AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

when you'r gone..;isaiah&six'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité




MessageSujet: when you'r gone..;isaiah&six' Sam 3 Avr - 23:56



▬ WHAT HURTS THE MOST
What hurts the most
Was being so close
And havin' so much to say
And watchin' you walk away
And never knowin'
What could've been

    Le matin quand je m'étais réveillée, j'avais fait encore ce rêve. Le rêve du jour où le cri de mon petit frère m'avait figé sur place, glacé d'horreur. Je m'étais réveillée en sueurs après l'avoir entendu respirant rapidement, car mon cœur semblait battre très vite et très fort contre ma poitrine. Je jetais un coup d'œil à l'heure, il était 10h. Je me suis alors mise assise et je suis sortie de mon lit allant directement vers la salle de bain. Je me rinçais le visage avec de l'eau froide pour bien me réveiller puis je pris ma douche laissant l'eau chaude et agréable couler sur mon corps. C'était un réel plaisir que de rester sous la douche, cela me relaxait plus qu'autre chose et cela me faisait beaucoup de bien. Après avoir terminé, je sortais de la douche m'enroulant dans un essuie blanc puis je rejoignais ma chambre de nouveau et j'allais faire mon lit pour ne pas oublier de le faire en partant. Après avoir finis, j'allais inspecter ma garde robe, cherchant ce que j'allais mettre. J'optais alors pour un tee-shirt noir avec un jean clair et des converses noirs, je pris également mon bonnet et ma veste en cuire et je les posais sur mon lit. Je mis d'abord mes sous-vêtements ensuite mes vêtements. Je lissais mes cheveux, puis je mis mes converses et je mis ma veste. Je mis mon bonnet pris mon sac et mes clefs puis je fermais la porte en sortant de mon appartement. Tout en marchant, je mis mes écouteurs pour écouter de la musique tout en allant vers le métro. Arrivé, je pris le train qu'il fallait et tout en regardant le paysage défilé, je me suis mise à penser à ma journée. Aujourd'hui j'allais encore voir à l'université pour voir si le programme de l'année avait été afficher, car il fallait que je regarde si cela allait interférer avec mon travail à la crèche. Arrivé enfin, je descendis du train et je remontais vers la ville.Tout en marchant je vis une pâtisserie. Je n'avais pas encore pris mon petit-déjeuner et j'avais envie d'une tarte aux fraises. J'entrais donc dans la pâtisserie, je commandais la tarte et j'attendais patiemment tout en écoutant de la musique et regardant autour de moi. Mon regard se fixa alors sur une chevelure brune qui semblait avoir tourné sa tête de l'autre côté, encore une fois je LE revoyais comme à chaque fois que je croisais des cheveux noirs dans la rue. Je soupirais puis le jeune homme retourna la tête en ma direction et je me figeais, mon cœur battait très vite, tellement vite qu'il me faisait mal. J'écarquillais les yeux sous le choque et détournais le regard, je n'entendais même pas la vendeuse qui me remettait ma tarte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Dim 4 Avr - 0:23


    Il y a des habitudes qui ne changent pas. La dernière tournée qu’il avait entreprit avait laissé des marques comme par exemple l’heure de son levé : Isaiah était incapable de dormir plus tard que sept heure le matin. Il n’y avait rien de mal à ça. Enfin, sauf un truc, son incapacité totale à se faire un déjeuné ou encore un café. Il détestait les cafés qu’il essayait tant bien que mal de se faire. C’était pour cette raison que sa dévoyé assistante lui avait fait découvrir le thé, chose dont il ne pouvait désormais plus ce passé. Il buvait toujours du café, mais il préférait le thé. Bref armé de ses lunettes de soleil signé ray ban, son blouson de cuir et de ses superbes sneakers flashy qui mettait en valeur son t-shirt blanc en très mauvais état et son slim noir, il attaqua les rues tranquille de la ville. Bien évidement, quand il quitta sa chambre d’Hôtel, son loft n’était pas encore prêt, il n’était pas sept heures du matin. Il était environ neuf heures.
    Il s’imaginait bien tomber sur elle par hasard, mais il ne savait pas du tout quoi lui dire. Il aurait l’air d’un beau con, mais aimait mieux tomber sur elle seule qu’avec Shiloh. Le soleil était déjà fort et il regretta amèrement d’avoir mit son blouson de cuir. Il le garda tout de même et entra dans la première pâtisserie. Isaiah était végétarien. En fait, il ne mangeait aucune viande, mais il buvait de lait, mais rarement, mangeait des œufs et du poisson. Ses amis le trouvaient bizarre à cause de sa, mais il n’en avait cure. L’odeur était exquise et il ne regrettait pas d’y être entré. Il retira tout de même son blousonson blouson avant de demander un croissant en français. Il aimait bien pratiqué son français : cela pourrait lui servir pour charmer la France. En attendant, il regarda partout autour de lui en se demandant si cette pâtisserie était là il y a six ans. Sans doute. Il avait dû être trop occupé avec Sixteen et March Hares. Il sourit bêtement en souvenir du bon vieux temps…
    C’est à cet instant qu’il la vit. Elle avait un peu changé, mais c’était pour le mieux. Il esquissa un petit sourire en payant son croisant et s’approcha d’elle avec lenteur.
    « Six’ » demanda-t-il le cœur qui battait à la chamade.
    Il était si heureux de la revoir par hasard, mais pourtant si mal de lui avoir fait du mal en la quittant. Il se disait qu’elle avait continué à vivre et comme elle le lui avait fait comprendre, il ne faisait partie que de son passé désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Dim 4 Avr - 0:51

    Je ne m'attendais vraiment pas à le voir venir me parler, j'avais cru au fond de moi qu'il allait au contraire m'éviter. Maintenant qu'il était célèbre et très connu, je m'étais dit qu'il m'avait peut-être même oublié totalement et cela me faisait très mal de le penser. Je pris alors ma tarte, bien décidé à la payer et partir d'ici faisant comme si de rien n'était, comme s'il faisait partie que de mon passé comme je le lui avais dit ce soir là. Je payais ma tarte aux fraises, m'excusant d'avoir aussi tardé à répondre, je me détournais prête à partir lorsque j'entendis sa voix derrière moi, il m'appelait. J'en restais bouche bée, je n'en croyais pas mes oreilles. J'avais réellement cru que tout s'était effacé de sa mémoire, qu'il avait oublié notre passé, notre complicité et surtout cette soirée là où tout aurais pu basculer, où tout aurait pu changer entre nous. Mais l'entendre prononcer aussi clairement mon surnom faisait battre mon cœur à une vitesse hallucinante, je déglutis avec difficulté respirant profondément et je me retournais vers lui avec un léger sourire, heureuse et confuse à la fois. Je le fixais de mes prunelles bleues, détaillant son visage. Il avait grandi, ça c'était certain. Il était devenu encore plus beau, plus charmant que jamais. Je sentais mon coeur se serrer à sa vue, puis me souvenant que la dernière relation qu'on avait eu avant qu'il ne parte était amicale, j'eus un sourire plus heureux en lui disant d'une voix que je tentais de rendre enjouée.

    ▬ « Isaiah!! ça alors, c'est une très bonne surprise »

    Dis-je tout en m'approchant de lui, hésitant à l'enlacer puis me disant que cela ne voudrait sûrement rien dire à ses yeux, je l'enlaçais un peu gauchement le serrant contre moi, puis je me retirais tenant toujours ma tarte et je lui souris de nouveau le regardant.

