AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

FORGET, FORGIVE. (pv : keylian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Dim 30 Mai - 18:48



You say you feel so empty.
What can I do ?

Par peur, par amour, on est poussé parfois à agir inconsciemment. C'est exactement ce qui se produisait avec Alec. La peur d'être maman, d'être rejetée par l'être aimé l'avait amené à encaisser et avorter. La jeune femme n'avait certainement pas prit conscience des conséquences à venir vis à vis de son mari. A ce jour, lui est quasiment inexistant à sa vie puisqu'il a aménager, temporairement elle espère, chez sa meilleure amie. Quant à elle, elle vit désormais seule dans le loft inerte de sa présence. D'ailleurs, elle ne vit plus. Elle n'y fait que dormir et se préparer. Le restant de sa journée, elle est dehors, dans la ville de Sydney jusqu'au soir où elle y retourne pour sommeiller quelques heures. Ce loft lui rappel trop de souvenir et sa douce odeur suppose qu'il y habite toujours.

Ce matin, elle se réveilla d'un petit bond. Elle avait rêver une nouvelle fois, de cette scène où il s'en allait, rouge de colère. Ses yeux en pleuraient encore. Elle se sécha à l'aide de ses index et se leva. Le temps de laisser le café coulait, elle gagna la salle de bain pour se préparer en vitesse et s'habiller. Un vieux jean délavé, une chemise à carreaux, des chaussures et son sac suffisaient amplement. Elle ne devait plaire à personne d'autre que son mari, dans tous les cas. Sa tasse de café engloutit d'un seul trait, elle quitta le loft. En avance, elle décida de se rendre dans ce café, où tous les deux allaient pratiquement chaque matin. Ils y déjeunaient souvent, notamment quand Alec avait oublié la veille, de faire les courses. Un pincement au cœur, elle accéda à l'intérieur. En écarquillant son regard attristé dans la petite salle, elle y remarqua Keylian. Il était assis vers le fond, seul, une tasse de café noir et son appareil photo sur la table en bois vernis. Ce dernier était de dos mais la belle l'avait remarqué directement. Sa carrure, ses cheveux, ses vêtements ne pouvait contredire ses pensées.

Alec hésita. Après avoir commander, elle avançait doucement vers sa table. Nerveuse, elle appréhendait sa réaction lorsque ses yeux croiseraient les siens. Le jeune couple ne s'était plus échangé un seul mot depuis qu'il était partit. Peut-être que c'était l'occasion d'en discuter un peu et de clarifier la situation calmement autours d'une bonne tasse de café ? Peut-être. Il était plonger dans le célèbre journal de la ville lorsqu'elle s'installa face à lui. Très mal à l'aise, Alec attendait qu'il remarque sa présence. Elle agita ses mains devant le journal auquel il s'immergeait. « ... Keylian. Ça va... ? » demanda-t-elle en baissant la tête. A vrai dire, elle n'osait pas trop lever les yeux vers lui. « Je suis désolée. » affirma Alec sincèrement. « J'étais inquiète. Tu ne réponds plus à ton portable, ni à mes messages... Je comprends, j'admets que tu puisses m'en vouloir mais... me laisser dans le vide, sans nouvelles... » La jeune femme avait franchement l'impression de s'adresser un mur. Elle devait être comme invisible à son égard...

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.


Dernière édition par Alec Harper-Clifft le Ven 16 Juil - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Dim 30 Mai - 20:04


Dans un dictionnaire, nous pouvons trouver la définition du mot rancoeur. Nom féminin singulier; « amertume, désillusion, ressentiment que l'on garde après ce qui est considéré comme une injustice ». Voilà le sentiment qui suit Keylian depuis quelques temps. Depuis qu'il avait appris que sa bien-aimée avait avorter. Il était amer qu'elle ne l'ait pas prévenu, qu'elle ne lui ait pas parlé du fait qu'elle ne voulait pas être mère. Du moins, pas maintenant. Avec un peu de temps, il aurait surement compris. Ce n'était pas dû au fait qu'elle n'ait pas voulu d'enfant qui le mettait tellement en colère. Non, cela il le comprenait. Mais bon, le passé est le passé, on ne peut le changer. Pourtant, il ne pouvait se résoudre à revenir au loft. Il avait emménager quelques temps chez sa meilleure amie. Il ne savait pas encore si « quelques temps » signifiait « longtemps » ou pas. Trop de questions résonnaient encore dans sa tête. Cependant, il se sentait tellement tiraillé entre le fait de revenir habité avec Alec parce qu'il l'aimait ou bien rester chez sa meilleure amie pour tout remettre en ordre dans sa tête. Quand il était parti, il avait carrément oublié le sac qu'il avait fait à la va-vite. Keylian passait donc au loft lorsqu'Alec travaillait pour pouvoir prendre le nécessaire de vêtements, il restait quelques fois pour regarder les photos nostalgiquement ou il regardait aussi s'il avait du courrier, mais il prenait toujours soin d'éviter Alec.

Comme tous les matins, Keylian s'était éveillé dans le lit étroit de sa meilleure amie, avec un mal de crâne phénoménal. Ne croyait pas qu'il couche avec elle, bien sûr que non. La seule raison au fait qu'ils soient dans le même lit était que l'appartement était bien trop petit pour deux personnes. Mais ils faisaient avec. Keylian consulta l'heure, le réveil lui indiqua qu'il était six heures du matin. Le jeune homme décida donc de se lever sans faire de bruit. Il fila dans la salle de bain pour prendre une douche et bien se réveiller. C'était de plus en plus dur, même après un bon café et une bonne douche, car il trouvait de moins en moins le sommeil. La dispute revenant sans cesse dans sa tête. Comme une chanson dont on a les paroles en boucle dans la tête et qu'on n'arrive pas à se débarrasser. C'est désagréable. Après sa douche rapide, il s'habilla. Un jean, une chemise blanche et sa veste en cuir. Ce matin, il décida de descendre au petit café où lui et Alec prenaient souvent leurs petits déjeuners. Son appareil photo sur l'épaule, il partit sans un bruit du petit appartement et se dirigea vers le café, il s'arrêta aussi dans un bureau de presse pour s'acheter un journal. Puis une fois arrivé à destination, il poussa la porte dans un soupir de nostalgie. Il commanda son café noir comme à son habitude et alla s'installer au fond de la salle posant son appareil photo sur la table. Quand la serveuse lui apporta son café, il la remercia avec un sourire.

