ash, non je ne l’ai pas tellement vu ces dernières semaines. Il est bien trop occupé à faire la fête quelque part… et à courir derrière quelques mini-jupes. » Andrew perdit le fil à la fin de la phrase de son camarade, le choc de cette micro-sieste fut violent, sa nuque lâcha en arrière, et glissa sur le côté pour finir sur l'épaule du grand brun.

« Hum...Je.. Pfu...Tant... » marmonna t-il déjà partit rejoindre son père, sa violence verbale et ses accès de colère. Un jour parmi tant d'autre, ou le père Sullivan voulait encore mettre Chris, son frère, à la cave. Dans l'ascenseur, Andrew ne savait pas qu'il dépassait peut être la bienséance, mais dans ses rêves, il ne se rendait plus compte de rien. Derek allait peut-être le repousser, malgré qu'il pesait son poids le gaillard. Complétement perdu dans son monde onirique, son corps lâcha complétement prise, et sa tête roula sur le bras de son voisin pour terminer sa course sur sa hanche.

« Non...Ne l'enferme pas dans la cave Papa...Enferme pas mon petit frère... »
lâcha t-il dans son sommeil troublé. Il se roula en boule comme un petit chat qui chercherait à trouver sa position. Andrew se sentait si bien, malgré la dureté de son rêve, peut être que Derek allait se défaire de ce lien, et partir. Peut-être que cela le réveillerait ? En tout cas, avec sa tête posé sur le haut de la jambe du grand brun, il sentait qu'il pouvait en fin se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Ven 10 Déc - 0:39

Derek n’eut qu’un léger sourire en entendant l’énième bâillement du jeune homme. Il supposait bien qu’Andrew devait être fatigué… de plus surement que la lumière de l’ascenseur était éteinte du coup, donc il serait encore plus simple de se laisser aller à la fatigue. Dire que l’infirmier voulait encore leur faire à manger… franchement qu’il réchauffe un plat préparé et ça lui irait parfaitement. Il ne souhaitait pas déranger Andrew plus que nécessaire.

« Je suis content alors...Je vais juste fermer les yeux un instant...Vous pouvez continuer à parler. »

Le journaliste acquiesça de la tête, même s’il n’était pas sûr que le jeune homme ait pu le voir. Il continua donc en parlant pour Ashton. Il ne savait pas encore comment les choses avaient évolué entre son meilleur ami et Léopoldine, mais il évitait après tout, de les voir tout les deux en même temps. Parfois il aimerait bien tout lâcher… mais ce n’était pas possible. Et puis au fond il ne le voudrait pas. Rien que pour Val et le petit Lloyd. Il les aimait trop pour réellement penser partir ailleurs.

Il entendit tout à coup un bruit et juste après il sentit la tête de l’infirmier lui tomber sur l’épaule. Il se raidit légèrement, n’osant pas bouger. « Hum...Je.. Pfu...Tant... » entendit-il marmonner. Oh… Andrew s’était assoupit ? Derek tourna légèrement son regard vers le jeune homme. « Andrew ? » demanda-t-il tout doucement. A vrai dire, il ne voulait pas forcément le réveiller. Avec la fatigue dont Andrew devait être victime, il serait certainement mieux pour le jeune homme de se reposer un peu.

Le sentant glisser en avant, Derek posa doucement sa main sur la joue de celui-ci pour accompagner doucement le mouvement et laisser reposer la tête d’Andrew sur sa cuisse. Il espérait quand même que ce n’était pas jouer, car alors il allait en recevoir une. Mais il en doutait tout de même.

« Non...Ne l'enferme pas dans la cave Papa...Enferme pas mon petit frère... »

Que… quoi ? Comment ça enfermer le frère ? Derek posa sa main sur les cheveux d’Andrew pour les caresser doucement, voulant le calmer un peu. Etait-ce de mauvais souvenirs ? Pourtant… un père enfermant son enfant dans la cave ? Il existait de tout, on le savait, mais, c’était toujours dur à imaginer que ce genre de chose arrivait à un entourage connu.

Derek entendit la respiration de son camarade se détendre un peu et lui-même le fut également. Sa seconde main se posa sur le torse d’Andrew, sans cesser ses douces caresses de l’autre. Il espérait l’aider à se reposer un peu, car de toute façon vu l’annonce débile d’il y a peu, ils en auraient pour quelques heures. Le journalise inspira longuement et laissa aller sa tête en arrière contre la paroi métallique. Peut être que lui aussi il pourrait se reposer un peu… il n’avait donc que ça à faire… Pourtant il voulu bien rester éveiller rien que pour continuer à sentir les cheveux d’Andrew entre ses doigts.

Il se demandait tout de même ce qu’était arrivé à Andrew lors de son enfance. Pourtant il savait très bien qu’il n’allait pas revenir dessus, car au fond ça ne le regardait pas et puis il savait qu’on avait tous des moments de notre vie qu’on ne souhaitait pas forcément partagé. Il était le premier à garder les choses pour lui.