    ▬ « ça faisait longtemps dis donc, je suis heureuse de voir tu vas bien.. »

    Dis-je sincèrement, car il restait avant tout mon meilleur ami, comme ma moitié à vrai dire. Je continuais de le fixer me demandant ce qu'il était revenu faire ici. Car après tout, j'étais certaine de ne plus jamais recroiser son chemin et pourtant..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Dim 4 Avr - 23:35


    Il aurait peut-être du l’éviter, tout aurait été simple. La fuite était toujours plus simple, mais comme la compagnie qui avait produit son groupe lui avait dit : la gène, ce n'est jamais payant. En y pensant bien, il avait bien fait, mais s'il l'avait tout simplement ignoré, il aurait passé pour un lâche, mais il l’aurait su en santé, avec tous ses morceaux, mais apparemment seule. Il se demandait alors s’il devait s’en réjouir parce qu’il avait peut-être des chances ou devait-il être triste pour elle puisque justement, elle était seule alors que lui était entouré de ses meilleurs amis et d’une assistante exceptionnelle. Il n’en savait rien et s’était sans doute mieux pour lui. Ses relations personnelles, depuis son départ, étaient un mystère comme ce qu’elle faisait dans la vie, où elle vivait et ce genre de détail, mais il avait l’impression de toujours la connaître à un tel point, qu’il sentit qu’elle se forçait, qu’elle tentait de rendre son ton et son visage enjoué. Il n’était pourtant pas blesser enfin pas visiblement. Il était mal, mais à quoi s’attendait-il, à un baiser passionné après toutes ses années ? Elle était rancunière et il le savait trop bien. Malgré leur câlin qu’il aurait voulu beaucoup plus long et moins publique, il décocha un sourire charmeur. Il était sincèrement heureux de la croiser maintenant malgré tout.
    « Trop longtemps…» se plaignit-t-il. « J’aurais dû t’écrire… te téléphoner, venir te voir durant les vacances… Je suis désoler.»
    C’était trop dur. Je te demande pardon, pensa-t-il. Il ferma les yeux un moment comme si le soleil l’aveuglait alors que d’où ils étaient, il n’y en avait pas. Bref, toujours sourire, il la détailla avec attention. Elle était vraiment magnifique… Il prit une bouché de son croisant, il mourait de faim.
    « Moi aussi… Je suis… très content… »
    Il regarda autour d’eux, il était relativement tôt et il n’y avait pas grand monde. Il repéra donc une table pour deux vide et près de la fenêtre. C’était un endroit qu’il avait appris à fuir à Los Angeles et ailleurs au États-Unis, mais pour le peu temps que cela allait durée ici, il voulait en profité.
    « Est-ce que tu es pressé ? On pourrait s’assoir et discuté si tu veux ! » Dit-il en désignant la table qu’il avait repéré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Lun 5 Avr - 0:06

    Je le fixais dans les yeux, je ne savais pas à quoi il pensait et je ne savais pas ce qu'il voulait réellement. Je savais au fond de moi que c'était aussi dur pour lui que pour moi, que lui aussi ne supportait pas cette situation. Tout était bien trop compliqué entre nous. Par contre, beaucoup de questions me venaient en tête maintenant que je le voyais en face de moi. Était il toujours le même? Étaient ils toujours aussi complices? Je ne savais pas vraiment comment me comporter avec lui, j'étais réellement confuse. Lorsqu'il me répondit que cela faisait trop longtemps, j'esquissais d'un signe de tête avec un sourire franc. Oui il avait raison, cela avait été trop long, mais à aucun moment je ne m'étais dit qu'il faisait partie de mon passé, bien loin de là. Je le voyais par tout, dans chaque jeune homme aux cheveux noirs, dans chaque jeunes hommes aux yeux bleu et comme par hasard, a chacun il manquait ce petit quelque chose que je ne trouvais que chez Isaiah. Son sourire charmeur, ses prunelles malicieuses et sa chaleur humaine. Je ne préférais pas penser à tous ça, en même temps c'était assez dur de ne plus y penser, car il s'agissait tout de même du vrai Isaiah, l'homme que j'aimais plus que tout. Celui qui avait tout partager dans ma vie, mes peines comme mes joies les plus intenses. C'était également le jeune qui m'avait en quelque sorte brisé le coeur. Si je lui en voulais? Si je devais être franche, je lui en voulais énormément, mais de toute façon je savais que je n'avais pas à lui dire tous ça. Il s'en fichait sûrement au fond de lui, il avait sûrement du tout oublié depuis le temps, ne gardant en tête que son amie Sixteen. Je ne voulais plus y penser, je voulais réellement ne pas me sentir gêner devant lui, seulement mes sentiments n'avaient pas du tout changé depuis tous ce temps. Lorsqu'il me dit qu'il aurait dû appeler ou venir me voir, je lui souriais toujours hochant la tête. Oui, cela aurait sûrement été plus facile pour moi, mais en même temps j'avais été assez dur avec lui cette soirée là et je comprenais qu'il ne veuille pas venir vers moi après ça.

    « Hum..Oui c'est pas grave, je suppose que tu étais très occupé..»

    Dis-je, tout en rajustant mon sac sur mon épaule. Je le regardais ensuite manger son croissant et je souris. Oui, il semblait aller très bien et cela me réchauffer le coeur. Puis il me proposa de m'installer et discuter un peu avec lui. Cela était réellement étrange , avant il n'avait même pas besoin de poser la question. Apparemment, notre complicité avait bel et bien disparu..j'avais un peu de temps devant moi et donc je décidais d'accepter sa proposition.

    « Euh, Oui se serait avec joie »

    Puis j'allais avec lui m'installer à la fameuse table, je m'assis sur une des chaises et je posais ma tarte aux fraises sur la table, je posais mon sac à côté puis je croisais les bras sur la table le regardant avec un léger sourire.

    « Alors? Tu as réalisé ton rêve? Comment te sens tu?»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Lun 5 Avr - 2:35


    Assit devant elle, Isaiah avait l’impression que malgré son comportement qu’il qualifiait de prudent, les six ans qu’il avait passé loin d’elle n’avait jamais existé, mais le goût de la célébrité et la musique qui coulait désormais dans ses veines n’avait cesse de lui rappeler ce qu’il avait fait. Les femmes américaines n’avaient jamais réussit à lui faire oublier ce qui c’était passé. De toute façon comment aurait-il plus oublié l’instant la seconde où ils s’étaient avouer de façon quasi-muette, enfin sans utilisé les mots exact, leur sentiment commun. Il s’imaginait qu’elle avait connu d’autre « connard » comme il les appelait lorsque que lui et son groupe arrivait à parler d’elle sans le rendre trop agressif. Oui, elle le rendait agressif. C’était sans doute de la peur mélangé à de la culpabilité et à son sentiment d’amour profond pour elle. Celle de ses petites amies qui avait durée plus d’une semaine, étaient toutes blondes ou avait quelque chose en commun avec Sixteen. Il n’y avait que Shiloh qui était différente, mais ils n’étaient jamais sortis ensemble au grand dam de la jeune femme d’ailleurs. Elles étaient largement différente, Shiloh essayait de le rendre le plus heureux possible et professionnellement épanoui alors que Sixteen d’un seule sourire le rendait digue et il rêvait d’elle nuit et jour. C’était ainsi depuis qu’il avait quitté Sydney, à cette simple pensé il avait encore la sensation de ravalé ses larmes une fois dans l’avion. Il avait bien beau être un homme, sans elle, il était souvent incomplet ou anxieux de savoir ce qui lui arrivait. Pourtant, il vivait son rêve et probablement celui de plusieurs autres personnes dans le monde…
    Il fallait l’avouer, Isaiah ne s’attendait pas à ce qu’elle le laisse discuté avec elle. Après tout, il l’avait l’abandonné pour les États-Unis. Il était ravi sincèrement et il espérait que ce n’était pas éphémère…

    « Tu t’es tenue au courant ? » demanda-t-il soudainement inquiet.

    Il n’avait pas trop envie de parler de toutes ses histoires sans lendemain qui avait fait pétiller les journaux à potins. Il n’en était pas fier du tout et il ne voulait pas la blessé plus qu’il ne le faisait déjà sans doute.Il était revenu en Australie pour la revoir, essayer de faire découvrir leur musique ici et avoir la paix de tous ses chacals de paparazzi. C’était le seul côté qu’il n’aimait pas, mais il avait quand même fini par s’y faire.

    « Je sais… C’est… euh… »


    Il hésitait. Ce n’était pas son genre, mais le simple fait d’être devant elle et de parler de lui et de son voyage le rendait un peu nerveux, coupable et surtout cela le gênait. C’était pour ça qu’il était parti non ? Il secoua vivement, mais subtilement la tête.