Alors, il commença à lire son journal. Mais il ne resta pas longtemps seul. Il entendit des pas derrière lui mais, il n'y fit pas attention, car un café est toujours très fréquenté à cette heure du matin. Puis quelqu'un vint s'installer en face de lui, il ne s'en formalisa pas non plus, peut-être n'y avait-il plus de place dans le café ? Il ne réagit alors que lorsqu'il entendit. « ... Keylian. Ça va... ? ». C'est alors qu'il sursauta légérement. Ce timbre de voix lui avait beaucoup manqué, plus qu'il ne se l'imaginé. « Je suis désolée. J'étais inquiète. Tu ne réponds plus à ton portable, ni à mes messages... Je comprends, j'admets que tu puisses m'en vouloir mais... me laisser dans le vide, sans nouvelles... ». Il hésita à baisser son journal, à la regarder. Cela faisait une éternité qu'il ne l'avait pas vue ! Il se décida finalement aprés plusieurs inspirations à baisser son journal et lui répondre. « On fait aller. Tu n'avais pas besoin de t'inquiéter, je t'ai dit que j'aller chez Y pendant quelques temps et puis j'avais besoin de faire le point. », lui répondit-il, la voix quelques peu enrayer. Elle n'avait pas changer, en même temps comment changer en aussi peu de temps ? Elle avait seulement un air triste, sûrement à cause de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Dim 30 Mai - 21:42



Can you hear me?
Are you near me?

Bien sur que c'était injuste. Bien sur qu'elle avait tort. Bien sur qu'elle n'aurait jamais dû. Bien sur qu'elle regrettait. Par évidence, elle ne désapprouvait pas le fait d'avoir avorter mais seulement celui de faire souffrir son bien-aimé. Être maman à vingt-quatre ans et avec Keylian, c'était quelque chose qu'elle pouvait concevoir mais elle n'était tout simplement pas prête à assumer ce rôle. Ce qu'elle avait vécu durant son adolescence l'avait certainement poussé de nouveau à entreprendre cet acte en solitaire. Lui n'en savait rien et n'en saurait certainement jamais rien cependant la brunette endurait beaucoup de cette histoire. Alec comprenait parfaitement son départ. Elle comprenait également toute la rancœur que ce dernier devait éprouver. Elle serait sûrement à l'identique si la situation était inversée. Enfin, maintenant qu'elle avait agit, elle ne pouvait retourner en arrière. Et quand bien même, dans tous les cas, elle n'aurait jamais voulu garder cet enfant.
Sa part de nostalgie l'avait amené dans ce café. Jamais elle n'aurait cru le croiser ici et pourtant, c'était irrévocable. Alec était donc bel et bien dans ce café, face à cet homme qui n'était autre que son mari. Ils n'avaient néanmoins plus aucune attache. Ils ne ressemblaient en aucun cas à un couple au contraire, on pouvait éventuellement les qualifier comme deux personnes totalement indifférentes. Ils n'avait ni la complicité, ni l'entente d'autrefois. Elle détestait cette situation même si elle en était l'unique cause.

Tout en déposant son sac à bandoulière sur sa chaise, elle se sentit revivre lorsque le jeune homme adressa ces quelques mots : « On fait aller. Tu n'avais pas besoin de t'inquiéter, je t'ai dit que j'aller chez Y pendant quelques temps et puis j'avais besoin de faire le point. » Sa voix lui avait terriblement manqué. Bien qu'enrayée, elle présentait de la douceur et du calme. Elle apprit donc qu'il vivait toujours chez sa meilleure amie. Une jeune femme aux allures pulpeuses qu'elle n'appréciait pas plus que ça. Elle désapprouvait totalement ce fait. Ce genre de femme, elle les connaissaient par cœur, de vraies croqueuses d'homme. Tout son contraire. D'autant plus que dans ce cas, le duo d'ami était très proche et tous des deux avaient vécu une petite amourette de jeunesse ensemble. En somme, elle n'allait tout de même pas oser lui avouer qu'il aurait pu se payer l'hôtel ou joindre l'appartement d'un de ses amis. Tout ça la poussait à croire que ce n'était pas temporaire.

« Je sais mais je ne peux m'en empêcher et tu le sais. A croire que... tu le fais exprès. » Remuant pour tenter de cacher sa nervosité, elle levait de temps à autres sa tasse à café à ses lèvres. Son regard se baladait sans relâche sur la salle pour tout simplement éviter de lire la peine et la tristesse dans les yeux de son époux. « Écoute Keylian, je peux encore te répéter que je suis désolée, je doute que mes excuses te feront oublier ce que j'ai fait. Je m'en veux tellement, et tu me manques... tellement. Je pense qu'il te faudra encore du temps pour faire le point. J'aimerais simplement savoir si tu reviendras au loft un jour ? » Il avait dû ressentir l'anxiété dans ses paroles. Elle tremblotait presque de connaître sa réponse alors ne lui laissa pas le temps de répondre tout de suite. « Si je te demande ça, c'est parce que j'ai remarqué que tes placards étaient presque vidés. Si tu as un peu de temps... on pourrait discuter un peu ? Je pense pouvoir me permettre un petit retard. » termina-t-elle en tentant d'approcher sa main à la sienne. Alec était très tactile et d'autant plus avec ses proches et comme il en faisait partit, elle ne pouvait s'en empêcher. De plus, elle adorait le contact de sa peau à la sienne.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.


Dernière édition par Alec Harper-Clifft le Ven 16 Juil - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Lun 31 Mai - 16:22


Keylian avait voulu prendre ses distances pour réfléchir. Il ne voulait pas qu'Alec s'inquiète, mais en même temps il aurait dû s'en douter. Quand on quitte sa femme pour aller habiter chez sa meilleure amie dans un appartement étroit et qu'on ne donne pas de nouvelles, il fallait bien s'attendre à ce qu'elle s'inquiète, non ? Enfin, cela n'était pas venu au cerveau de Keylian. Depuis qu'il était parti du loft, il s'était contenté de "vivre". Pas "vivre" dans le sens où il était heureux, qu'il se levait tous les jours pour aller au travail avec le sourire aux lèvres et en revenant le soir, sachant que sa femme serait là. Non, c'était bien le contraire. Il se traînait à son travail, il passait assez souvent au bar pour prendre un verre ou deux pour "se remonter le moral". Heureusement que sa meilleure amie était là pour lui botter les fesses quand il dépassait les bornes. Pourtant, la présence apaisante et chaleureuse de la jolie blonde, ne l'avait pas consolé. Il restait depuis tout ce temps, une âme en peine. D'ailleurs, la blondinette ne se faisait pas prier pour lui faire remarquer de temps à autre en lui disant : « Quand tu verras le Keylian sociable et emmerdeur à souhait, tu me feras signe, s'il te plait. ». Il était conscient "d'enquiquiner" son monde, mais il ne pouvait pas faire autrement. Quand il recevait les appels d'Alec sur son portable, il ne répondait pas, il la redirigé généralement vers son répondeur. Quand il recevait ses messages, il les lisait puis les supprimait. Il n'en était pas fier, mais il ne se sentait pas assez courageux pour lui répondre comme si de rien n'était, ni même pour lui donner des nouvelles.

