AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

J&N ☼ It hurts the hearts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

messages : 48
date d'inscription : 02/01/2012
occupation : Etude en audiovisuel
envie : Parler à Joey

copyrights : cripsow.
pseudo : KITSUNE.




Can you stop breathing ?
jukebox: Forgiven - Within Temptation
annuaire:
MessageSujet: J&N ☼ It hurts the hearts Mer 4 Jan - 15:40


La respiration erratique, le visage plongé sous l’eau et les souvenirs qui afflux trop vite. Bien trop vite. C’est drôle comme quoi l’adage ‘’le passé finit toujours par nous rattraper’’ prend une réelle dimension, un chemin qu’il aurait voulu ne jamais recroisé. Neal était pour ainsi dire un froussard lorsqu’il s’agissait des sentiments, bien loin de ses dom juan qui aimait à mettre des filles chaque soir dans son lit, il était d’avis qu’il était bien mieux de profiter du temps avec une personne que l’on aimait plutôt que d’en faire passer des dizaines dans ses draps. Peut-être finalement, cela lui faisait plus de mal que de bien ? Aucune idée, toujours est-il qu’il avait prit l’une des décisions les plus douloureuses de sa vie en demandant à Joey de quitter les lieux ce soir-là, il y a déjà quelques jours maintenant, sur le coup, ça avait été comme l’évidence même : fui ce qui te fait souffrir. Et Joey, de part ses actes lui avait remémoré ses souvenirs si douloureux. Alors il avait fui. Mais il le regrettais désormais. Il avait prit trop souvent l’habitude d’aller la voir, ne sachant alors plus que faire de ce temps qu’il avait désormais de libre et elle, venait si souvent, qu’il désespérait de ne pas voir sa jolie tête blonde lorsqu’il ouvrait la porte à quiconque. C’était presque pathétique tant il l’attendait, un paumé dans Sydney, qui allai on ne sait trop ou. On ne peut pas dire qu’il déprimait non plus, seulement, sans Joey, sans son amie et plus encore, a qui il confiait tout, le monde semblait un peu plus creux. Le chaînon manquant, sans doute était-ce elle et il se faisait violence pour se changer les idées aux lieux de continuer de se massacrer le moral en resongeant à tout cela.

Neal, caméra en main, avait chassé ses sombres souvenirs et ses idées noires, passant s’offrir un café avant de rejoindre l’Argyle Place. Il y régnait toujours une certains effervescence, quand bien même les passant fussent peu nombreux, il y demeurait un certain sentiment qu’il appréciait énormément. C’est simple : les gens semblaient heureux d’être là, discutant sur un banc, observant les alentours, ne prêtant plus attention à leur propre malheur. Alors quoi de mieux pour ce changer les idées que voir ses gens rirent ? Allumant son appareil, duquel il ne se séparait d’ailleurs jamais, il entreprit de filmer ça et là les passants. Une femme s’évertuait à courir après ses trois avortons visiblement plutôt turbulents qui ne cessaient de courir de toute part sans prêter attention aux menaces de leur mère disant qu’ils ne pourraient plus toucher à leur console. Non loin de là, un couple de septuagénaire semblait perdus dans la contemplation des pigeons qui allaient et venaient, fuyant les passants pour reposant patte au sol. Peut-être aurait-il du, à se moment là, tourner sa caméra à droite plutôt qu’à gauche ? Cela lui aurait évité de resté figé quand, dans l’objectif, le visage trop familier de Joey lui apparut. Fronçant doucement le nez, il se demanda quel était le comportement à adopter ? Etait-il assez puéril pour fuir ? Non sans doute pas. Assez courageux pour aller lui parler alors qu’il l’avait presque fichu dehors ? Peu probable également. Ne restait alors que la possibilité de rester stoïque sur cette place, croisant les doigts pour qu’elle ne prête pas trop attention à lui. Quoique, il se souciait surtout de savoir si elle allait bien et si elle lui en voulait. Même si ça, il allait éviter de le lui dire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joey Winters
joey ❝ my mind is a warrior, my heart is a foreigner. ❞

avatar

messages : 1740
date d'inscription : 11/08/2010
occupation : regretter ses faits.
envie : du joli corps de son voisin.

copyrights : matsou.
pseudo : tears emptiness.