    « C’est vraiment génial ! Si tu voyais Los Angeles. On a vu toute sorte de monde, on a rencontré des groupes qu’on écoutait ado… Ce genre de truc ! Maintenant qu’on est assez connu, y’a pas moyen de faire deux pas sans être suivit par un paparazzi, tu vois le genre ! Je suis content d’être rentré… »

    Il ne savait plus trop quoi dire, c’était étrange. Il avait envie de tout savoir sur elle, son rêve sonnait si secondaire maintenant qu’il était réalisé et qu’il avait la femme de sa vie devant lui…

    « Toi, qu’est-ce que tu deviens ? » demanda-t-il de nouveau charmeur. « Je suis heureux de te voir heureuse, tu sais. »

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Lun 5 Avr - 15:35

    Lorsqu'il m'avait demandé si je me tenais au courant, j'étais légèrement étonné par sa réaction. En faite, une seule fois j'avais voulu lire un article qui parlait de lui seulement, dès que j'avais vue une jeune femme dans ses bras, j'avais aussitôt fermé le magazine, préférant le cacher pour ne pas avoir à supporter ce que je savais que j'allais lire par simple curiosité. Depuis ce jour, je n'avais plus lu un seul article le concernant. J'avais rencontré quelques filles à l'université où j'étudie la psychologie et elles qui parlaient de lui, disant qu'elles étaient fan et totalement sous le charme du leader. J'avais toujours pris soin d'ignorer et d'éviter ses filles car je ne voulais pas les entendre crier leurs "amour" pour lui sans même qu'elle le connaisse ou sans même qu'elle sache à quel point il était merveilleux. Donc je trouvais ça assez étonnant, me demandant également ce qu'il voulait me cacher, mais je tentais de le cacher pour ne pas qu'il se rendre compte de mon petit air curieux, car le connaissant il allait sûrement me poser une question sur ce qui me préoccuper et je ne voulais pas parler de ça avec lui, non je préférais encore faire comme ci de rien n'était.
    Lorsqu'il commença à parler de son rêve, ce que cela faisait de l'avoir réalisé, j'eus un petit sourire. Oui j'étais satisfaite et heureuse de voir qu'il n'avait pas vraiment changé au fond. Il s'extasiait toujours lorsqu'il parlait de quelque chose qu'il aimait, mais à présent sa joie était teintée de quelque chose d'autre que je n'arrivais pas à discerner. J'aurais voulu qu'il ouvre son cœur, qu'il me dise tous ce qui s'était passé pour lui depuis notre dernier soir ensemble, car j'étais avant tout sa meilleure amie et celle à qui il pouvait faire confiance. Seulement moi même quelque chose me bloquait à poser les bonnes questions, je ne savais pas si je voulais qu'il me dise toute la vérité sur son parcours. J'étais au moins sur de ce point, j'avais peur de connaitre la vérité sur ce qu'il avait fait ou pas, s'il avait vraiment changé ou pas. Puis il se tut et je souris hochant la tête, oui apparemment il allait bien. Je mangeais ma tarte lentement puis je le regardais lorsqu'il me demanda ce que moi j'étais devenue, ce que je faisais à présent. Lorsqu'il me dit ensuite qu'il était heureux de me voir heureuse, je détournais la tête. Non je n'étais pas heureuse, pas vraiment. Oui j'étais très contente et vraiment troublée de le voir réapparaître dans ma vie, sans aucun préavis. Seulement, je ne savais pas si son retour était en faite parce que je lui manquais un peu ou alors pour sa carrière. Si on ne s'était pas vu aujourd'hui, aurait-il cherché après moi? Je le regardais ensuite et je répondis à sa question d'une voix que je tentais de rendre normal.

    « Eh bien, je travaille dans une crèche pour payer mes études de psychologie, je n'habite plus chez mes parents depuis un bout de temps maintenant et je vis une vie totalement normal, ce n'est pas rêve qui se réalise mais c'est déjà ça.. »

    Dis-je, tout en souriant amusée et en hochant la tête tout en le fixant. J'espérais qu'il n'allait pas le prendre mal, mais après tout je n'avais pas été méchante alors il n'avait aucune raison de l'être. Puis je le regardais, demandant par curiosité avec mon petit sourire au coin.

    « Alors, tu es venu pour faire connaitre ton groupe ici? Je connais certaines filles qui sont déjà vraiment fan de toi! »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mar 6 Avr - 21:54


    Une crèche, pensa-t-il. Il n’était pas vraiment surpris, enfin pas autant que d’apprendre qu’elle ne vivait plus chez ses parents depuis longtemps. Il se demandait s’il avait quelque chose à voir dans le fait qu’elle avait le grand saut. Il faut dire que depuis qu’il avait quitté Sydney à dix-sept ans, il avait fait l’expérience de différente habitation. Il était passé de la rue à une suite super luxueuse dans un hôtel tout en faisant un détour par un autobus et un loft assez impressionnant. Il pensait, pour ne pas ce faire plus mal sans doute, qu’elle vivait dans un super studio dans le nord de la ville. Il s’était fait beaucoup d’illusion à partir de son studio de musique. C’était normal. Avec le temps, il s’était fait à l’idée qu’il en souffrirait toujours jusqu’à aujourd’hui. Différente émotion envahissait son cerveau avec violence. Il y avait bien entendu de l’amour, de la gène, une certaines colère et étrangement, un brin d’amusement cause pas le malaise qui planait. La façon dont elle avait dit que ce n’était pas un rêve, mais c’était déjà ça avait mit littéralement Isaiah hors d’état de nuire. Il se sentait déjà mal et petit pour une fois. Il ne savait pas qu’elle ne l’avait pas dit méchamment, mais il se sentait mal et c’était suffisant pour qu’il le prenne de cette façon. Isaiah aurait pu lui parler de cruauté du milieu, de ses crises de colère à leur arrivé pour avoir ce qu’il voulait, des femmes qu’il avait séduit et avec qui il avait passé ses courtes nuits, des lits vides qui l’avait gardé au chaud durant ses affreux lendemain de veille, mais ce n’était pas l’image qu’il voulait qu’elle ait de lui et la facette de son rêve qu’il avait envie de partagé avec elle. Il pourrait lui parler de l’énergie que lui envoyait le publique, de leur premier concert sold out à New York, des fans et de leur cadeau, de la tournée des radios et des plateaux de télé et de leur rencontre avec divers groupe qu’ils avaient tant aimé plus jeune, mais il n’était pas certains que c’était le bon moment et le bon endroit. Ils avaient des choses à mettre au clair avant, comme leur sentiment par exemple.

    « Si tu as un quelconque problème avec tes études je peux t’aider… »

    Il avait dit sa à mi-voix non pas gêné par son offre, mais plutôt parce qu’il ne savait pas vraiment comment elle allait réagir. Il y a six ans, il aurait su et même qu’il n’aurait pas eut à l’offrir, mais il y a six ans, il n’avait pas cette argent et puis le temps était passé…

    « Je… Écoute… Je… Je suis revenu pour… te voir… J’en pouvais plus » dit Isaiah en murmurant presque. « Je… Je suis venu faire un peu de promo, mais avant je vais profité de mes vacances » ajouta-t-il un peu plus convaincu en lui adressant un charmant clin d’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mar 6 Avr - 23:25

    Il me dit alors que si j'avais des problèmes avec mes études, il voulait bien m'aider je le regardais un peu amusée, mais surtout étonné. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire par là. Je savais qu'il n'avait pas fait d'études en Psychologie, d'ailleurs ce n'était vraiment pas son domaine ni sa tasse de thé, du moins le Isaiah que je connais n'aime vraiment pas cette branche, ou peut être qu'il parlait de payer mes études, ce qui serait réellement gênant vu que je ne voulais pas qu'il s'en mêle. Non pas que je ne voulais pas de lui, seulement son argent ne m'intéressait réellement pas, ce que je voulais avant tout c'était de retrouver ce qui nous unissait avant . J'hochais la tête en le regardant avec un sourire et j'esquissais d'un signe de tête. « Je te remercie beaucoup, mais je m'en sors très bien.. ». J'avais tellement besoin qu'on soit de nouveau aussi complice et qu'on retrouve ce qu'on avait perdu. J'aurais aimé que rien ne se soit passé, qu'on se soit quitté en bon terme. Mais j'avais la gorge nouée à chaque fois que je repensais au soir où il était parti. J'avais les yeux qui larmoyaient quand je repensais qu'il m'avait rejeté, je me sentais tellement nulle. Ce sentiment c'était légèrement intensifiait lorsque je le regardais la devant moi. Lui avait réussi, il vivait un véritable rêve. Moi de mon côté, je vivais. Ma vie n'était pas un compte de fée, ni un rêve . Jalouse? Je l'étais peut-être, mais en aucun cas je ne désirais que mon ami en face de moi perde tous. Je voulais qu'en contraire il obtienne tout ce qu'il désire, car il méritait le meilleur même si cela signifiait qu'il s'éloigne de nouveau de moi, je pouvais le supporter, pour son bonheur.