Alec était bien la derniere personne qu'il s'attendait à croiser aujourd'hui. D'ailleurs, il ne s'attendait ne croiser aucune de ses connaissances. Mais Alec était bien plus qu'une connaissance. C'était sa femme, et il en était fier. Elle était à lui comme il était à elle. Chaque jour, quand il posait ses yeux sur elle en se levant, il ne pouvait s'empêcher de sourire. Beaucoup de ses collégues le charrier sur le fait qu'il était toujours presser de rentrer chez lui alors qu'eux y aller à reculons. Mais ces remarques glissaient comme sur les plumes d'un canard. Cependant, malgré sa déception et son désapointement de ces derniers temps, Keylian continuait à avoir le coeur qui battait à cent à l'heure quand il la voyait. Mais autant ne pas s'étaler là dessus. Mais la question du jour apparement était : allait-il rentrer chez lui un jour ? Keylian avait reléguer son journal à un coin de la table et avait bu son café d'un trait. Il écoutait Alec avec attention, en même temps, il n'avait rien d'autre à faire. Il voyait bien qu'elle évitait son regard. « Je sais mais je ne peux m'en empêcher et tu le sais. A croire que... tu le fais exprès. » . Keylian eut un haussement de sourcils et un soupir. « De faire exprés quoi, Alec ? ». Apparement, ils étaient aussi tendu l'un que l'autre. Elle remuait sur sa chaise et l'évitait du regard, lui se tordait quelques peu les mains.

« Écoute Keylian, je peux encore te répéter que je suis désolée, je doute que mes excuses te feront oublier ce que j'ai fait. Je m'en veux tellement, et tu me manques... tellement. Je pense qu'il te faudra encore du temps pour faire le point. J'aimerais simplement savoir si tu reviendras au loft un jour ? ». Elle était anxieuse, lui aussi. Il passa ses deux mains sur son visage pour cacher sa faiblesse, puis les reposa sur la table devant lui. Elle lui posait la question, qu'il n'avait jamais cesser de se poser depuis qu'il était parti. Il ouvrit à peine la bouche, il n'eut pas le temps d'émettre un son qu'Alec reprenait déjà la parole. « Si je te demande ça, c'est parce que j'ai remarqué que tes placards étaient presque vidés. Si tu as un peu de temps... on pourrait discuter un peu ? Je pense pouvoir me permettre un petit retard. ». Il avait presque oublié ce détail. Il allait et venait pour prendre des affaires de rechanges mais il ne venait jamais les remettre au loft, ce qui était logique. Il vit Alec approchait sa main de la sienne, il hésita quelques instants pour savoir si il devait la retirer ou non. Il la laissa à sa place et eut un frisson lorsque les doigts d'Alec touchérent sa main. Il avait l'impression que cela faisait une éternité, il avala la boule qui obstruer sa gorge et lui répondit. « C'est la question que je me pose depuis ... que je suis partis. C'est normal qu'il soit vidé, je suis passé cherché des affaires de rechanges. », il se racla la gorge puis continua. « De toute façon, je suppose qu'il faudra bien qu'on l'ai un jour cette discussion. Alors allons-y. ». Keylian savait être responsable et mature. Il allait devoir prendre sur lui mais il y arriverait. C'était pour eux, pour leur couple. Alors autant ce débarrasser des choses désagréables maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Lun 28 Juin - 0:06



And, the worst part is there's no-one else to blame.

D'un côté, tout n'était pas juste. Ils étaient pourtant mariés pour le meilleur mais pour le pire aussi. Et à ce moment précis, ils étaient arrivés au fond du gouffre. Alec ressentait se couple se briser et ne tenir qu'à un fil. Peut-être que son mari ne voyait pas la situation telle qu'elle. Lui avait les cartes en mains dès à présent. Il était le maître du jeu. Il pouvait entièrement décider de l'avenir du couple. Le briser à tout jamais ou laisser l'amour jouait pour eux. Rester chez le miteux petit appartement de sa meilleure amie ou revenir au loft près de sa femme et tenter de mettre sa haine de côté le temps des réconciliations. Certes, elle avait avorter sans son consentement mais elle n'aurait jamais pu supporter le fait qu'ils pèsent le pour et le contre.
Keylian avait ce don. Celui de contrôler et de jouer en même temps avec les nerfs de sa femme. Il savait parfaitement de quoi elle parlait précédemment. Il l'a mené en bateau et elle n'était pas aussi naïve qu'elle en avait l'air, bien au contraire. Il jouait avec les mots et avec elle, tel un jouet. Elle palpait son regard serein tout en continuant de tâter ses mains sur la table. L'anxiété et la crispation était à son comble, Alec ressentait ses joues rougir. Jamais depuis ce jour, elle n'avait été confronter à cette position et en l'occurence, elle ne savait pas comment agir et réagir. Tout doucement, elle reprit sa respiration, inspirant l'odeur du café qui flottait dans le Lindt café puis expira, les yeux fermés. Enfin calmée... « Tu le sais parfaitement Keylian. Je ne comprends pas pourquoi tu es comme ça ?! C'est ta vengeance ? C'est quoi, dis moi. » s'exprima la jeune femme patiemment.

Si elle avait été seule avec lui, dans un lieu ou seul le couple pouvait trôner, elle aurait sûrement craquer depuis le début, or, ils n'étaient pas seul et c'était difficile de se contenir. C'était en partie pour cette raison qu'elle évitait son regard, en plus de la honte qui la rongeait intérieurement.