Can you stop breathing ?
jukebox:
annuaire:
MessageSujet: Re: J&N ☼ It hurts the hearts Mer 4 Jan - 21:20

Il existe un proverbe disant « l’erreur est humaine ». Joey n’est pas en parfait accord avec ce dicton. Certaines erreurs peuvent être pardonnées, un jour ou l’autre on finit par se tromper, faire le mauvais choix, sans que cela ne vienne à faire du mal à autrui. Mais il existe des fautes plus graves dans un sens, celles qui blessent, qui détruisent certaines personnes. De plus, il est vrai qu’on ne peut pas expliquer certains de nos actes, Joey sait de quoi elle parle à l’heure actuelle. Elle a toujours voulu être plus ou moins parfaite, enfin, être attentive aux autres, se préoccupant d’elle en dernier. Son mariage en est l’exemple même, plutôt le bonheur de son mari était essentiel au sien. Donnant en recevant rarement, et pourtant, elle reste toujours la femme qu’elle a été. Celle qui n’est pas sûre d’elle, légèrement fleur bleue, voulant faire bien, se montrer attentive et à l’écoute, désirant voiler ses défauts par ses qualités plus nombreuses. Plus le temps passé, et plus elle devenait cette personne insupportable, agissant bêtement, ramenant la fin sur ton divorce à chaque fois sur le tapis. Un premier échec dans sa vie semblant si idyllique. Ouvrant les yeux en fin de matinée, l’appartement semblait vide, une bonne chose pour débuter la journée. Nullement l'envie de croiser Eliot, ou son collègue, et encore moins Jemma à la vue du dernier événement. A vrai dire, elle ne faisait que chasser sa meilleure amie, passant son temps enfermé dans sa chambre, bossant sur de multiples articles, et lorsque cette dernière désirait une conversation, Joey fuyait. Rien ne semblait plus pareil, Jem semblait différente, Joey l'était, leur amitié changeait. En réalité, elle ne pourrait pas lui cacher plus longtemps qu'elle avait couché avec son mari, sans oublier de préciser que l'alcool en était la raison. Certes, une raison non valable. Elle avait l'impression de faire à Jemma ce qu'elle avait vécu, d'une certaine manière. Le cas de Joey était différent, elle voyait son mari rentré tard, porter une odeur différente de la sienne, parlant à voix basse au sein de leur domicile quand il prenait un appel.