    Lorsqu'il m'avoua ensuite, dans un murmure qu'il était revenu pour moi. Pour me revoir. Je le fixais un peu troublée et surtout très surpris. Mon cœur s'était remis à battre très vite et très fort contre ma poitrine. Je ne comprenais pas ce qu'il voulait dire par là. J'avais aussi peur de comprendre. Pourquoi me disait il cela, ne savait il pas que cela allait me faire plus de mal si jamais il repartait? Je le fixais de nouveau plissant les yeux et l'écoutant ensuite parler de sa promo. Je restais un peu silencieuse, puis respirant profondément je le regardais droit dans les yeux.

    « Isaiah, tu sais..ça été très dur de te laisser partir, ça m'a fait très mal quand tu es partie ce jour là..que tu me dis que tu es revenu pour moi..Je ne peux pas supporter d'entendre ça..Surtout si tu repars..»

    Dis-je, tout en reprenant mon sac, prête à repartir. Finalement, ce n'était peut-être pas une bonne idée que je sois rester..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mer 7 Avr - 2:49

    HS : Je ne savais pas si Sixteen était levée alors j’ai fait comme si… j’espère que tu ne m’en voudra pas :S

    « Arrête » dit-il sur un ton déterminé.

    Isaiah avait de nouveau de la contenance. Qu’ils soient en publique ou seule tout les deux n’avait pas d’importance. Ici, il était libre, enfin jusqu’à ce que quelqu’un le reconnaisse ce qu’il ne souhaitait pas évidement. Il se leva si rapidement que sa chaise manqua de tomber. Il sourit amusé, mais repris son sérieux en l’espace d’une seconde et s’approcha de Sixteen. Son cœur allait le rendre digue, mais il aimait profondément cette sensation qu’il croyait ne jamais ressentir à nouveau.

    « Ne bouge plus » Dit-il en souriant.

    Il déposa doucement ses mains usées par la guitare et autre secret qu’il ne dévoilera sans doute jamais. Isaiah plongea ensuite son regard bleu et intense dans les yeux de la jeune femme. Lentement, il régla sa respiration sur la sienne et sourit. Ils étaient de nouveau complice enfin, physiquement. Il avait envie même qu’il en mourrait, de l’embrasser, mais il ne bougea pas.

    « Si tu ne veux pas l’entendre… c’est ton choix ! Je le respecte. J’ai fait ce choix il y six ans et je peux te dire que je l’ai regretté toute ses années… »

    Il détourna le regard à la simple idée qu’elle puisse lui faire le même coup qu’il lui avait fait avant de partir. Elle en avait le droit et même qu’il ne serait pas surpris si c’était ce qu’elle voulait. De toute façon, il voulait qu’elle soit heureuse ou qu’elle trouve ce qu’elle cherche. Il la fixa de nouveau un léger sourire sur les lèvres, le genre triste.

    « Je ne vais pas partir avant un moment, même si tu veux plus de moi. Je m’installe ici. Même si je vais avoir des concerts et des tournées en Europe et au États-Unis. Je vais partir des mois, mais je vais toujours rentrer chez moi parce que… parce que l’Australie s’est chez moi et pas les chambres d’hôtel luxueuse ou Los Angeles. »
    affirma-t-il.

    Il mourrait d’envie de lui dire que l’Australie parce que c’était ici qu’il y avait laissé son cœur, que la seule femme qu’il savait aimer était ici et nulle part ailleurs il la retrouverait. Il avait envie de se réveiller le matin avec elle à ses côté et aucune autre. Il voulait que Sixteen lui dise qu’elle avait envie de l’entendre dire ses mots qu'il avait refusé d'entendre il y a six ans, mais il était prêt à se prendre un râteau, le pire de toute sa vie. Il voulait simplement savoir sur quel pied danser désormais. Les mains toujours sur ses épaules, il se rapprocha d’elle. Il n’y avait plus que quelque centimètre d’écart. Isaiah savait très bien qu’il envahissait sa bulle, mais il avait besoin de savoir et ce maintenant.

    « C’est à toi de voir si tu veux encore de moi dans ta vie parce que en ce qui me concerne… J’ai déjà fait mon choix… » Dit-il d'un ton calme presque serein. « Et je peux accepter le tien » Ajouta-t-il la voix presque tremblante cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mer 7 Avr - 12:41

HJ : Pas grave t'inquiète bigsmile , la réponse me convient fireflies

    Je m'étais levée prête à partir, à le fuir de toutes mes forces. Mon coeur le pleurait encore, j'étais encore très sensible et cela ne semblait pas changer. J'étais encore très faible devant lui, mais j'étais vraiment surprise lorsqu'il m'arrêta en me disant juste "arrête" je m'arrêtais alors et je le fixais, curieuse de savoir ce qu'il voulait. Il semblait si déterminé, je le regardais se lever rapidement manquant de faire tomber sa chaise derrière lui, il me fixait avec un sourire amusé et je souris également en voyant sa chaise sur le point de tomber hochant la tête, toujours maladroit. Je le regardais retrouver son sérieux, mes yeux fixaient les siens si intensément que cela me surprenais moi même. Je ne savais vraiment pas ce qu'il allait faire, ce qu'il allait dire mais j'attendais de voir ce qu'il avait à me dire, pour juger si cela allait me faire du mal ou du bien. Lorsqu'il m'avoua qu'il avait fait ce choix il y a des années et qu'il le regrettait depuis, je le fixais plissant les yeux et je ne dis rien. Que pouvais-je lui dire après tout, c'était lui qui avait décidé de partir loin de moi, moi j'étais toujours là. Je ne savais pas non plus qu'il avait regretté ce qu'il avait fait, mais après tout, ce n'était qu'un jeune adolescent à l'époque et il ne voulait que vivre son rêve. Je ne pouvais pas lui en vouloir. Il avait voulu le vivre, mais je lui en voulais quand même, car son choix m'avait fait du mal. Je continuais de le fixer, respirant lentement et le regardant toujours aussi intensément. Il me sourit tristement et mon cœur se serra dans ma poitrine lorsqu'il me dit qu'il n'allait plus repartir, que l'Australie c'était chez lui et nulle part ailleurs. Je secouais la tête en la baissant, pouvais je le croire? Mais après tout, il restait Isaiah et il n'était jamais revenu sur une parole donnée. C'était ça parmi tant d'autres choses que j'aimais autant chez lui et ses paroles pouvaient me rassurer, car je savais qu'il ne disait pas ça comme ça. Je relevais la tête et mon cœur faillit s'arrêter en voyant la distance qui nous séparait lorsqu'il me dit clairement que c'était à moi de voir si je le voulais encore dans ma vie. Bien sûr, quelle question idiote! Je voulais retrouver mon meilleur ami, il m'avait tellement manqué dans les moments durs, je ne pouvais pas vivre heureuse sans ma moitié. J'eus les larmes aux yeux à ses paroles et je lui murmurais presque en réponse à toutes ses paroles.