« Je ne sais pas si tu fais exprès ou si tu me prends pour une idiote ? Je pense avoir compris, oui, que si les placards étaient vidés, c'est bien parce que tu es passé au loft pour les récupérer et les amenés je-ne-sais-où. En plus, je te félicite, tu as réussis à m'esquiver à chaque fois. C'était désiré, je présume. » Non, elle ne souhaitait pas jouer les victimes, tout ce qu'elle voulait, c'était manifester ses pensées. Mais ce qu'elle désirait encore plus, c'était que tout redevienne comme avant. Elle voulait entre autre le retrouver, retrouver leur complicité. Et là, à se stade de leur relation, il n'y avait plus rien. Alec avait prit la lourde initiative d'approcher sa main de la sienne. Elle ne regrettait pas son geste puisqu'elle avait l'impression de gagner un bout du chemin. La jeune femme se sentait tout de suite plus proche de son mari. Entrelaçant sensiblement ses doigts à ceux de Keylian, elle osa également croiser son regard le temps de dix secondes. Désormais sereine, « Je ne sais pas si cette discussion mènera à une réconciliation, je ne sais pas si je pourrais répondre à toute tes questions. Mais... j'essayerais, du mieux que je peux. Je ferais tout ce qu'il faudra faire pour regagner ta confiance... »



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.


Dernière édition par Alec Harper-Clifft le Ven 16 Juil - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Sam 3 Juil - 21:28


Keylian avait l'impression d'être un parfait imbécile. A chaque fois qu'il y pensait, il n'avait qu'une envie : appeler Alec et lui pardonner. Mais d'un autre coté, il voulait tellement lui faire comprendre à quel point, il avait souffert. Il savait que si il continuait comme cela, il finirait par briser son couple et cela le rendait malade, rien qu'à cette perspective. Mais que faire ? Il était tiraillé et était encore plus fermé aux conversations qu'avant. A chaque fois, qu'il fallait évoqué ce sujet, cela le bloquait, il n'arrivait pas à mettre la main sur le pourquoi du comment mais il n'arrivait pas à en parler. Pourtant, il n'arrivait pas à se défaire de son alliance, preuve tangible de son attachement à Alec. Heureusement qu'il avait déménagé chez Korbye et n'était pas seul dans une chambre d'hotel ou dans un appartement car à l'heure qu'il est, il serait sans doute entrain de se boire une bouteille de vodka à lui tout seul. Bien sûr, cela ne l'empêche pas d'aller se boire des verres dans le bar le plus proche mais bon. Il avait bien conscience qu'en face de lui, Alec était sur les nerfs, à fleur de peau. Elle rougissait à vu d'oeil, ce qui le mettait de plus en plus mal à l'aise. « Tu le sais parfaitement Keylian. Je ne comprends pas pourquoi tu es comme ça ?! C'est ta vengeance ? C'est quoi, dis moi. » Le cerveau de Keylian fonctionnait à cent à l'heure, comment arriver à lui expliquer pour quelle comprenne ? Il soupira en prennant sa tête dans ses mains, jamais il n'avait ressenti cela, il aurait voulu que le sol s'ouvre sous ses pieds mais maintenant il était trop tard pour faire marche arriere. Il releva la tête et affronta le regard d'Alec. « Ma vengeance ? Tu devrais me connaitre Alec, je suis pas comme ça. D'accord, je suis un peu rancunier mais c'est pas mon genre ! Je ... j'arrête pas d'y penser, je sais pas quoi faire, comment réagir. ». Il avala la boule qui obstrué sa gorge. Il n'arrivait pas à mettre des mots sur ses sentiments, comme si tout rester coincé dans sa tête. Au moins, ils étaient dans un lieu public, ils étaient obligé de parler calmement, et faire des conversations constructives.

« Je ne sais pas si tu fais exprès ou si tu me prends pour une idiote ? Je pense avoir compris, oui, que si les placards étaient vidés, c'est bien parce que tu es passé au loft pour les récupérer et les amenés je-ne-sais-où. En plus, je te félicite, tu as réussis à m'esquiver à chaque fois. C'était désiré, je présume. » Keylian entrouvrit la bouche, complétement sur le c*l. Elle croyait qu'il la prennait pour une idiote ? Il se racla la gorge. « Tu vois pas à quel point, c'est dur pour moi aussi ? Je ne le fais pas exprés et ne te prends pas pour une idiote non plus. J'essaie de t'expliquer comme je peux. Mes affaires sont dans mon sac chez Korbye. Et oui, c'était désiré, je voulais faire le point tout seul mais une part de moi espérait que tu serais là à chaque fois. ». Il souffla, il voulait qu'elle comprenne que ce n'était pas pour la blesser qu'il faisait cela. Pourtant, il savait qu'il l'avait blesser. Lorsqu'Alec toucha sa main, il se sentit quelques peu renaitre. Il ferma les yeux quelque instant pour se reprendre. Leur doigts se mélérent et Keylian ne pu s'empêcher de prendre la main d'Alec entre les siennes comme un trésor. Il avait envie d'aller jusqu'à lui refaire confiance, lui pardonner mais il avait tellement peur d'être désappointé une nouvelle fois et souffrir. Il baissa les yeux sur leurs mains entremélées quelques instant avant les relevés vers le beau visage de sa femme lorsqu'elle parla. « Je ne sais pas si cette discussion mènera à une réconciliation, je ne sais pas si je pourrais répondre à toute tes questions. Mais... j'essayerais, du mieux que je peux. Je ferais tout ce qu'il faudra faire pour regagner ta confiance... » . Keylian lui addressa un maigre sourire. « Alec, je ... voudrais tellement pouvoir reprendre confiance en toi. J'ai vraiment l'impression d'être un imbécile mais ... tu va sans doute penser que je suis stupide ... j'ai trop peur d'être une nouvelle fois déçu et d'avoir de nouveau aussi mal. C'est comme si tu avais garder mon coeur avec toi et que je vivais comme un robot. Ce que je voudrais savoir c'est pourquoi ? Pourquoi ne m'avoir rien dit ? ». Il espérait pouvoir comprendre son geste. Aprés tout, il est vrai que l'on se marie pour le meilleur et pour le pire mais dans ce cas pourquoi ne pas avoir partager le pire avec lui ?
Revenir en haut Aller en bas
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Dim 4 Juil - 0:21



And finding answers
Is forgetting all of the questions we call home.