Enfin, alors qu'elle traînait au milieu de l'appartement, filant se préparer. Une fois habillée convenablement et légèrement maquillée, elle fermait la porte dernière elle, montant les étages, pour joindre un en particulier. Arrivant devant le palier, hésitant, elle toquait de nombreuses fois. Depuis quelques jours, elle n'avait plus mis les pieds ici, laissant Neal comme ce dernier lui avait demandé. Cependant, il lui manquait trop, elle se bouffait intérieurement de son absence et de leur dernière confrontation. Avouer son geste avec Eliot, une belle connerie, sachant bien que ses histoires à-lui finissaient à chaque fois en mauvais terme, de plus, il avait de même connu « le meilleur ami couchant avec sa petite-amie ». Quittant l’immeuble, pour se balader dans Sydney, elle joignant plus tard Argyle Place. Prenant place sur un banc, où elle sortait de son sac un petit bouquin qu’elle venait à feuilleter. Ses pensées étaient plus occupées par ses problèmes que par les lignes, dont elle devait y revenir à plusieurs reprises pour y trouver le sens. Puis, il y a eu ce moment où elle levait le regard au ciel, soupirant copieusement, et tentant de trouver une solution à ce qui semblait impardonnable. Sentant un regard sur elle, Joey regardait autour d'elle, doucement, avant qu'elle ne reste stoïque, quand ses pupilles restaient dans celle de Neal. Ce dernier déviait vite fait bien fait son regard, portant l'attention sur sa caméra. Son petit jouet, où Joey adorait passer son temps à regarder ce qu'il contenait. Souriant bêtement, elle ignorait de quelle manière elle devait réagir. Peu importe, ils devaient se parler. Se levant, légèrement hésitante, elle se rendait vers sa direction. Postée face à lui, toussant pour qu'il remarque sa présence, il venait à la regarder, semblant aussi gêné qu'elle. « Tu as l’air d’aller bien. » Tu peux faire mieux Joey, beaucoup mieux. Se mordant la lèvre inférieure, comme elle le faisait lorsqu’elle ne se sentait pas à sa place. « Je suis passée chez toi plus tôt, et tu n'y étais pas, évidemment. Enfin, j'avais simplement envie de te voir. » Ses paroles défilaient à vive allure, jouant avec ses doigts. Elle se manquait de lui dire qu'il lui avait manqué, combien elle s'en voulait. Il avait connu la vraie Joey depuis leur rencontre, et celle qu'il avait entraperçu, celle qui avouait avoir couché avec Eliot, n'était en rien elle. Venant s'installer à ses côtés, ses cheveux balayés par le vent, son doux minois sans réelle expression.
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Settle down with me. Cover me up, cuddle me in lie down with me and hold me in your arms. And your heart's against my chest, your lips pressed in my neck, I'm falling for your eyes, but they don't know me yet ❝ and with a feeling I'll forget, I'm in love now. ❞


Dernière édition par Joey Winters le Mer 11 Jan - 19:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

messages : 48
date d'inscription : 02/01/2012
occupation : Etude en audiovisuel
envie : Parler à Joey

copyrights : cripsow.
pseudo : KITSUNE.




Can you stop breathing ?
jukebox: Forgiven - Within Temptation
annuaire:
MessageSujet: Re: J&N ☼ It hurts the hearts Mer 11 Jan - 19:39


