AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

₰ when lies become the truth that's when i run to you. (élias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

messages : 29
date d'inscription : 09/01/2012
occupation : etudiante en littérature.
copyrights : ava@shiya ; sign@tumblr.
pseudo : Lipstick_jungle.




Can you stop breathing ?
jukebox:
annuaire:
MessageSujet: ₰ when lies become the truth that's when i run to you. (élias) Mer 11 Jan - 4:06


And I won't let go, if you wait for me.

« Racontes-moi Everdeen ». Je tapote nerveusement mon stylo contre la table de l’amphithéâtre alors que mon meilleur ami me questionne depuis de longues minutes au sujet de la soirée d’hier chez Casey. Ça le prend souvent de venir squatter mes cours alors qu’on n’est clairement pas dans la même filière. Je fais mine d’écrire pour ne pas avoir à parler de hier. Je n’en reviens toujours pas et mon esprit est foutrement à côté de la plaque. J’ai couché avec…mon demi-frère. Je regrette pas, c’est une certitude mais disons qu’après coup ça fait quelque chose, une sorte de trouble en moi et ça me facilite pas la tâche pour tenter de ne pas y penser. On ne s’est pas parlé de la journée avec Elias, je l’ai croisé en coup de vent au petit-déjeuner et ça c’est arrêté là. Je n’aurais pas su quoi lui dire de toute manière. Je veux dire, ce n’est pas anodin ce qui c’est passé et je ne sais pas comment appréhender tout ça parce que mon demi-frère n’est pas le genre de type à clairement exprimer ces émotions ou ses sentiments – comme moi en réalité alors forcément les choses sont loin d’être simple. « Tyler tu veux pas simplement retourner dans TES cours ? » Que je dis en souriant en coin avant de reporter mon attention sur mon professeur pour être certaine qu’il ne me voit pas. Je n’ai pas envie de me prendre des remarques négatives à cause d’un meilleur ami – un peu trop curieux. Il hoche négativement de la tête avant de faire une moue qui m’invite à continuer. Je laisse échapper un soupire en penchant ma mon visage sur le côté. « J’ai couché avec Elias » Que j’annonce de bute en blanc alors qu’il se met à ouvrir grandement ses yeux apparemment surpris de cette révélation. Ça m’étonne parce que c’est quand même lui qui depuis plusieurs semaines me dit de me laisser aller et vivre ma pseudo relation avec mon demi-frère « T’es pas sérieuse ? » Qu’il me murmure en s’approchant de moi, soutenant mon regard bleuté, un sourire en coin se dessinant sur la commissure de ses lèvres. « Les détails maintenant » Qu’il exige alors que je regarde autour de nous pour être sûre que des oreilles mal attentionnées ne traînent pas par là. Je n’ai clairement pas envie que ce genre de nouvelles se répandent sur le campus. Elias est dans la même faculté que moi sauf dans une filière différente. Certains ignorent que nos parents sont mariés, d’autres si, alors je préfère éviter tout débordement qui pourrait me couter cher à moi comme à lui. « Des détails ? C’était…y a pas de mots. Il tient une putain de forme et c’était clairement le meilleur coup de ma vie » Que je lui dis naturellement, au moins maintenant il est prévenu. « FAYE ! » Qu’il s’exclame au point que plusieurs personnes présentes devant nous se retournent nous lançant des regards noirs. Je m’enfonce dans mon siège honteuse avant de clairement pincer sa cuisse, connard qui me fou la honte. « Je te rappelle que t’as perdu ta virginité avec moi et que tu pourrais ménager mon égo » Qu’il me dit alors que je me retiens de rire. Pas faux mais en même temps je ressentais rien de plus que de l’amitié quand on la fait. Je ne serais pas capable de dire ce que je ressens pour Elias, mais ce que je sais c’est que bien plus fort. C’est sûrement ce qui m’angoisse le plus au fond. « T’es second ce n’est pas si mal » Que je lui dis en tenant ses joues, comme les grand-mères qui pincent – trop fort – celles des bébés qui ont rien demandé. « T’es qu’une connasse » Qu’il me dit au moment où la sonnerie retentit, fin de journée, enfin.