Keylian était loin d'être un imbécile. C'était tout le contraire, une homme intelligent, brave, sérieux et c'était facilement remarquable vu son comportement. Il était touché, certainement plus que sa femme. Ses yeux pouvaient parlaient pour lui et Alec comprenait plus dans son regard -quand elle osait lever les yeux- que dans les moindres mots prononcés si difficilement. Dans tous les cas, s'il avait été un idiot ne serait-ce qu'un millième de seconde, il aurait pardonné immédiatement à sa femme, sans y porter d'importance. Alec, mordue de colère intérieurement, releva ses yeux pour écouter son époux. Dans ces moments, elle devait faire preuve de sincérité et ce n'était que par sa vue qu'elle pouvait lui prouver. Elle l'écoutait impatiemment, tout en ressentant chaque son sorti de sa bouche assommait son coeur. « Ma vengeance ? Tu devrais me connaitre Alec, je suis pas comme ça. D'accord, je suis un peu rancunier mais c'est pas mon genre ! Je ... j'arrête pas d'y penser, je sais pas quoi faire, comment réagir. » Elle le connaissait mais n'avait jamais eu l'occasion de percevoir cette facette de son caractère. Elle discernait en lui que cet homme toujours agréable même après une journée éprouvante au travail, cet homme tout sourire à chaque coup d'oeil échangé avec sa femme. Agacée, elle se devait de répondre à sa demande. « C'est l'impression que tu me donnes. Je te connais Keylian, rassure-toi et je crois que tu me connais suffisamment pour comprendre que je n'aime pas qu'on joue avec mes nerfs. Keylian... Même si ça doit te sembler difficile d'y croire, j'y pense aussi, et je pense surtout à toi. » termina-t-elle en pointant la tête vers la table.

Alec était rongée par la culpabilité. Ce sentiment d'être coupable s'estompa lorsqu'il se saisit de sa main entièrement pour la tenir près de lui. Ceci comblait presque l'envie qu'elle avait de se faufiler entre ses grands bras. Le ventre noué, elle l'écouta une seconde fois, attentivement à chacun des mots qui quittaient ses lèvres. « Alec, je ... voudrais tellement pouvoir reprendre confiance en toi. J'ai vraiment l'impression d'être un imbécile mais ... tu va sans doute penser que je suis stupide ... j'ai trop peur d'être une nouvelle fois déçu et d'avoir de nouveau aussi mal. C'est comme si tu avais garder mon coeur avec toi et que je vivais comme un robot. Ce que je voudrais savoir c'est pourquoi ? Pourquoi ne m'avoir rien dit ? » La jolie brune souffla à ses paroles. Même pour tenter de tout remettre dans l'ordre, elle n'arriverait pas à s'exprimer aujourd'hui. Sentant les larmes parvenir à ses yeux, elle tourna sa tête vers la gauche histoire de cacher sa faiblesse. Par ce même mouvement, sa main se détacha des siennes qu'elle ramena vers son buste. Alec se contenta de souffler dans "sa barbe", sans bruit. Là, elle était ridicule et se montrer de la sorte, en spectacle lui déplaisait encore plus. Elle se fichait royalement des personnes qui cerclaient leur table, mais se présentait de la sorte à son mari la répugnait. Sans bouger et fixant le vieux distributeur de cacahuètes installés sur le comptoir, elle prit parole. « Je sais, je sais Keylian... Je ne t'en demande pas tant pour l'instant. » Plus que touchée par ce qu'il venait de dire, elle fit un "non de la tête" lorsqu'il se traita d'imbécile doublé de stupide. « Tu n'es rien de ça Keylian... Tu sais, c'est dur ce que tu dis. Je crois ne jamais avoir entendu de parole plus forte que ça, c'est peut-être parce que je t'aime comme je n'ai jamais aimé personne, que ça me touche autant... » Une gorgée de café désormais presque froid suffit à racler sa gorge et reprendre ses esprits. « Je ne sais pas, j'ai agit sur le fait, sans réfléchir. J'ai agit dans ton dos, j'en ai conscience mais je ne saurais pas te répondre pourquoi pour l'instant. Je sais que tu aurais été totalement capable de vivre ça avec moi... mais ce n'est pas mon cas. Je sais comment ça se serait passé, tu aurais voulu qu'on réfléchisse, qu'on pèse le pour et le contre et je n'avais pas envie de ça. Je voulais en finir rapidement et je ne voulais surtout pas que tu l'apprennes. Je pense que tu peux aussi comprendre ça. » La jeune femme en tremblait presque en pensant de nouveau à cette histoire semblable quelques années plutôt. Elle reprit aussitôt, sans lui laisser le temps de rétorquer. « Je ne t'ai rien dit parce que je voulais te préserver. Je n'aurais jamais changé d'avis. » Egoïste, voila ce qu'elle était réellement. Elle avait fait comme elle le désirait, sans prendre en compte l'avis de sa moitié. Au fond, elle avait comme brûler une partie du couple. Mais le plus grave était qu'il lui filait entre les doigts rien qu'en ce début de conversation. Son ressenti ? Elle était dévastée, perdue et complétement désappointée de ressembler à ce type de femme qu'elle déteste côtoyer. Les aiguilles de sa montre avaient beau tourné, cette discussion ne s'améliorait pas d'un poil. Du temps etde la patience, c'est tout ce qu'il fallait.



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.


Dernière édition par Alec Harper-Clifft le Ven 16 Juil - 18:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Mer 7 Juil - 22:15



Comment ne plus adresser la parole à la femme de sa vie du jour au lendemain ? C'est tout bonnement insupportable et douloureux. On se remet en question, on se demande ce qui se passe. Alors oui, si on regarde Keylian on peut y voir un mari blessé, peut être maintenant en voie de guérison. Depuis des semaines, ils auraient dû avoir cette discution mais Keylian était bien trop obtus pour ne pas essayer d'éviter Alec, lorsqu'il venait chercher ses affaires. Il s'était borné à ne pas essayer de la voir, à ne pas répondre à ses appels ni à ses textos, enfin bref, la panoplie du véritable chieur. Il essayait d'être aussi sincére que possible avec Alec et quelques rares fois, il n'arrivait pas à trouver ses mots trop ému sans doute. Son souffle était heurté, non pas par des sanglots mais plus par la tension qu'il ressentait. « C'est l'impression que tu me donnes. Je te connais Keylian, rassure-toi et je crois que tu me connais suffisamment pour comprendre que je n'aime pas qu'on joue avec mes nerfs. Keylian... Même si ça doit te sembler difficile d'y croire, j'y pense aussi, et je pense surtout à toi. » . Il l'a vit baisser la tête vers la table. Il soupira complétement à bout de nerf, si jamais un de ses collégues venait l'enquiquiner à propos de n'importe quoi, même à propos d'une broutille, il serait sans doute victime d'un flot d'énervement de la part du jeune homme. Bref passons. « Je le sais bien, je suis désolé d'avoir agi comme cela mais vraiment ces derniers temps, je n'ai pas réussi à réagir correctement. Je te crois, je sais comment tu est. Je n'ai pas épousé quelqu'un qui m'était inconnu aprés tout. » Il avait tenter une petite blague pour détendre l'atmosphére mais il voyait bien que c'était futile. Il ne réussit à adresser à Alec qu'une esquisse d'un sourire. Lorsqu'il se saisit à deux mains de celle de sa femme, cela lui donna quelques frissons, il apprécia sa chaleur. L'envie de la serrer contre lui, se fit plus forte que jamais. Cependant, il se retint, essayant de ne rien laisser paraitre de son trouble.