    « Comment peux-tu croire que je ne veux pas de toi avec moi Isaiah! Tu es mon meilleur ami, l'homme qui a tout partagé avec moi .. j'avais tellement besoin de toi .. tu n'avais pas le droit de partir et de me laisser .. J'étais seule sans toi, tu fais partie de moi .. Je ne supportais pas de voir cette distance, mais c'est toi qui l'a mises cette distance..Je voudrai que tout redevienne comme avant .. »

    Dis-je d'une voix tout aussi tremblante, bien sûr je ne voulais pas qu'il sache que je le voulais plus qu'un meilleur ami, de toute façon mieux valait qu'on aille doucement mais sûrement, il était à présent clair que je ne pouvais pas renoncer à lui, je ne pouvais pas lui faire ce que lui m'avait fait. J'étais rancunière certes, mais je ne me vengeais jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mer 7 Avr - 23:42


    Isaiah resta figé un cours instant. Est-ce qu'il avait bien compris ? Elle le considérait comme son meilleur ami. Il était idiot, ne serait-ce que d'avoir cru un instant qu'après toutes ses années elle pouvait encore l'aimer. Découragé, il détourna le regard et la lâcha. Ses bras mous se balancèrent le long de son corps élancé. Il retourna s'assoir comme s'il voulait prendre le soin d'adsorbé le choque avec plus de contenance, mais en vain. Il était idiot à un tel point qu'il avait cru qu'elle l'avait attendu, qu'elle allait lui dire de se taire pour qu'il comprenne ce qu'il lui avait fait mais pas ça. Il se voyait déjà faire ses valises pour rentrer sans dire un mot et rejoindre dans quelque mois le rang de ses groupes hyper-populaire qui faisait ses concerts à guichet fermer en Europe. Cette idée lui arracha un soupir, il lui avait promis de rester et de toujours revenir, parce que l'Australie s'était chez lui désormais. Sa respiration était pourtant calme, mais lorsque l'on connaissait bien, on savait qu'il se tramait quelque chose d'important dans sa tête. Qu'il s'agisse d'une chanson, d'un mauvais coup ou juste une idée qui venait de lui, il valait s'attendre à tout.

    « Tu ne m'as pas demander de rester... Tu m'as même demander de partir quand je suis aller te voir le jour de mon départ. Tu voulais que je fasse quoi ? Que j'attende patiemment ici que tu change d'avis et que tu veules bien me parler avant que je parte ? J'avais un vol à prendre... » dit-il d'un ton si calme que c'était presque triste.

    Il leva les yeux vers et poussa sa chaise d'un pied. Il voulait qu'elle se rassoit, malgré tout. Son coeur n'était plus qu'un centaine de petit morceau sans valeur, mais il avait toujours Shiloh qui avait été bonne avec lui plus que n'importe qu'elle femme qui avait connu ou entendu parler de Sixteen. Il réussit à sourire de nouveau. Il devait être heureux d'être en face d'elle à nouveau ce qu'il n'avait jamais cru possible. Il avait soudainement la même énergie que celle de leur premier concert. Il aurait déplacé des montagne pour avoir une place au soleil et il le ferai pour elle si elle en avait besoin. S'il était un simple meilleur ami, alors il serait le meilleur d'entre eux et pour sauvé la face, il se trouverait une petite amie qu'il essayerait d'aimé autant qu'elle.

    « Je n'ai jamais été aussi heureux depuis notre premier concert au USA. Tu sais... » commenca-t-il. « Tu devrais venir nous voir. On va se produire ici à la fin de l'été. Le seul truc dommage s'est qu'une sortie comme celle-ci et bien ce sera plus possible... Les joies de la gloire.» Il rit. « Alors je veux profité de mon temps libre... »

    D'un mouvement fluide, il sorti son blackberry bold de ses poches et un sourire radieux illumina son visage. Le Isaiah de ce matin refaisait surface. Il avait plusieurs messages textes manqué et un appel. Zane devait être célibataire. Amusé, il n'y porta pas attention et fixa de nouveau son amie.

    « Sixteen, je suis sincèrement content d'être avec toi. Je suis heureux comme un fou... Comme si je revivais mon premier concert tu vois... Je voulais que tu le saches c'est important pour moi... J'ai plein d'anecdotes à te raconter et je veux savoir tout ce qu'y t'es arrivé... Et j'étais sérieux pour tes études... Si t'arrive pas à joindre les deux bouts... Je te connais encore et je sais que tu ne me laissera pas payer des études parce que tu ne veux pas de mon argent, mais je tiens à t'aider... que dirait de vivre avec moi ou... » dit-il presque d'un trait. « ou inversement » murmura-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Jeu 8 Avr - 0:24

    J'avais dit meilleur ami, certes, mais je n'avais dit ça pour ne pas dire autre chose qui l'aurait peut-être fait fuir comme la première fois. Je ne savais pas comment il allait le prendre, mais après tout, c'est ce qu'il avait toujours été, du moins jusqu'au jour ou mon coeur avait commencé à ressentir pour lui plus que de la simple amitié. Je ne voulais pas souffrir, c'était normal non? Je ne voulais plus me sentir vulnérable face à lui, si j'avais la certitude que lui m'aimait alors ce jour là, je réussirais sûrement à tout lui avouer. A lui dire à quel point je l'aimais, depuis qu'on avait 14ans, depuis que mon coeur savait aimer en faite. Il était mon premier amour et comme je n'avais jamais réussi à aimer quelqu'un d'autre comme je l'aimais lui, j'en déduisais qu'il était également mon dernier amour. Je savais que lui seul savait me rendre heureuse, par ses mots et par sa générosité sans limite. Je le regardais alors s'assoir, il ne semblait pas satisfait, mais je ne pouvais rien lui demander pour l'instant. Lorsqu'il m'avait dit que je lui avais même demandé de partir, je soupirais et je le regardais en fronçant les sourcils.

    « Tu sais aussi bien que moi que j'avais mes raisons d'être aussi en colère..j'allais t'avouer quelque chose d'important, la chose la plus importante de ma vie..bref. »

    Je préférais me taire et ne plus en parler, il tira ma chaise m'invitant à m'assoir de nouveau. Je le regardais puis je m'asseyais de nouveau face à lui, reposant mon sac et le regardant parler. Il me parlait de son premier concert, de cette sensation. Oui cela devait être vraiment merveilleux de réaliser son rêve, surtout la première fois qu'on le faisait. J'aurais aimé être la bas, le voir se produire sur scène, voir son visage heureux et comblé. Seulement, pendant que lui réalisait son rêve, moi je pleurais son départ et je grimaçais à cette simple pensé. Je ne lui en voulais pas, pas le moins du monde, plus maintenant que je savais qu'il avait été heureux. Parce qu'au fond, c'était tout ce qui compté. Je le regardais sortir son blackberry, je le fixais toujours me demandait à quoi il pouvait bien penser à présent. Puis lorsqu'il parla de nouveau, je l'écoutais sans l'interrompre, il voulait en quelque sorte rattraper le temps perdu et je comprenais son désir, j'avais exactement le même. Lorsqu'il me proposa d'habiter ensemble, cela ne me gênait pas de l'avoir pour colocataire. Je souris et je le regardais.

    « Oui, je crois que se serait en effet une très bonne idée, cela nous permettra de mieux rattraper le temps perdu..»

    Puis je me tus restant silencieuse, le regardant toujours. Après un soupire, je repris la parole parlant lentement, baissant la tête.

    « Ecoute Isaiah..je voulais que tu saches que..Je n'avais pas changé depuis tous ce temps..tu me connais comme je te connais et tu sais que .. Je n'ai pas pu oublier..tous ce qui nous unissait ou ce qui nous unis encore je ne sais pas, c'est peut être ça qui me faisait du mal, mais je voulais juste que tu le saches..que tu saches que rien n'a changer depuis 6ans »

    Dis-je, prenant du sucre sur la table et me mettant à jouer avec le versant. Peut être qu'il allait comprendre par là, que mes sentiments pour lui n'avait pas changé, que je l'avais attendu inconsciemment car après tout, je n'aimais personne et j'étais seule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Jeu 8 Avr - 6:19


    « Je sais. Tu avais raison d’être en colère, mais… si tu me l’avais demandé… j’aurais considéré l’idée de resté ici avec toi… »

    Pour être franc, il serait sans doute quand même parti, mais il aurait tout fait pour l’emmené avec lui, loin de chez elle et du poids de ses parents. Il aurait du être le prince charmant ou le chevalier sauvant la belle princesse en détresse, mais malheureusement pour Sixteen, Isaiah était une rock star et rien de moins pourtant. Qu’elle fille de son âge n’aurait pas vendue son âme au diable pour être à sa place ne serait-ce que pour pouvoir discuter comme ils le faisaient ? Mais qui voudrait d’une discussion qui lui faisait tant de mal, personne. Il déglutit sans doute son croissant, pensa-t-il. Il en restait la moitié sur la table juste à côté de son téléphone intelligent. Il ne le mangerait plus, enfin pour l’instant. Il posa ses mains sur la table avant de les enlevé et de croisé les bras sur sa poitrine. Son cœur tambourinait si fort qu’il avait presque peur qu’elle se rend compte.
    Avait-il rêvé ? Isaiah avait sans doute mal entendu, elle ne venait pas d’accepter son offre. Sixteen n’avait surement pas accepté de vivre avec lui après tout ce temps. Il n’y croyait pas. Elle ne l’aimait pas et acceptait de vivre avec lui. Il rit nerveusement. Incertains, il se pencha vers elle. Il souriait toujours, mais cette fois, il y avait quelque chose de niais dans son sourire. Il était étrange avec ce genre de sourire, mais il gardait tout de même son charme. Ses yeux étaient incrédules comme ce qui se produisait dans sa tête.