On sort rapidement de la faculté avant de se rendre sur le parking central. On monte dans la voiture de Tyler prenant la direction de la maison. Je suis légèrement anxieuse parce qu’Elias sera là et qu’on va clairement devoir se confronter et devant les parents en plus. Je tapote nerveusement du pied en fixant les paysages qui défilent sous mes yeux. « Tu l’aimes ? » Que me demande plutôt – brutalement mon meilleur ami. Je me retourne vers lui m’adossant un peu plus en tapotant l’arrière de mon crâne contre le repose-tête. Je n’ai pas envie de répondre parce que je ne connais pas la réponse et surtout je ne vois pas l’intérêt pour lui de le savoir. On se dit tout c’est clair, mais parler sentiment je n’aime pas ça surtout quand ça concerne mon demi-frère. « J’en sais rien puis ce n’est pas si important non ? Si cette situation nous plaît pourquoi est ce qu’on devrait tout compliquer en parlant sentiments ? » Que je lui dis. C’est vrai, c’est tout le temps comme ça sur cette putain de terre, à croire qu’on n’est pas en droit de vivre une histoire simple sans devoir y mêler un tas de choses qui créeront forcément des complications. « Mais votre situation est déjà compliquée Faye. Je n’ai simplement pas envie de devoir te ramasser dans deux mois parce que tu auras le cœur en miette » Qu’il me dit sincèrement en caressant ma main. Je le regarde tentant de sourire parce que ce dont il est en train de parler c’est clairement mes plus grosses craintes. Je n’ai pas envie de souffrir et pourtant c’est comme si ça allait être le passage obligé. « Je suis Faye Everdeen, il m’en faut plus pour avoir le cœur brisé ». Toute façon depuis le décès de ma mère, j’ai le cœur en miette alors si je dois souffrir ce sera qu’un supplément à la douleur que j’éprouve encore aujourd’hui à cause de sa mort. On finit par arriver devant chez moi. Je dépose un baiser rapide contre sa joue en souriant avant de sortir, le bruit du moteur marquant son départ. Je reste statique devant la villa durant quelques secondes replaçant mon débardeur blanc et mon short en jeans. Le climat de l’Australie est vraiment idyllique même à cette période de l’année. Sentant mon rythme cardiaque s’affoler, je finis par rentrer déposant mon sac dans l’entrée avant d’aller dans la cuisine. Et en une fraction de seconde tout bascule. Je le vois là assis à table avec cette connasse de Kate à ses côtés, ils ont l’air de bien se marrer, nice. Mon sang ne fait qu’un tour et ma gorge se serre immédiatement. Putain mais il se fou de ma gueule ? J’en reviens pas, c’est clairement pas possible ce qui est en train de se passer. Hier soir on baise à s’en rompre chaque muscle du corps et maintenant…maintenant il semble à nouveau aussi proche de l’autre qu’avant. J’ai envie de hurler, de les frapper, de pleurer mais non je dois rien dire parce que mes parents se poseront forcément des questions. « Ma chérie t’es rentrée, viens t’assoir avec nous » C’est quant mon père ouvre la bouche qu’Elias et la conne se tournent vers moi. Je les regarde, lançant un regard significateur à ce dernier avant de fusiller son ex rien qu’avec mes prunelles bleues. « Je dois bosser » Que je dis froidement en tournant les talons, n’ayant clairement pas envie de passer la soirée à être témoin de leurs retrouvailles. « Faye, manges avec nous, tu travailleras après » Que me dit Meredith. Je prends une profonde inspiration avant de filer m’assoir à table. Je me retrouve en face de mon demi-frère et ce n’est clairement pas une bonne chose. Je les observe sans rien dire alors que mon père discute de son boulot avec ma belle-mère. Ma mâchoire se crise à chaque de mes inspirations. Je ne dis rien, mon regard dit tout et c’est suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

messages : 24
date d'inscription : 09/01/2012
occupation : Étudiant en commerce.
copyrights : ava@shiya ; sign@tumblr ; lyrics@carybrothers
pseudo : Swingstab.




Can you stop breathing ?
jukebox: WHAT IF/SAFETY SUIT
annuaire:
MessageSujet: Re: ₰ when lies become the truth that's when i run to you. (élias) Mer 11 Jan - 4:26

« Elias ? » « Hey, Kate. » « Tu crois qu'on pourrait ... » « Je suis désolé, Kate. Toi et moi c'est réellement terminé. » « et être mon ami, Elias ? T'y a jamais pensé ? » « maman ? » « Attends, je tiens toujours à toi. Tu veux donner une chance à cette amitié ? »

« Kate, je suis heureuse de te revoir. » « Moi aussi, madame ... Everdeen. » « tu te souviens quand ta mère nous a ... » « ouais. » « mes yeux se souviennent également. » « Alors, les enfants. Cette fête hier ? » « intéressante. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

₰ when lies become the truth that's when i run to you. (élias)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: SYDNEY OUEST. :: Paddington :: Les résidences-