Il lui sembla que le temps s'était arrêté, et il ne prêtait plus tellement attention aux personnes qui les entouraient. A vrai dire, une bombe aurait pu exploser qu'il n'y aurait rien vu du tout ! Lorsqu'il eut fini son discours, Alec retira sa main des siennes, elle tourna la tête vers le comptoir, évitant soigneusement de le regarder. Ses mains vides, lui procuraient une sensation étrange et désagréable de manque. Keylian soupira et ramena ses mains jointes devant lui, il baissa les yeux sur celles-ci et écouta Alec. Il voyait bien qu'elle était complétement bouleversé, il voulait la prendre dans ses bras, la rassurer comme si tout était normal. Mais il avait trop peur qu'elle le repousse. Il resta donc à sa place. « Je sais, je sais Keylian... Je ne t'en demande pas tant pour l'instant. Tu n'es rien de ça Keylian... Tu sais, c'est dur ce que tu dis. Je crois ne jamais avoir entendu de parole plus forte que ça, c'est peut-être parce que je t'aime comme je n'ai jamais aimé personne, que ça me touche autant... ». Au fur et à mesure de leur conversation, Keylian était frapper par la véracité de leur paroles, à l'un et à l'autre. Lorsqu'il l'écouta, il eut une énorme envie de repartir à la maison, la serrer dans ses bras dans leur lit et rester ainsi pendant un temps infini. « Si je ne t'aimais pas, je n'aurais pas agi ainsi.» Voilà qui était sûr et certain. Jamais lui non plus n'avais aimé quelqu'un de la sorte. Seule Alec lui avait fait ressentir cela, c'était elle la seule et l'unique. Rien ni personne ne pourrait changer cela. « Je ne sais pas, j'ai agit sur le fait, sans réfléchir. J'ai agit dans ton dos, j'en ai conscience mais je ne saurais pas te répondre pourquoi pour l'instant. Je sais que tu aurais été totalement capable de vivre ça avec moi... mais ce n'est pas mon cas. Je sais comment ça se serait passé, tu aurais voulu qu'on réfléchisse, qu'on pèse le pour et le contre et je n'avais pas envie de ça. Je voulais en finir rapidement et je ne voulais surtout pas que tu l'apprennes. Je pense que tu peux aussi comprendre ça. Je ne t'ai rien dit parce que je voulais te préserver. Je n'aurais jamais changé d'avis. » Keylian voyait bien que chacun avait sa version, chacun avait ses raisons. Serait-il capable de le lui pardonner un jour ? La réponse était sans doute oui. Il attrapa les mains de sa belle et se pencha vers elle, au dessus de la table. « Je comprends. Enfin, non je suis pas à ta place mais j'essaie. Ce n'est peut être pas trés clair mais ce que je vois c'est qu'on a tout les deux jouer la carte de la sincérité. La question est ... qu'est-ce qui se passe maintenant ? » Une autre partie de son cerveau lui disait de se taire, de ne pas laisser sa chance à Alec. Mais il la fit taire. Cependant, ses pensées devinrent paroles. « Est-ce qu'un jour ... tu voudras un enfant de moi ? Ou ... ». Cela te répugne ? Finis t-il dans sa tête mais il ne voulut pas finir. Il ne lui laissa pas le temps de répondre. « Excuse-moi, mes paroles ont dépassé ma pensée. ». Il avait trop peur de savoir finalement.
Revenir en haut Aller en bas
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Ven 16 Juil - 20:34



Calling out your name wishing you could do the same, just come back to me.

Dans les jours à venir, Alec s'imaginait déjà dans les bras de son bien aimé, à reprendre ce qu'ils avaient laissé en pause. Les petits-déjeuners en amoureux tôt le matin, les moments partagés le soir malgré la fatigue accumulée, les lessives pour deux, le rangement à deux, les câlins et tout ce qui s'en suivait. Elle espérait également sur le long terme, qu'il lui fasse confiance de nouveau car après tout, c'est la base de tout couple qui se respecte. Et ça, ce n'était pas gagné. Avant, il faudrait qu'elle réussisse à ne plus s'en vouloir d'avoir infliger cette situation et ce mal-être à son époux. Ce n'était pas gagné non plus. Il ne restait plus qu'un brin d'espoir pour que le couple se relève pour de bon. La patience, voila ce dont ils avaient tous des deux besoin. Alec ne s'inquiétait plus comme lorsqu'elle était arrivée dans le café. Cette discussion aboutissait dans le bon chemin. Même Keylian ne connaîtrait probablement jamais les vrais raisons de son avortement, Alec était plutôt satisfaite de la tournure de cette conversation. Il ne restait pas butté sur lui-même, renfermé par l'émotion, bien au contraire. Et c'est simplement comme ça qu'ils pouvaient réussir à progresser, en discutant calmement, en posant la situation et en explorant chaque points de cette "séparation". Enfin, Alec était tout de même désappointée du fait qu'il agisse de la sorte, l'éviter durant plusieurs semaines, récupérer ces affaires en douce et le point culminant : qu'il ne réponde ni à ses messages ni à ses nombreux appels. « Je le sais bien, je suis désolé d'avoir agi comme cela mais vraiment ces derniers temps, je n'ai pas réussi à réagir correctement. Je te crois, je sais comment tu est. Je n'ai pas épousé quelqu'un qui m'était inconnu après tout. » Une mine réconfortante se pointa alors au visage d'Alec. Un petit sourire vint à suivre. La jeune femme fut amusée par la fin de sa phrase et se laissa paraître telle quelle. La tête relevée, elle répliqua aussitôt : « Ce n'est pas grave... Après tout, tu fais bien ce que tu veux et finalement, je te comprends, j'aurais agis comme toi. » Et pourtant, tout ce qu'il avait articulé, n'était pas juste. Bien qu'ils étaient mariés depuis six mois, bien qu'ils se connaissaient depuis quelques temps déjà, Alec devait être encore un grand mystère pour son mari.