    « Tu… Je viens d’acheté un loft… » Dit-il rapidement. « Tu veux… C’est un espace ouvert… si sa te dérange pas… Je suis installé, mais ce n’est pas décoré… Si tu veux, on pourrait le faire ensemble… » Expliqua-t-il sur un ton presque rêveur.

    Il s’imaginait avec elle entrain de peintre les murs de leur loft et rirent au éclat des idioties qu’il lui était arrivé durant sa tournée ou encore l’écouter pendant des heures lui parler de ce qu’elle avait vécu seul ici. Peut-être lui parlerait-elle de celui qui a prit sa place ? Dans son cas, il n’aurait jamais le culot de lui parler de toutes celles qui était passé dans ses chambres d’hôtels. Il n’aurait pas le choix de parler de Shiloh et il le ferait, seulement, il le ferait au moment opportun et ce n’était pas maintenant. Il afficha un visage sérieux lorsqu’elle parla de son départ à nouveau. Rien n’avait jamais depuis disait-elle ? Il décroisa les bras et fronça les sourcils. Il était certains d’avoir bien entendu,
    mais un doute planait.

    « Hum. » commença-t-il de nouveau incrédule. « Je… Tu es resté ma meilleure amie aussi Six’ ! Pendant six ans, je n’ai pensé qu’à te téléphone et à revenir te voir pour finir cette foutu discussion, mais j’avais toujours dans l’idée que t’était encore fâché ou j’avais trop de concert de prévu ou d’autre truc dans le genre pour souffler deux petites minutes. »

    Il préféra jouer la carte de l’amitié. Son cœur était déjà pas mal amoché, pas besoin de faire plus de dégât. C’était naturel, de se protéger pourtant, il désirait ardemment que ses doutes soit réel et qu’elle soit toujours amoureuse de lui du moins autant qu’il l’était d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Jeu 8 Avr - 17:20

    Si je l'avais demandé, il aurait peut-être considéré le fait de rester? Je ne le croyais pas sur ce point, car c'était bien à cause de ça qu'il m'avait dit de ne rien dire ce soir là? C'était parce qu'il savait que son choix avait été fait et donc rien de ce que j'aurais pu dire ou faire l'aurait incité à rester avec moi. C'était comme si on demandait à une personne de renoncer à son rêve, surtout un tel rêve. A présent, il savait qu'il avait fait en quelque sorte le bon choix, car il avait réussi, mais en parallèle, moi j'avais souffert comme personne n'avait souffert avant moi de son départ. La vérité est donc qu'il ne m'aimait pas aussi fort que moi je l'aimais, non c'était peut-être même pas de l'amour, mais tout simplement de l'amitié profonde. Je sentais mon cœur se déchirer de nouveau lorsque j'étais parvenue à cette conclusion et j'hochais la tête ne disant rien. Il n'y avait rien à dire après tout, tout cela restait du passé, à présent oui il était revenu, mais je savais que ce n'était pas vraiment pour moi qu'il était revenu. Je jouais encore avec le sucre, ne le regardant plus. Il voulait que je sois son amie perdue, j'allais l'être et j'allais tout faire pour rester avec lui, même si cela devait signifier qu'il soit avec quelqu'un d'autre, on ne pouvait pas forcer une personne à nous aimer c'était tout simplement impossible. J'avais accepté son offre qu'il habite avec moi, de toute façon je m'étais depuis toujours imaginée grandir et habiter avec lui. C'était quelque chose que je rêvais de faire étant jeune alors autant réaliser mon rêve, au moins celui-ci. Mais j'allais imposer des limites, pas la peine de souffrir d'avantage et donc je ne voulais pas qu'il ramène ses conquêtes chez nous. Je le fixais lorsqu'il se mit à parler, me disant en quelque sorte que c'était à moi de venir habiter chez lui. J'hochais la tête, mieux valait que se soit lui qui vienne.

    « Je préférerais que tu vienne habiter chez moi, bien sûr on pourra toujours aller décorer ton appartement quand tu le souhaites, mais je préfère prendre mes précautions tu vois..au cas ou...je ne sais pas si tu as une petite amie ou pas, mais au cas ou tu n'en as pas, si jamais tu décides d'habiter avec elle eh bien..voila »

    Je m'étais tut, car j'avais une boule à la gorge, je n'aimais pas parler de ça. Un éclair de souffrance illumina quelques instants mes pupilles avant que je n'abaisse de nouveau la tête pour ne pas le regarder. Je restais silencieuse pendant qu'il parlait, je souris tristement lorsqu'il m'appela meilleure amie. Ensuite je relevais les yeux vers lui et je le regardais de nouveau et hocha la tête disant d'une voix terne, ayant perdu un peu de sa bonne humeur.


    « Bien sûr je comprends tu n'avais pas le temps, je n'ai rien fait non plus alors je n'ai pas à t'en vouloir, de toute façon cette discussion on n'a pas à la finir je crois..Tu sais très bien ce que je ressens depuis ses six années et je sais tout aussi bien ce que toi tu ressens à présent, alors n'en parlons plus .. Tout ce que je te souhaite c'est que tu sois heureux, ça me suffira. »


    Puis sentant que je n'allais plus trop tenir et que j'allais bientôt craquer, je me redressais de nouveau prenant mon sac et disant sans le regarder.

    « Il faut que j'y aille, je dois aller à l'université..Je te passe mon numéro et l'adresse de chez moi, quand tu seras prêt tu me téléphones pour qu'on puisse se charger de ton emménagement. »


    Puis, tout en restant debout j'écrivais sur un bout de papier ses coordonnés tout en restant silencieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Jeu 8 Avr - 18:57


    « Je n'ai pas de petite amie. » souffla-t-il. « Sinon, je n'aurais pas acheté de Loft, j'aurais choisi une maison sur le bord de la plage... Je n'aurais pas refusé une tournée en Europe pour lancer le groupe ici, parfaite excuse pour te retrouver, ou encore t'offrir de vivre avec moi. J'ai quand même un cœur même si je t'ai demandé de ne pas me dire ce qui m'avait fait tant hésiter. »

    Isaiah serra les dents. Un mélange de tristesse et de colère l'envahissait. Il devait mettre un terme à tout ça. Il devait mettre tout au claire dans sa tête et avec Sixteen avant de faire n'importe quoi d'autre. Il était hors de question qu'elle s'en aille sans qu’ils sachent tout les deux sur quel pied dansé. Il se détendit lorsqu’elle lui dit qu’elle voulait qu’il soit heureux. Il l’était, mais pas maintenant. Il ne pouvait pas être heureux, pas dans de telle circonstance. Il avait l’impression qu’ils discutaient sur un mal entendu et qu’en plus ils disaient la même chose. Naturellement, cela aurait du l’amusé, mais pas cette fois.

    « Je veux la même chose sa c’est clair… » Dit-il sans la regarder. « Il faudrait que tu souris pour ça, mais vraiment… »

    Il n’avait pas besoin de la regarder pour savoir qu’elle ne souriait pas et qu’elle était même sur point de pleurer. Malgré toutes ses années, elle n’avait pas réellement changé. Il aurait bien aimé qu’elle soit différente puisqu’il en aurait moins souffert, mais elle était la même et célibataire. Une question effleura son esprit : avait-elle eut des petits amis entre-temps ?
    Lorsque Sixteen se leva pour s’en aller, Isaiah vit de même presque paniqué. Fini de jouer, il allait mettre une fin à tout ça. Rapidement, il se déplaça près d’elle et passa ses bras autour de ses épaules et la serra contre lui, sans force.

    « Sixteen… » Murmura-t-il. « Je... »

    Il attrapa son menton entre ses doigts. Il voulait qu’elle le regarde dans les yeux. Il allait sans doute devenir fou s’il ne l’embrassait pas, mais il ne pouvait pas, enfin pas sans son accord.