Ce qui était frustrant, en réalité, c’était d’observer tout se qui se passait autour de lui. Neal avait toujours été un idéaliste persuadé que l’amour, le vrai, l’attendait au coin d’une rue. Il était bien loin de ses hommes à femmes qui, pour combler leur manque de confiance, se tapait la moindre greluche passant. Cependant, il avait commencé à être effrayé par ce sentiment, aussi intrigué qu’avide de le ressentir a nouveau. Il n’avait pour l’heure que fait l’amère constatation : l’amour faisait mal. Point. Et il avait espérer, oh oui, réellement, secrètement, qu’un jour, Joey serait celle qu’il lui ferait oublier le mal provoqué par ce sentiment. Allez savoir pourquoi. Pourquoi elle et pas la brune de l’immeuble d’en face, ou la charmante boulangère rousse à quelques rues plus loin. Enfin, se demander pourquoi, c’était bien inutile. Dans le fond, il savait pourquoi. Il avait toujours eut la réponse. Elle était belle mais ce n’était pas que cela. Son regard pétillait de malice, exprimait chacun de ses sentiments, il s’y perdrait volontiers, son sourire enjôleur et ses mimiques qu’il ne connaissait que trop bien, son entrain de chaque instant, ses coups de blues qu’elle tentait parfois de masquer. Pour tant de chose et pourtant il aimait à penser, parfois, qu’il ne ressentait pas tout ça. Parce que oui, ça ferait moins mal en effet. Souffrir pour être heureux après ? Ou souffrir pour finir seul ? C’était sans doute ça qui l’arrêtait : et si, au final, il demeurait seul ? « Tu as l’air d’aller bien. » Neal a un léger sourire, malgré lui, au moins s’il en donne l’impression, elle ne se fera pas du mourrons pour lui. Garde la face mon p’tit, elle pourrait presque croire que t’es heureux. Joue le jeu. Eteignant finalement sa caméra il fronce doucement le nez. « On fait aller, en effet. » Répondre vaguement, sans vraiment dire si elle a tord ou raison, lui laisser à penser qu’elle a raison et ne pas la faire culpabiliser d’avantage. Même en lui en voulant il est gentil. Il doit vraiment avoir un sérieux problème lui. « Et toi, tu .. tu vas bien ? » Celle-là, c’était plus fort que lui. Il était obligé de le lui demander tout simplement parce qu’il s’est inquiéter, bien trop sans doute. Tellement que s’en est pathétique. Il est pathétique en fait. Pauvre Joey. Pauvre Sublime et incroyable Joey. Il sait que se qu’elle a fait avec Elliott, c’est mal mais il sait aussi que même s’il a des réticences vis-à-vis de cette histoire, il n’arrive pas à trop lui en vouloir, comme si son visage suffisait à lui faire oublier le choc qu’il avait subi en apprenant qu’elle avait pu faire ‘’ça’’. « Je suis passée chez toi plus tôt, et tu n’y étais pas, évidemment. Enfin, j’avais simplement envie de te voir. » D’une certaine façon, ça lui faisait plaisir de l’entendre. Cela dit, Neal savait que si Joey était venu sonner chez lui, il n’aurait pas ouvert, aurait fait mine d’être absent. Non pas par gêne, seulement parce que c’était facile de lui en vouloir quand il ne la voyait plus. Il aurait juste eut à retourner dans sa chambre et attendre qu’elle s’en aille, là, il devait bien affronter la chose. Quelle chose d’ailleurs ? Ses sentiments ou sa rancœur ? Sa propre culpabilité pour l’avoir éjectée comme ça, peut-être ? Oh Joey, pourquoi es-tu Joey. L’esprit de Neal, c’était pire que les tragédies de Shakespeare. « Je reste pas trop chez moi en ce moment. » Ce qui n’est pas vraiment faux, ça a toujours été un homme qui aimait sortir, puis ça lui changeait les idées de toute manière, ça lui évitait de croiser Eliot dans les couloirs, ou d’entendre parler de cette histoire. Mais c’était surtout, qu’il était pas mal sur le dos de Jemma aussi, il s’était transformé en un genre de pseudo-protecteur, attendant le moment ou Jemma craquerait, parce qu’avec un tel choc : elle craquerait, il en était sur. Neal, lui, avait bien mis trois mois avant de pleurer comme un gamin dans son appartement vide après son histoire avec Maya. Il ne doutait pas que le tour de la jolie brune viendrait.

Son regard naviguait d’un endroit à un autre, comme s’il ne savait plus quoi dire, ni quoi faire. Avant c’était simple, les conversations venaient d’elle-même et les confidences étaient souvent de mise. Là c’était différent. Et Neal avait la dérangeante impression que c’était en grande partie de sa faute, il avait accepté toutes les confessions de Joey, sans exception. Jusqu’à cette histoire et maintenant, il avait peur que ça change tout entre eux. Que ça creuse un énorme fossé qui les séparerait à jamais. « Ecoute Joey … Je voulais juste que tu saches que je suis désolé. Enfin, pour t’avoir viré de chez moi aussi rapidement je veux dire. » T’es trop mollasson mon p’tit Neal. Tu me diras, c’est peut-être ça qui t’empêche de trouver une femme qui t’aime, elles préfèrent toutes les bad boys non ? Cette simple pensée le fait sourire, il est toujours sortit de la norme, ça lui jouera des tours, un jour. « Et désolé de t’avoir évité également. » Il venait de murmurer, oui, parce que ça, c’était vraiment pathétique, la fuir comme un collégien trop timide face à celle qu’il a dans la tête, ça craint, vraiment.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: J&N ☼ It hurts the hearts

Revenir en haut Aller en bas

J&N ☼ It hurts the hearts

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SYDNEY EST. :: Les Rocks :: Argyle Place-