Troublée par le fait qu'il se saisisse ainsi de sa main, Alec ne pu s'empêcher de ressentir un frisson parcourir sa main, puis son bras, et tout le haut de son corps. Un fragment de chaleur vint à se jeter sur ses joues. Elle devait même sûrement en rougir. Quand bien même, durant quelques secondes, Alec se sentit paisible et tellement proche de lui... Contrariée après son cours discours, la belle s'interdit donc cette étreinte et se sépara brusquement de lui. Cette dernière espérait qu'il remarque sa détresse dans son regard, qu'il se lève et qu'il la laisse se faufiler dans ses grands bras mais il n'en fit rien. Peut-être avait-il peu qu'elle le repousse comme elle venait de le faire avec sa main. « Si je ne t'aimais pas, je n'aurais pas agi ainsi. » C'est alors qu'elle prêta à son tours son oreille à ce qu'il disait. Sensible par nature, Alec en tremblait presque. C'est pour cette raison qu'elle cacha ses mains sous la table après avoir déplacé sa tasse de café plus vers le centre. Elle ne savait plus ce qu'elle devait dire, ou faire. Ses yeux vagabondés de partout le café et croisés de temps à autres ceux de Keylian. « Je sais. » souffla-t-elle doucement entre ces mots. Une chose était sûre, Keylian n'avait pas à douter de sa sincérité à ce moment-là, jamais elle n'avait exposé ainsi ce qu'elle pensait vraiment à un garçon. Il n'avait pas non plus à craindre le fait qu'elle ne veuille pas d'enfants de lui. « Je comprends. Enfin, non je suis pas à ta place mais j'essaie. Ce n'est peut être pas très clair mais ce que je vois c'est qu'on a tout les deux jouer la carte de la sincérité. La question est ... qu'est-ce qui se passe maintenant ? » Alec réussit à modérer ses réactions et resta dubitative quant à sa question. Elle ne savait pas comment y répondre et laissa un blanc de quelques secondes s'interposer dans la discussion. « Qu'est-ce qu'il se passe ?! Je n'en sais rien. Je pense qu'on a besoin de temps tous les deux, non ? Tu peux continuer de vivre chez ton amie le temps que tu en as besoin Keylian, je t'attendrai dans ce grand loft vide... » C'était en réalité un appel à son retour. Elle détestait ces moments où elles rentraient le soir pour découvrir le loft vide de sa présence. D'une oreille attentive, elle prit une mine complètement interloquée face à sa question. « Ou quoi Keylian ? Bien sur que je voudrais un enfant de toi, même plusieurs Key, je me suis mariée avec toi dans cette optique aussi. Je veux juste qu'on se laisse du temps, qu'on le désire vraiment et qu'on soit prêt psychologiquement et financièrement. » répliqua la jeune femme aussitôt.




_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité




MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Sam 28 Aoû - 19:28


© RETRO

I'm running out of ways to make you see, I want you to stay here beside me, I won't be ok and I won't pretend I am.


L'amour. Selon le dictionnaire c'est « un sentiment intense et agréable, une affection profonde qui incite les êtres à s’unir ». Cette définition est vrai, cependant elle est inexacte. En effet, l'auteur a oublié de préciser qu'il peut parfois faire mal et qu'on a du mal à s'en relever car les sentiments ne s'en vont pas du jour au lendemain. Bien sûr, c'est ce qui aide à se battre. Les sentiments sont l'arme la plus puissante et le béton d'un couple. L'amour fait aussi faire des choses stupides par fierté comme éviter sa bien aimée pendant des semaines. Keylian s'en voulait bien sûr mais il n'arrivait pas à s'imaginer entrain d'agir autrement. La discussion prenait une agréable tournure, chacun étant à l'écoute de l'autre. Tout les deux voulaient que tout s'arrange et que tout redevienne comme avant entre eux. Keylian tentait de rassurer Alec sur ses actes. « Ce n'est pas grave... Après tout, tu fais bien ce que tu veux et finalement, je te comprends, j'aurais agis comme toi. » . Le jeune homme la regarda droit dans les yeux et eut un sourire sincère même si il éprouvait des remords face à sa belle. « Sans doute mais j'ai quand même agis comme un idiot. ». Rien de plus vrai que ce mot. Idiot. Keylian avait été un parfait idiot ces derniers temps. Quand Keylian s'était saisi de la main d'Alec, les joues de la belle avaient rosies, cela fit plaisir au jeune homme. C'était sans doute stupide mais il ne pouvait s'empêcher de se dire que voir Alec rougir lui avait manquer. Mais ce fut que pour un court instant car Alec se sépara brusquement de lui, le laissant les mains vides. Cela fit un peu mal à Keylian qu'elle le repousse ainsi mais il baissa les yeux. Aprés tout si elle avait besoin de temps, il lui en laisserait.

Le jeune homme lui déclara quand même qu'il l'aimait. « Je sais.», avait-elle dit d'une petite voix. Keylian soupira d'aise, il se sentait enfin serein. Il savait qu'Alec avait compris à quel point elle comptait pour lui. Il ne savait tout de même pas quoi faire. Rentrer chez sa meilleure amie ou rentrer chez lui avec Alec ? « Qu'est-ce qu'il se passe ?! Je n'en sais rien. Je pense qu'on a besoin de temps tous les deux, non ? Tu peux continuer de vivre chez ton amie le temps que tu en as besoin Keylian, je t'attendrai dans ce grand loft vide... ». Il avala la boule qui s'était formé dans sa gorge. Il voyait bien qu'elle était blessée face à cette question et qu'elle voulait qu'il rentre au loft. C'était ce qu'il voulait lui aussi. Il ne savait pas comment formuler son vœu. « Oui c'est sûr que l'on a besoin de temps. Je … j'ai eu trop de mal à vivre loin de toi pendant des semaines. Je n'ai pas envie de retourner chez Corbye surtout maintenant. Maintenant qu'on est sur la bonne voie. Je voulais juste savoir si tu voulais que je rentre.». Il regarda Alec dans les yeux. Il était sincère. Il voulait rentrer mais il voulait laisser le choix à Alec, puis il n'arrivait pas à chasser la peur qu'elle ne veuille pas d'enfants de lui, il avait donc formuler à voix haute ce qu'il pensait tout bas. « Ou quoi Keylian ? Bien sur que je voudrais un enfant de toi, même plusieurs Key, je me suis mariée avec toi dans cette optique aussi. Je veux juste qu'on se laisse du temps, qu'on le désire vraiment et qu'on soit prêt psychologiquement et financièrement. ». Aprés cette déclaration, Keylian était presque au bord des larmes. Il détourna la tête et essuya discrétement les larmes qui manqueraient de le trahir. Une sorte de boule de bonheur, de soulagement et d'amour s'était formé dans sa poitrine. Elle avait raison, il s'était emballé à l'idée qu'ils auraient pu avoir un enfant mais il n'avait pas pensé au fait qu'ils n'étaient peu être pas prêt à l'assumer. Il inspira et expira lentement pour tenter de se calmer. Jamais il n'avait perdu son self-control comme cela ! Ses mains tremblaient. « Excuse moi, je … je n'aurais pas dû te demander cela. Je me sens stupide, tu peux pas savoir à quel point. ». Il essaya de lui sourire. Il avait l'impression d'être un enfant ayant besoin d'être réconforter. Les mots dépassérent alors sa pensée.« Je t'aime Alec. Je veux rentrer à la maison. »
Revenir en haut Aller en bas
Jemma Clifft
JEMMY ♈ it takes my pain away, it's a lie, a kiss with opened eyes.
avatar