    « Sixteen E. Presley, je t’ai demandé de ne pas me dire que… » Il s’arrêta. « Parce que... je voulais pas …» Un silence, court cette fois. « Je t’aime... »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Ven 9 Avr - 21:48

    Lorsque j'avais entendu qu'il n'avait pas de petite amie, j'en fus soulagé et très heureuse, même si cela ne devait pas me réjouir qu'il n'ait personne dans sa vie, mais ça voulait dire qu'on avait peut-être une chance d'être ensemble au final, mais la triste vérité revenait au galop. Ce n'était pas sûr qu'il ressente pour moi ce que moi je ressentais pour lui. Après ma discussion avec lui, voyant que je n'allais plus très bien et que je ne voulais surtout pas de sa pitié ni de sa compassion, j'avais décidé de partir prétextant vouloir aller à l'université pour voir mon programme. Cela pouvait attendre, mais je n'avais pas d'autre choix après tout, soit je partais en courant soit je restais ici et j'allais pleurer toutes les larmes de mon corps. J'avais donc opté pour la seconde décision, étant la moins humiliante et la plus approprié. Mais je n'avais pas oublié qu'il ne savait pas où j'habitais ni comment me contacter et je ne voulais pas qu'il puisse croire que je n'avais pas envie qu'il habite avec moi, loin de là. J'avais vraiment envie d'habiter avec lui, de le voir en rentrant de mon travail ou le matin en allant étudier. C'était réellement quelque chose que j'allais apprécier et donc je n'oubliais pas de lui écrire sur un bout de papier mes coordonnés pour que se soit plus facile pour lui. Je m'étais levée et j'avais senti qu'il avait fait de même. J'écrivais pencher sur la table mon adresse et mon numéro de téléphone sur le papier, puis je me redressais lorsque j'avais fini. Il prononça mon prénom et je le regardais d'un oeil interrogatif, me demandant ce qu'il voulait dire. Puis le je le sentais passer son bras autour de mon épaule et je baissais la tête, c'était exactement de ça que je ne voulais pas. Sa compassion et sa pitié. J'allais répliquer que tout allait bien, qu'il n'avait pas à s'inquiéter qu'on allait pouvoir surmonter ça, mais il attrapa mon menton au moment où j'allais parler. M'obligeant ainsi à le regarder dans les yeux. J'ignorais ce qu'il voulait dire, mais cette distance me gênait, car j'avais terriblement envie de l'embrasser. Il prononça mon prénom en entier et je ne cessais de le fixer dans les yeux. Lorsqu'il me dit alors qu'il m'aimait, tout s'arrêta et je n'étais plus qu'avec lui. Je le regardais, mon expression choquée étonnée prenait un peu le dessus. Je n'avais pas encore réalisé ce qu'il venait de me dire, j'étais tellement sous le choque que j'avais envie de me pincer pour en être sûr. Je le fixais, c'est à ce moment la que mes yeux s'étaient mis à briller intensément et qu'un petit sourire s'était dessiné sur mes lèvres tout en le regardant. J'ouvris la bouche et la refermait puis je l'ouvris de nouveau et je lui répondis alors sans hésiter.

    « Je..Je t'aime aussi..Depuis six ans non..depuis que j'ai 14ans.. »

    Dis je, soulagé d'avoir enfin craché le morceau. J'étais heureuse, j'avais enfin dit ce qui me rongeait depuis six ans. J'étais si soulagée, si heureuse que j'avais ris après avoir prononcé ses mots. Je me détachais de son bras et je m'étais mise devant lui. Je lui souriais toujours, puis je m'approchais de lui et je l'embrassais légèrement sur les lèvres sans trop insister, je ne voulais pas que ça aille trop vite, je voulais d'abord me remettre du choque. Maintenant que je savais qu'il m'aimait, j'allais enfin pouvoir me libérer. Je m'écartais doucement de lui et je le regardais disant dans un murmure.

    « J'aimerai tout de même, qu'on prenne du temps, j'ai envie d'être avec toi, mais je veux que se soit parfait..alors on va reprendre tout doucement tu es d'accord? On va d'abord rattraper le temps perdu, j'aimerai connaitre tous les détails de ta vie d'avant..et on laisse le temps faire les choses? Mais sache que..quoi qu'il arrive..mes sentiments ne risquent pas de changer»
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Sam 10 Avr - 2:42


    Prendre son temps ? Isaiah avait perdu cette habitude pendant toute ses années, il n'avait jamais prit son temps. Tout allait très vite et c'était maintenant ou jamais surtout avec ses conquêtes. Le rythme qu'avait prit sa vie le força à réagir à cette demande. Il allait prendre son temps, mais il aurait du mal. Il réussirait sans doute parce que c'était sa Sixteen qui le lui demandait et pas n'importe qui. Tout allait si vite dans sa tête, il faisait projet par dessus projet. Il se demandait même comme ils allaient le vivre lorsqu'il partirait en tournée. Est-ce qu'elle l'accompagnerait ? Il aimerait bien qu'un jour elle découvre son milieu, son travail, son unique concurrence. Il fallait bien l'avouer, la musique était la seule concurrente solide de Sixteen et même à cela, maintenant qu'il savait qu'elle l'aimait depuis tout ce temps, il n'avait pas l'intention de gâché toutes ses longues années d'attentes.
    Lorsqu'elle l'avait embrassé après lui avoir dit qu'elle l'aimait, Isaiah sembla surpris, mais aurait voulu qu'elle soit plus soit instante ou plus passionné. Il ne s'en plaignit pas. De cette façon, Sixteen lui avait donné l'autorisation de l'embrasser quand il le voudrait, mais elle l'avait freiné avec sa demande spécial. Elle était la première femme à lui demander de prendre son temps, histoire que tout soit parfait.

    « Prendre notre temps ? Si c'est ce que tu veux alors je le veux aussi. »

    Il souriait même s'il était un peu craintif. Allait-il être capable de rende tout cela parfait pour elle ou allait-elle simplement comprendre ce qu'il avait fait toutes ses années loin d'elle. Il avait en quelque sorte écrasé ses sentiments, mais à chaque jeune femme qui était passé dans son lit, il avait toujours pensé à elle à un moment ou à un autre. Même son assistante qui savait très bien que Sixteen était la seule qui possédait son cœur arrivait à lui faire pensé à Sixteen à n'importe quel moment.

    « Je t'ai laissé mon cœur toutes ses années et je ne veux pas le récupéré... Et même si tu risques de ne pas trop aimé ce que je vais te raconté et advenant le cas que tu décides de ne plus... de me sortir de ta vie... Je l'accepterai même si je devais perdre mon cœur... » Expliqua-t-il d'une voix sérieuse et sincère.

    Il prit une pause et la regarda d'un œil nouveau maintenant, elle était heureuse et cela le rendait plus heureux que même lors de ce fameux premier concert au États-unis. Il sourit de plus belle et se retient de l'embrasser et de la serrer très fort contre lui jugeant ses gestes trop rapide.

    « Tu veux que je t'accompagne à l'université ou... tu veux qu'on continu... de discuté histoire qu'on se raconte littéralement tout ? » Demanda-t-il.