Les caresses diminuèrent peu à peu, devant plus aléatoire dans le temps. Reprenant parfois quand Derek remarqua qu’il avait cessé, pourtant ils finirent aussi par cesser dans ce silence et le noir complet.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé] Ven 10 Déc - 2:04

Pourquoi il était tombé sur l'épaule de son voisin, dans cette case d'ascenseur ? Andrew ne le savait pas, la fatigue venait de gagner une victoire sur sa volonté de fer. Il avait tellement lutté pour ne pas fermer les yeux, que tout se déroula en quelques secondes, laissant son corps complétement à la disposition du rêve.

« Hum...Je.. Pfu...Tant... » marmonna t'il déjà très loin dans les pays du songe et du rêve. S'il avait pu réaliser que sa tête tomberait sur l'épaule de Derek, c'est sûr qu'il aurait tourné la tête pour tomber à côté et ne pas déranger le grand brun, ou créer une situation déplaisante pour lui. Pourtant, le mal était fait, et Andrew se revoyait loin dans son enfance, entrant de lutter contre son père qui ne voulait pas accepter la différence de son petit frère, Chris. « Andrew ? » fusa dans le bouche du journaliste, mais l'infirmier n'entendit pas sa voix. Il était bien trop épuisé, et il était tombé dans un sommeil lourd, comme on peut trouver quand on est vraiment épuisé. Le garçon glissa, lentement mais surement le long du bras de de Derek, et termina sur sa jambe, sa tête venait de trouver l'oreiller idéal.

Mais dans son rêve, le reste n'était pas idéal, il voyait son père attraper Chris pour le jeter à la cave, choqué il regardait impuissant son jeune frère dévaler l'escalier comme un fichu de paille. Puis, après avoir donné une claque à Andrew, il fermait la porte à double tour, c'est ainsi que dans son rêve, il lâcha :

« Non...Ne l'enferme pas dans la cave Papa...Enferme pas mon petit frère... »


Mais étrangement ce rêve s'arrêta ici, tout se brouilla, et il se retrouva dans l'herbe fraichement coupé de son jardin, un jour d'été, il faisait bon sous le soleil et le pistolet à eau que son frère tendait vers lui pour l'arroser. L'infirmier se sentait bien, sans se douter une seule seconde que c'était les caresses de Derek qui calmèrent ses cauchemars. Les mains qui allaient et qui venaient sur ses cheveux et sa tête, lui procura une paix et une sérénité retrouvé. Son frère souriait maintenant, et ils se mirent à se courir aprés sous les jets d'eau, dans leur jardin en nouvelle Zélande. C'était un souvenir, qui était si fort, et si bon de se remémorer.

Il ne bougea, respirant calmement, et ayant remonté son bras pour poser sa main sur le genoux de Derek, comme si cela avait été un coussin, crispant par à coup comme un chat qui prendrais plaisir à cette caresse soudaine. Puis, Andrew plongea dans un sommeil profond sans rêve.

C'est bien plus tard que l'infirmier se réveilla, la main d'un pompier le secouait avec énergie. Il ouvrit les yeux et remarqua qu'il était couché au sol, seul. Mais où était Derek ? Et, surtout où avait-il dormi ? Sur son épaule ? Ou pire sur ses genoux ? Un profond sentiment de honte lui monta aux joues, alors que le pompier le mit sur ses deux jambes. Il osa lui demander après un petit temps. « Le monsieur qui était là...Il est où ? » Un grand blond, au look de surfeur et au sourire email diamant lui répondit en le faisant sortir de l'ascenseur en l'aidant avec son bras. « Mes collègues l'ont emmenés chez lui. On l'a réveillé avant vous, il nous as dit où il habitait et pouf il s'est endormi à son tour. Sinon, vous voulez le rejoindre ?» Andrew qui tenait encore pas bien debout, s'appuya sur le pompier qui semblait un vrai roc. Le rejoindre ? Il les pensaient en couple ? C'était étrange comme pensée, et pourtant agréable. Il tourna la question du grand blond cent fois dans sa tête puis il lui répondit. « Non, je n'habite pas ici. Pourriez-vous me ramenez chez moi ?»

« Bien sûr ! Vous habitez où ? C'est peut être sur notre chemin de retour. »

C'est ainsi qu'Andrew quitta Derek sans lui avoir apporter le soutien qu'il avait promis à l'origine, mais la ferme attention maintenant de savoir qu'un sentiment nouveau et troublant faisait bouillonant son sang. Il était amoureux de Derek Morrison.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé]

Revenir en haut Aller en bas

Il est difficile d'oublier quand on espère revoir son visage [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMMENCEMENT. :: Corbeille :: RP terminés-