messages : 3659
date d'inscription : 30/01/2010
envie : toffifee - nuts - coffee - lemon tart - eliot - caramel - cigarettes.

copyrights : Aurélie, lj.
pseudo : Shivery.




Can you stop breathing ?
jukebox: SIA - Breathe me.
annuaire:
MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian) Dim 29 Aoû - 23:16


Dans le regard de son époux, Alec pouvait comprendre que lui aussi s'en voulait. Pourtant, il n'y avait pas de raison à cela. Il n'avait rien fait et la seule fautive était Alec. D'accord, il n'avait pas répondu aux nombreux messages de sa femme durant plusieurs semaines mais ce n'était rien si on comparait ce détail à ce qu'elle lui faisait subir à ce moment même. Le garçon semblait presque coupable d'une partie de leur courte séparation alors qu'il n'y avait pas lieu d'être. Alec le savait et elle espérait qu'il l'avait également prit en compte. Ses espérances vinrent contrées son esprit lorsqu'il affirma qu'il était idiot. Un petit rire ironique sans pour autant méchant vint à sortir des douces lèvres d'Alec. Elle n'en croyait pas ses yeux, Keylian renversait presque toute la situation pour la mettre en faveur de la jolie brune. Cependant, elle ne répondit en rien à cette remarque, son regard devait en dire bien assez. Après ça, Alec se détacha entièrement de son époux et détourna même son regard sur le comptoir du café. Elle détestait ça, être d'une manière ou d'une autre proche de lui tout en se contenant de ne pas en faire trop. La solution était radicale mais seul de cette façon, elle pouvait éviter de se jeter dans ses bras.

Le jeune photographe semblait très fleur bleue à ce moment-là de leur discussion. Presque même plus qu'Alec l'était. Cette vision de lui touchait véritablement Alec. Elle voyait à quel point elle pouvait compter pour une personne sur cette terre et elle prenait également en compte qu'elle avait été la pire des idiotes ces dernières semaines. C'est alors qu'elle présenta sa phrase de manière à ce qu'il comprends ce qu'elle souhaitait au plus profond de son coeur. « Oui c'est sûr que l'on a besoin de temps. Je … j'ai eu trop de mal à vivre loin de toi pendant des semaines. Je n'ai pas envie de retourner chez Corbye surtout maintenant. Maintenant qu'on est sur la bonne voie. Je voulais juste savoir si tu voulais que je rentre.» C'est la phrase qu'il prit la peine de répondre. Alec acquiesce un sourire dès le début de sa phrase. En fin de compte, elle avait pensé tous le contraire de ce qu'il venait d'avouer. La jeune femme ressentit même des palpitations au niveau du ventre tellement elle était excitée. Mais elle n'en montra rien, elle préférait de loin rester neutre face à lui. « Ca me rassure Keylian, tu sais, ce n'est pas que je n'apprécie pas Corbye mais... Quoi que si, je ne l'apprécie pas. Je... Bien sur que je veux que tu rentres, je n'attendais que ça... Que tu rentres. » Elle balbutia comme une gamine de cinq ans venant de se faire interroger par la maîtresse et ne manqua même pas de se répéter. C'était l'émotion qui prenait les devants, tout simplement. Ensuite, Alec écouta de nouveau son mari lui demander si elle désirait quand même plus tard, des enfants de lui. Concernant Alec, cette question était stupide puisque la réponse était que oui, c'était une évidence mais pas dès maintenant, sinon, elle n'aurait jamais avorté en cachette. De plus, tous les deux étaient dans des périodes de "gloire" et d'évolution dans leurs travails respectifs et ils n'auraient sans doute pas le temps dans les quelques mois ou année à venir. Conclusion, ils étaient jeunes encore et avaient le temps. Alec avait des projets plein la tête comme tout lâcher pour ouvrir sa boîte d'événementiels et un bébé n'avait pas sa place dans ce projet.

« Excuse moi, je … je n'aurais pas dû te demander cela. Je me sens stupide, tu peux pas savoir à quel point. » C'est ce que celui-ci répondit à son aveux. « Je t'aime Alec. Je veux rentrer à la maison. » continua Keylian sans qu'Alec n'eut le temps de rétorquer. Un premier vrai sourire se fit voir aux lèvres de la jeune femme. C'était plus qu'un simple plaisir ou une satisfaction, il allait être de retour chez elle, chez eux, pour de bon. « Je t'aime aussi Keylian. Je... Tu rentres alors... Tu ne sais pas comme je suis heureuse de savoir qu'en rentrant ce soir, je te verrais. » dit-elle tout d'abord. Son regard se tendit alors sur la grande pendule qui trônait le haut de la porte du café. Alec était déjà en retard à l'université où elle effectuait un travail de secrétaire. « Je dois te laisser Keylian, je suis déjà en retard. On se voit ce soir, d'accord ?! On aura tous le temps de discuter. » Elle termina de la sorte. Alec se saisit alors de son sac et son gilet, elle avança vers Keylian mais n'osa rien faire. Elle laissa juste une caresse sur sa joue avant de quitter l'endroit.

Sujet terminé.



_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


a drop in the ocean, a change in the weather ♈️ I was praying that you and me might end up together, it's like wishing for rain as i stand in the desert, but I'm holding you closer than most, cause you are my heaven.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: FORGET, FORGIVE. (pv : keylian)

Revenir en haut Aller en bas

FORGET, FORGIVE. (pv : keylian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: COMMENCEMENT. :: Corbeille :: RP terminés-