    Il ne lui avait pas proposé l'option qu'ils se séparent pour qu'il commence à faire ses boîtes ou qu'elle le rejoigne plus tard histoire qu'elle voit le loft à côté du quel elle passait.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Dim 11 Avr - 17:06

    Je pouvais aisément me dire que six ans n'étaient pas passés depuis le jour où j'allais le lui dire et aujourd'hui lorsqu'il me l'avait dit, tellement j'étais contente d'avoir la certitude qu'il m'aimait du même amour avec lequel je l'aimais. Il ne me considérait pas comme une amie et je m'en fichais de la rock star qu'il était. Il était Isaiah, l'homme avec qui j'avais grandi, que j'avais appris à connaitre et que j'avais appris à aimer. Il était le seul avec qui je voulais vivre ma vie, avec qui je voulais apprendre à vivre une relation pleine et sincère sans aucun défaut et c'était pour ça que j'avais voulu attendre de mieux connaitre les détails de sa vie de star. Je ne savais pas quel genre d'homme il était devenu, il était une rock star après tout et tout le monde savait que la vie d'une rock star n'était pas de tout repos et qu'ils avaient un peu tendance à trop se laisser aller. J'espérais bien sûr au fond de moi qu'il soit toujours le même, qu'il ne soit pas trop différent, mais il fallait être honnête, moi même j'avais un peu changé. J'avais eu des relations avec d'autres garçons, mais jamais rien de sérieux. Je n'allais pas le juger pour ce qu'il avait fait, tant qu'il serait honnête avec moi, je ne lui en voudrais jamais. Lorsqu'il me dit qu'il m'avait laissé son cœur et qu'il ne voulait pas le récupérer, je lui souris tendrement me mordant la lèvre hochant la tête, heureuse de savoir de ne pas avoir été seule malgré tout. Même si je n'allais pas trop aimé ce qu'il avait fait? De toute façon c'était à moi de juger si ce qu'il avait fait c'était grave ou pas et c'était pour ça que je voulais attendre après tout. Pouvoir surmonter le choque pour mieux lui appartenir et voir si lui pouvait faire des sacrifices pour moi du genre abandonner ses anciennes et mauvaises habitudes, peu importe ce qu'elles étaient. Il me proposa alors s'il pouvait m'accompagner à l'université ou alors rester ici et continuer de discuter. On aura le temps de parler de tout ça quand on sera tous les deux, mais pour l'instant tout ce que je voulais c'était de rester avec lui, de parler avec lui et être sûr que tout cela n'était pas un rêve. Je souris acquiesçant à sa demande et le regardais dans les yeux tout en répondant.

    « On le fera une fois installé dans un même lieu toi et moi, soit chez moi soit dans ton loft, pour l'instant j'aimerai qu'on parle de .. de ça. Cela fait tellement longtemps que j'ai attendu le moment de te le dire enfin..c'est un véritable soulagement de savoir que c'est pareil de ton côté..Mais je dois vraiment aller à l'université et j'aimerai bien que tu m'accompagnes à l'université, mais je te préviens, je ne rigolais pas en disant que tu avais beaucoup de fan filles ici.. »

    Je souris le regardant amusée, puis le prenant par le bras comme quand on était jeune, je l'emmenais en dehors du café, respirant l'air frais et souriant le tenant toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Lun 12 Avr - 6:26



    « Alors... tu change d'avis ? »
    Dit-il taquin. « Tu envisage l'idée du loft pour nous deux ou… tu veux vraiment me voir enfermé dans la chambre pour composé… »

    Isaiah riait de bon cœur. Son changement d'idée l'amusait beaucoup. Il se demandait si c’était le fait qu’il lui avait avoué ses sentiments qui avait motivé Sixteen à considérer l’idée de vivre avec lui dans son loft. Elle n’aurait pas de loyers à payer ni de meuble à acheter. Tout était à son avantage, mais Isaiah était prêt à tout. Il tenait tout de même qu’elle le visite et ne tenait pas du tout à la brusqué, elle pourrait pendre le temps qu’elle voulait pour y pensé. Persuadé qu'il allait devoir vendre sa nouvelle propriété, il n’avait pas pensé une seule seconde qu’elle pourrait changer d’avis. Il était prêt à le faire et ce parce que c'était elle et seulement elle, mais il était ravi de la voir douté. Évidement, il n’aimait pas trop qu’elle doute, mais qu’elle pense correctement à sa proposition le soulageait.
    Il avait bien dit la chambre. Isaiah ne savait pas trop s’ils la partageraient ou s’ils dormiraient chacun de leur côté alors il avait simplement dit la chambre. S’il se fiait à ce qu’elle lui avait demandé plutôt, ils n’étaient pas un couple et il était encore libre de ses moindres faits et gestes. Sixteen devait bien se douté de sa réputation de coureur de jupon, mais soit elle refusait d’ouvrir les yeux soit elle voulait qu’il change avant de s’engager. Seulement, il avait beau faire une promesse, qu’il n’avait pas encore faite d’ailleurs, il prendrait du temps pour la réalisé. Rome ne s’est pas construite en un jour, comme lui disait sa mère.

    « J’imagine... Je t’ai coupé dans ton élan ce jour là… »
    Commença-t-il. «Mais le passé s’est le passé et maintenant, on sait tout les deux que rien n’a changé ni pour toi ni pour moi. »

    Isaiah lui sourit fièrement et puis lorsqu’elle parla de l’université, ce qui l’amusa d’ailleurs beaucoup, il lui sourit de plus belle en la laissant attrapé son bras comme elle avait l’habitude de le faire lorsqu’ils étaient plus jeune. Il réalisa à cet instant que rien n’avait changé sauf peut-être lui qui était réellement devenu une rock star américaine opportuniste et cliché.

    « Je vais m’en sortir… Toi, tu vas tenir le coup ? Elles peuvent devenir vraiment folles… En tous cas, ce ne sont pas mes t-shirts qui vont te dire le contraire ! »
    Dit-il en riant au éclat.

    Bien évidement, il faisait référence à plusieurs concerts dont les fans alors qu’il s’était jeté dans le publique, avait décidé qu’il serait mieux sans son t-shirt. Généralement, il avait réussit à revenir sur scène avec un t-shirt légèrement amoché, mais au moins, il était en un seul morceau. Dans le pire des cas, il avait du terminé le concert avec une veste de cuire inconfortable vue la sueur qui couvrait son corps. Il la suivit toujours rieur et la tête déjà pleine d’anecdote à lui raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mer 14 Avr - 2:10

    Lorsqu'il m'avait dit en me taquinant que j'avais fini par changer d'avis, je souriais amusé et hochait la tête. Il fallait avouer qu'à présent, je connaissais ses sentiments et qu'il était peu probable qu'il me mentirait à propos de ça, il n'avait pas changé au point de me mentir sur ses sentiments c'était impensable. Je me sentais plus en sécurité à présent, je savais qu'il ne me ferait jamais de mal volontairement et qu'en me disant ses sentiments, en me disant que son cœur m'appartenait, il me disait par la même occasion que je n'avais pas à m'en faire et qu'il n'avait pas l'intention de m'abandonner de nouveau. Bien sûr, cela pouvait être trop beau pour être vrai, mais je voulais y croire de nouveau. Faire comme ci rien ne nous avait séparé il y a six ans. Je lui rendis son sourire taquin en lui tirant la langue amusée puis ensemble on était sortis en dehors du café, le tenant par le bras et commençant à marcher avec lui sur le chemin menant à mon université. Il m'avait dit ensuite qu'il comprenait, il m'avait coupé dans mon élan et je grimaçais, c'était le cas de le dire. Mais j'avais au final dit ce qui me tenait à cœur et comme il le disait, c'était à présent du passé. Le fait de voir qu'aucun de nous n'avait oublié ses sentiments envers l'autre m'aidait à mieux accepter cette situation et cela guérissait ma blessure bien plus rapidement que tout ce que j'avais tenté de faire pour la guérir durant sa longue absence loin de moi. On parlait ensuite de mon université et de ses fans, filles bien entendu. Je riais un peu amusée, mais il fallait bien avouer que cela m'embêtait un peu aussi. Je n'avais jamais supporté de voir ses filles parler de lui et s'exciter devant ses photos. Bien sûr, j'avais pris soin de les ignorer le plus possible, mais cela était difficile lorsque le prénom d'ISAIAH PEARL revenait sans cesse dans leur discussion. A présent oui, j'allais sûrement me tester pour voir jusqu'où ma patience allait durer et donc je le regardais en souriant amusée et répliquant.

    « Ça ira je crois, je les supporte depuis un bout de temps déjà alors j'imagine que je pourrais tenir le coup aujourd'hui..Mais n'en fait pas trop non plus hein, je sais que tu ne peux pas t'empêcher d'être irrésistible, mais fais un effort tout de même.. »

    Tout en riant amusée, le taquinant comme à ma bonne vieille habitude. On prenait le chemin menant à mon université, passant par diverses rues, il faisait de plus en plus beau ce qui égayer ma journée déjà assez parfaite. J'avais hâte vraiment, hâte qu'on habite ensemble histoire de continuer notre histoire là où on l'avait arrêté six ans auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité




MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six' Mer 14 Avr - 2:21


    TERMINÉ
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: when you'r gone..;isaiah&six'

Revenir en haut Aller en bas

when you'r gone..;isaiah&six'

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMMENCEMENT. :: Corbeille :: RP terminés-